Kind Words

Corbeaux

23/05/2016

Vox Project

Ce volatile noir de jais ne bénéficie pas d’un très grand capital sympathie auprès des humains…Chassés dans les champs avec force épouvantails ridicules, on le retrouve souvent dépeint lors des retranscriptions de scènes de bataille, et il reste le symbole de la désolation, de la tristesse et du malheur. Et on a même donné son nom à tous ces lâches qui dénoncent leurs contemporains derrière un anonymat peu glorieux.

Pourtant, dans le règne animal, ils se caractérisent par un courage sans bornes, une sociabilité, beaucoup d’intelligence et de fidélité.

Alors, le corbeau, oiseau à réhabiliter ?

Indéniablement. Et quoiqu’il en soit, et malgré l’opprobre publique, j’aime cet animal. Parce qu’il est beau. Parce qu’il vit sa vie sans se soucier du qu’en dira-on.

Un peu comme ce groupe dont je vais vous parler ce matin…

A savoir dans quel sens ce gang de Quimper a adopté son patronyme…Pourraient-ils dénoncer quelque chose sans vouloir qu’on les identifie ? Restent-ils seuls dans leur coin ? Où sont-ils fidèles à une éthique individuelle dont ils ne dévient pas ?

Vous savez quoi ?

Je pense que c’est tout ça à la fois.

Au départ, CORBEAUX, c’était du Post Rock. Mais comme tous les chantres du style, ils ont mis en application les préceptes de toute conception « Post », et ont évolué. Aujourd’hui, leur musique est si libre qu’il est très difficile de la classer quelque part, alors on parler de Free Noise Rock, de Mathcore apprivoisé, et plus simplement de Rock alternatif sans brides ni limites.

Après leur second album, Hit The Head, le quatuor (Mickaël Pochet – guitare & chant, Mathieu Crétier – basse & chant, Maël le Guichaoua – guitare et Joris Saïdani – batterie) a décidé d’aller encore plus loin dans son exploration des sentiments et a agrandi une fois de plus sa palette sonore. Et le résultat de cette quête permanente se trouve dans les pistes de ce quatrième LP, Kind Words, qui en effet à bien des choses douces à entendre.

Une fois de plus, l’équipe s’est articulée autour d’Amaury Sauvé (AS WE DRAWN, BIRDS IN A ROW) et Magnus Lindberg (CULT OF LUNA, ABRAHAM, et surtout COILGUNS), a gardé sa trame de départ, et a brodé des thèmes sombres, contemplatifs, remplis de stridences, de poussées de colère, de nostalgie, mais aussi d’une tristesse sourde qui donne à plusieurs morceaux une couleur passée.

La méthode est éprouvée, repose sur une liberté de ton, d’accents bruitistes, mais aussi de longues digressions d’une harmonie nostalgique ou irritée. On sent quelques influences notables, quoique après toutes ces œuvres enregistrées, le groupe sache très bien où il va, avec ses propres moyens. Avec la présence active de Magnus, la référence COILGUNS est bien sûr incontournable, mais la musique des Quimpérois est beaucoup moins heurtée que celle de ses homologues.

Il y a beaucoup de violence dans cet opus, mais elle-est la plupart du temps larvée, pas franchement ouverte, bruyante, mais pas assourdissante.

La production un peu cotonneuse confère aux titres une aura un peu distante, et se trouve parfaitement illustrée par le morceau « The Light Has A Voice », avec ce chant vraiment sous mixé, cette basse énorme qui fait trembler le feedback mesuré de la guitare, un peu comme si les MELVINS et UNSANE se trouvaient dans un état apathique dont ils ne parviennent pas à s’extraire.

Pas d’énormes différences entre Kind Words et les travaux antérieurs du quatuor, juste un perfectionnisme dans l’approximation, et des plans qui s’enchaînent de manière très fluide. Bien évidemment, parfois la machine s’emballe un peu, mais toujours en restant sous contrôle, et « Helena Markos » (la Mère des soupirs dans la trilogie des Trois Mères d’Argento) de propulser une rythmique tribale striée de riffs lacérés et de cris désespérés, qui vont à l’encontre des murmures qui s’échappaient de la bouche ridée du personnage évoqué. Mais là est la dualité de ce groupe qui joue avec les frontières de style. Crier pour mieux susurrer, bousculer pour passer sans se faire remarquer, violenter sans toucher….

Alors, que vous parliez de Post Hardcore, de Noise, de Post Noise ou de Metal Alternatif abrasif, peu importe. La musique s’exprime par elle-même au-delà des mots, et c’est comme ça que les CORBEAUX entendent leur cri.

Il est complexe, évite les poncifs de la brutalité trop ouverte, mais dérange. Sur ces sept nouveaux morceaux, trois jouent la montre et écrasent les six minutes, sans jamais se répéter ou être trop complaisants.

Ils en posent d’ailleurs deux en ouverture de l’album, dont le bondissant « Corpse Pose », qui démarre sur les chapeaux de toms, et qui oppose la furie rythmique des UNSANE et la nonchalance des LIZARD. Duo basse/batterie en prédominance, guitare qui tisse des motifs harmoniques instables et presque maladifs, et chant qui recule d’un ton pour être à peine perçu et laisser respirer l’instrumental.

« Old Tired Horse » au contraire laisse la gravité se présenter, avant de l’accompagner de quelques réminiscences Jazzy. Quelques arpèges sobres, un contretemps discret, et un crescendo qui trouve soudain son apogée dans une rupture provoquée, qui termine dans un chaos de bruit blanc assourdissant, comme si les MILK et les COILGUNS fonçaient droit dans le mur sans chercher à éviter leur trajectoire fatale.

A contrario, le final « Twig » avoue sa franchise dès ses premières secondes, et rappelle la scène Noisy New-yorkaise, en fracassant sa rythmique sur un bloc de guitares pourtant fissuré. On alterne poussées suffocantes et libérations oxygénées, et on laisse quelques notes ramener un peu d’air dans cette ambiance moite et concentrée. Fin du quatrième épisode, qu’on trouvera sans doute un peu court, mais…fidèle.

Fidèle à une démarche, à une envie, celle de ne rien faire comme les autres. Alors oui, les corbeaux sont des oiseaux très intelligents, et fidèles. Et pas du tout des symboles de mort ou de mauvais sort comme la culture anglo-saxonne aime encore à le faire croire.

Du côté de Quimper, on aime les voir s’envoler régulièrement. Ils sont annonciateurs d’une musique fertile, et d’une inspiration riche.

Et surtout, d’un peu de bonheur bruitiste certes, mais cathartique d’une certaine manière. D’une tristesse assumée. Mais qui paradoxalement, rend heureux.


Titres de l'album:

  1. Corpse Pose
  2. Helena Markos
  3. Mouth Shut
  4. Old Dying Horse
  5. Old Tired Horse
  6. The Light Has A Voice
  7. Twig

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 26/02/2017 à 16:51
90 %    517

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00

Humungus

Bah putain...Devait y avoir une sacrée ambiance depuis un sacré bout de temps dans le groupe hein...Je ne savais pas du tout que Burton avait un projet annexe.Je m'écoute ça en ce moment là : Rien de Metal là-dedans.

29/09/2020, 08:53

Arioch91

Slamming Beatdown...La lutte contre le tabassage...  

29/09/2020, 08:08

Arioch91

@NecroKosmos : alors, tu l'as écouté finalement ? T'en as pensé kwa ?

29/09/2020, 08:04

Xoen

Chronique montrant une méconnaissance flagrante de l'histoire de Blasphemy et des groupes cités...

29/09/2020, 08:03

Bones

Kézako ??? Slamming Beatdown ??Ca y est, je suis officiellement devenu un vieux con.

28/09/2020, 17:52

LeMoustre

Excellent, lui, il a la palme, en effet.

28/09/2020, 17:12