SHYBOY, c’est évidemment une chanson de David Lee ROTH, composée par Billy Sheehan du temps de TALAS. Mais SHYBOY est aussi un patronyme très courtisé dans le monde du Rock, puisqu’une grosse poignée de groupes l’ont choisi comme nom de baptême. Celui abordé en ces lignes aujourd’hui n’est pas la dernière sensation à la mode, mais un obscur combo américain de la fin des années 80, qui n’aura laissé comme unique trace dans l’histoire qu’un modeste EP autoproduit, avant de disparaître corps et âme…Mais pas forcément pour tout le monde, puisque dans celui de la réédition à outrance, chaque petite pépite égarée par le temps se voit honorée d’une exhumation, pour le plus grand bonheur des nostalgiques de la série B étant passés à côté de quelque chose d’estimable en temps et en heure. Quelques éléments biographiques tout d’abord pour planter le décor, avant de juger de la pertinence de la pièce en question. Les SHYBOY se sont donc formés en juin 1988 dans le New-Jersey, avant de gagner leurs galons dans le circuit des clubs locaux, dont les fameux Studio One, Murphy’s Law, ou le Playpen. Ils ont d’ailleurs fait suffisamment parler d’eux pour ouvrir la scène à des groupes certifiés de la trempe de WARRANT, TRIXTER, ou ROXX GANG, et n’ont pas traîné pour sortir leur premier EP en novembre de la même année, Stop-N-Go. Las, les choses ne se passant que très rarement comme dans ses rêves les plus fous, les quatre musiciens (Marc Gulli (guitares), Ray Santini (basse), Chris Oremus (chant), et Bobby Lambert (batterie)) ont rapidement jeté l’éponge, et n’ont donc pas pu affronter les frimas des années 90, assez rudes pour les groupes de cette catégorie musicale connotée. L’histoire, avec un grand ou petit H aurait pu s’arrêter définitivement là pour eux, jusqu’à ce que les responsables du label nostalgique FnA Records ne les prennent sous leur aile quelques trente ans après leur création pour leur proposer un deal, et ainsi rééditer un certain nombre de bandes…

Au menu de ce Just Wanna Rock!, pas mal de choses donc. D’abord, le seul témoignage discographique de la période d’existence des musiciens, ce fameux EP Stop-N-Go, et ses six morceaux très symptomatiques des modes en vigueur dans la Californie des années 80, mais aussi une bordée de quatre inédits fournis par le guitariste Marc Gulli, le tout complété par un show presque intégral, puisque simplement amputé pour des raisons de durée d’une reprise du « Magic Power » de TRIUMPH. C’est donc dix-huit morceaux qui vous attendent sur cette fausse-vraie compilation, et autant dire que l’ensemble respire la nostalgie à pleins naseaux et les eighties dans le fuseau. L’intérêt d’une telle démarche eut égard au caractère anecdotique de la carrière d’un quatuor qui n’aura duré que le temps de deux étés ? Celui de découvrir un versant méconnu de la culture Glam’n’Sleaze du New-Jersey, un poil plus bridée et discrète que sa consœur californienne, et qui aujourd’hui éclate au grand jour grâce à la passion d’un label qui s’est clairement investi dans cette entreprise. Disponible en version CD dans un tirage extrêmement limité de cinq-cents exemplaires, mais aussi plus largement en édition digitale, Just Wanna Rock! braque donc les projecteurs sur un combo que peu d’entre vous doivent connaître, sinon les die-hard les plus absolus de la scène US des années 80. Loin de se contenter d’un placage d’anciennes bandes sur CD, FnA Records a donc accompli un joli travail de remasterisation sur les sources prodiguées, ce qui permet à ce premier faux album de sonner presque aussi pro que les œuvres sorties à l’époque…Je dis bien presque, car malgré les efforts fournis pour faire sonner les morceaux de façon pro, on sent au détour de chaque arrangement que les moyens de la bande à l’époque étaient clairement limités, puisque le tout sonne au mieux comme une démo gonflée à bloc, avec une prédominance de médiums et d’aigus, et des graves abandonnés dans un coin de la pièce. Mais tout ceci n’empêche pas d’apprécier un répertoire assez festif et charmant, à la croisée des chemins entre plusieurs références nationales, qui exhale d’un joli parfum de naïveté et de jeunesse que personne n’a pu oublier.

Ainsi, impossible à l’écoute de la power-ballad « Don't Walk Away » de ne pas penser au POISON de « Every Rose Has Its Thorn », ou au WARRANT de « Heaven », tant les similitudes sont flagrantes entre les trois chansons. Mais loin d’être d’indécrottables romantiques, les SHYBOY étaient avant tout des rockeurs bien dans leur époque, qui savaient faire sonner les riffs et faire rimer des refrains plein de tifs. A ce sujet, les cinq premières entrées qui constituaient l’ossature de leur EP sont toujours des modèles de Rock à tendance bien Hard, agrémentés d’arrangements de clavier assez discrets ou prédominants, et l’ambiance générique était plutôt à la fête, comme en témoigne le hit en puissance « Stop-N-Go », qu’un DOKKEN survitaminé ou qu’un TRIXTER plus aiguisé auraient pu composer chacun de leur côté. Des prouesses individuelles notables pour une production un peu défaillante (la basse est un peu trop en avant, et les riffs grésillent de temps en temps), et des accointances éclatantes avec la scène du Sunset et du Roxy, pour un mimétisme des plus grands acteurs Glam de la fin des eighties. Mais on comprend à l’écoute de cette musique que les SHYBOY ne manquaient pas de qualités, simplement d’un peu de chance ou d’un coup de pouce, celui de BON JVI par exemple, qui fit tant pour CINDERELLA quelques années plus tôt. Les années furent aussi un facteur prédominant pour le destin des américains, arrivés un poil trop tard avec une musique un peu convenue (qui rappelle d’ailleurs parfois le son de nos SWEET LIPS nationaux, ou même des SILK GLOVES), et qui n’ont donc pas pu accéder à la starisation promise à leurs illustres compagnons de scène …

Les quatre inédits proposés ne dérogent pas à la règle artistique précédemment énoncée, et respectent le même cahier des charges, pâtissant d’une qualité de son encore plus évidente, malgré des thèmes romantiques assez probants (« Waiting For You », une mise en place pas très carrée pour une émotion vraie), et des agressions purement Hard-Rock brillant d’un gloss légèrement Glam très aguicheur (« Do Or Die »). Je vous laisserai le soin de juger selon votre humeur de la pertinence du show proposé en bonus ultime, le tout égalant la qualité d’un bootleg de moyenne qualité, mais ayant celle de présenter le groupe in situ, chose fort appréciable au vu de l’énergie dégagée. Si musicalement, aucune épiphanie ne vous attend au tournant, cette réédition d’un label de passionné vaut surtout pour sa dualité, sorte d’anecdote charmante devenant indispensable avec le temps, et permettant de replacer dans le bon contexte un groupe estampillé 80’s que bon nombre de malades de la vague vintage imitent à longueur d’année. Un boulot remarquable pour un résultat sympathique, et un joli objet à ajouter à votre collection si le Hard à tendance Sleaze légèrement FM est votre passion depuis les premières moues de Marc Slaughter.


Titres de l'album :

                          1.Stop-N-Go  

                          2.Cryin' Over You     

                          3.Just Wanna Rock    

                          4.Hangin' On 

                          5.Are We In Love      

                          6.Don't Walk Away   

                          7.Waiting For You     

                          8.Do Or Die   

                          9.I'm The One

                         10.Can't Have It        

                         11.Do Or Die (Live)  

                         12.I'm The One (Live)          

                         13.Hangin' On (Live)

                         14.Daddy's Little Rich Girl (Live)    

                         15.Love Will Find Your Heart (Live)

                         16.Waiting For You (Live)    

                         17.Stop-N-Go

                         18.Are We In Love

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/10/2018 à 16:06
78 %    42

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.