Il me semble que nous parlions de Grind il y a peu, non ? Et si je m’en souviens bien, je vous disais à quel point j’étais attaché au style, pour peu qu’il ne sombre pas dans le grotesque Gore, Cyber, ou je ne sais quelle déviance bâtarde abêtissante confondant bruit et puissance, et plaisir et nuisance. Mais en dehors des gros tâcherons qui se vautrent dans la fange bordélique du numérique à tout va, croyant se montrer drôles et provocants, subsiste une scène heureusement plus portée sur la musicalité que sur le foutoir mal organisé. Foin des gorets vomissant leur grains de maïs sur les pompes de l’éleveur, et concentrons-nous sur une nouvelle formation lusophone des plus compétitives, qui toutefois ne crache pas sur un brin de fantaisie morbide. De Guarda, Portugal nous en viennent donc les terribles RAW DECIMATING BRUTALITY, qui de leur patronyme ne cachent en rien leurs convictions, et qui nous régalent d’un Grind à l’ancienne, joyeusement gai et diaboliquement damné. Fondé en 2003, ce quatuor (Daniel - chant, Espiga - guitare/chœurs, Micael - basse/chœurs et João - batterie) est plutôt du genre parcimonieux en ce qui concerne sa production, puisqu’en plus de quinze ans d’existence, il n’a publié qu’une démo, un split et un longue-durée, Obra ó Diabo!!!, paru à compte d’auteur il y a sept ans. Se revendiquant sans faux semblant de l’arrière garde qui meurt mais ne se rend pas du Grind, les portugais nous en reviennent donc avec un second LP, cet Era Matarruana qui règle son compte au Grind/Death contemporain de ses rythmiques analogiques et de ses arrangements vocaux diaboliques. Inutile donc de miser que une quelconque complaisance de ton, ni d’une facilité de ton, puisque les quatre lusophones semblent avoir tiré de sérieuses leçons du NAPALM DEATH le plus versé vers l’Indus et le Crust, et de son homologue ricain BRUTAL TRUTH, dans ses crises de démence les plus violentes.

Bourrin, cet album l’est, sans conteste possible. Il accumule les moments de bravoure et autres giclées de blasts comme à la parade du gynéco, et nous maintient les oreilles dans les étriers pour être sûr que nous n’allons rien en manquer. Mais bien loin de stupides amateurs de sensations épidermiques, les RAW DECIMATING BRUTALITY s’avèrent compositeurs chafouins, capables de piquer les stridences de la bande à Barney, époque Inside The Torn Apart, pour nous refiler des morceaux solides et entêtants (« Vastidão da Horda Maçarra», dont la mise en jambe ressemble cruellement à « Breed To Breathe », avant de se prendre d’une passion indéfectible pour les THE KILL et autres ASSUCK). On retrouve d’ailleurs le son de basse si clinquant et claquant de Shane Embury à intervalles réguliers, ce qui permet d’entériner ce parallèle de manière plus formelle. Mais rien n’est vraiment formel avec ces olibrius, capables de passer d’un plan méchamment Core à un interlude en exutoire sonore, et leurs morceaux réservent d’ailleurs des surprises rythmiques assez intéressantes, spécialement pour ceux qui ont du mal avec l’agression ininterrompue. Les arrangements vocaux se taillent aussi la part de l’ours, distribuant gracieusement les rôles, et alternant les grognements sourds et autres stries suraiguës, histoire de nous briser les tympans bien menus. Quelques passages bien gras n’gore viennent même alourdir le tout (« Roda em Chamas »), histoire de rappeler que CARCASS et SUBLIME CADAVERIC DECOMPOSITION n’ont pas vraiment tenu les seconds rôles sur la scène. Mais pour autant, les RAW DECIMATING BRUTALITY tiennent au caractère farouchement naturel et viscéral de leur barouf, et ne nous inondent jamais d’astuces synthétiques histoire de friser et frimer avec les limites de l’ultraviolence.  

En vingt-huit minutes, les quatre instrumentistes rattrapent donc le retard qu’ils ont accumulé ces sept dernières années, et replacent leurs pions sur l’échiquier. En signant l’un des LP les plus définitifs de cette année, ils toisent de leur superbe les plus grands pontes du style, sans prendre trop de risques, mais en divergeant, en louvoyant, et en se reposant sur un niveau instrumental et technique tout à fait correct. Et même si la batterie à un sale son triggé qui est parfois difficile à supporter, la folie des riffs et la schizophrénie des couches vocales nous permet de nous enthousiasmer pour un Grind qui n’a pas oublié son histoire, mais qui reste quand même bien campé dans son époque. Et comme en plus, les portugais ne se contentent pas de petites saillies défouloir de quelques secondes mais travaillent leur copie pour titiller la corde sensible d’un Darkcore à tendance Fast (« As Forças Ocultas dos Cromeleques »), le résultat global est plus que probant, et se rapproche même d’un Crust vraiment sombre à l’anglaise dans ses tentatives les plus glauques et sentencieuses. Aussi violent et radical qu’un LP de Grind à tendance Death puisse l’être, Era Matarruana nous garde quand même de belles calottes Metal bien au chaud, dont le terminal et irrésistiblement Mosh « Eterno Cro-Magnon Solsticial » est un bel exemple. Des guitares qui ne cherchent pas systématiquement l’idée la plus courte, une section rythmique bien soudée, et des hurleurs concernés, la valse/course poursuite est menée tambour battant, et nous laisse épuisés, mais ravis d’avoir jeté toutes nos forces dans la bataille. Celle menée par les RAW DECIMATING BRUTALITY est gagnée d’avance, et renforce les liens entre les amateurs d’extrême et le Grind d’hier et de demain. Pour info, l’album est distribué par le label national Vomit Your Shirt, qui propose de jolis bundles comprenant T-shirt, CD et tape, pour des prix tout à fait abordables.

Et vous iriez vous en priver ? Allez-y, parfois, c’est bon de frimer.


Titres de l'album:

    1. Trono Nocturno do Matarruano
    2. Vastidão da Horda Maçarra
    3. Roda em Chamas
    4. Calhau no Quintal
    5. Martelos de Larouco
    6. As Forças Ocultas dos Cromeleques
    7. Chama Sacrificial
    8. Sob a Égide do Deus Cornudo
    9. Devaneio do Homem Cabra
   10. A Fonte de Onde Brotam as Bestas
   11. Falos em Pedra
   12. Reve Marandicui
   13. Ressurgimento do Indígena Serrano
   14. Invocação da Serpente Colossal
   15. Eterno Cro-Magnon Solsticial

Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 01/06/2018 à 14:23
80 %    270

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent