Eos

Starless Domain

23/08/2019

Aesthetic Death

L'antre noire de la bête empestait la mort, nous le savions tous ! L'odeur, la vision de cette noirceur à peine dissimulée venaient renforcer le marasme psychologique dans lequel nous nous trouvions. Et pourtant, nous allions pénétrer dans cet abri qui n'en serait pas un pour nous, valeureux inconscients ! Les cris de ce ceux qui nous précédaient nous précipitaient un peu plus dans la torpeur et l'effroi, ne distinguant plus les cris de leurs échos, la confusion règne dans notre esprit et pourtant... et pourtant...
Et pourtant, quelque chose nous attirait invariablement, était-ce notre perte, était-ce de la magie ou peut-être, finalement, aimions-nous cette ambiance poisseuse, nauséabonde, noire, puante... C'est que la répétition des cris a quelque chose d'attractif, comme un côté psychédélique qui nous piège et qui nous berce, comme pour mieux nous apprivoiser. Et cette première étape qui nous menait à travers ces galeries sinueuses était truffée de ces cris psychédéliques, à dire vrai, lorsque nous nous engageâmes dans la deuxième étape, ces cris résonnaient encore dans nos têtes alors qu'une ambiance plus froide commençait à se faire sentir. Le noir ambiant se faisait plus menaçant encore, quelques harmonies dissonantes raisonnaient au loin comme pour nous guider.
Indivisible, aucune échappatoire, le voyage se faisait de plus en plus dur, un long trajet torturé que Deha se fit un malin plaisir de nous baliser. On reconnait au passage son univers et on comprend comment il a pu se laisser happer par cette mélopée noire infiniment sale qui agit par vagues. Des vagues épaisses qui trouvent quelques moment de calme et c'est à la faveur d'une de ces accalmies qu'une petite lumière se montra. Était-ce déjà la fin ? Salutaire filet lumineux qui nous guide vers un arche clarteuse. Le passage sous cet arche ne se fera pas sans encombre, la lame aiguisée tranche nette et la menace que nous avions senti poindre se révéla plus féroce encore. Les enfers se déchaînent à la faveur de percussions rapides et une reprise des cris dans une ambiance indescriptible, nos yeux ne peuvent plus nous transmettre ce qui se déroule devant eux. Alors, nous tentons de nous servir de notre ouïe qui distingue plusieurs sources de cris, de mornes ambiances, avec toujours ces tambours qui raisonnent au loin et ces bruits que l'on croirait extirpés d'une activité industrielle du sud de Manchester.
Le Domaine Sans Étoile portait bien son nom, aucune chance de se laisser aller à rêvasser, nous nous retrouvons la tête dans la boue, asphyxiés que nous sommes par l'air chargé en souffre et aucune étoile ou autre source lumineuse pour nous repérer. Que faire ? Rebrousser chemin ? Quelle distance avons nous parcouru, combien reste-t-il devant nous ? Y a-t-il seulement une fin à ce voyage ou mettons nous fin à ce dernier par notre simple volonté ? Le temps de nous poser ces questions, nous n'avions pas perçu que les cris s'étaient éloignés, laissant de nouveau place à une ambiance plus chaude comme une guitare acoustique peut l'être. Nous sentîmes l'odeur du bois, quelques odeurs familières de plus en plus présentes et on en oublierait presque que le Domaine Sans Étoile possède cette facette noire toujours prête à se déchaîner. Si nous voulions savoir au devant de quoi nous allions, il allait falloir l'affronter, nous mettre face à nos peurs et nos certitudes, trembler une fois pour que l'on puisse refaire ce trajet et naviguer plus aisément à travers ces galeries poisseuses, nauséabondes, noires, puantes...
Cet amas rocheux ! Ne sommes nous pas passés devant lorsque nous avons pénétré cet antre ? Ce Domaine serait-il en fait une boucle qui vous ramène sans cesse sur le chemin qui vous a conduit vers lui. De nouveau ces cris... de nouveau ces percussions qui se font de plus en plus proche, de nouveau cette ambiance froide et industrielle décrite plus tôt.
Si le voyage est animé, ce bloc monolithique difficile à appréhender aura raison de bien des aventuriers et ceux qui oseraient s'aventurer avec ALMA n'y retrouveraient pas la même ambiance. A dire vrai, Le Domaine Sans Étoile aura su brouiller les pistes pour ne pas être catégorisé et il faut avouer que l'effet et réussi même si on sent tout de même que l'ambiance prime sur le reste et que c'est peut-être là la limite de l'exercice. Car il y a plein d'autres sens, d'autres facteurs d'émotion qui sont laissés de côté avec EOS pour que le chaos et la noirceur priment, peut-être goûterons nous à ces plaisirs dans la suite du voyage que STARLESS DOMAIN nous proposera par la suite.

Tracklist :

  1. EOS I
  2. EOS II
  3. EOS III
  4. EOS IV

Facebook


par Simony le 15/01/2020 à 12:00
74 %    326

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je n'ai pas parlé de la chronique dans mon premier commentaire pour ne pas être désobligeant envers l'auteur, mais c'est vrai que, on dirait une... traduction Google.

31/05/2020, 14:51

stench

Je n'ai jamais pu me faire à cet album qui m'a déçu à sa sortie. Il a probablement ses qualités mais rien à faire, ma première impression n'a jamais changé (et je perds sans doute quelque chose)... Pour le coup, je vais encore me le passer aujourd'hui pour voir !
Par ailleurs, je suis (...)

31/05/2020, 09:34

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

Riffing Curiosity

Premier Morbid qui m'ait déçu aussi. UNe moiteur et ds ambiances lourdes, un gros travail sur le son mais j'ai jamais accroché, CD revendu bien vite. Aujourd'hui je regrette et lui donnerais bien une seconde chance.
Et malgré moi, j'y peux rien, Morbid Angel c'est avec David Vincent ou ri(...)

30/05/2020, 15:27

steelvore666

Pfiou c'est intéressant soit, mais pas évident à lire !

30/05/2020, 14:25

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

RBD

Il n'a pas attendu les contestés "H" et "I" pour être assez apprécié, cet album. Parce qu'il reste bien au-dessus de la production lambda de toute la scène. Tucker est un bon growleur et en revenant aux bases, ils ne pouvaient pas se planter.

30/05/2020, 13:10

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46