Amis du blasphème, bonjour, et merci d’être parmi nous cet après-midi. Il est de notoriété publique que les groupes de Metal de tous horizons et la religion ne font pas bon ménage, et il n’est donc pas surprenant de constater qu’un nouveau nom s’ajoute à la longue liste des pourfendeurs d’idéologies organisées. Cette fois-ci, les chevaliers en armure noire nous en viennent de Pologne, de Varsovie plus exactement, et autant dire qu’ils s’en donnent à cœur joie dans le tir de barrage orienté vers les dogmes et autres philosophies monothéistes. Un simple coup d’œil au tracklisting vous permettra de jauger le ressenti de ces barbares envers les livres sacrés, mais précisons quand même que la bataille menée par ce quatuor ne les entraîne pas sur les traces d’un Black Metal envenimé, mais bien d’une critique sociale empreinte de Core bien tassée. Oui, encore une fois, c’est donc du côté du Grind qu’il faut fouiller pour trouver les arguments contradictoires, et avouons tout de go que les polonais d’HOSTIA font partie des revendicateurs les plus véhéments du genre. Car loin de se contenter d’une rapide estocade portée par un lot de courtes mais perçantes banderilles, les anonymes du cru développent leurs arguments en prônant une sorte de Crossover fatal entre férocité et vélocité, ce qui nous offre donc l’un des LPs les plus féroces de cette fin de printemps mouillée. Death Grind ? Le terme est lâché, et employé à dessein, puisque ce premier long éponyme est un bon gros glaviot craché à la face des moutons suivant les épitres aveuglément, sans en remettre en cause la validité des fondements.

Et ça fait mal, pour plusieurs raisons. D’une parce que les instrumentistes impliqués ne sont pas les premiers pèlerins venus. Tous issus de formations plus ou moins connues, ces hommes avancent masqué, et le pseudo travaillé (St Sixtus - chant, St Anacletus - guitare, St Evaristus - batterie et St Xystus - basse), mais affichent clairement leurs intentions tout au long de ces treize manifestes qui doivent tout autant à la scène Death scandinave qu’à la furie typiquement anglaise. Croisement bâtard et idéal entre la gravité de l’ENTOMBED le plus Dark n’Roll et du LOCK UP le plus en grogne, les HOSTIA bousculent les idées reçues, en font montre d’une intrigante créativité dans la destruction, se permettant même une bordée d’arrangements lubriques qui se font remarquer. Ainsi, la satanic cowbell de « Killed By Life » rend hommage au père fondateur Lemmy, tandis que les cassures impromptues de « War Puppets » imposent le silence dans une mer rouge de potards qui bougent. C’est du grand art, millimétré, biseauté, mais qui laisse une grande part à la spontanéité. En peaufinant leur copie sans sacrifier la générosité de l’immédiateté, les polonais nous enchantent, nous fracassent, agencent, cassent, dans une grande partie de chamboule-tout qui multiplie les victimes dans les rangs des factions opposées et opposantes. Des riffs éléphantesques portés par une rythmique pleine d’adresse, le tout survolé d’un chant qui refuse la paresse et qui râpe ses cordes vocales sans tendresse, pour un ballet sidérant d’ironie et de virtuosité, qui ne crache pas sur un brin de fantaisie Rock n’Core (« Not Really A Christian Song », Little Richard prend des cours du soir avec les HELLACOPTERS et NASUM, et ça donne une bonne surprise party dans les égouts).

Exutoire, jubilatoire, ce premier longue-durée des HOSTIA est d’ores et déjà un modèle du genre, et risque de donner des sueurs froides à ses homologues anglais et ricains. Et dès l’entame grandiloquente et méchamment détournée de « Corroded Cross », le ton est donné, le blasphème sera soufflant ou ne sera pas. Récitant ses psaumes comme un panzer écrase la lande, Hostia se plaît dès son introduction à mélanger le sadisme d’un DEICIDE et la fluidité Core d’un LOCK UP pour détourner les fonds, et tirer à vue sur les bancs de l’église, quelle qu’elle soit, puisque les malandrins n’ont pas choisi une victime plutôt qu’une autre. Alors que la plupart des combos évoluant dans le créneau font preuve d’une maladresse dans la répétition, les originaires de Varsovie ont le mérite de varier le ton, et de multiplier les assauts, en up tempo la plupart du temps, sans refuser le plaisir d’un groove en mid qui vous cloue sous la croix (« Heretics Last Dance », aux enfants de chœurs maléfiques et au beat explosif). Mais les blasts font aussi partie de leur culture, qui se veut gnostique dans le sens artistique, et les emprunts à la vague originelle sont légion, mais toujours épurés de leurs plus vieux dictons (« You Gonna Die », et pas de résurrection, c’est promis !). Chaque morceau, totalement dans la continuité du précédent, est une épiphanie à lui seul, et on reste médusé face à tant de certitudes et de facilité, spécialement lorsque le rouleau-compresseur rythmique soutient une guitare aux motifs ludiques (« Holy Extortion »). Difficile toutefois de mettre un psaume en avant, puisque cette messe en raie majeure a été conçue comme un seul et gigantesque coup de pied aux fesses, mais certains, en poussant le bouchon NAPALM DEATH un peu plus loin, font un pas en avant et se remarquent plus facilement (« Egodist », qu’on aurait pu retrouver sur la dernière compile de la bande à Barney).

Du très bon donc, et même de l’excellent, d’autant que le niveau est maintenu tout du long, nous laissant avec un énième clin d’œil aux EXTREME NOISE TERROR, SUFFOCATION, NAPALM DEATH et autres défenseurs d’une liberté de pensée à toute heure (« Karl's Delicatessen », un chapelet, Ok, mais de saucisses, et bien grillées). Une façon très constructive d’envoyer chier les Dieux pour se consacrer aux hommes, et à leur individualité que des principes communautaires mettent à mal depuis trop d’années. Mais en avalant une hostie pareille, vous risquez de vous étouffer, et de rester près de l’autel de fortune à vomir vos tripes sur le pavé. HOSTIA, ou l’art du sacrement inversé, et l’acceptation du corps des hommes pour une cérémonie à la gloire du bruit.          

     

Titres de l'album:

                       1.Corroded Cross

                       2.Heretic's Last Dance

                       3.You Gonna Die

                       4.Holy Extortion

                       5.Home Rough Home

                       6.Black Parasites

                       7.Egodist

                       8.I Will Not Follow

                       9.Killed by Life [All Hail Lemmy]

                      10.Leatherface Kiss

                      11.War Puppets

                      12.Not Really A Christian Song

                      13.Karl's Delicatessen

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/06/2018 à 14:46
85 %    224

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)