Jusqu’à présent, lorsque mon esprit entendait le mot SPHERES, il pensait à deux choses différentes. D’un côté, à un objet rond, de l’autre, au quatrième album d’un groupe hollandais du nom de PESTILENCE. A partir d’aujourd’hui, ce mot évoquera une troisième chose, en relation avec les deux premières, puisque SPHERES combine le côté circulaire du concept géométrique, ainsi que la brutalité évolutive du combo en question. Et bien que pour le moment, toutes les aspérités et irrégularités ne soient pas encore complètement gommées du principe, Iono, en tant que tel, se veut témoignage d’une réelle envie de proposer une vision du Metal Progressif très personnelle, et emprunte de différentes philosophies. Fondé en 2018 à Paris par le guitariste/chanteur Jonathan Lino, ce quatuor n’est devenu effectif qu’avec l’adjonction du batteur hollandais (tiens donc…) Tom Pluijmaekers, puis de l’arrivée de Lek à la basse et de Camille Lafontaine à la seconde guitare, et il nous propose donc en ce pas si joli mois de mai les fruits de ses premières réflexions, qui s’articulent en huit chapitres, aussi différents qu’ils ne sont complémentaires. Représentés par l’inépuisable boite Ellie Promotions, et distribué par Season of Mist, Iono a donc mis toutes les chances de son côté, permettant à une musique plurielle et riche de se voir exposée au plus grand nombre, et à juste titre. Car sans représenter un avenir palpable pour une musique qui semble avoir tout dit depuis longtemps, ce premier LP contient suffisamment d’arguments pour en incarner un présent tout à fait viable, au travers de mélodies malmenées, de rythmiques martelées, d’influences digérées, et de thématiques intrigantes, parfaitement résumées sur le Bandcamp du groupe.

Se situant à la croisée des chemins musicaux et philosophiques, Iono combine donc des éléments Progressifs, Death, génériquement Metal, et aborde des problèmes de société contemporains tout comme des intérêts plus vastes et scientifiques. Associant avec un certain flair les questionnements sur l’humanité et sa relation avec l’infini, les mythes (Orphée), et les puissances occultes (les médias, le gouvernement, le Darknet), SPHERES se veut donc au-delà des clivages, et propose à son public potentiel des pistes de réflexion, que les quatre musiciens ont mis en exergue via une musique non moins plurielle aux textures épaisses. Admettant des accointances artistiques avec les univers parallèles de TOOL, GOJIRA, MASTODON ou encore OPETH, ces instrumentistes aux ambitions affichées parviennent sans mal à s’extirper de la masse en développant des strates sonores qu’ils empilent ou font glisser à loisir, s’affiliant à la vague extrême tout en acceptant le legs des RUSH, DREAM THEATER, PERIPHERY, sans paraître imbus d’eux-mêmes ni trop egocentriques pour proposer un produit digne d’être apprécié par la plèbe des non-pratiquants. Huit morceaux, et autant de tentatives de se hisser hors du marasme de la normalité, pour des compositions qui ne font aucun mystère de leur préciosité, ce qu’on ressent de toute façon très bien dès l’entame ample et vaste de « The Cimmerian Ghost ». Evoquant l’humanité à l’âge de Fer, ce premier morceau pose les jalons d’une optique, avec une entame longue et évolutive, percussive, aux accents à la PORCUPINE TREE après un stage chez les GOJIRA, et qui permet à Jonathan de faire montre de l’étendue de sa palette vocale.

Passant sans retenue ni transition d’un chant clair au vibrato un peu forcé et à la théâtralité poussée, aux growls effectifs et rauques, le guitariste/chanteur se pose d’emblée en point de focalisation principal, le chant étant largement surmixé pour occuper le devant de la scène virtuelle. Ce qui ne veut aucunement dire que le reste de ses complices fait tapisserie, puisque dès les premières secondes, la section rythmique de Lek et Tom carbure à plein régime, entre patterns brisés et soudaines crises de blasts, tandis que Camille soutient son leader à grand renfort de syncopes et saccades. Leads propres et tempétueux, qui ne servent pas de simple exutoire à une technique qu’on aime voir flattée, avec des mélodies très prononcées, et des envolées qui nous emportent assez haut dans la gamme, développé en nuances et avancées progressives, « The Cimmerian Ghost » incarne l’intro rêvée, de celles qui mettent dans le bain sans tremper le tapis. Pour autant, ce premier segment ne synthétise pas tous les visages d’un groupe à plusieurs facettes, et qui a l’intelligence de ne pas se reposer que sur des longues suites. Car entre chaque titre de plus ou moins six ou sept minutes, SPHERES propose des inserts beaucoup plus concentrés, qui ne sont pas moins intéressants ou complexes. Cette facette plus succincte est brillamment représentée par des morceaux plus immédiats, comme le hargneux « Mars », invitation à l’exploration spatiale, « Break Loose » et sa mise en place en son clair, « Silk Road », plus temporisé et médium, s’intéressant de près à cette fameuse « route de la soie » du Darknet, ses tueurs à gage qu’on loue pour des bitcoins, sa drogue facile et ses autres délits pas moins glauques.

Nous avons donc affaire à un groupe parfaitement au fait des exigences contemporaines, qui n’hésite pas à recentrer son propos pour ne pas se faire trop disert, mais qui impose aussi des constructions plus élaborées, remplies d’idées porteuses et de petits arrangements ludiques. Ainsi, « Television Nation », et sa diatribe médiatique à l’encontre des grands groupes de communication s’accompagne d’un Metal hargneux mais harmonique que le DREAM THEATER le plus oblique et violent aurait pu composer en s’inspirant des crises de rage d’OPETH. « Sound City » en tant que final, est d’une évidence frappante, et permet de garder en mémoire l’image sonore d’un quatuor refusant de s’enfermer dans les convenances, acceptant la brutalité comme moyen d’expression ne devant pas nuire à la cohérence et la richesse de l’instrumental. On pense alors aux CYNIC, à OPETH toujours, et à pas mal d’autres groupes ayant fait les mêmes choix, mais on se dit surtout qu’en tant que nouveau venu, Iono tient largement la route, malgré quelques erreurs de jeunesse qui subsistent. Des riffs parfois trop classiques, et l’écueil d’un chant clair qui montre ses limites à en faire parfois un peu trop, mais globalement, et en tant que premier jet, cet album mérite franchement le soutien dont il bénéficie, et permettra à SPHERES de boucler une première boucle avant son prochain voyage.        

    

Titres de l’album :

                         01. The Cimmerian Ghost

                         02. Mars

                         03. Television Nation

                         04. Break Loose

                         05. Stellar

                         06. Silk Road

                         07. The Thing

                         08. Sound City

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/05/2019 à 18:30
78 %    307

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !