SHYBOY, c’est évidemment une chanson de David Lee ROTH, composée par Billy Sheehan du temps de TALAS. Mais SHYBOY est aussi un patronyme très courtisé dans le monde du Rock, puisqu’une grosse poignée de groupes l’ont choisi comme nom de baptême. Celui abordé en ces lignes aujourd’hui n’est pas la dernière sensation à la mode, mais un obscur combo américain de la fin des années 80, qui n’aura laissé comme unique trace dans l’histoire qu’un modeste EP autoproduit, avant de disparaître corps et âme…Mais pas forcément pour tout le monde, puisque dans celui de la réédition à outrance, chaque petite pépite égarée par le temps se voit honorée d’une exhumation, pour le plus grand bonheur des nostalgiques de la série B étant passés à côté de quelque chose d’estimable en temps et en heure. Quelques éléments biographiques tout d’abord pour planter le décor, avant de juger de la pertinence de la pièce en question. Les SHYBOY se sont donc formés en juin 1988 dans le New-Jersey, avant de gagner leurs galons dans le circuit des clubs locaux, dont les fameux Studio One, Murphy’s Law, ou le Playpen. Ils ont d’ailleurs fait suffisamment parler d’eux pour ouvrir la scène à des groupes certifiés de la trempe de WARRANT, TRIXTER, ou ROXX GANG, et n’ont pas traîné pour sortir leur premier EP en novembre de la même année, Stop-N-Go. Las, les choses ne se passant que très rarement comme dans ses rêves les plus fous, les quatre musiciens (Marc Gulli (guitares), Ray Santini (basse), Chris Oremus (chant), et Bobby Lambert (batterie)) ont rapidement jeté l’éponge, et n’ont donc pas pu affronter les frimas des années 90, assez rudes pour les groupes de cette catégorie musicale connotée. L’histoire, avec un grand ou petit H aurait pu s’arrêter définitivement là pour eux, jusqu’à ce que les responsables du label nostalgique FnA Records ne les prennent sous leur aile quelques trente ans après leur création pour leur proposer un deal, et ainsi rééditer un certain nombre de bandes…

Au menu de ce Just Wanna Rock!, pas mal de choses donc. D’abord, le seul témoignage discographique de la période d’existence des musiciens, ce fameux EP Stop-N-Go, et ses six morceaux très symptomatiques des modes en vigueur dans la Californie des années 80, mais aussi une bordée de quatre inédits fournis par le guitariste Marc Gulli, le tout complété par un show presque intégral, puisque simplement amputé pour des raisons de durée d’une reprise du « Magic Power » de TRIUMPH. C’est donc dix-huit morceaux qui vous attendent sur cette fausse-vraie compilation, et autant dire que l’ensemble respire la nostalgie à pleins naseaux et les eighties dans le fuseau. L’intérêt d’une telle démarche eut égard au caractère anecdotique de la carrière d’un quatuor qui n’aura duré que le temps de deux étés ? Celui de découvrir un versant méconnu de la culture Glam’n’Sleaze du New-Jersey, un poil plus bridée et discrète que sa consœur californienne, et qui aujourd’hui éclate au grand jour grâce à la passion d’un label qui s’est clairement investi dans cette entreprise. Disponible en version CD dans un tirage extrêmement limité de cinq-cents exemplaires, mais aussi plus largement en édition digitale, Just Wanna Rock! braque donc les projecteurs sur un combo que peu d’entre vous doivent connaître, sinon les die-hard les plus absolus de la scène US des années 80. Loin de se contenter d’un placage d’anciennes bandes sur CD, FnA Records a donc accompli un joli travail de remasterisation sur les sources prodiguées, ce qui permet à ce premier faux album de sonner presque aussi pro que les œuvres sorties à l’époque…Je dis bien presque, car malgré les efforts fournis pour faire sonner les morceaux de façon pro, on sent au détour de chaque arrangement que les moyens de la bande à l’époque étaient clairement limités, puisque le tout sonne au mieux comme une démo gonflée à bloc, avec une prédominance de médiums et d’aigus, et des graves abandonnés dans un coin de la pièce. Mais tout ceci n’empêche pas d’apprécier un répertoire assez festif et charmant, à la croisée des chemins entre plusieurs références nationales, qui exhale d’un joli parfum de naïveté et de jeunesse que personne n’a pu oublier.

Ainsi, impossible à l’écoute de la power-ballad « Don't Walk Away » de ne pas penser au POISON de « Every Rose Has Its Thorn », ou au WARRANT de « Heaven », tant les similitudes sont flagrantes entre les trois chansons. Mais loin d’être d’indécrottables romantiques, les SHYBOY étaient avant tout des rockeurs bien dans leur époque, qui savaient faire sonner les riffs et faire rimer des refrains plein de tifs. A ce sujet, les cinq premières entrées qui constituaient l’ossature de leur EP sont toujours des modèles de Rock à tendance bien Hard, agrémentés d’arrangements de clavier assez discrets ou prédominants, et l’ambiance générique était plutôt à la fête, comme en témoigne le hit en puissance « Stop-N-Go », qu’un DOKKEN survitaminé ou qu’un TRIXTER plus aiguisé auraient pu composer chacun de leur côté. Des prouesses individuelles notables pour une production un peu défaillante (la basse est un peu trop en avant, et les riffs grésillent de temps en temps), et des accointances éclatantes avec la scène du Sunset et du Roxy, pour un mimétisme des plus grands acteurs Glam de la fin des eighties. Mais on comprend à l’écoute de cette musique que les SHYBOY ne manquaient pas de qualités, simplement d’un peu de chance ou d’un coup de pouce, celui de BON JVI par exemple, qui fit tant pour CINDERELLA quelques années plus tôt. Les années furent aussi un facteur prédominant pour le destin des américains, arrivés un poil trop tard avec une musique un peu convenue (qui rappelle d’ailleurs parfois le son de nos SWEET LIPS nationaux, ou même des SILK GLOVES), et qui n’ont donc pas pu accéder à la starisation promise à leurs illustres compagnons de scène …

Les quatre inédits proposés ne dérogent pas à la règle artistique précédemment énoncée, et respectent le même cahier des charges, pâtissant d’une qualité de son encore plus évidente, malgré des thèmes romantiques assez probants (« Waiting For You », une mise en place pas très carrée pour une émotion vraie), et des agressions purement Hard-Rock brillant d’un gloss légèrement Glam très aguicheur (« Do Or Die »). Je vous laisserai le soin de juger selon votre humeur de la pertinence du show proposé en bonus ultime, le tout égalant la qualité d’un bootleg de moyenne qualité, mais ayant celle de présenter le groupe in situ, chose fort appréciable au vu de l’énergie dégagée. Si musicalement, aucune épiphanie ne vous attend au tournant, cette réédition d’un label de passionné vaut surtout pour sa dualité, sorte d’anecdote charmante devenant indispensable avec le temps, et permettant de replacer dans le bon contexte un groupe estampillé 80’s que bon nombre de malades de la vague vintage imitent à longueur d’année. Un boulot remarquable pour un résultat sympathique, et un joli objet à ajouter à votre collection si le Hard à tendance Sleaze légèrement FM est votre passion depuis les premières moues de Marc Slaughter.


Titres de l'album :

                          1.Stop-N-Go  

                          2.Cryin' Over You     

                          3.Just Wanna Rock    

                          4.Hangin' On 

                          5.Are We In Love      

                          6.Don't Walk Away   

                          7.Waiting For You     

                          8.Do Or Die   

                          9.I'm The One

                         10.Can't Have It        

                         11.Do Or Die (Live)  

                         12.I'm The One (Live)          

                         13.Hangin' On (Live)

                         14.Daddy's Little Rich Girl (Live)    

                         15.Love Will Find Your Heart (Live)

                         16.Waiting For You (Live)    

                         17.Stop-N-Go

                         18.Are We In Love

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/10/2018 à 16:06
78 %    72

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...