Thrashsquatch!

Thrashsquatch!

13/10/2017

Autoproduction

Imaginez-vous en train de vous balader dans les rues de Londres, de Manchester ou Brighton, les baskets pourries arpentant les trottoirs moisis, l’air goguenard et le vinyle sous le bras, tranquille sans rien demander à personne, lorsque soudain, vous croisez le chemin d’une énorme créature écrasant les bâtiments d’un pas de géant, le poil luisant, et la musique tonitruante jaillissant d’une gigantesque boombox aux piles à la nitroglycérine. Une créature venue du fond des temps, ne sachant rien des bonnes manières, et éduquée musicalement à grands coups d’EXCEL, d’ACID REIGN, de SLAMMER, des D.R.I et autres MUNICIPAL WASTE (cassette trouvée par hasard dans les bois en pourchassant des touristes allemands aux abois). Quelle est votre réaction ?

  • Vous courrez en hurlant « mooooooooooooosh qui peut !!!!! » ?
  • Vous restez planté là parce que la bière a entamé vos facultés d’analyse déjà bien amenuisées ?
  • Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes?
  • Vous filmez le tout avec votre vieux smartphone pour mettre la scène sur Youtube et gagner des clics ?

Ou peut-être, les quatre possibilités, prises dans un ordre aléatoire…En tout cas, la rencontre avec le monstre THRASHSQUATCH! ne vous laissera pas indemne, et témoignera des effets désastreux du Thrash sur l’organisme humain, qui après une consommation un peu exagérée commence à percevoir la réalité de façon un peu biaisée et altérée…Mais après-tout, même les créatures les plus esseulées méritent un peu d’amour et d’attention, alors pourquoi ne pas prendre en amitié cette bande d’allumés, qui ne sont ni surdimensionnés ni particulièrement poilus, et qui se complaisent de leur Angleterre natale à répandre les échos brutaux d’un crossover bien chaud ?

Vous avez raison, faites leur un câlin. Ils n’ont rien en commun avec le Yéti, encore moins avec Nessie, mais pourraient passer pour des ovnis, tant leur optique thrashisante radicale les démarque de la production ambiante. Que sait-on d’eux d’ailleurs ? Pas grand-chose, à part qu’ils sont cinq (Bruce Lightning, Stanley Knife, Clive Bonecrusher, Carlos Fandango et Nigel Condor, belle collection de pseudos), qu’ils jouent du Thrash, qu’ils ont le sourire et le faciès malicieux de ceux qui savent qu’ils sont en train de jouer un coup fumeux. Enfin, pas si pendable que ça, parce que leur musique est assez honnête dans sa démarche, et nous permet de nous remémorer les SUICIDAL, les ANTHRAX et tous les maniaques de la violence qui avance et recule sans oublier les blagues qui acculent et qui accumule les figures rythmiques imposées et les riffs saccadés. Pas de fausse surprise, de mauvaise blague ou l’inverse, ces cinq anglais ont tout compris à la cause et à la chose, et ridiculisent en une poignée de morceaux toute la scène Thrash anglaise de la fin des années 80, qui elle n’avait pas pigé grand-chose à la qualité. Oublions donc le passé pour nous concentrer sur le présent surchauffé, qui nous offre l’un des EP les plus frais de cette fausse rentrée. En jouant franc jeu, et en adoptant une exubérance de tous les instants, Thrashsquatch! Ne cherche pas la complication, et distille des morceaux vraiment carton, à cheval entre Thrash féroce et Hardcore qui cherche des crosses, pour une gigue dansée à plusieurs, formant un circle pit en pleine rue, à l’heure de pointe.

Six morceaux, à l’aise dans leur tripot, qui font preuve d’une étonnante maturité doublée d’une attitude juvénile et frondeuse assumée. Ici, on n’est pas là pour rigoler, mais bien pour s’éclater, et les musiciens mettent d’ailleurs les bouchées doubles pour nous rallier à leur cause qui ne donne pas vraiment le blues, mais plutôt le sourire, comme en témoigne cette clôture hallucinante de démence « Thrash Til Death », qui déborde de Metal incendiaire par tous les pores, et qui ose des arrangements envahissants. Visiblement, les mecs s’éclatent, et nous aussi, et le voyage dans le passé est salement réussi, à tel point que cet EP aurait pu paraître il y a trente ans sans que personne ne doute de son authenticité vintage. D’ailleurs, le quintette se pose la question de son existence via un « Am I Real ? » qui de sa rythmique légèrement Punk sur les bords aborde un pan entier de l’extrême sous son aspect le plus cru, en réconciliant l’écurie Epitaph avec la clique des Roadrunner et autres Caroline records. Petits licks de guitare mutins, refrain bien bourrin qui sent la transpiration dès le matin, break limite Free Thrash pour une furie qui laisse vraiment admiratif, comme si ces tarés avaient abusé d’une boisson énergisée sans modération. Il est vrai que le tout hume bon la caféine et la bière bon marché, et permettrait même de relancer la vente des skates sans avoir à forcer. Magique tout ça ? Oui, et épique, même si les morceaux sont brefs mais tellement intenses qu’on en reste sur les fesses.

Les gus se permettent même avec une insolence rare de signer leur propre hymne à la débauche, le genre de truc qu’on va retenir toute la journée tellement ses thèmes sont ancrés dans l’inconscient collectif, et « Thrashsquatch » de pomper sans vergogne du côté du meilleur Muir et SUICIDAL, en imitant même à la perfection le timbre si particulier du Mike bandanné. Tout ça moshe comme des damnés, tout ça thrashe comme des allumés, mais la qualité n’est jamais occultée au profit de l’authenticité revendiquée, et c’est sans doute ce qui transforme cette première sortie en épiphanie de Crossover au goût garanti. On s’agite dans tous les sens, hurlant des insanités, beuglant comme des mouettes au-dessus des miettes, et on s’envoie pour continuer la fête un imparable « Rise of The Robots », comics pour les oreilles, qui de sa syncope et de ses accélérations nous entraîne sur le sillage d’un mariage particulièrement bruyant entre Thrash et Punk branlant, pour achever de nous achever, et nous laisser heureux, mais salement crevé. Des anglais ? Mais où est passé leur légendaire flegme, serait-il usurpé ou émoussé par les années ?

On s’en cogne, le principal c’est que THRASHSQUATCH! bastonne, et de ce côté-là, rien à craindre les gars. Bien loin de la standardisation actuelle, les cinq anglais nous ramènent un peu de fun entre les oreilles, et nous émerveillent de leur investissement personnel.

Alors, créature affectueuse ou monstre aux intentions douteuses ? Les deux mon capitaine, et je crois même avoir aperçu Scott Ian himself leur donner l’accolade. Not ?

Yes, of course, et surtout, mooooooooooooooooooooooosh qui peut !!!!!


Titres de l'album:

  1. Man Eating Squid
  2. Am I Real?
  3. Black Hole
  4. Thrashsquatch
  5. Rise Of The Robots
  6. Thrash Til Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/11/2017 à 17:25
79 %    536

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
07/11/2017, 19:45:07
Choix 3
- Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes ?

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34

Arioch91

C'est une excellente nouvelle. Après, sur la page Facebook, que le leader ait quelque chose à se reprocher vis-à-vis de sa compagne relève du privé, voire ici du pénal.

La musique prime !

29/05/2020, 18:27

Jus de cadavre

Je confirme pour avoir entre aperçu le groupe sur scène à 1 ou 2 reprises il y a quelques années : c’était une bouillie sonore imbuvable en live (et c'était systématique selon beaucoup). Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches...

29/05/2020, 17:23

Buck Dancer

J'attends cet album avec impatience. "Terminal redux" était, pour moi, l'abum de l'année 2016.

29/05/2020, 16:22

Buck Dancer

L'album le plus inquiétant de Morbid avec "Blessed are the sick" et un chef d'œuvre de plus dans leur discographie. Album magistral de puissance, de lourdeur et à l'ambiance unique, qui donne envie de croire que les Grands Anciens ont vraiment existés.

29/05/2020, 16:19

JérémBVL

@grinder, le groupe avait très mauvaise réputation à l'époque en live, sûrement pour ça.

29/05/2020, 14:43

Buck Dancer

C'est la fête des retours chez Obscura.

29/05/2020, 14:39

grinder92

"Et puis un jour, la connerie. MAIS LA CONNERIE : j'ai vu Cradle en concert...
Le mois suivant, mes CD étaient sur ebay," : pourquoi ?

29/05/2020, 13:34

Lifting Catastrophy

Ca sonnait nouveau à l'époque, en plus de l'album de Dimmu (enthroned darkness triumphant), et ça a apporté une certaine fraîcheur. J'ai quand même préféré l'album suivant, Cruelty and the beast, avec un son un peu plus rond. Tout ce qui sonnait un peu radical n'était pas déplaisant dans (...)

29/05/2020, 12:33

JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46