Fragmente der Kontingenz

Egocentrash

30/01/2017

Autoproduction

Au-delà du jeu de mot évident que ces barbares Allemands ont choisi comme nom de baptême, ce premier album reste une affaire tout à fait sérieuse et respectable de gros Death à tendance Grind qui ne prend pas de gants, et évoque tout autant la folie de l’émergence Core de Birmingham que la démence putride des CANCER et autres SUFFOCATION, sans qu’on ait besoin de se la jouer à l’envers.

Mis à part cette constatation objective mais un peu opaque, pas grand-chose à dire sur ces originaires de Brème, puisque les EGOCENTRASH sont assez avares en révélations et autres indications, que ce soit sur leur Bandcamp ou sur leur page Facebook.

Mais après tout, leur musique (ou barouf, comme vous le percevez selon votre sensibilité) parle et plutôt hurle d’elle-même, et autant se concentrer dessus pour parler avec objectivité de ce premier né, braillé d’un germain guttural, Fragmente der Kontingenz.

Au menu de cette boucherie découpée en vingt-quatre morceaux assez fins mais conséquents, du Death Metal très intense augmenté d’une grosse dose de Grind parfois un peu Gore, mais qui ne cède pas un pouce de terrain au gargouillis dispensables du style. Soit, une petite demi-heure de barbarie sans pause, un peu brouillonne parfois, mais suffisamment virulente pour intéresser les plus débauchés d’entre vous.

Pas de bio à se mettre sous le clavier, mis à part en précisant que les EGOCENTRASH se sont formés l’année dernière et qu’ils ont directement attaqué la scène Death par le versant longue durée, ce qui en soi est assez admirable et courageux.

Trio pas peureux (Chris – chant, Henne – guitare et basse, Dan – batterie), et convaincu du bien-fondé de son agression qui rend plus ou moins heureux, les trois cousins nous balancent une sauce très relevée, qui ressemble à s’y méprendre à un amalgame de Death ricain dans une soupe Grind et Hardcore du même coin, comme si le CANCER de To The Gory End salait l’addition en la corsant d’une adjonction de BRUTAL TRUTH l’estomac sur les talons.

Et comme ces dépeceurs de l’extrême ne prennent même pas soin de nous indiquer quelques influences, l’interprétation de leur création vous reste libre, ce qui permet d’inclure quelques références sur le chemin de souffrance.

On a parfois le sentiment de se replonger dans le légendaire Endtime de la bande à Dan Lilker tant la gravité est omniprésente (bien qu’on se demande où est passée la basse), et l’orientation ne dévie pas vraiment d’un iota du début à la fin, se plongeant même la nuque dans un bain de sang à la CARCASS des premiers instants, sans toutefois s’imprégner du non-sens Gore qui rendait Symphonies Of Sickness aussi fort.

Fort d’accord, mais sans remord, à l’image de cette pochette raccord qui nous ramène aux heures de gloire de la scène Grind anglaise et singeant le graphisme des premiers efforts de NAPALM DEATH, dont ils ont d’ailleurs empruntés quelques autres tics.

Mais pas de méprise, aussi rapide soit le Hardcore des EGOCENTRASH, il est avant tout gras, Death’n’Crust, se rapprochant plus des premières exactions du brutal Death avant que ses musiciens ne découvrent la compression.

Le problème étant qu’aucun morceau ne peut être mis en avant, puisqu’ils suivent tous le même gréement, qui vogue sur une mer de chaos incessant.

Tout ça peut rebuter les amateurs de diversité, mais là n’est pas le propos de ces Allemands qui avancent sans sentiment, et qui bourrinent sans relâche, très âpres à la tâche.

On peut aussi penser à une forme très Core d’un CANNIBAL CORPSE dévié de ses obnubilations de gros tarés, ou à une version plus édulcoré d’un MORTICIAN qui aurait perdu ses pédales d’effet.

Mais avec des morceaux qui n’atteignent presque jamais les deux minutes (le presque est uniquement symbolisé par « Der Einsiedler » et «Geschmack von Asche » , pas forcément les plus abordables du lot, mais avec quelques fantaisies rythmiques qui leur permettent de jouer un peu plus finaud), et des allusions assez futées à une incarnation diabolique d’un DISCHARGE en pleine fouille de décharge (« Pestfressen », malgré une entame salement entachée de blasts), les EGOCENTRASH tablent sur une brutalité outrancière avec Fragmente der Kontingenz qui ne vous laisse pas souffler plus d’une poignée de secondes bien pesées.

C’est souvent franchement bruyant (« Drecksau » alternance de Goregrind domestiqué et de Crust Death méchamment corsé), parfois purement Crossover entre Grind haché et Crustcore tassé (« Die Seuche »), ça s’autorise quand même quelques riffs à mémoriser surnageant dans un océan de saccades syncopées fondues à l’acide aminé (« Die Quetsche »), mais globalement, il est impossible de détailler (pléonasme, charmant) et faire du cas par cas en plongeant les mains et les oreilles dans ce bourbier.

Le tout s’ingurgite d’un trait, peut laisser groggy ou légèrement défait, mais après tout, tel est souvent le but de ce genre de réalisations qui avancent et défoncent sans raison, autre que le plaisir de balance la sauce en constatant les dégâts.

Mais c’est terriblement efficace parfois, quoique toujours un peu brouillon quand l’intensité pète les plombs (« Reset », sorte de « Ill Neglect » des TRUTH en version « je viens de sortir d’un HP »), et puis c’est comme ça, alors pas la peine de pinailler, c’est à prendre ou à laisser.

Mais dans un créneau de Death/Grind non édulcoré et bien concentré, Fragmente der Kontingenz joue fort bien son rôle de bombe qui passe son temps à exploser, et revisite des références éprouvées avec un respect nuancé de folie assumée.

Il est tout à fait possible d’en écouter quelques titres sans avoir à s’en fader l’intégralité, mais l’effort peut se révéler assez gratifiant, pour peu qu’une demi-heure de boucan fasse du bien à votre séant.

Mais méfiez-vous, malgré son patronyme en pied de nez, EGOCENTRASH n’a rien à voir avec un Thrash survitaminé.


Titres de l'album::

  1. Keine Angst (Intro)
  2. Die Quetsche
  3. Blut an der Wand
  4. Das Leiden
  5. Ein bitteres Ende
  6. Hirnknast
  7. Verstorbene Gesichter
  8. Allein im Hass
  9. Abgestürzt
  10. Der Einsiedler
  11. Null Läufer
  12. Geschmack von Asche
  13. Digitalwandler
  14. Intro
  15. Pestfressen
  16. Drecksau
  17. Die Seuche
  18. Selbstvelusst
  19. Falsches Urteil
  20. Fehler-Vision
  21. Es tut niemandem weh
  22. Was du denkst
  23. Reset
  24. Outro

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/04/2017 à 17:24
65 %    485

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Left Hand Path

Baxter 16/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59