Flux of Ruin

Deceitome

02/08/2019

Redefining Darkness Records

Quand ça ne vient pas d’Allemagne, ça vient des Etats-Unis. Quand ça ne vient pas des Etats-Unis, ça vient de France. Et quand ça ne vient pas de France, ça vient des Pays-Bas. Et puis d’Espagne, de Suède, du Chili, de Colombie, de Russie, de Pologne, et même…d’Estonie. Oui, la mort est partout, et il est donc normal d’en trouver trace de sa concrétisation musicale sur la planète entière, ce que ces originaires de Tallinn nous démontrent depuis 2015. Formé cette année-là, le collectif morbide DECEITOME a quand même attendu un an pour publier sa première démo, The Void Abides, avant de transformer l’essai putride la même année avec son premier longue durée. Death Is Called Ethos, sorti en autoproduction nous montrait déjà le visage hideux d’une créature du fond des temps, restée enfermée dans une caverne depuis l’orée des années 90, et n’ayant appris d’autre vocable que celui inventé par les suédois les plus résignés des nineties. Revenant trois ans plus tard avec un nouvel EP sous le bras, les estoniens peuvent cette dois compter sur l’appui conjoint de deux labels, Redefining Darkness Records et Raw Skull Recordz, qui le 2 août dernier ont misé quelques deniers sur ce Flux of Ruin. Sans rien changer à leur philosophie, les DECEITOME descendent d’un cran dans l’ignominie en appuyant sur leurs aspects les plus infâmes et peu ragoutant, le meilleur exemple en étant donné par Anders Melts, nouveau grogneur intronisé en 2017 après la parution du premier long, qui de sa voix caverneuse risque fort d’investir vos cauchemars les plus putrides…Mais les riffs distillés par la paire Ats Aim/Tarvi Neemelaik ne sont pas en reste non plus, allant piocher dans la terre aride la plus souillée de quoi sonner plus grave qu’un tocsin en décembre, et le tout à de sérieuses allures de revival suédois plus vrai que nature, à tel point qu’on se demande si ces cinq morceaux n’auraient pas été cosignés par une association entre ENTOMBED et UNLEASHED.

Flux of Ruin en substance, est un chant de ruines, une vision désolée, un triste spectacle de décembre qui se déroule sous vos oreilles, de l’écho typé HM-2 des guitares en passant par ces variations de rythme qui s’accompagnent de mélodies toutes plus frustrées les unes que les autres. On connaît le processus, par cœur même, mais il fonctionne toujours grâce à cette nostalgie omniprésente qui nous force à regarder en arrière, du temps de notre jeunesse, lorsque le style pouvait et devait encore évoluer. Ici, il est resté bloqué, aux alentours de 92/93, lorsque les suédois et les américains se tiraient la bourre pour savoir quel était le peuple le plus glauque, et chaque titre d’appuyer ses empreintes dans le sol gelé, dès l’ouverture franche et massive éponyme. « First Cause, Funeral Rites », provoque le spectre de Left Hand Path sur le terrain de la Floride, et nous assomme de guitares frigides aux motifs stériles, les dynamitant d’un groove assez inhabituel pour ce genre de réalisation. Et comme si ça n’était pas suffisant, les chœurs, empilés comme des grognements de morts-vivants en rajoutent une couche, sévère et inquiétante, portant le tout à ébullition d’une glaciation paradoxale…Loin des exactions habituelles du Death le plus gras, DECEITOME n’utilise que les ficelles les plus classiques du Death des origines, celui venu du nord, mais en sublime l’inspiration d’une sauvagerie personnelle qui nous évite les redites les plus flagrantes. Chaque morceau a en effet un thème porteur, une ambiance particulière, et cet EP déroule comme un film auditif ses atrocités, toutes plus rigides les unes que les autres, accélérant parfois la noire (« Rhythm of Eternity »), pour raccourcir les débats sans les alléger.  

Pas novateur pour deux sous, cette deuxième sortie des estoniens est pourtant une excellente surprise dans un créneau surchargé, qui chaque semaine charrie son lot de déchets, dont le quintet ne fait assurément pas partie. Les deux derniers glaviots sont aussi les plus longs, et les plus oppressants, la section rythmique jouant des coudes (Are Kangus - batterie et Grete-Liisa Sihver - basse) pour imposer sa cadence, laissant les guitares geindre et se plaindre du manque de perspectives vitales dans le lointain. On apprécie ces atmosphères vraiment pesantes, ces silences impromptus et inquiétants, et cette façon de laisser des espaces négatifs pour aérer la putréfaction (« Miasthmatic Breed », joli travail au niveau des arrangements), et ce dernier morceau éponyme qui en rajoute encore dans l’horreur, en accentuant les effets et les strates vocales pour créer un magma démoniaque digne des films de possession les plus crédibles. Cinq chansons, pour un effet maximal, et un résultat qui laisse des traces, tel est la nouvelle étape du parcours des DECEITOME, qui avec Flux of Ruin nous donnent l’espoir d’un futur LP qui pourrait être la nouvelle référence vintage de notre époque. On attend la suite la bave acide aux lèvres…    

      

Titres de l’album :

                          1.Flux of Ruin

                          2.First Cause, Funeral Rites

                          3.Rhythm of Eternity

                          4.Miasthmatic Breed

                          5.Deceitome

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/11/2019 à 14:39
82 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53

Simony

J'y retrouve les mêmes défauts que les dernières sorties du groupe, titre lambda à la fin duquel tu ne retiens rien ! Au niveau des guitares c'est d'une pauvreté affligeante, indigne d'un groupe de ce niveau, y a pas de riff c'est de la r(...)

16/04/2021, 20:47

Wolf88

Tracklist:1- Intro 2:042- Die erste Levitation 5:073- Zelfkastijder 6:034- Hypnotisch Bevel - De daimonische Mensch 7:325- Zelfbestraffingstendenz en occulte Raadsels 6:106- Vom freien Tode 7:377- Scabreusheden uit hed Tuchtarsenaal 9:26(...)

16/04/2021, 14:07

Wolf88

voir aussi info:Rock'n Load 

16/04/2021, 13:57

RBD

De toute façon avec les moyens avancés par le label pour l'habillage, la production et mixage, le clip, c'est qu'il mise quelque peu sur un succès potentiel.

15/04/2021, 20:26

Jus de cadavre

Tout pareil, je suis encore ce groupe parce que j'aime beaucoup leur coté on "emmerde tout le monde" mais le dernier m'avait beaucoup déçu... et puis sur scène la dernière fois pour moi (un Hellfest) c'était bien pourri (et tr&egr(...)

15/04/2021, 19:51