II

Uncle Ray

01/07/2017

Autoproduction

L’underground aura notre peau. Je vous le dis, et je l’affirme, il nous poussera dans la tombe. Et en plus, inutile de se plaindre puisque nous l’aurons cherché. A force de nous y plonger pour éviter les dérives du mainstream et du préenregistré, il nos noiera sous des flots d’impuretés dont nous aurons avalé trop de toxines.

La faute à qui finalement, nous, fans et acheteurs, ou à tous ces groupes qui produisent dans l’ombre sans rien demander à personne, représentant la partie immergée d’un iceberg que personne ne souhaite voir dans sa globalité ?

Un peu des deux je crois, mais finalement, les albums balancés sur les Bandcamp et les liens copiés à la hâte sur les pages Facebook sont les tapes et flyers d’aujourd’hui, ceux que l’éthique DIY et Punk prônent depuis leur création, et avant leur récupération par des majors peu scrupuleuses et autres gros indépendants ne l’étant pas vraiment.

La question est quand même…

UNCLE RAY est-il l’oncle un peu crado du Punk et du Hardcore, celui qui vous serre la main sans se l’être lavée, et qui pose son gros cul pourri dans le canapé ?

Un peu, mais finalement, il est assez attachant. Et puis, on le connaît, on sait que tout ça n’est pas méchant, même si c’est foutrement bruyant.

Cet oncle nous en vient donc de Windsor, Ontario, Canada, le pays où il fait froid, et où on se réchauffe comme on peut en hurlant et vitupérant contre les frimas. Déjà dépositaire d’un EP de présentation, et d’une démo ornée de sa probable photo, UNCLE RAY est le genre de tonton un peu brouillon, qui ne fait rien comme les autres, et marche souvent sans sa canne et sur la tête.

Un tonton qui aime le Powerviolence, le Grind, le Hardcore, le Thrashcore, le Speedcore, le bordel et le foutoir, et finalement, toutes les excroissances qui finissent en Core.

Mais on en veut encore.

Et pourquoi ?

Parce que sa façon de traiter le bruit un peu de biais et sans vraiment s’avancer est salement spéciale et diablement spatiale. En fait, ce second EP, premier LP, ou ce que vous voulez est le genre de disque qu’on écoute d’une oreille un peu distraite au début, mais complètement concentrée au bout de quelques morceaux.

Qui sont pourtant plutôt courts.

Généralement, autour de la minute et quelques, et parfois, de la poignée de secondes. Mais aussi powerviolent soit ce II, il est aussi fort belliqueux et un peu nerveux. Inutile de vous attendre donc au torrent de blasts et de hurlements habituel et référent, ici les choses sont un peu moins évidentes. Voire, vraiment moins.

Mais comme on s’en rend compte dès « Miserable », on ne peut pas vraiment se sentir floué. Intro noisy en diable, avec sons tournoyants et feedback oppressant, tout ça sent l’Induscore un peu trituré qui fait mal au cerveau et aux mollets.

Et puis soudain, la rythmique se met en branle, vite accompagnée d’un riff sombre et gluant et d’un chant vraiment détonnant.

« Perennial » prend les devants, et ose des percussions au son plutôt perturbant, comme une vieille rondelle de GBH/CRASS jouée sur un pick-up des grands-parents. Tempo qui s’écrase et joue le Core crasse, pour une symphonie de la girouette qui n’en peut plus de tourner sur elle-même.

Et il est vrai qu’en termes de Powerviolence pur, les UNCLE RAY ne sont pas vraiment les plus rapides ou les plus assourdissants.

Mais leur raffut est éminemment sympathique et bordélique, et tempête entre Thrashcore à la CRYPTIC SLAUGHTER et Noise Indus à la NAILS. Mais en version vraiment très personnelle et agitée de samples et autres perturbations assommantes (« Root », no music, just noise, ans everybody’s happy).

C’est souvent pataud et un peu gauche dans la lourdeur soudainement bousculée par l’ardeur (« Webs », des toiles d’araignée un peu partout sur ce foutu canapé), et abrasif dans le mélange entre arrangements irritants et musique oppressante et irrégulière (« Strong Arm », bel exercice rythmique pas vraiment mathématique).

Mais en fait, II est symptomatique d’un monde à part, qui réfute tout principe de logique et de brutalité continue et soutenue. Ici, on mise tout autant sur le grincement de sons industriels perturbants, de dialogues cryptiques énoncés gravement, que sur une bande-son tout à l’avenant, maltraitant le Hardcore pour le métalliser de grosses guitares presque customisées Doom qui se prennent soudainement de grosses griffures Crust’n’Core qui abiment la peinture (« Stillness »).

Mais heureusement, ces traces de Crust anglais sont parfois assez persistantes pour durer plus d’une poignée de secondes, et ainsi assurer le lien entre un DISCHARGE mis à mal et un INTENSE MUTILATION à poil (« Open Doors »).

En gros comme en détail, pas mal de bizarrerie, mais pas d’ennui, même si les pistes se multiplient.

Nous avons même droit à une presque chanson entière (« Tough Guy », quasi deux minutes), qui respecte les mêmes non codes usuels, et qui laisse son batteur faire ce que bon lui semble, pendant que la guitare découpe un thème un poil rouillé.

Et puis, comme d’habitude, le tout est vite noyé sous un déluge de plomb de sons qui agacent les tympans. Que voulez-vous, c’est du déviant.

Alors non, ce bon vieil UNCLE RAY n’est pas forcément méchant. Il est un peu comme le Don Vito de Bam Margera. Gros, gras, lourd, agité, et à la diction pas toujours assurée.

Un mec que personne n’arrive à cerner et qui parle comme une mitraillette enrayée qui tire des balles mouillées. Mais on l’aime quand même, parce qu’il est toujours imprévisible.

Et ça, dans l’underground, c’est une denrée toujours comestible.


Titres de l'album:

  1. Miserable
  2. Perennial
  3. Root
  4. Webs
  5. Thief
  6. Strong Arms
  7. Liar
  8. Stillness
  9. Open Doors
  10. Shit Life
  11. November
  12. PVA (Powerviolence Alliance)
  13. Lung Power
  14. Delusion
  15. Tough Guy
  16. Disfigured

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/07/2017 à 18:24
75 %    502

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11