Crosshairs

Resent

01/05/2020

Dry Cough Records

« T’as beau pas être beau, monde cinglé, j’tai dans la peau, j’taime t’aime t’aime »

C’est Louis Chédid qui chantait ça d’un ton guilleret et d’un rythme sautillant, mais visiblement, tout le monde ne partage pas l’intégralité de son point de vue. Prenez les canadiens de RESENT par exemple, ils rejoignent notre ami Chédid sur le fait que le monde n’est pas beau, mais je ne suis pas certain qu’ils l’aiment par contre. C’est en tout cas ce qu’on croit comprendre en écoutant leur musique maladive, viscéralement grave, et délibérément glauque et poisseuse. Nous en venant de Colombie britannique, ce combo tout pourri s’y est formé il y a quelques années, produisant une initiale démo en 2018, avant de prendre deux ans pour préparer son premier long, qui se présente aujourd’hui sous la forme de six titres aussi gais qu’une litanie funèbre de Roger Gicquel. Distribué par plusieurs labels de par le monde (Dry Cough Records | Nerve Altar | Rope Or Guillotine), Crosshairs est une affaire sérieuse de Sludge vraiment pesant et bruyant, sans aucun échappatoire, violent, monolithique, oppressant, sale, rouillé, semblant émaner des bas-fonds de la terre, et empestant le désespoir, la résignation, et l’attente d’une fin qui ne devrait pas tarder. On sait le genre pas forcément joyeux à la base, mais ces quatre-là (Julian - basse, Russ - batterie, Mark - guitare et Matt - guitare/chant) parviennent à le rendre encore plus ignoble, et sont sans doute les seuls à pouvoir faire passer les WINTER pour une bande de joyeux drilles adeptes du calembour potache. Il n’est pas difficile d’analyser les six pistes qui constituent ce premier LP. Elles sont quasiment toutes similaires, avec une intro en samples, si possible dérangeante, une entrée en matière lourde et compressée à base d’un riff unique martelé comme un mantra néfaste, une longue progression sur un seul thème, et vogue la galère, désignant l’humanité comme le pire fléau de l’histoire du monde.

Avec une production granuleuse pour bien accentuer le côté sale, les RESENT signent un manifeste de dégoût, et seuls les vrais fans d’un Sludge lent et sourd sauront apprécier cette tranche de mort. Se rapprochant des meilleurs représentants du genre, GRIEF, NOOTHGRUSH et CORRUPTED, les canadiens ont signé l’effort le plus déprimant et glauque de l’année. Accentuant tous les aspects les plus repoussants du cru (lenteur hypnotique et grasse, guitare en feedback qui ne frotte que ses cordes les plus graves, chant sous-mixé qui pleure sa tristesse vomie, dissonances assourdissantes), Crosshairs est en quelque sorte une torture auditive dont on se remet difficilement, et qui transforme n’importe quel jour de la semaine en dimanche hivernal de pluie et d’ennui. Un Sludge tellement Sludge qu’il en sonne presque Black, et qui renvoie le Doom dans les cordes de la légèreté et d’humeurs primesautières. Il n’y a pas à dire, écouter ce truc n’est pas le meilleur moyen de s’imaginer un lundi au soleil, mais plutôt coincé dans le cortège funèbre d’une procession amenant un corps dans sa dernière demeure. Il y a pourtant quelque chose de fascinant dans cette démarche, comme une progression dans les tunnels de l’horreur, les pieds écrasant la pourriture de la société, la lumière diminuant, et le cœur ralentissant ses mouvements. Quelques rares et humbles accélérations viennent parfois nous sortir de notre torpeur, comme sur le final de « Wallowing In Filth », mais ces rares modulations ne sont là que pour accentuer le côté infect de la chose, à grand renfort de bruits blancs, de grognements à peine audibles, et d’une guitare qui s’empêtre encore plus dans ses motifs bornés.

Vous l’aurez compris, cet album est plus à concevoir comme un test de résistance à la douleur que comme une pièce musicale à proprement parler. D’ailleurs, il n’y a pas grand-chose de musical dans ce magma d’ordures mises en partition, juste une répétition de philosophies visant à nous faire piger une bonne fois pour toute que le monde va crever, et si possible, le plus rapidement. Tout n’est que lassitude et laideur, pesanteur et oppression, et celui capable de s’enfiler l’œuvre dans son intégralité sans avoir envie de rendre son petit déjeuner devrait consulter immédiatement. Mais c’est pro, c’est carré dans la démence, c’est insistant, ça gratte comme de multiples piqûres de tiques, ça irrite l’âme comme un constat sans appel, et « Crosshairs » d’appuyer encore plus là où ça fait mal avec une redondance encore plus excessive. Stoppant souvent leur avancée lente pour nous assourdir d’un feedback sadique, les canadiens mettent vraiment en avant leurs grimaces les plus laides et leurs postures les plus grotesques. On en vient à se demander s’il est possible de faire pire que ça sans tomber dans le bruit et le foutoir, et la réponse est négative : les RESENT ont défini la limite à ne pas franchir. En employant systématiquement la même recette tout du long de l’album, le quatuor assoit ses politisions, ne dévie jamais de sa ligne droite, et nous assène coup sur coup, pas trop fort pour ne pas nous éclater le crâne, mais d’une façon suffisamment insistante pour nous rendre complètement dingues. Sample, riff, batterie de mammouth, cris à peine audibles, gravité, lourdeur, crasse. Vous avez la progression type de « Miserable Pt.2 » à « Miscarriage », alors inutile d’attendre autre chose. Vous voilà prévenus, Crosshairs est un tas d’immondices mis en Sludge, un non-cri de même pas désespoir, et une fin de non -recevoir d’illusions qui n’ont plus cours. Il est trop tard, le monde n’est pas beau, nous non plus, et nous allons tous mourir. Débrouillez-vous avez ça.      

         

Titres de l’album :

                     01. Miserable Pt.2

                     02. Dengenerate

                     03. Wallowing In Filth

                     04. Crosshairs

                     05. Victimized

                     06. Miscarriage

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/10/2021 à 18:00
78 %    57

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35