L’underground aura notre peau. Je vous le dis, et je l’affirme, il nous poussera dans la tombe. Et en plus, inutile de se plaindre puisque nous l’aurons cherché. A force de nous y plonger pour éviter les dérives du mainstream et du préenregistré, il nos noiera sous des flots d’impuretés dont nous aurons avalé trop de toxines.

La faute à qui finalement, nous, fans et acheteurs, ou à tous ces groupes qui produisent dans l’ombre sans rien demander à personne, représentant la partie immergée d’un iceberg que personne ne souhaite voir dans sa globalité ?

Un peu des deux je crois, mais finalement, les albums balancés sur les Bandcamp et les liens copiés à la hâte sur les pages Facebook sont les tapes et flyers d’aujourd’hui, ceux que l’éthique DIY et Punk prônent depuis leur création, et avant leur récupération par des majors peu scrupuleuses et autres gros indépendants ne l’étant pas vraiment.

La question est quand même…

UNCLE RAY est-il l’oncle un peu crado du Punk et du Hardcore, celui qui vous serre la main sans se l’être lavée, et qui pose son gros cul pourri dans le canapé ?

Un peu, mais finalement, il est assez attachant. Et puis, on le connaît, on sait que tout ça n’est pas méchant, même si c’est foutrement bruyant.

Cet oncle nous en vient donc de Windsor, Ontario, Canada, le pays où il fait froid, et où on se réchauffe comme on peut en hurlant et vitupérant contre les frimas. Déjà dépositaire d’un EP de présentation, et d’une démo ornée de sa probable photo, UNCLE RAY est le genre de tonton un peu brouillon, qui ne fait rien comme les autres, et marche souvent sans sa canne et sur la tête.

Un tonton qui aime le Powerviolence, le Grind, le Hardcore, le Thrashcore, le Speedcore, le bordel et le foutoir, et finalement, toutes les excroissances qui finissent en Core.

Mais on en veut encore.

Et pourquoi ?

Parce que sa façon de traiter le bruit un peu de biais et sans vraiment s’avancer est salement spéciale et diablement spatiale. En fait, ce second EP, premier LP, ou ce que vous voulez est le genre de disque qu’on écoute d’une oreille un peu distraite au début, mais complètement concentrée au bout de quelques morceaux.

Qui sont pourtant plutôt courts.

Généralement, autour de la minute et quelques, et parfois, de la poignée de secondes. Mais aussi powerviolent soit ce II, il est aussi fort belliqueux et un peu nerveux. Inutile de vous attendre donc au torrent de blasts et de hurlements habituel et référent, ici les choses sont un peu moins évidentes. Voire, vraiment moins.

Mais comme on s’en rend compte dès « Miserable », on ne peut pas vraiment se sentir floué. Intro noisy en diable, avec sons tournoyants et feedback oppressant, tout ça sent l’Induscore un peu trituré qui fait mal au cerveau et aux mollets.

Et puis soudain, la rythmique se met en branle, vite accompagnée d’un riff sombre et gluant et d’un chant vraiment détonnant.

« Perennial » prend les devants, et ose des percussions au son plutôt perturbant, comme une vieille rondelle de GBH/CRASS jouée sur un pick-up des grands-parents. Tempo qui s’écrase et joue le Core crasse, pour une symphonie de la girouette qui n’en peut plus de tourner sur elle-même.

Et il est vrai qu’en termes de Powerviolence pur, les UNCLE RAY ne sont pas vraiment les plus rapides ou les plus assourdissants.

Mais leur raffut est éminemment sympathique et bordélique, et tempête entre Thrashcore à la CRYPTIC SLAUGHTER et Noise Indus à la NAILS. Mais en version vraiment très personnelle et agitée de samples et autres perturbations assommantes (« Root », no music, just noise, ans everybody’s happy).

C’est souvent pataud et un peu gauche dans la lourdeur soudainement bousculée par l’ardeur (« Webs », des toiles d’araignée un peu partout sur ce foutu canapé), et abrasif dans le mélange entre arrangements irritants et musique oppressante et irrégulière (« Strong Arm », bel exercice rythmique pas vraiment mathématique).

Mais en fait, II est symptomatique d’un monde à part, qui réfute tout principe de logique et de brutalité continue et soutenue. Ici, on mise tout autant sur le grincement de sons industriels perturbants, de dialogues cryptiques énoncés gravement, que sur une bande-son tout à l’avenant, maltraitant le Hardcore pour le métalliser de grosses guitares presque customisées Doom qui se prennent soudainement de grosses griffures Crust’n’Core qui abiment la peinture (« Stillness »).

Mais heureusement, ces traces de Crust anglais sont parfois assez persistantes pour durer plus d’une poignée de secondes, et ainsi assurer le lien entre un DISCHARGE mis à mal et un INTENSE MUTILATION à poil (« Open Doors »).

En gros comme en détail, pas mal de bizarrerie, mais pas d’ennui, même si les pistes se multiplient.

Nous avons même droit à une presque chanson entière (« Tough Guy », quasi deux minutes), qui respecte les mêmes non codes usuels, et qui laisse son batteur faire ce que bon lui semble, pendant que la guitare découpe un thème un poil rouillé.

Et puis, comme d’habitude, le tout est vite noyé sous un déluge de plomb de sons qui agacent les tympans. Que voulez-vous, c’est du déviant.

Alors non, ce bon vieil UNCLE RAY n’est pas forcément méchant. Il est un peu comme le Don Vito de Bam Margera. Gros, gras, lourd, agité, et à la diction pas toujours assurée.

Un mec que personne n’arrive à cerner et qui parle comme une mitraillette enrayée qui tire des balles mouillées. Mais on l’aime quand même, parce qu’il est toujours imprévisible.

Et ça, dans l’underground, c’est une denrée toujours comestible.


Titres de l'album:

  1. Miserable
  2. Perennial
  3. Root
  4. Webs
  5. Thief
  6. Strong Arms
  7. Liar
  8. Stillness
  9. Open Doors
  10. Shit Life
  11. November
  12. PVA (Powerviolence Alliance)
  13. Lung Power
  14. Delusion
  15. Tough Guy
  16. Disfigured

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/07/2017 à 18:24
75 %    400

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !


Wow ! c'est massif, j'adore. Merci pour cette découverte !
Achat indispensable.


Sordide...
Bon je pense qu'on peut affirmer sans trop prendre de risque que sa carrière d'illustrateur vient de prendre une belle bastos dans les orteils. :-D

En tout cas, RIP papa Fournier
(et pas celui d'Hibernatus, hein !)


Excellente chronique pour un excellent album, en effet ! :-)


Ah bah bon dieu!!!


Peu féru de Black symphonique j'ai quand même essayé car intrigué... J'ai aussitôt relayé et recommandé aux amis plus amateurs que moi. C'est vraiment très bon.


Un excellent souvenir. Dommage que seule la ré-édition de No Comment soit trouvable facilement pour le commun des mortels. L'album mériterait vraiment une 2ème chance, ne serait-ce que par une mise à dispo sur Bandamp ou toute autre plateforme de distri numérique.


Globalement d'accord avec Jus de Cadavre; j'ajouterai juste un autre paramètre qui est l'attitude du public. Serez-vous individuellement prêts à participer à des bains de foules (et moshpits si affinités) dans 2 mois et demi? Moi je n'en suis pas sûr, et sans être paranoïaque, je ne pense ê(...)


Tant qu'on est dans les docu, je vous conseil de mon coté "Los Punks" sur la scène punk hispanique de Los Angeles. Très intéressant, même pour les non fan de punk (c'est mon cas).


J'ai fait une rapide visionnage, en diagonale, ça a l'air vraiment excellent !
Beaucoup d'acteurs de la scène, d'anecdotes et même de découvertes à faire.

Ca n'a rien à voir avec le Grindcore mais j'en profite pour conseiller à tous le docu de RAT SKATE intitulé "Born in t(...)


Qu'importe le confinement je pense. La question est plus : en aura t'ont fini avec l'épidémie dans 2 mois ? La réponse est non (à moins d'un traitement miracle trouvé entre temps... mais ça...). Donc les rassemblements (d'autant plus de plusieurs milliers de personnes) ne seront pas autorisés(...)


Pour moi le hellfest aura lieu si on sort du confinement au plus tard le 15 mai.


Je vais pouvoir travailler mon anglais !


Merci beaucoup pour le lien !
Visionnage obligatoire.


aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !