Elements

Duality

15/05/2020

Autoproduction

Dualité : Caractère de ce qui est double en soi ou composé de deux éléments de nature différente.

 

La fameuse dualité de l’être humain, cet être capable des plus grandes preuves d’intelligence mais aussi des pires témoignages de stupidité. Une créature capable d’inventer le futur, de décupler le plaisir, mais aussi de détruire son environnement et de faire preuve d’une cupidité sans limites. Nom fortement connoté donc choisi par ce groupe parisien dont le premier album, 140 Waves trahit déjà quatre années d’existence. Après avoir fortement secoué la scène française, le groupe aurait justement pu se reposer sur ses lauriers, mais ce serait sans compter sur sa créativité et son appétit de composition. Un EP fut ainsi lâché en mars 2017 (Archeology), puis quatre singles entre 2018 et 2019, avant de mettre à disposition un clip pour illustrer le morceau « Fluffy Cloud » que l’on retrouve sur ce nouvel EP. Musicalement évidemment, les instrumentistes sont pointus, ce qui ne les empêche nullement de soigner leurs concepts, puisque celui d’Elements est bien sûr basé sur les quatre éléments fondamentaux, mais pas seulement. D’ailleurs, DUALITY définit sa thématique en ces mots :

« D’un homme malade qui retrouve ses jambes et danse libéré sous le soleil à un vagabond en quête d'espoir, en passant par un voyage dans les méandres du passé, cet EP amènera le personnage de chaque tableau à une introspection. »

Si les personnages des histoires racontées finissent par se remettre en cause pour trouver leur moi profond, l‘auditeur aura plus ou moins la même réaction à l’écoute des cinq morceaux de cet EP. Promu par Ellie Promotion, toujours à l’affut d’un bon plan au niveau national, DUALITY profite d’un bon soutien pour propager ses idées et sa musique, elle aussi à cheval entre plusieurs éléments. Elle a la fluidité de l’eau, la volatilité de l’air, la chaleur du feu et la fertilité de la terre. Concrètement, et pour utiliser des parallèles plus prosaïques, elle se propose de synthétiser tous les courants contemporains d’un Metal en vogue et bien dans son époque, maniant habilement les codes du Hard-Rock moderne, la technique du Djent, les ambitions du Progressif, et les mélodies d’une Pop pas vraiment assumée, mais plutôt admise en filigrane. Se comparant volontiers en termes de créneau à TESSERACT et TEXTURES, voire FIRE FROM THE GODS, les parisiens placent la barre assez haute, et suscitent des attentes. Et sincèrement, ces attentes sont atteintes et satisfaites dès les premières notes. On sent que le quintet (Julien - chant, Jérémy & Logan - guitares, Max - basse et Clément - batterie) vise la perfection dans la préparation de son second longue-durée (« qui plongera l’auditeur dans un univers de divinités évoquant cinq cultures du monde : japonaise, mongole, scandinave, noire africaine et égyptienne. » dixit le groupe), et que cet EP est plus qu’une mise en bouche : un avertissement. Un avertissement amical évidemment, un avertissement musical, qui juxtapose des rythmiques issues du Metalcore, des riffs hérités du Djent, des progressions mélodiques symptomatiques du Progressif moderne (PERIPHERY), pour un résultat hybride, mais terriblement homogène.

Courtes, les compositions débordent d’idées qui se percutent en toute logique, et la fameuse dualité suggérée par le nom du groupe prend forme dans l’opposition entre la violence et la délicatesse, entre la rage et la finesse mélodique, comme pour mieux illustrer les contradictions de l’espèce humaine. On trouve trace de ces contraires/complémentaires sur tous les titres d’Elements, qui s’ils partagent bon nombre de points communs, parviennent à mettre en avant leur nature propre. Une écoute rapide vous aiguillera sans doute vers « Fluffy Cloud », le véritable hit de l’album que vous pouvez déjà connaître pour en avoir regardé la vidéo, et il est certain que cette chanson est en quelque sorte l’acmé de la démarche du groupe, avec ses énormes riffs Core, son chant partagé entre growls et clarté, ses inserts harmoniques en deux guitares scindées mais associées, et ces soudaines montées de colère qui se rapprochent d’un Djentcore progressif, si vous m’excuser le terme. Mais si ce morceau se pose évidemment en single parfait, il ne parvient pas à éclipser la complexité du long « Ship », qui de ses six minutes regroupe toutes les influences des parisiens, avec son déroulé complexe et dense, ses parties individuelles témoignant d’une technique imparable, et ses humeurs qui se succèdent pour former un tout logique et disons le…humain. Doté d’une production évidemment adaptée aux ambitions, puissante, aux graves qui rebondissent et à la dynamique très active et contrastée, Elements est donc un excellent moyen de rentrer dans l’univers de DUALITY, mais aussi de patienter en attendant la sortie l’année prochaine de leur second longue-durée qui à n’en point douter capitalisera intelligemment sur l’expérience acquise.        

                                                                                                

Titres de l’album :

                       01. In the Sun

                       02. Ship

                       03. Buried

                       04. Fluffy Cloud

                       05. Solace

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/05/2020 à 17:41
78 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12

LeMoustre

En plus le clip est sympa, et le morcif, avec es leads finaux amène une ambiance plus typée black, hâte de le commander, ce disque.

28/09/2020, 11:21

Gargan

 Le chant et le mixage de la batterie, whaa, faut pas écouter ça après ta journée de travail...

28/09/2020, 09:42

LeMoustre

Le dernier EP est super, voilà une sortie qu'elle devrait être bonne en deathmetal.

28/09/2020, 09:41

grinder92

Sur le clip de Belphegor, perso, je trouve que la langue serpent fait son petit effet... mais effectivement, un peu de sang et un crucifix... ils auraient pu se fouler.... et les roubignolles du bouc en gros plan à la fin, c'est rigolo 

27/09/2020, 21:50

David

Merci pour ces commentaires élogieux. Et si vous voulez en savoir plus sur les groupes d'il y a 30 ans, allez faire un tour sur ma chaine : Shud, Dagon, Misanthrope ou Nomed vous y attendent...

27/09/2020, 21:23