Eclosion

Jours Pâles

26/02/2021

Les Acteurs De L'ombre Productions

Nouvelles salve de sorties chez les Acteurs de l’Ombre, et j’entamerai cette série de chroniques avec un nouveau projet mené par l’un des activistes les plus respectés de la scène. Deux ans après la sortie de Jours Pâles, l’unique album de son side-project ASPHODELE, Spellbound revient très logiquement sous les ténèbres avec la suite presque logique de ce concept, rebaptisé pour l’occasion…JOURS PÂLES. L’esprit de continuité donc pour le musicien prolifique de la mouvance BM nationale, qui en dehors de son cadre légal AORLHAC n’a de cesse de repousser les expérimentations et les plaisirs personnels. Il propose d’ailleurs avec Eclosion un Metal plus sombre et brutal, bien que toujours embrumé de nostalgie, et se déleste peu à peu de son propre héritage pour tenter de trouver une échappatoire viable. Et cet album incarne à merveille cette recherche d’inédit, bien que la patte de l’auteur soit toujours très identifiable. Pour l’occasion, Spellbound  a su s’entourer de pointures de la scène, acceptant d’être épaulé dans sa tâche par quelques noms fameux, dont James Sloan à la guitare (UADA, GRAVE LIGHT, ANACHITIS, ALEYNMORD) Sylvain Begol (guitare) Christian Larsson (basse, ACACIA, GLOSON) et Phalène à la batterie. Un quintet en forme de supergroupe de l’extrême donc, pour un voyage aux confins du Post Black Metal, du Black Metal mélodique, et d’un Rock vraiment abrasif, tirant plus que le Metal que d’ordinaire.

La cassure avec les essais précédents ne sera pas évidente à la première lecture, mais on sent que Spellbound a vraiment voulu proposer quelque chose de neuf, qui respecterait les dogmes établis brièvement par son ancien projet ASPHODELE. Les points communs sont remarquables, notamment dans l’emploi de mélodies amères qui plombent l’ambiance des morceaux, mais il émane de cette nouvelle aventure un parfum d’interdit, spécialement lorsque les musiciens accentuent la violence. A des lieux d’un Black Metal traditionnel, loin de l’avant-garde et si possible, à bonne distance du Black moderne, JOURS PÂLES se fie à son propre nom pour dessiner des paysages désolés sur une terre exsangue. Les textes, chantés en français bien sûr, proposent des thématiques d’usage, et usent d’un vocabulaire poétique qui sied admirablement bien à la démarche.   

« Oh toi qui un jour est mort de ne pas être heureux, As-tu trouvé la paix en l’asile des cieux ? Peux-tu enfin écrire aux heures d’éternité, les strophes d’une vie qui l’aura consumé ? »

Cette entame, celle du premier morceau « Illunés » résonne comme une question que l’auteur se poserait à lui-même. Spectateur de son propre voyage, Spellbound veut le mener sous des auspices différents, pour ne pas échouer sur les mêmes rivages. La focalisation interne est donc de mise, et nous suivons les pérégrinations de l’artiste dans son propre monde, fait de beauté et de violence, de laideur et d’apaisement. De fait, Eclosion prend des airs d’état des lieux de la carrière du musicien/créateur, et nous plonge dans l’intimité d’une démarche artistique que l’on suit de sa genèse à son aboutissement. La genèse justement qui nous échappe sans avoir de détails sur la conception de l’album débute avec ce fameux premier titre que Spellbound hurle de tout son souffle, et qui se fait propulser par une rythmique en mid écrasante. Les riffs typiquement Hard-Rock tranchent avec l’atmosphère déliquescente et ce décalage entre traitement presque Rock et attitude nihiliste fascine. Les mots se détachent des mélodies passées, et on se souvient des attaques d’IMMORTAL, lorsque le groupe s’enfonçait dans le Heavy Metal le plus pur sans renoncer à ses racines Punk. Nombreuses cassures, breaks évolutifs, la partition est riche, et l’interprétation impeccable. On est immédiatement saisi par la pureté du son, qui permet à chacun de s’exprimer, sans que la clarté ne nuise à l’ambiance du projet.                              

Et au fur et à mesure de l’écoulement de l’album, on prend acte de cette cohésion d’ensemble, qui laisse pourtant filtrer des éléments extérieurs. Ce solo très Rock sur « Aux Confins Du Silence » qui anticipe une reprise purement Heavy poursuit dans la cassure, jouant avec l’ironie d’un silence qui n’a pas vraiment droit de cité. Pourtant, les arpèges en son clair, ce tempo frappé en mid, ces soudains accès de violence presque Thrash, créent un vortex qui aspire les interrogations de l’auditeur, qui ne se demande plus très longtemps à quel type de musique il a affaire. Musique, c’est bien le mot, et loin du chaos traditionnel du Black Metal le plus épique, ou de la contemplation en fatuité du Post BM, JOURS PÂLES se joue des codes, et impose sa patte.

« Trois heures du matin, arraché au sommeil par l’étreinte inhumaine aux portes de mon cœur, de l’angoisse qui veille et commande ma peur, dressé dans la pénombre, effrayé je m’éveille ».

Crise d’inspiration qui effraie le créateur ? Tout est imaginable et le meilleur est envisageable, d’autant que les morceaux passent en laissant derrière eux une trainée d’inédit, lorsque résonnent les arpèges clairs de « Ma Dysthymie, Sa Vastitude ». Intro typique du Metal des années 80, avec cette mélodie rappelant MAIDEN ou SAVATAGE, mais qui en même temps de ses samples cite les contemporains d’HYPNO5E. Développé martial, avec ce talk-over grave et sentencieux, avant que la machine ne reprenne son rythme de croisière entre dissonances et groove sur l’implacable « Le Chant Du Cygne ». Le mélange entre tradition et progression est toujours aussi palpable, et Spellbound, sans faire appel à des idées incongrues, parvient à extirper son projet de la masse grouillante des sorties conventionnelles.   

Les chansons prennent le temps, s’étirent sur de longues minutes, mais le propos es ferme, et la direction bien établie. Et après avoir sombré sous le charme du chant d’Ondine sur le très mélancolique « Eclamé », nous subissons les assauts rauques du title-track, pilonné comme un acharné, avant que l’option alternative ne soit privilégiée sur le surprenant « Suivant l'Astre ». Grosse basse à la KILLING JOKE pour une approche à la FETISH 69, Spellbound en avait donc sous le coude et nous fauche de sa franchise Core.

« Au chevet de nos tristesse, le temps s’est figé ».

C’est un peu le sentiment qu’on éprouve à l’écoute d’Eclosion, qui bloque les aiguilles de l’horloge pour nous raconter son étrange histoire. Une histoire de violence et d’amour, et d’une musique qui s’adresse à tout le monde. Mais est-ce que tout le monde est prêt à découvrir ce traitement de déformation du Black Metal pour lui faire épouser des formes pour le moins étranges ? Telle est la question dont vous seuls avez la réponse.                         

         

                                                

Titres de l’album:

01. Illunés

02. Aux Confins Du Silence

03. Ma Dysthymie, Sa Vastitude

04. Le Chant Du Cygne

05. Eclamé (feat Ondine)

06. Éclosion

07. Suivant l'Astre

08. Des Jours à Rallonge (feat Graf from Psychonaut)

09. C2H6O


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/02/2021 à 14:47
82 %    247

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49