« Cloudburst is a collection of young dudes playing metallic hardcore with chaotic attitude»…

Alors, comme j’aime bien décortiquer les assertions, je m’y colle. Oui, les CLOUDBURST sont jeunes. Oui, ils jouent une sorte de Hardcore très métallique. Et oui, leur attitude est très chaotique, et verse parfois d’ailleurs dans le Chaotic Core le plus dru.

On peut donc dès le départ affirmer qu’ils ne nous prennent pas pour des imbéciles en se vendant sous de fausses étiquettes.

Plus prosaïquement, les CLOUDBURST sont quatre (Mahreza E – guitare, Riddho N – basse, J. Yudha – batterie et A.Okta – chant), viennent de Yogyakarta, ville située au centre de l’île de Java. Et dire qu’ils nous la font danser à un rythme épileptique est un euphémisme tant ce premier longue durée est une débauche de folie sonore agencée avec méthodisme et brutalité juvénile.

Je ne vais pas mâcher mes mots, l’intensité qui se dégage de Crying of Broken Beauty est vraiment impressionnante. A l’écoute de ces onze morceaux, les TRAP THEM et autres CONVERGE pourraient se sentir légèrement gênés aux entournures en réalisant à quel point ils ont été complaisants jusque-là. Sans jamais tomber dans le piège du bruit mal maîtrisé, les Indonésiens poussent les rythmiques dans leurs derniers retranchements, et osent des riffs massifs, et des structures parfois complètement Mathcore (« Meditations of Piss Artist », ce coup-là, même les DILLINGER en duo avec les TOMBS n’auraient pas pu nous le refourguer), pour distiller une ambiance démente, en appelant tout autant au Hardcore le plus violent qu’au Crust le plus virulent.

C’est simple, j’ai rarement assisté à une telle débauche d’agressivité sur un seul LP, et dire que Crying of Broken Beauty finira dans mon top 10 de 2016 des realizations Core relève d’une lénifiante évidence.

 

Vous-vous dites certainement, « c’est samedi, c’est l’euphorie, il ne sait plus ce qu’il dit… ». Mais rassurez-vous, je suis en pleine possession de mes moyens, et si je savais la scène extrême Indonésienne en plein boom, j’étais loin de me douter qu’un groupe aussi absolu que CLOUDBURST allait en émerger.

Certes, leur première démo montrait déjà des qualités indéniables, mais leur marge de progression en deux ans est tout bonnement hallucinante, et ce mélange d’ambiances glauques (l’intro « Invitation To Snuff Film » concoctée par Yogi Obluda des JARUMEYA met direct dans le bain et donne le ton), de courts morceaux aux multiples cassures et poussées de violence effrayantes (« Essence of Chaos », rarement morceau aura été si judicieusement baptisé), et d’intermèdes Ambient vraiment angoissants (« Corpse of The Optimist », dans le genre mélodie éthérée qui fout les miquettes on a rarement fait mieux…) est vraiment un voyage hors-normes aux frontières de la malséance musicale concrète, et transforme ce premier essai en cauchemar sonore qui donne quand même quelques suées.

Hybride de Crust vraiment féroce, de Hardcore en écorce et de Metal en coups de crosse, l’extrême vu par le prisme Indonésien est vraiment sans concession, et s’épanouit tout autant dans de courtes compositions qui explosent comme un champignon atomique près d’un atoll (« Cripples Battalion », trois minutes de Core déstructuré avec voix sous-mixée, pour une gigue Mathcore/Crustcore délirante de violence), que dans des évolutions plus développées qui sans changer l’optique, la modulent avec beaucoup de pertinence (le long final « Harakiri Rhapsody », hypnotique et drivé par des riffs dissonants à la UNSANE, et une rythmique lourde semblant porter tout le poids des efforts accomplis précédemment).

Entre des crises de franchise radicale qui ébouriffent (la tornade « Madness Touch », qui une fois de plus accorde son thème à son propos et cavale sans repos, « Numbers », hystérique et apocalyptique dans son rôle de cousin Indonésien d’un CONVERGE particulièrement fiévreux et malsain), de fausses accalmies qui prennent un peu plus leurs marques sans pour autant se montrer plus empathiques (« Stoning », encore une fois un travail incroyable accompli par le duo/basse batterie qui sonne comme un pivot de Jazz pris de crises de folie), Crying of Broken Beauty ne marque jamais le pas et avance jusqu’à notre trépas sans remord ni regrets.

Et si la vitesse et la déconstruction règnent en maître sur ce premier LP, quelques passages plus aérés viennent offrir une bouffée d’oxygène un peu vicié, à l’image de cette mélodie vénéneuse qui transperce « To Board A Crashing Plane »  de ses arpèges malmenés par des arrangements anémiés.

Le spectre de la scène Hardcore de NYC s’invite même au banquet disposé par « Restless Piledriver », qui se souvient avec effroi des leçons d’urbanisme désabusé et écorché des UNSANE, avant de repartir de plus belle dans une fuite en avant Crust qui laisse tout le monde à la traîne derrière.

Violence, démence, agressivité, capacité instrumentale au-dessus des labels de qualité des genres abordés, ce premier longue durée des CLOUDBURST est une tuerie absolue qui ne laisse aucun survivant dans son sillage, et qui se permet de donner une leçon d’ultraviolence maîtrisée à bien des leaders incontestés.

Et si ces onze morceaux se veulent concrétisation musicale d’une réalité locale, ils ne donnent vraiment pas envie d’effectuer une lune de miel en Indonésie, à moins de vouloir défendre sa dulcinée à la machette au moindre coin de rue mal famée.

Un cauchemar cathartique, une agression systématique, et surtout, un album époustouflant de densité graphique, qui relègue la concurrence au simple rang de fantasme cinématique. A écouter pour comprendre jusqu’où la violence instrumentale peut aller lorsqu’elle est prônée par des guérilleros entraînés. Mais il n’existe aucune parade pour s’en protéger.

 Autant vous en informer.


Titres de l'album:

  1. Invitation to Snuff Film
  2. Cripples Battalion
  3. Restless Pildriver
  4. Numbers
  5. Meditations Of Piss Artist
  6. Corpse Of The Optimist
  7. Essence Of Chaos
  8. Stoning
  9. Madness Touch
  10. To Board A Crashing Plane
  11. Harakiri Rhapsody

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/12/2016 à 16:49
90 %    347

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
15/12/2016 à 20:28:32
Hé beh une belle chronique qui donne envie !!! Quand en plus je vois TRAP THEM écrit quelques part je fonce...

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.