Death, Black ou les deux ? Epique, symphonique ou les deux ? Brutal, mélodique ou les deux ? Progressif, instinctif ou les deux ? Si vous avez répondu « les deux » à chaque question, alors vous serez certainement ravis de savoir que les suisses de STORTREGN ont sorti fin mars leur quatrième long…Faisant suite aux très remarqués et acclamés Uncreation (2011), Evocation of Light (2013) et Singularity (2016), Emptiness Fills The Void remplit donc les blancs entre les vides, et assure une transition entre passé récent et avenir pressant, et nous convie à un voyage vers un inconnu séduisant, à la frontière des mondes…Il est d’usage de constater que depuis quelques années les limites entre les genres ont tendance à s’estomper, s’effaçant sous les pas de musiciens qui n’ont cure d’un quelconque dessein autre que le leur, mais la façon dont ce groupe unique trace une piste hors des sentiers battus, tout en rappelant au passage quelques références essentielles est une voie qu’il convient d’officialiser, en marge des grosses machines bien huilées. Devenant d’ailleurs une référence tout ce qu’il y a de plus respectable, les originaires de Genève nous prouvent qu’ils sont dignes de la confiance que les fans ont placée en eux, et nous livrent sur un plateau un LP aussi intrigant que franc, utilisant les codes du Death pour détourner les traductions Black, et durcissant d’un vocable Black le champ lexical du Death des années 90, sans paraître le moins du monde hésitant. Certes, et c’est un point qu’il faut préciser, Emptiness Fills The Void n’est pas forcément facile d’approche. De par sa durée évidemment, mais aussi de sa variété et son intensité, qui permettent aux STORTREGN de louvoyer entre les comparaisons, suggérant au passage des accointances prononcées avec DISSECTION, mais aussi la vague nordique des AT THE GATES, sans oublier les allemands de BLACK HORIZONS et THULCANDRA, dont ils reprennent certains tics sans pourtant les singer.

Romain Negro (chant), Johan Smith & Duran Bathija (guitares), Manuel Barrios (basse) et Samuel Jakubec (batterie), sous une pochette au décorum grandiloquent et aux tonalités verdâtres étranges ont donc caché une petite dizaine de morceaux qui paient leur tribut à une technique affûtée, rapprochant le projet d’un Death progressif véritablement riche de mélodies transgressives (« Lawless »), tout en admettant une appartenance à la scène Black contemporaine que l’accumulation de blasts et de cris sans pitié viennent valider. Mais la vraie richesse du quintette se cache dans cet art consommé du contrepied, et de l’équilibre, qui leur permet de placer aux moments les plus opportuns des inserts acoustiques et harmoniques ne semblant pas parachutés comme un cheveu sur la soupe. Et si « Through The Dark Gates » place plus ou moins les pions sur l’échiquier de la violence modulée, il n’en est pas pour autant le résumé parfait d’un disque qui emprunte des détours, qui se cache pour mieux se révéler, et qui ose des clins d’œil Heavy très prononcés, pour annoncer des grognements dignes d’un Norvégien enragé (« The Eclipsist »). Articulé autour d’un nombre conséquent de plans, chaque morceau est une pierre s’ajoutant à un édifice de taille imposante, et même lorsque le chronomètre s’arrête sur un temps donné limité, les idées s’enfilent autour du collier pour mieux le rendre encore plus précieux (« Circular Infinity », ses accélérations dantesques et son riff digne de l’école de Göteborg). Le groupe nous distille même des intermèdes absolument charmants, flottant à la surface des eaux de CYNIC et de PINK FLOYD, tout en chipant à The Edge ses sonorités en cocotte (« The Chasm of Eternity », qui monte en puissance et qui de ses deux minutes et quelques représente un pic de créativité). En gros, tous les détails de cette réalisation ont été soignés, pour signer une copie presque parfaite, qui commence dans un déluge de brutalité pour s’achever en acmé de créativité.

A titre d’exemple, « The Forge » sinue tellement entre les courants qu’il en devient presque impossible de labéliser le groupe, si tant est que nous en avions l’intention. Se reposant sur une section rythmique à l’abattage énorme, la paire de guitaristes en profite pour broder des thèmes vraiment imposants, aussi ciselés qu’ils ne sont martelés, tandis que le chant de Romain varie suffisamment pour ne pas nous étouffer les oreilles. Passant d’une gravité abyssale à des invectives animales, le vocaliste semble habiter ses personnages en bon schizophrène vocal, et transcende un instrumental qui n’attendait que ça pour décoller. Mais il est évident que Johan Smith & Duran Bathija ont capitalisé sur le temps passé pour affiner leur jeu, et le rendre précis aux yeux des dieux, passant allégrement d’un gigantesque riff terrassant à des arpèges apaisants, en signant leurs transitions d’une plume de corde très fine. Extrêmement violent sans être épuisant, mais demandant quand même de gros efforts d’attention pour ne pas perdre le fil, Emptiness Fills The Void semble se faire un malin plaisir d’étaler des espaces négatifs pour mieux les remplir, tout en laissant ses compositions respirer en les gardant sous contrôle. Une dualité difficile à décrire par des mots, mais qui prend tout son sens à l’écoute d’un morceau comme « Nonexistence », qui de son entame hautement dramatique, semble annoncer une dérive symphonique. Pourtant, on sent que les intentions des auteurs, aussi ambitieuses furent-elle n’étaient pas de verser dans la démonstration, mais bien dans l’imbrication et l’élaboration, tant les segments s’enchaînant sans temps mort nous prennent à la gorge, laissant même une basse redondante jouer le rôle de parfait émollient entre la batterie et la paire de guitares.

Et comme je le précisais plus en amont, le phénoménal « Children Of The Obsidian Light », vient conclure ce nouveau chapitre d’un épilogue à la hauteur des enjeux, en s’offrant au passage un métrage tout à fait respectable de plus de onze minutes. Tout y passe, des guitares acoustiques aux envolées emphatiques, dans une volonté de réconcilier la véhémence et la romance, pour un tour de force qui prend des airs de fuite en avant vers des mondes indescriptibles. Effets de voix, batterie qui une fois encore renvoie la concurrence vers une normalité éprouvante, et festival de riffs qui s’entrechoquent comme des électrons, histoire de projeter l’image d’un ensemble qui a décidé de s’imposer pour de bon. Loin d’une assemblée stérile et disparate d’egocentriques souhaitant se faire brosser dans le sens du poil, les suisses de STORTREGN nous donnent beaucoup, et attendent peu en échange. Mais leur Death/Black, ou leur Black/Death, selon vos priorités n’a pas oublié toute l’importance du Heavy, ni celle du classique, pour un tour de force tout sauf générique qui pourrait bien convertir bien des réfractaires à la cause. Du vide qui remplit le vide ? Tout sauf ça, mais beaucoup d’intelligence de jeu qui permet à l’actualité de se détourner de la vacuité pour défendre la pertinence.


Titres de l'album:

  1. Through the Dark Gates
  2. Circular Infinity
  3. The Forge
  4. Nonexistence
  5. The Chasm of Eternity
  6. Lawless
  7. The Eclipsist
  8. Shattered Universe
  9. Children of the Obsidian Light

Site officiel


par mortne2001 le 23/04/2018 à 14:41
80 %    382

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes