Imaginez-vous en train de vous balader dans les rues de Londres, de Manchester ou Brighton, les baskets pourries arpentant les trottoirs moisis, l’air goguenard et le vinyle sous le bras, tranquille sans rien demander à personne, lorsque soudain, vous croisez le chemin d’une énorme créature écrasant les bâtiments d’un pas de géant, le poil luisant, et la musique tonitruante jaillissant d’une gigantesque boombox aux piles à la nitroglycérine. Une créature venue du fond des temps, ne sachant rien des bonnes manières, et éduquée musicalement à grands coups d’EXCEL, d’ACID REIGN, de SLAMMER, des D.R.I et autres MUNICIPAL WASTE (cassette trouvée par hasard dans les bois en pourchassant des touristes allemands aux abois). Quelle est votre réaction ?

  • Vous courrez en hurlant « mooooooooooooosh qui peut !!!!! » ?
  • Vous restez planté là parce que la bière a entamé vos facultés d’analyse déjà bien amenuisées ?
  • Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes?
  • Vous filmez le tout avec votre vieux smartphone pour mettre la scène sur Youtube et gagner des clics ?

Ou peut-être, les quatre possibilités, prises dans un ordre aléatoire…En tout cas, la rencontre avec le monstre THRASHSQUATCH! ne vous laissera pas indemne, et témoignera des effets désastreux du Thrash sur l’organisme humain, qui après une consommation un peu exagérée commence à percevoir la réalité de façon un peu biaisée et altérée…Mais après-tout, même les créatures les plus esseulées méritent un peu d’amour et d’attention, alors pourquoi ne pas prendre en amitié cette bande d’allumés, qui ne sont ni surdimensionnés ni particulièrement poilus, et qui se complaisent de leur Angleterre natale à répandre les échos brutaux d’un crossover bien chaud ?

Vous avez raison, faites leur un câlin. Ils n’ont rien en commun avec le Yéti, encore moins avec Nessie, mais pourraient passer pour des ovnis, tant leur optique thrashisante radicale les démarque de la production ambiante. Que sait-on d’eux d’ailleurs ? Pas grand-chose, à part qu’ils sont cinq (Bruce Lightning, Stanley Knife, Clive Bonecrusher, Carlos Fandango et Nigel Condor, belle collection de pseudos), qu’ils jouent du Thrash, qu’ils ont le sourire et le faciès malicieux de ceux qui savent qu’ils sont en train de jouer un coup fumeux. Enfin, pas si pendable que ça, parce que leur musique est assez honnête dans sa démarche, et nous permet de nous remémorer les SUICIDAL, les ANTHRAX et tous les maniaques de la violence qui avance et recule sans oublier les blagues qui acculent et qui accumule les figures rythmiques imposées et les riffs saccadés. Pas de fausse surprise, de mauvaise blague ou l’inverse, ces cinq anglais ont tout compris à la cause et à la chose, et ridiculisent en une poignée de morceaux toute la scène Thrash anglaise de la fin des années 80, qui elle n’avait pas pigé grand-chose à la qualité. Oublions donc le passé pour nous concentrer sur le présent surchauffé, qui nous offre l’un des EP les plus frais de cette fausse rentrée. En jouant franc jeu, et en adoptant une exubérance de tous les instants, Thrashsquatch! Ne cherche pas la complication, et distille des morceaux vraiment carton, à cheval entre Thrash féroce et Hardcore qui cherche des crosses, pour une gigue dansée à plusieurs, formant un circle pit en pleine rue, à l’heure de pointe.

Six morceaux, à l’aise dans leur tripot, qui font preuve d’une étonnante maturité doublée d’une attitude juvénile et frondeuse assumée. Ici, on n’est pas là pour rigoler, mais bien pour s’éclater, et les musiciens mettent d’ailleurs les bouchées doubles pour nous rallier à leur cause qui ne donne pas vraiment le blues, mais plutôt le sourire, comme en témoigne cette clôture hallucinante de démence « Thrash Til Death », qui déborde de Metal incendiaire par tous les pores, et qui ose des arrangements envahissants. Visiblement, les mecs s’éclatent, et nous aussi, et le voyage dans le passé est salement réussi, à tel point que cet EP aurait pu paraître il y a trente ans sans que personne ne doute de son authenticité vintage. D’ailleurs, le quintette se pose la question de son existence via un « Am I Real ? » qui de sa rythmique légèrement Punk sur les bords aborde un pan entier de l’extrême sous son aspect le plus cru, en réconciliant l’écurie Epitaph avec la clique des Roadrunner et autres Caroline records. Petits licks de guitare mutins, refrain bien bourrin qui sent la transpiration dès le matin, break limite Free Thrash pour une furie qui laisse vraiment admiratif, comme si ces tarés avaient abusé d’une boisson énergisée sans modération. Il est vrai que le tout hume bon la caféine et la bière bon marché, et permettrait même de relancer la vente des skates sans avoir à forcer. Magique tout ça ? Oui, et épique, même si les morceaux sont brefs mais tellement intenses qu’on en reste sur les fesses.

Les gus se permettent même avec une insolence rare de signer leur propre hymne à la débauche, le genre de truc qu’on va retenir toute la journée tellement ses thèmes sont ancrés dans l’inconscient collectif, et « Thrashsquatch » de pomper sans vergogne du côté du meilleur Muir et SUICIDAL, en imitant même à la perfection le timbre si particulier du Mike bandanné. Tout ça moshe comme des damnés, tout ça thrashe comme des allumés, mais la qualité n’est jamais occultée au profit de l’authenticité revendiquée, et c’est sans doute ce qui transforme cette première sortie en épiphanie de Crossover au goût garanti. On s’agite dans tous les sens, hurlant des insanités, beuglant comme des mouettes au-dessus des miettes, et on s’envoie pour continuer la fête un imparable « Rise of The Robots », comics pour les oreilles, qui de sa syncope et de ses accélérations nous entraîne sur le sillage d’un mariage particulièrement bruyant entre Thrash et Punk branlant, pour achever de nous achever, et nous laisser heureux, mais salement crevé. Des anglais ? Mais où est passé leur légendaire flegme, serait-il usurpé ou émoussé par les années ?

On s’en cogne, le principal c’est que THRASHSQUATCH! bastonne, et de ce côté-là, rien à craindre les gars. Bien loin de la standardisation actuelle, les cinq anglais nous ramènent un peu de fun entre les oreilles, et nous émerveillent de leur investissement personnel.

Alors, créature affectueuse ou monstre aux intentions douteuses ? Les deux mon capitaine, et je crois même avoir aperçu Scott Ian himself leur donner l’accolade. Not ?

Yes, of course, et surtout, mooooooooooooooooooooooosh qui peut !!!!!


Titres de l'album:

  1. Man Eating Squid
  2. Am I Real?
  3. Black Hole
  4. Thrashsquatch
  5. Rise Of The Robots
  6. Thrash Til Death

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/11/2017 à 17:25
79 %    369

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
07/11/2017 à 19:45:07
Choix 3
- Vous enfournez dans le lecteur Reign In Blood en espérant calmer ses ardeurs hardantes ?

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)