Hot to Trot

Love Stallion

12/11/2021

Autoproduction

Tu n'as pas besoin de courir le monde après ton destin comme un cheval sauvage !!!

 

Non, Bébé, tu as raison, Johnny n’a pas besoin de faire ça. D’autant que la VO se contente d’un simple « It doesn’t have to be that way », beaucoup plus sobre et mature…Alors Johnny, range tes boots, laisse ton cheval dans son box, ne te retourne pas dans un déracinement de cheveux sexy, et reste avec Bébé. Et laisse les vrais pros faire leur travail, eux qui justement savent comment parcourir le monde pour rattraper leur destin. Les LOVE STALLION, étalons de l’amour, ont justement laissé le destin les rattraper, un beau jour de ce nouveau siècle. Déjà auteurs d’une première ruade assez remarquée dans le petit monde fardé du Sleaze, ces originaires de Denver enfoncent le lipstick dans le cercueil de la morosité, trois ans après leur émergence discographique qui n’a pas laissé le public américain de marbre. Le simple fait de savoir qu’ils ont assuré des dates en soutien de STEEL PANTHER suffirait pourtant à les ranger du côté des pasticheurs à deux balles, mais détrompez-vous : ces mecs-là sont sérieux, et leur musique aussi.  

Unforgettable Ride, leur premier LP de 2018 produit par la référence Steve Avedis avait donc mis le feu aux poudres et aux fesses, et déclenché un intérêt certain pour ce quatuor nostalgique du Strip, du Sunset, de la laque à outrance et des spandex brillant dans la nuit. Travaillant son image au maximum, le groupe offre pose mutines, moues assassines, tresses badines et lunettes de soleil empruntées à la voisine, pour que leur image colle à cette optique Glam n’Sleaze passéiste qu’ils affectionnent tant. Ainsi, Aaron Hart (chant, guitare), Tay Hamilton (guitare/chœurs), Sabrina Winter (basse/chœurs) et Frankie Bones (batterie/chœurs) sont prêts à conquérir le monde au-delà de leur propre continent, et ils ont les armes pour ça, la séduction massive de refrains des années 80, le détachement sensuel des sex-symbols assumés, les chœurs fédérateurs, et les guitares évidemment dégoulinant de stupre.

En découvrant la sublime pochette de ce Hot to Trot, chaud pour trotter comme un amoureux passionné, on est immédiatement séduit par cet étalon de la nuit, au regard rose fluo et à la crinière d’argent. Promesse d’une nuit d’aventure et de plaisir, ce cheval cambré sur fond de Los Angeles nocturne bleuté intrigue, fascine, et oblige tous les passionnés de culture Glam et Sleaze à ressortir leur costume pour redevenir les héros d’une nuit, sauvant du marasme de la réalité une jolie blonde perdue dans l’enfer réaliste urbain.

Toutefois, et malgré les analogies, ne vous attendez pas à une filiation directe avec les clowns de STEEL PANTHER, puisque ici, la vulgarité n’a pas lieu d’être et n’est pas utilisée à des fins mercantiles. La musique de LOVE STALLION repose beaucoup moins sur des gimmicks graveleux et des textes obscènes, et les mélodies sont beaucoup moins populistes et plus…sincères. On s’en rend compte assez facilement et assez rapidement en écoutant le très sensible « Island Girl », qui s’il n’a rien à voir avec le tube éponyme d’Elton John, n’en garde pas moins un léger parfum seventies ave ces harmonies qu’on croirait sorties d’un best-of des EAGLES. Piano, sensibilité, les LOVE STALLION sont donc étonnants dans leurs choix, et nous réservent quelques surprises au détour de ce second longue-durée, qui fait plus qu’entériner les promesses faites par le premier sur l’oreiller.

Traînant plus sur les rives du quai Rock de la rivière Glam, les LOVE STALLION évoqueraient même parfois le parfum très BEATLES des ENUFF Z’NUFF, avec ces quelques accents légèrement psychédéliques qui rendent leur musique plus profonde que celle d’un POISON ou d’un SLAUGHTER. Pas question de facilité Pop donc, mais une vraie sincérité Rock, un son certes un peu faible par moments, une voix un chouïa mise trop en avant, des soli enterrés dans le mix, mais un vrai talent pour trousser des hymnes fédérateurs sur mid tempo, à l’instar de celui prôné par l’entêtant « Rock My Baby ». 

Loin de se contenter de quelques hymnes noyés dans un océan de fillers, les américains gardent le cap du début à la fin du voyage. En tant qu’entame, « The Campaign » rappelle les L.A GUNS, avec ce chant très perché et ces riffs très classiques, et « Get Your Love » conserve la même optique, en remettant au premier plan les obsessions les plus sincères de la scène californienne des années 86/90.

Loin de la perfection, proche parfois d’un Heavy plus soutenu qui réconcilie Pat Benatar et les WRATHCHILD anglais (« Dangerous Lover »), encore très amateur dans le fond, mais attachant dans la forme, ce second album est une vraie réussite, qui évite pas mal de pièges old-school sans trahir ses dogmes passéistes. Les allusions boogie/bluesy sont bien là, et transpirent du léger « Even the Devil Has Angels », qui laisse une basse ludique parcourir son manche, les accès de fièvre Rock aussi, via le trépidant « Highway 69 », burner laqué et fardé, et de fil en aiguille, sans qu’on s’en rende vraiment compte, LOVE STALLION nous rend accro, en misant sur la spontanéité des RUNAWAYS et l’attitude bravache des PRETTY BOY FLOYD.

Et si les musiciens finissent par monter sur leur selle (« Bareback Cowboy »), ils n’ont guère besoin de courir le monde après leur destin comme des chevaux sauvages.

Johnny, Johnny, come home.      

                                                                                                                                                                         

                               

Titres de l’album:

01. The Campaign

02. Get Your Love

03. Dangerous Lover

04. Hot Town

05. Island Girl

06. Rock My Baby

07. Pump My Heart

08. Even the Devil Has Angels

09. Highway 69

10. Bareback Cowboy


Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 01/07/2022 à 15:59
80 %    371

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14