Imaginez-vous en train de vous balader dans les rues de Londres, de Manchester ou Brighton, les baskets pourries arpentant les trottoirs moisis, l’air goguenard et le vinyle sous le bras, tranquille sans rien demander à personne, lorsque soudain, vous croisez le chemin d’une énorme créature écrasant les bâtiments d’un pas de géant, le poil luisant, et la musique tonitruante jaillissant d’une gigantesque boombox aux piles à la nitroglycérine. Une créature venue du fond des temps, ne sachant rien des bonnes manières, et éduquée musicalement à grands coups d’EXCEL, d’ACID REIGN, de SLAMMER, des D.R.I et autres MUNICIPAL WASTE (cassette trouvée par hasard dans les bois en pourchassant des touristes allemands aux abois). Quelle est votre réaction ?

  • Vous courrez en hurlant « mooooooooooooosh qui peut !!!!! » ?
  • Vous restez planté là parce que la bière a entamé vos facultés d’analyse déjà bien amenuisées ?
  • Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes?
  • Vous filmez le tout avec votre vieux smartphone pour mettre la scène sur Youtube et gagner des clics ?

Ou peut-être, les quatre possibilités, prises dans un ordre aléatoire…En tout cas, la rencontre avec le monstre THRASHSQUATCH! ne vous laissera pas indemne, et témoignera des effets désastreux du Thrash sur l’organisme humain, qui après une consommation un peu exagérée commence à percevoir la réalité de façon un peu biaisée et altérée…Mais après-tout, même les créatures les plus esseulées méritent un peu d’amour et d’attention, alors pourquoi ne pas prendre en amitié cette bande d’allumés, qui ne sont ni surdimensionnés ni particulièrement poilus, et qui se complaisent de leur Angleterre natale à répandre les échos brutaux d’un crossover bien chaud ?

Vous avez raison, faites leur un câlin. Ils n’ont rien en commun avec le Yéti, encore moins avec Nessie, mais pourraient passer pour des ovnis, tant leur optique thrashisante radicale les démarque de la production ambiante. Que sait-on d’eux d’ailleurs ? Pas grand-chose, à part qu’ils sont cinq (Bruce Lightning, Stanley Knife, Clive Bonecrusher, Carlos Fandango et Nigel Condor, belle collection de pseudos), qu’ils jouent du Thrash, qu’ils ont le sourire et le faciès malicieux de ceux qui savent qu’ils sont en train de jouer un coup fumeux. Enfin, pas si pendable que ça, parce que leur musique est assez honnête dans sa démarche, et nous permet de nous remémorer les SUICIDAL, les ANTHRAX et tous les maniaques de la violence qui avance et recule sans oublier les blagues qui acculent et qui accumule les figures rythmiques imposées et les riffs saccadés. Pas de fausse surprise, de mauvaise blague ou l’inverse, ces cinq anglais ont tout compris à la cause et à la chose, et ridiculisent en une poignée de morceaux toute la scène Thrash anglaise de la fin des années 80, qui elle n’avait pas pigé grand-chose à la qualité. Oublions donc le passé pour nous concentrer sur le présent surchauffé, qui nous offre l’un des EP les plus frais de cette fausse rentrée. En jouant franc jeu, et en adoptant une exubérance de tous les instants, Thrashsquatch! Ne cherche pas la complication, et distille des morceaux vraiment carton, à cheval entre Thrash féroce et Hardcore qui cherche des crosses, pour une gigue dansée à plusieurs, formant un circle pit en pleine rue, à l’heure de pointe.

Six morceaux, à l’aise dans leur tripot, qui font preuve d’une étonnante maturité doublée d’une attitude juvénile et frondeuse assumée. Ici, on n’est pas là pour rigoler, mais bien pour s’éclater, et les musiciens mettent d’ailleurs les bouchées doubles pour nous rallier à leur cause qui ne donne pas vraiment le blues, mais plutôt le sourire, comme en témoigne cette clôture hallucinante de démence « Thrash Til Death », qui déborde de Metal incendiaire par tous les pores, et qui ose des arrangements envahissants. Visiblement, les mecs s’éclatent, et nous aussi, et le voyage dans le passé est salement réussi, à tel point que cet EP aurait pu paraître il y a trente ans sans que personne ne doute de son authenticité vintage. D’ailleurs, le quintette se pose la question de son existence via un « Am I Real ? » qui de sa rythmique légèrement Punk sur les bords aborde un pan entier de l’extrême sous son aspect le plus cru, en réconciliant l’écurie Epitaph avec la clique des Roadrunner et autres Caroline records. Petits licks de guitare mutins, refrain bien bourrin qui sent la transpiration dès le matin, break limite Free Thrash pour une furie qui laisse vraiment admiratif, comme si ces tarés avaient abusé d’une boisson énergisée sans modération. Il est vrai que le tout hume bon la caféine et la bière bon marché, et permettrait même de relancer la vente des skates sans avoir à forcer. Magique tout ça ? Oui, et épique, même si les morceaux sont brefs mais tellement intenses qu’on en reste sur les fesses.

Les gus se permettent même avec une insolence rare de signer leur propre hymne à la débauche, le genre de truc qu’on va retenir toute la journée tellement ses thèmes sont ancrés dans l’inconscient collectif, et « Thrashsquatch » de pomper sans vergogne du côté du meilleur Muir et SUICIDAL, en imitant même à la perfection le timbre si particulier du Mike bandanné. Tout ça moshe comme des damnés, tout ça thrashe comme des allumés, mais la qualité n’est jamais occultée au profit de l’authenticité revendiquée, et c’est sans doute ce qui transforme cette première sortie en épiphanie de Crossover au goût garanti. On s’agite dans tous les sens, hurlant des insanités, beuglant comme des mouettes au-dessus des miettes, et on s’envoie pour continuer la fête un imparable « Rise of The Robots », comics pour les oreilles, qui de sa syncope et de ses accélérations nous entraîne sur le sillage d’un mariage particulièrement bruyant entre Thrash et Punk branlant, pour achever de nous achever, et nous laisser heureux, mais salement crevé. Des anglais ? Mais où est passé leur légendaire flegme, serait-il usurpé ou émoussé par les années ?

On s’en cogne, le principal c’est que THRASHSQUATCH! bastonne, et de ce côté-là, rien à craindre les gars. Bien loin de la standardisation actuelle, les cinq anglais nous ramènent un peu de fun entre les oreilles, et nous émerveillent de leur investissement personnel.

Alors, créature affectueuse ou monstre aux intentions douteuses ? Les deux mon capitaine, et je crois même avoir aperçu Scott Ian himself leur donner l’accolade. Not ?

Yes, of course, et surtout, mooooooooooooooooooooooosh qui peut !!!!!


Titres de l'album:

  1. Man Eating Squid
  2. Am I Real?
  3. Black Hole
  4. Thrashsquatch
  5. Rise Of The Robots
  6. Thrash Til Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/11/2017 à 17:25
79 %    387

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
07/11/2017 à 19:45:07
Choix 3
- Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes ?

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).