Lorsque des membres de LENG TCH’E et EMPLOYED TO SERVE se rencontrent et décident de disserter sur la scène extrême européenne, que peuvent-ils bien se raconter ? Des histoires de Grind par exemple, ce qui fut exactement le cas de nos amis belges Jan Hallaert et Olivier Coppens et anglais Sammy Urwin. Il faut dire qu’avec le brillant passé/passif des LENG TCH’E, une autre alternative eut été de l’inconscience, pour ne pas dire de l’hérésie. Ou de l’HERESY. Mais les influences de ce nouveau supergroupe MOTORMOUTH ne sont pas forcément à chercher du côté de la perfide Albion, puisque les références revendiquées par ces trois allumés sont plutôt du genre biaisées, comme les TRASH TALK, WEEKEND NACHOS, MAGRUDERGRIND ou ROTTEN SOUND. Mais ceci ne change pas cela, et le résultat est sensiblement le même, puisque nous avons droit via Error à une réussite majeure en termes de Grind qui ne se contente pas d’effleurer la réalité. Les bougres ont même eu droit à une entrée dans la rubrique chroniques du sacro-saint Kerrang, qui a même lâché trois K au passage, un pour chaque membre comme se plaisent à souligner les malandrins. En parlant de réalité, ce premier LP enregistré et produit au Kohlekeller Studio et au Hearse Studio par Kristian Kohlmannslehner et Lander Cluyse, et jouissant d’une superbe pochette signée Wesley Dewanckel en fait grand cas, et aborde quelques problèmes de société assez probants, allant des trolls d’internet aux abrutis qui se livrent à des performances diverses en soirée pour faire les malins. Quinze morceaux pour vingt minutes d’attaque ludique, tel est le menu proposé par un disque qui ne cherche aucunement à révolutionner le genre, mais bien à y apporter sa contribution, d’importance, et parfaitement charmante.

Une fois encore, disserter sur pareil travail n’est pas chose facile, et l’envie de vous renvoyer vers les travaux personnels des musiciens et leurs références avouées est assez tentant. On trouve de tout sur ce premier effort, mais surtout beaucoup d’enthousiasme, à tel point qu’il est possible de l’envisager comme un raccourci entre la folie débridée des LENG TCH’E et l’hystérie des ANAL CUNT, spécialement dans le traitement des voix, même si l’ombre des THE KILL plane au-dessus de certains segments avec insistance. Pas mal de riffs donc, tous plus directs les uns que les autres, des ambiances, une certaine attitude festive mais revancharde, et pas mal de breaks, de cassures, de changements de rythme, pour une valse sans hésitation nous baladant dans les couloirs et recoins d’un Grind qui refuse l’uniformité et qui n’a rien oublié de ses racines Hardcore. Pas mal de musicalité dans la démence donc, et des titres qui tiennent debout tout seuls, refusant la facilité des embardées condamnant par principe ce genre de réalisation à une répétitivité redondante. L’enchevêtrement des voix diablement effectif, le son très analogique de l’ensemble nous permettent de découvrir une bonne dose de Thrashcore à tendance Grind baignant dans son jus, mais privilégiant une musicalité nous laissant considérer Error comme une pièce musicale, et non un simple exutoire pour bargeots en mal de désossage de fagots. Et à vrai dire, cette première collaboration colle de près au trait précis de sa pochette, et nous enchante de morceaux qui en sont vraiment, et non de vulgaires embardées jouées précipitamment pour justifier d’un sceau Grind accolé un peu trop facilement.

Tout ça nous renvoie parfois aux origines du Core et du Grind tel qu’il était pratiqué par les UNSEEN TERROR (« Alter Ego »), mais nous ramène aussi aux exactions contemporaines joyeuses des WEEKEND NACHOS, lorsque le Crust s’invite au banquet pour dénoncer les travers de quelques contemporains en mal d’attention. De temps à autre, l’inspiration se veut fluctuante, et adopte la position de biais des fameux trolls d’Internet, qui n’ont d’autre chose à faire que de rester le cul sur leur fauteuil pour s’incruster dans tous les débats, spécialement ceux qu’ils ne comprennent pas (« Keyboard Warrior », juste et irrésistible). Beaucoup d’envie donc, une grosse dose d’énergie, et des chapitres qui ne dépassent jamais les deux minutes histoire de rester focalisés sur des plans efficaces et mesurés. Aussi léger qu’il n’est profond, aussi anecdotique qu’il n’est indispensable, ce premier effort des cosmopolites européens de MOTORMOUTH est une saine réaction contre les olibrius qui s’ingénient à nous compliquer la vie, et respecte la tradition d’un Grind qui pointe du doigt les travers et autres casse-burnes divers. Rythmique évolutive et enlevée, guitare compréhensible qui tronçonne des riffs clairs et puissants, chant un peu étouffé qui semble geindre ses récriminations avec véhémence lasse (« Dad Rock »), et soudains déversement de blasts pour ne pas qu’on oublie les besoins pressants. C’est fort bien joué (mais comment aurait-il pu en être autrement avec des gus d’un tel calibre ?), crédible et enlevé, mais pas précipité, et d’une brièveté qui ne lasse jamais, et si l’on sent parfois les accointances passées des musiciens impliqués (certains passages font méchamment penser à une version expurgée des LENG TCH’E), on note quand même que l’osmose entre les trois membres du trio est patente, et permet de dégager des pistes excentrées.

Bourrin mais malin, puissant mais virevoltant, Error ne mérite pas son titre, mais en relève quelques-unes, sous prétexte d’une récréation qu’on espère projet viable sur le long terme. On prend vraiment son pied à replonger dans les affres d’un Grind qui n’a pas tenu compte des évolutions de la technologie, et qui a su rester viscéral et plein d’envie. Et que celui capable de résister à des bourrasques barges de la trempe de « Social Hell » et son ambiance Mosh ou « Die For The Weekend », plus épileptique qu’une fiesta organisée par les WEHRMACHT de Biermacht me jette le premier kit de Mick Harris en pleine gueule.


Titres de l'album:

     1.Humble Pie
     2.You're Impressing No One
     3.Ear Torture
     4.Gap Year
     5.Keyboard Warrior
     6.The Punisher
     7.Enter The Matrix
     8.Dad Rock
     9.Mind Of A Wanna Be
     10.Social Hell
     11.Elitst Enforcer
     12.Die For The Weekend
     13.Alter Ego
     14.Spoilt Rotten
     15.Miserable Shit

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/05/2018 à 18:35
78 %    254

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !