SHYBOY, c’est évidemment une chanson de David Lee ROTH, composée par Billy Sheehan du temps de TALAS. Mais SHYBOY est aussi un patronyme très courtisé dans le monde du Rock, puisqu’une grosse poignée de groupes l’ont choisi comme nom de baptême. Celui abordé en ces lignes aujourd’hui n’est pas la dernière sensation à la mode, mais un obscur combo américain de la fin des années 80, qui n’aura laissé comme unique trace dans l’histoire qu’un modeste EP autoproduit, avant de disparaître corps et âme…Mais pas forcément pour tout le monde, puisque dans celui de la réédition à outrance, chaque petite pépite égarée par le temps se voit honorée d’une exhumation, pour le plus grand bonheur des nostalgiques de la série B étant passés à côté de quelque chose d’estimable en temps et en heure. Quelques éléments biographiques tout d’abord pour planter le décor, avant de juger de la pertinence de la pièce en question. Les SHYBOY se sont donc formés en juin 1988 dans le New-Jersey, avant de gagner leurs galons dans le circuit des clubs locaux, dont les fameux Studio One, Murphy’s Law, ou le Playpen. Ils ont d’ailleurs fait suffisamment parler d’eux pour ouvrir la scène à des groupes certifiés de la trempe de WARRANT, TRIXTER, ou ROXX GANG, et n’ont pas traîné pour sortir leur premier EP en novembre de la même année, Stop-N-Go. Las, les choses ne se passant que très rarement comme dans ses rêves les plus fous, les quatre musiciens (Marc Gulli (guitares), Ray Santini (basse), Chris Oremus (chant), et Bobby Lambert (batterie)) ont rapidement jeté l’éponge, et n’ont donc pas pu affronter les frimas des années 90, assez rudes pour les groupes de cette catégorie musicale connotée. L’histoire, avec un grand ou petit H aurait pu s’arrêter définitivement là pour eux, jusqu’à ce que les responsables du label nostalgique FnA Records ne les prennent sous leur aile quelques trente ans après leur création pour leur proposer un deal, et ainsi rééditer un certain nombre de bandes…

Au menu de ce Just Wanna Rock!, pas mal de choses donc. D’abord, le seul témoignage discographique de la période d’existence des musiciens, ce fameux EP Stop-N-Go, et ses six morceaux très symptomatiques des modes en vigueur dans la Californie des années 80, mais aussi une bordée de quatre inédits fournis par le guitariste Marc Gulli, le tout complété par un show presque intégral, puisque simplement amputé pour des raisons de durée d’une reprise du « Magic Power » de TRIUMPH. C’est donc dix-huit morceaux qui vous attendent sur cette fausse-vraie compilation, et autant dire que l’ensemble respire la nostalgie à pleins naseaux et les eighties dans le fuseau. L’intérêt d’une telle démarche eut égard au caractère anecdotique de la carrière d’un quatuor qui n’aura duré que le temps de deux étés ? Celui de découvrir un versant méconnu de la culture Glam’n’Sleaze du New-Jersey, un poil plus bridée et discrète que sa consœur californienne, et qui aujourd’hui éclate au grand jour grâce à la passion d’un label qui s’est clairement investi dans cette entreprise. Disponible en version CD dans un tirage extrêmement limité de cinq-cents exemplaires, mais aussi plus largement en édition digitale, Just Wanna Rock! braque donc les projecteurs sur un combo que peu d’entre vous doivent connaître, sinon les die-hard les plus absolus de la scène US des années 80. Loin de se contenter d’un placage d’anciennes bandes sur CD, FnA Records a donc accompli un joli travail de remasterisation sur les sources prodiguées, ce qui permet à ce premier faux album de sonner presque aussi pro que les œuvres sorties à l’époque…Je dis bien presque, car malgré les efforts fournis pour faire sonner les morceaux de façon pro, on sent au détour de chaque arrangement que les moyens de la bande à l’époque étaient clairement limités, puisque le tout sonne au mieux comme une démo gonflée à bloc, avec une prédominance de médiums et d’aigus, et des graves abandonnés dans un coin de la pièce. Mais tout ceci n’empêche pas d’apprécier un répertoire assez festif et charmant, à la croisée des chemins entre plusieurs références nationales, qui exhale d’un joli parfum de naïveté et de jeunesse que personne n’a pu oublier.

Ainsi, impossible à l’écoute de la power-ballad « Don't Walk Away » de ne pas penser au POISON de « Every Rose Has Its Thorn », ou au WARRANT de « Heaven », tant les similitudes sont flagrantes entre les trois chansons. Mais loin d’être d’indécrottables romantiques, les SHYBOY étaient avant tout des rockeurs bien dans leur époque, qui savaient faire sonner les riffs et faire rimer des refrains plein de tifs. A ce sujet, les cinq premières entrées qui constituaient l’ossature de leur EP sont toujours des modèles de Rock à tendance bien Hard, agrémentés d’arrangements de clavier assez discrets ou prédominants, et l’ambiance générique était plutôt à la fête, comme en témoigne le hit en puissance « Stop-N-Go », qu’un DOKKEN survitaminé ou qu’un TRIXTER plus aiguisé auraient pu composer chacun de leur côté. Des prouesses individuelles notables pour une production un peu défaillante (la basse est un peu trop en avant, et les riffs grésillent de temps en temps), et des accointances éclatantes avec la scène du Sunset et du Roxy, pour un mimétisme des plus grands acteurs Glam de la fin des eighties. Mais on comprend à l’écoute de cette musique que les SHYBOY ne manquaient pas de qualités, simplement d’un peu de chance ou d’un coup de pouce, celui de BON JVI par exemple, qui fit tant pour CINDERELLA quelques années plus tôt. Les années furent aussi un facteur prédominant pour le destin des américains, arrivés un poil trop tard avec une musique un peu convenue (qui rappelle d’ailleurs parfois le son de nos SWEET LIPS nationaux, ou même des SILK GLOVES), et qui n’ont donc pas pu accéder à la starisation promise à leurs illustres compagnons de scène …

Les quatre inédits proposés ne dérogent pas à la règle artistique précédemment énoncée, et respectent le même cahier des charges, pâtissant d’une qualité de son encore plus évidente, malgré des thèmes romantiques assez probants (« Waiting For You », une mise en place pas très carrée pour une émotion vraie), et des agressions purement Hard-Rock brillant d’un gloss légèrement Glam très aguicheur (« Do Or Die »). Je vous laisserai le soin de juger selon votre humeur de la pertinence du show proposé en bonus ultime, le tout égalant la qualité d’un bootleg de moyenne qualité, mais ayant celle de présenter le groupe in situ, chose fort appréciable au vu de l’énergie dégagée. Si musicalement, aucune épiphanie ne vous attend au tournant, cette réédition d’un label de passionné vaut surtout pour sa dualité, sorte d’anecdote charmante devenant indispensable avec le temps, et permettant de replacer dans le bon contexte un groupe estampillé 80’s que bon nombre de malades de la vague vintage imitent à longueur d’année. Un boulot remarquable pour un résultat sympathique, et un joli objet à ajouter à votre collection si le Hard à tendance Sleaze légèrement FM est votre passion depuis les premières moues de Marc Slaughter.


Titres de l'album :

                          1.Stop-N-Go  

                          2.Cryin' Over You     

                          3.Just Wanna Rock    

                          4.Hangin' On 

                          5.Are We In Love      

                          6.Don't Walk Away   

                          7.Waiting For You     

                          8.Do Or Die   

                          9.I'm The One

                         10.Can't Have It        

                         11.Do Or Die (Live)  

                         12.I'm The One (Live)          

                         13.Hangin' On (Live)

                         14.Daddy's Little Rich Girl (Live)    

                         15.Love Will Find Your Heart (Live)

                         16.Waiting For You (Live)    

                         17.Stop-N-Go

                         18.Are We In Love

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/10/2018 à 16:06
78 %    225

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)