Edge of the World

Silvera

16/10/2020

Mighty Music

J’ai toujours tendance à me méfier lorsqu’un CEO de label s’enthousiasme au-delà du raisonnable pour un nouveau groupe. J’imagine assez mal un poissonnier derrière son étal lâcher un tonitruant « Allez-y, il est immonde mon poisson, il a plus de deux semaines, ne vous gênez pas ! ». Après tout, si un mec signe au bas d’un contrat c’est qu’il croit suffisamment au potentiel commercial d’un produit, même si les DA de labels indépendants se soucient encore du caractère artistique d’une œuvre, et pas seulement de son rendement financier éventuel. Combiner les deux reste la solution idéale, et dans ce cas de figure, le premier LP des danois de SILVERA risque fort de contenter tout le monde, groupe, fans, labels et chroniqueurs de la presse spécialisée. Pourtant, à la base, rien de franchement remarquable chez ce groupe qui propose une musique assez convenue, de celle qu’on entendait au kilomètre à la radio dans les années 90 et qu’on affublait du terme générique de Rock ou Metal alternatif. Et justement, les SILVERA selon leur label s’adressent éventuellement aux fans de NICKELBACK, mais pas seulement, puisque les accros à VOLBEAT et les alités sous perfusion ALTER BRIDGE pourraient aussi s’intéresser à eux. Et pour une fois, Mighty Music n’a pas exagéré les choses, et à même mentionné les bons noms, qu’il aurait pu compléter des CREED, de LINKIN PARK, et de MAXXWELL. En gros, voici le tableau brossé pour entamer la critique de cet Edge of the World, qui sans révolutionner la musique, lui insuffle un air frais qui fait du bien à la radiophonie cardiaque.

Produit par Jacob Hansen, des Hansen Studios (VOLBEAT, PRETTY MAIDS), ce LP s’est attiré les louanges de son fameux parrain sonore. Jacob n’hésite pas à qualifier les SILVERA de diamant caché, soulignant le professionnalisme et le talent incroyable de ces quatre musiciens. Qui sont-ils d’ailleurs ? Michael Krogh (guitare/chant), Simon Nilsson Krabbesmark (guitare/chœurs), Rasmus Lindegård Hovde (basse/chœurs) et Jens Gade (batterie), qui viennent de Nykøbing Falster, ville qui les a vus naître il y a trois ans. Le groupe ne perd d’ailleurs pas de temps en bio inutile et trop complète, et se contente de préciser qu’il joue un Hard classique, mélodique à souhait, basé sur d’énormes guitares allégées d’harmonies prononcées. Evidemment, les spécialistes argueront du fait que la musique du quatuor s’apparente aussi bien au Rock qu’au Hard Rock, et même plus d’ailleurs, mais l’énergie dont fait preuve le combo lui permet de s’apparenter à quelques classiques de notre créneau favori, allant parfois taquiner les SIXX AM sur leur propre terrain. Mais j’avoue que la combinaison NICKELBACK/ALTER BRIDGE fonctionne bien pour définir l’orientation choisie pour ces onze morceaux, qui sont autant de hits en puissance. On sent que le groupe n’a pas bâclé la composition pour se reposer sur deux ou trois chansons fortes noyées dans les fillers, et chaque refrain, chaque couplet, chaque ligne vocale et chaque couche de chœurs ont été soignés aux petits oignons, révélant un potentiel accrocheur énorme à défaut d’un culot prononcé.

On se rend compte assez facilement et rapidement que l’emphase a été mise sur l’efficacité, et le pouvoir fédérateur de chansons aux structures simples et Pop, et non sur l’audace, en écoutant les premières mesures de « Alive », beaucoup moins fondamentale que son homonyme signée PEARL JAM, mais directe et catchy comme un hit inédit d’ALTER BRIDGE. Le Hard Rock des danois a beau s’inspirer de la tradition, il sonne moderne et totalement décomplexé, fortement influencé par les sonorités de la fin des nineties, mais aussi pertinent dans son époque. Les chorus sont simples mais mélodiques, la voix de Michael Krogh agréable à l’oreille, et la section rythmique solide et jamais avare d’une ou deux petites pirouettes. « Something Else » confirme la très bonne impression, assombrit un peu ses guitares, mais reste souple, syncopée, et accessible à des motifs en son clair qui laissent une grosse basse ronfler en arrière-plan. La nostalgie des années 90 pointe le bout de son nez, lorsque la frontière entre le Rock alternatif dur et le Hard Rock mélodique commençait à se brouiller et les groupes de différents horizons commençaient à partager des points de vue. La production, évidemment brillante et immaculée ne perd pas de vue qu’un bon album de Rock ne doit pas être gommé de toutes ses aspérités, même si la patine Pop des refrains a bénéficié d’un traitement poli sur les chromes.

Très intelligemment, le groupe a pris soin de bien varier son propos pour ne pas se reposer sur une formule unique, et se rapproche même parfois d’un Hard à la 80’s, bien sûr actualisé, mais assez symptomatique des tics d’ouverture de l’époque (« Edge of the World »). Tout y passe, les refrains jamais ne trépassent, les guitares restent affamées et aiguisées, et le Heavy pointe parfois le bout de son nez pour illustrer la volonté d’un tube indéniable (« Generation Z »), assez proche d’un duo STONE TEMPLE PILOT/BUSH. Il est toutefois difficile de mettre un titre en avant plus qu’un autre, puisque tous sont du même calibre, même si certains s‘illustrent d’une frappe plus soutenue et d’une atmosphère plus tendue (« The Reckoning »). Effets sur la voix, changements de tempo discrets, arrangements sobres, base traditionnelle guitare/basse/batterie, l’ossature est classique, le rendu aussi et survole plus de deux décennies de Rock à teinture métallique, et si parfois, on sent que quelques plans sentent un peu le réchauffé, le quatuor à toujours une bonne idée pour se relancer, comme cette ambiance DEF LEPPARD moderne sur le refrain de « Filling the Void ». Parfait mais pas stérile, cet album est une mine de morceaux qu’on peut reprendre en chœur, et qui feront inévitablement un malheur en live, le groupe danois ayant déjà partagé la scène avec CANDLEMASS, NIGHT FLIGHT ORCHESTRA et les ELECTRIC BOYS au Nordic Noise de 2019. Et il est certain que d’autres festivals ouvriront leurs barrières aux danois tant leur répertoire est séduisant, parfois plus sensible que la moyenne (« On my Feet »), mais toujours punchy et sincère (« Promise », le plus déchaîné du lot). Belle surprise donc que cet Edge of the World, qui mérite les louanges de son propre label ravi de ne pas avoir manqué son coup.

                            

Titres de l’album:

01. Alive

02. Something Else

03. Edge of the World

04. No Air

05. Everything We Are

06. Generation Z

07. Light in Life

08. The Reckoning

09. Filling the Void

10. On my Feet

11. Promise


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/10/2020 à 18:39
80 %    101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15

Oliv

Le grand retour de Seth ? ...

21/10/2020, 10:55