Eclosion

Jours Pâles

26/02/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Nouvelles salve de sorties chez les Acteurs de l’Ombre, et j’entamerai cette série de chroniques avec un nouveau projet mené par l’un des activistes les plus respectés de la scène. Deux ans après la sortie de Jours Pâles, l’unique album de son side-project ASPHODELE, Spellbound revient très logiquement sous les ténèbres avec la suite presque logique de ce concept, rebaptisé pour l’occasion…JOURS PÂLES. L’esprit de continuité donc pour le musicien prolifique de la mouvance BM nationale, qui en dehors de son cadre légal AORLHAC n’a de cesse de repousser les expérimentations et les plaisirs personnels. Il propose d’ailleurs avec Eclosion un Metal plus sombre et brutal, bien que toujours embrumé de nostalgie, et se déleste peu à peu de son propre héritage pour tenter de trouver une échappatoire viable. Et cet album incarne à merveille cette recherche d’inédit, bien que la patte de l’auteur soit toujours très identifiable. Pour l’occasion, Spellbound  a su s’entourer de pointures de la scène, acceptant d’être épaulé dans sa tâche par quelques noms fameux, dont James Sloan à la guitare (UADA, GRAVE LIGHT, ANACHITIS, ALEYNMORD) Sylvain Begol (guitare) Christian Larsson (basse, ACACIA, GLOSON) et Phalène à la batterie. Un quintet en forme de supergroupe de l’extrême donc, pour un voyage aux confins du Post Black Metal, du Black Metal mélodique, et d’un Rock vraiment abrasif, tirant plus que le Metal que d’ordinaire.

La cassure avec les essais précédents ne sera pas évidente à la première lecture, mais on sent que Spellbound a vraiment voulu proposer quelque chose de neuf, qui respecterait les dogmes établis brièvement par son ancien projet ASPHODELE. Les points communs sont remarquables, notamment dans l’emploi de mélodies amères qui plombent l’ambiance des morceaux, mais il émane de cette nouvelle aventure un parfum d’interdit, spécialement lorsque les musiciens accentuent la violence. A des lieux d’un Black Metal traditionnel, loin de l’avant-garde et si possible, à bonne distance du Black moderne, JOURS PÂLES se fie à son propre nom pour dessiner des paysages désolés sur une terre exsangue. Les textes, chantés en français bien sûr, proposent des thématiques d’usage, et usent d’un vocabulaire poétique qui sied admirablement bien à la démarche.   

« Oh toi qui un jour est mort de ne pas être heureux, As-tu trouvé la paix en l’asile des cieux ? Peux-tu enfin écrire aux heures d’éternité, les strophes d’une vie qui l’aura consumé ? »

Cette entame, celle du premier morceau « Illunés » résonne comme une question que l’auteur se poserait à lui-même. Spectateur de son propre voyage, Spellbound veut le mener sous des auspices différents, pour ne pas échouer sur les mêmes rivages. La focalisation interne est donc de mise, et nous suivons les pérégrinations de l’artiste dans son propre monde, fait de beauté et de violence, de laideur et d’apaisement. De fait, Eclosion prend des airs d’état des lieux de la carrière du musicien/créateur, et nous plonge dans l’intimité d’une démarche artistique que l’on suit de sa genèse à son aboutissement. La genèse justement qui nous échappe sans avoir de détails sur la conception de l’album débute avec ce fameux premier titre que Spellbound hurle de tout son souffle, et qui se fait propulser par une rythmique en mid écrasante. Les riffs typiquement Hard-Rock tranchent avec l’atmosphère déliquescente et ce décalage entre traitement presque Rock et attitude nihiliste fascine. Les mots se détachent des mélodies passées, et on se souvient des attaques d’IMMORTAL, lorsque le groupe s’enfonçait dans le Heavy Metal le plus pur sans renoncer à ses racines Punk. Nombreuses cassures, breaks évolutifs, la partition est riche, et l’interprétation impeccable. On est immédiatement saisi par la pureté du son, qui permet à chacun de s’exprimer, sans que la clarté ne nuise à l’ambiance du projet.                              

Et au fur et à mesure de l’écoulement de l’album, on prend acte de cette cohésion d’ensemble, qui laisse pourtant filtrer des éléments extérieurs. Ce solo très Rock sur « Aux Confins Du Silence » qui anticipe une reprise purement Heavy poursuit dans la cassure, jouant avec l’ironie d’un silence qui n’a pas vraiment droit de cité. Pourtant, les arpèges en son clair, ce tempo frappé en mid, ces soudains accès de violence presque Thrash, créent un vortex qui aspire les interrogations de l’auditeur, qui ne se demande plus très longtemps à quel type de musique il a affaire. Musique, c’est bien le mot, et loin du chaos traditionnel du Black Metal le plus épique, ou de la contemplation en fatuité du Post BM, JOURS PÂLES se joue des codes, et impose sa patte.

« Trois heures du matin, arraché au sommeil par l’étreinte inhumaine aux portes de mon cœur, de l’angoisse qui veille et commande ma peur, dressé dans la pénombre, effrayé je m’éveille ».

Crise d’inspiration qui effraie le créateur ? Tout est imaginable et le meilleur est envisageable, d’autant que les morceaux passent en laissant derrière eux une trainée d’inédit, lorsque résonnent les arpèges clairs de « Ma Dysthymie, Sa Vastitude ». Intro typique du Metal des années 80, avec cette mélodie rappelant MAIDEN ou SAVATAGE, mais qui en même temps de ses samples cite les contemporains d’HYPNO5E. Développé martial, avec ce talk-over grave et sentencieux, avant que la machine ne reprenne son rythme de croisière entre dissonances et groove sur l’implacable « Le Chant Du Cygne ». Le mélange entre tradition et progression est toujours aussi palpable, et Spellbound, sans faire appel à des idées incongrues, parvient à extirper son projet de la masse grouillante des sorties conventionnelles.   

Les chansons prennent le temps, s’étirent sur de longues minutes, mais le propos es ferme, et la direction bien établie. Et après avoir sombré sous le charme du chant d’Ondine sur le très mélancolique « Eclamé », nous subissons les assauts rauques du title-track, pilonné comme un acharné, avant que l’option alternative ne soit privilégiée sur le surprenant « Suivant l'Astre ». Grosse basse à la KILLING JOKE pour une approche à la FETISH 69, Spellbound en avait donc sous le coude et nous fauche de sa franchise Core.

« Au chevet de nos tristesse, le temps s’est figé ».

C’est un peu le sentiment qu’on éprouve à l’écoute d’Eclosion, qui bloque les aiguilles de l’horloge pour nous raconter son étrange histoire. Une histoire de violence et d’amour, et d’une musique qui s’adresse à tout le monde. Mais est-ce que tout le monde est prêt à découvrir ce traitement de déformation du Black Metal pour lui faire épouser des formes pour le moins étranges ? Telle est la question dont vous seuls avez la réponse.                         

         

                                                

Titres de l’album:

01. Illunés

02. Aux Confins Du Silence

03. Ma Dysthymie, Sa Vastitude

04. Le Chant Du Cygne

05. Eclamé (feat Ondine)

06. Éclosion

07. Suivant l'Astre

08. Des Jours à Rallonge (feat Graf from Psychonaut)

09. C2H6O


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/02/2021 à 14:47
82 %    635

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25