Metal Lands

Attika

26/02/2021

Pure Steel Records

Une signature sur le label allemand Pure Steel Records, ardent défenseur des traditions, musique lourde et emphatique, tout ça sentait le tir à vue à plein nez, et l’hommage nouveau au Heavy germain le plus typique. Mais les connaisseurs le savent, les ATTIKA ne sont ni nés de la dernière pluie, ni allemands, puisque leur pays d’origine se situe de l’autre côté de l’Atlantique, où leur carrière est née il y a fort longtemps. De Melbourne en Floride nous en revient donc l’un des plus fiers défenseurs d’un Metal US typique des eighties, et ceux qui ont eu la chance de poser leurs oreilles sur ce fameux éponyme publié en 1988 savent que ce quatuor ne plaisante pas lorsqu’il affirme détenir les clés de la violence américaine la plus typique. Fondé en 1983, ATTIKA est donc de cette génération Metal Massacre qui a tant fait pour notre musique préférée, même si son premier album ne vit le jour qu’à la fin d’une décennie qui a révolutionné l’approche agressive des parrains des seventies. Mais nous étions sans nouvelles du combo depuis la publication en 1991 de son second pamphlet When Heroes Fall, qui avait en son temps laissé une impression mitigée. Et vingt-cinq ans après son split, le groupe revient plus remonté que jamais nous les coller sous le double-menton d’une agression permanente.

Metal Lands est donc le troisième album que la troupe n’a jamais eu l’occasion d’enregistrer, et il n’est guère étonnant de retrouver l’œuvre au catalogue des esthètes allemands de Pure Steel Records. En effet, elle respecte toutes les valeurs défendues par la maison de disque, ce classicisme Heavy si cher aux structures d’outre-Rhin, cette franchise dans les riffs, et cette fidélité indéfectible à un style qui ne s’envisage que sous sa forme la plus pure. Toujours collés à une éthique entre Heavy et Power, les floridiens nous offrent donc la troisième partie d’une trilogie qui ne demandait qu’à être poursuivie, et si la spontanéité de son premier éponyme a laissé la place à un professionnalisme de vécu, la puissance n’en est pas moins éclatante et la sincérité indéniable.

Enregistré au studio The Zone de Melbourne en Floride, avec les ingénieurs du son Mark Brasel et Jason Anz,  mixé et masterisé par Robert Romagna à l’Audiostahl en Autriche, Metal Lands est donc une épopée sur les terres Metal que les plus nostalgiques d’entre vous sauront apprécier à sa juste valeur. En choisissant de rester honnêtes et de ne pas céder à la mode du recyclage à tout va, les américains justifient souvent les comparaisons établies entre eux et ARMORED SAINT, METAL CHURCH et même les européens d’ACCEPT, nous livrant là une performance convenue, mais méchamment convaincante. Ne le cachons pas - et aussi clichée soit l’image - ce troisième album à des airs de bracelets cloutés se frappant l’un l’autre dans un signe de ralliement. Pourtant, les ATTIKA évitent soigneusement de sombrer dans la vulgarité d’un Metal allemand tiède, et parviennent à construire un pont reliant la première partie de carrière d’ARMORED SAINT, et l’ACCEPT récent de Wolf Hoffmann.

Ce pont nous permet de relier les deux époques de la carrière d’ATTIKA, et d’opérer une jonction logique entre leur premier éponyme et ce Metal Lands. Et c’est un démarrage tonitruant à la JUDAS PRIEST qui nous propulse dans un passé pas si révolu que ça, que la jeune génération envie de toute son inspiration sous influence. « Metal Lands » est donc l’hymne inévitable que son titre laissait augurer, et nous offre des riffs massifs, et une interprétation vocale investie et absolue. Le line-up (Glenn Anthony - basse, Bill Krajewski - guitare, Jeff  Patelski - batterie et Robert van War - chant), reposant donc sur deux membres présents depuis les origines et se fie à son instinct, en refusant la modernisation d’une approche qui fonctionnait déjà il y a trois décennies. Mais croire à un passéisme crasse serait injuste envers les floridiens qui ont opéré un léger lifting, proposant ainsi à la basse d’occuper les avant-postes. Les constructions, formelles n’en sont pas moins évolutives et prenantes, et l’ambiance nimbant ce retour sous la lumière est vraiment prenante, avec son déluge de soli capables et farouches.

Dès lors, le tracklisting égrène ses litanies, et nous persuade du bien-fondé de ce comeback inopiné. Prônant une certaine insistance dans la lourdeur, Metal Lands évite toutefois les pièges du « gras qui tâche », même lorsque le tempo se bloque sur un mid insistant et plombé. « 8 Track Days » aurait ainsi pu se frayer un bon chemin sur le dernier ACCEPT, tandis que le missile « Like A Bullet » nous ramène aux grandes heures du Heavy Power US des années 83/85. Très proche d’ARMORED SAINT lorsque le compteur grimpe dans les tours, le groupe assume son passé avec une certaine fierté, et il y a de quoi. Toujours aussi mordant, le Metal des américains ne cherche pas la révolution, ni le chaos, mais bien la reconnaissance de tout un pan de culture Heavy ricaine.

Il est tout à fait possible de trouver ça redondant, mais il est impossible de remettre en cause la sincérité d’un ensemble qui n’a jamais dévié de sa trajectoire, malgré un long hiatus. Et il est donc tout à fait raisonnable de considérer ce troisième album comme une relecture de canons anciens, et comme une leçon donnée à la nouvelle génération old-school. Le message est clair, aussi fine soit la copie, elle ne vaudra jamais l’original, et « Darkness Of The Day » de donner la leçon adéquate : nous étions là avant vous, et nous le sommes toujours. Les mélodies amères, les reprises puissantes, tout est là et même plus, et la sensation est délicieuse.

Aucune faute de goût sur ce LP qui accumule les moments de bravoure, jouant intelligemment avec l’intensité pour ne pas lasser, et entre virilité assumée et lyrisme exacerbé, les morceaux se succèdent bon train, malgré quelques baisses de régime tout à fait excusables. On craque totalement pour le débridé « Thorn In My Side », proto-Hard Rock déchainé, et digne du meilleur METAL CHURCH, mais on se laisse aussi facilement amadouer par l’aveu « Sincerely Violent », proche d’un Heavy Thrash assez vicieux.

Un retour par la grande porte indépendante donc pour ATTIKA, qui comble deux décennies d’absence avec la flamboyance la plus pertinente. L’album offre en sus une clôture parfaite avec l’évolutif « One Wish », qui lui non plus n’a pas oublié le talent des METAL CHURCH et de la scène américaine des années Metal Blade. Du Heavy d’accord, mais le meilleur.         

   

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Metal Lands

02. 8 Track Days

03. Like A Bullet

04. Darkness Of The Day

05. The Price

06. Thorn In My Side

07. Run With The Horseman

08. Sincerely Violent

09. Gold

10. One Wish


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/10/2021 à 18:07
80 %    170

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44