Il me semble que nous parlions de Grind il y a peu, non ? Et si je m’en souviens bien, je vous disais à quel point j’étais attaché au style, pour peu qu’il ne sombre pas dans le grotesque Gore, Cyber, ou je ne sais quelle déviance bâtarde abêtissante confondant bruit et puissance, et plaisir et nuisance. Mais en dehors des gros tâcherons qui se vautrent dans la fange bordélique du numérique à tout va, croyant se montrer drôles et provocants, subsiste une scène heureusement plus portée sur la musicalité que sur le foutoir mal organisé. Foin des gorets vomissant leur grains de maïs sur les pompes de l’éleveur, et concentrons-nous sur une nouvelle formation lusophone des plus compétitives, qui toutefois ne crache pas sur un brin de fantaisie morbide. De Guarda, Portugal nous en viennent donc les terribles RAW DECIMATING BRUTALITY, qui de leur patronyme ne cachent en rien leurs convictions, et qui nous régalent d’un Grind à l’ancienne, joyeusement gai et diaboliquement damné. Fondé en 2003, ce quatuor (Daniel - chant, Espiga - guitare/chœurs, Micael - basse/chœurs et João - batterie) est plutôt du genre parcimonieux en ce qui concerne sa production, puisqu’en plus de quinze ans d’existence, il n’a publié qu’une démo, un split et un longue-durée, Obra ó Diabo!!!, paru à compte d’auteur il y a sept ans. Se revendiquant sans faux semblant de l’arrière garde qui meurt mais ne se rend pas du Grind, les portugais nous en reviennent donc avec un second LP, cet Era Matarruana qui règle son compte au Grind/Death contemporain de ses rythmiques analogiques et de ses arrangements vocaux diaboliques. Inutile donc de miser que une quelconque complaisance de ton, ni d’une facilité de ton, puisque les quatre lusophones semblent avoir tiré de sérieuses leçons du NAPALM DEATH le plus versé vers l’Indus et le Crust, et de son homologue ricain BRUTAL TRUTH, dans ses crises de démence les plus violentes.

Bourrin, cet album l’est, sans conteste possible. Il accumule les moments de bravoure et autres giclées de blasts comme à la parade du gynéco, et nous maintient les oreilles dans les étriers pour être sûr que nous n’allons rien en manquer. Mais bien loin de stupides amateurs de sensations épidermiques, les RAW DECIMATING BRUTALITY s’avèrent compositeurs chafouins, capables de piquer les stridences de la bande à Barney, époque Inside The Torn Apart, pour nous refiler des morceaux solides et entêtants (« Vastidão da Horda Maçarra», dont la mise en jambe ressemble cruellement à « Breed To Breathe », avant de se prendre d’une passion indéfectible pour les THE KILL et autres ASSUCK). On retrouve d’ailleurs le son de basse si clinquant et claquant de Shane Embury à intervalles réguliers, ce qui permet d’entériner ce parallèle de manière plus formelle. Mais rien n’est vraiment formel avec ces olibrius, capables de passer d’un plan méchamment Core à un interlude en exutoire sonore, et leurs morceaux réservent d’ailleurs des surprises rythmiques assez intéressantes, spécialement pour ceux qui ont du mal avec l’agression ininterrompue. Les arrangements vocaux se taillent aussi la part de l’ours, distribuant gracieusement les rôles, et alternant les grognements sourds et autres stries suraiguës, histoire de nous briser les tympans bien menus. Quelques passages bien gras n’gore viennent même alourdir le tout (« Roda em Chamas »), histoire de rappeler que CARCASS et SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION n’ont pas vraiment tenu les seconds rôles sur la scène. Mais pour autant, les RAW DECIMATING BRUTALITY tiennent au caractère farouchement naturel et viscéral de leur barouf, et ne nous inondent jamais d’astuces synthétiques histoire de friser et frimer avec les limites de l’ultraviolence.  

En vingt-huit minutes, les quatre instrumentistes rattrapent donc le retard qu’ils ont accumulé ces sept dernières années, et replacent leurs pions sur l’échiquier. En signant l’un des LP les plus définitifs de cette année, ils toisent de leur superbe les plus grands pontes du style, sans prendre trop de risques, mais en divergeant, en louvoyant, et en se reposant sur un niveau instrumental et technique tout à fait correct. Et même si la batterie à un sale son triggé qui est parfois difficile à supporter, la folie des riffs et la schizophrénie des couches vocales nous permet de nous enthousiasmer pour un Grind qui n’a pas oublié son histoire, mais qui reste quand même bien campé dans son époque. Et comme en plus, les portugais ne se contentent pas de petites saillies défouloir de quelques secondes mais travaillent leur copie pour titiller la corde sensible d’un Darkcore à tendance Fast (« As Forças Ocultas dos Cromeleques »), le résultat global est plus que probant, et se rapproche même d’un Crust vraiment sombre à l’anglaise dans ses tentatives les plus glauques et sentencieuses. Aussi violent et radical qu’un LP de Grind à tendance Death puisse l’être, Era Matarruana nous garde quand même de belles calottes Metal bien au chaud, dont le terminal et irrésistiblement Mosh « Eterno Cro-Magnon Solsticial » est un bel exemple. Des guitares qui ne cherchent pas systématiquement l’idée la plus courte, une section rythmique bien soudée, et des hurleurs concernés, la valse/course poursuite est menée tambour battant, et nous laisse épuisés, mais ravis d’avoir jeté toutes nos forces dans la bataille. Celle menée par les RAW DECIMATING BRUTALITY est gagnée d’avance, et renforce les liens entre les amateurs d’extrême et le Grind d’hier et de demain. Pour info, l’album est distribué par le label national Vomit Your Shirt, qui propose de jolis bundles comprenant T-shirt, CD et tape, pour des prix tout à fait abordables.

Et vous iriez vous en priver ? Allez-y, parfois, c’est bon de frimer.


Titres de l'album:

    1. Trono Nocturno do Matarruano
    2. Vastidão da Horda Maçarra
    3. Roda em Chamas
    4. Calhau no Quintal
    5. Martelos de Larouco
    6. As Forças Ocultas dos Cromeleques
    7. Chama Sacrificial
    8. Sob a Égide do Deus Cornudo
    9. Devaneio do Homem Cabra
   10. A Fonte de Onde Brotam as Bestas
   11. Falos em Pedra
   12. Reve Marandicui
   13. Ressurgimento do Indígena Serrano
   14. Invocação da Serpente Colossal
   15. Eterno Cro-Magnon Solsticial

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 01/06/2018 à 14:23
80 %    306

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.