« Cloudburst is a collection of young dudes playing metallic hardcore with chaotic attitude»…

Alors, comme j’aime bien décortiquer les assertions, je m’y colle. Oui, les CLOUDBURST sont jeunes. Oui, ils jouent une sorte de Hardcore très métallique. Et oui, leur attitude est très chaotique, et verse parfois d’ailleurs dans le Chaotic Core le plus dru.

On peut donc dès le départ affirmer qu’ils ne nous prennent pas pour des imbéciles en se vendant sous de fausses étiquettes.

Plus prosaïquement, les CLOUDBURST sont quatre (Mahreza E – guitare, Riddho N – basse, J. Yudha – batterie et A.Okta – chant), viennent de Yogyakarta, ville située au centre de l’île de Java. Et dire qu’ils nous la font danser à un rythme épileptique est un euphémisme tant ce premier longue durée est une débauche de folie sonore agencée avec méthodisme et brutalité juvénile.

Je ne vais pas mâcher mes mots, l’intensité qui se dégage de Crying of Broken Beauty est vraiment impressionnante. A l’écoute de ces onze morceaux, les TRAP THEM et autres CONVERGE pourraient se sentir légèrement gênés aux entournures en réalisant à quel point ils ont été complaisants jusque-là. Sans jamais tomber dans le piège du bruit mal maîtrisé, les Indonésiens poussent les rythmiques dans leurs derniers retranchements, et osent des riffs massifs, et des structures parfois complètement Mathcore (« Meditations of Piss Artist », ce coup-là, même les DILLINGER en duo avec les TOMBS n’auraient pas pu nous le refourguer), pour distiller une ambiance démente, en appelant tout autant au Hardcore le plus violent qu’au Crust le plus virulent.

C’est simple, j’ai rarement assisté à une telle débauche d’agressivité sur un seul LP, et dire que Crying of Broken Beauty finira dans mon top 10 de 2016 des realizations Core relève d’une lénifiante évidence.

 

Vous-vous dites certainement, « c’est samedi, c’est l’euphorie, il ne sait plus ce qu’il dit… ». Mais rassurez-vous, je suis en pleine possession de mes moyens, et si je savais la scène extrême Indonésienne en plein boom, j’étais loin de me douter qu’un groupe aussi absolu que CLOUDBURST allait en émerger.

Certes, leur première démo montrait déjà des qualités indéniables, mais leur marge de progression en deux ans est tout bonnement hallucinante, et ce mélange d’ambiances glauques (l’intro « Invitation To Snuff Film » concoctée par Yogi Obluda des JARUMEYA met direct dans le bain et donne le ton), de courts morceaux aux multiples cassures et poussées de violence effrayantes (« Essence of Chaos », rarement morceau aura été si judicieusement baptisé), et d’intermèdes Ambient vraiment angoissants (« Corpse of The Optimist », dans le genre mélodie éthérée qui fout les miquettes on a rarement fait mieux…) est vraiment un voyage hors-normes aux frontières de la malséance musicale concrète, et transforme ce premier essai en cauchemar sonore qui donne quand même quelques suées.

Hybride de Crust vraiment féroce, de Hardcore en écorce et de Metal en coups de crosse, l’extrême vu par le prisme Indonésien est vraiment sans concession, et s’épanouit tout autant dans de courtes compositions qui explosent comme un champignon atomique près d’un atoll (« Cripples Battalion », trois minutes de Core déstructuré avec voix sous-mixée, pour une gigue Mathcore/Crustcore délirante de violence), que dans des évolutions plus développées qui sans changer l’optique, la modulent avec beaucoup de pertinence (le long final « Harakiri Rhapsody », hypnotique et drivé par des riffs dissonants à la UNSANE, et une rythmique lourde semblant porter tout le poids des efforts accomplis précédemment).

Entre des crises de franchise radicale qui ébouriffent (la tornade « Madness Touch », qui une fois de plus accorde son thème à son propos et cavale sans repos, « Numbers », hystérique et apocalyptique dans son rôle de cousin Indonésien d’un CONVERGE particulièrement fiévreux et malsain), de fausses accalmies qui prennent un peu plus leurs marques sans pour autant se montrer plus empathiques (« Stoning », encore une fois un travail incroyable accompli par le duo/basse batterie qui sonne comme un pivot de Jazz pris de crises de folie), Crying of Broken Beauty ne marque jamais le pas et avance jusqu’à notre trépas sans remord ni regrets.

Et si la vitesse et la déconstruction règnent en maître sur ce premier LP, quelques passages plus aérés viennent offrir une bouffée d’oxygène un peu vicié, à l’image de cette mélodie vénéneuse qui transperce « To Board A Crashing Plane »  de ses arpèges malmenés par des arrangements anémiés.

Le spectre de la scène Hardcore de NYC s’invite même au banquet disposé par « Restless Piledriver », qui se souvient avec effroi des leçons d’urbanisme désabusé et écorché des UNSANE, avant de repartir de plus belle dans une fuite en avant Crust qui laisse tout le monde à la traîne derrière.

Violence, démence, agressivité, capacité instrumentale au-dessus des labels de qualité des genres abordés, ce premier longue durée des CLOUDBURST est une tuerie absolue qui ne laisse aucun survivant dans son sillage, et qui se permet de donner une leçon d’ultraviolence maîtrisée à bien des leaders incontestés.

Et si ces onze morceaux se veulent concrétisation musicale d’une réalité locale, ils ne donnent vraiment pas envie d’effectuer une lune de miel en Indonésie, à moins de vouloir défendre sa dulcinée à la machette au moindre coin de rue mal famée.

Un cauchemar cathartique, une agression systématique, et surtout, un album époustouflant de densité graphique, qui relègue la concurrence au simple rang de fantasme cinématique. A écouter pour comprendre jusqu’où la violence instrumentale peut aller lorsqu’elle est prônée par des guérilleros entraînés. Mais il n’existe aucune parade pour s’en protéger.

 Autant vous en informer.


Titres de l'album:

  1. Invitation to Snuff Film
  2. Cripples Battalion
  3. Restless Pildriver
  4. Numbers
  5. Meditations Of Piss Artist
  6. Corpse Of The Optimist
  7. Essence Of Chaos
  8. Stoning
  9. Madness Touch
  10. To Board A Crashing Plane
  11. Harakiri Rhapsody

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/12/2016 à 16:49
90 %    261

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
15/12/2016 à 20:28:32
Hé beh une belle chronique qui donne envie !!! Quand en plus je vois TRAP THEM écrit quelques part je fonce...

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !