Après les supergroupes, les associations de musiciens fameux, Frontiers nous propose une affaire de famille avec le groupe DECARLO. On retrouve en effet aux commandes du projet Tommy DeCarlo et Tommy DeCarlo Jr, le père et le fils, embarqués dans la même aventure à base de mélodies prononcées et d’AOR nuancé. Ils sont tous les deux épaulés par une rythmique de choc avec Dan Hitz à la batterie et Brett Nelson à la basse, pour un premier album sous leur propre nom qui ne manquera pas d’interpeller les fans de Rock mélodique US. En effet, loin d’être un newbie, Tommy DeCarlo n’est rien de moins que le chanteur du légendaire BOSTON depuis 2007 en live, et cette décennie ou plus d’expérience lui a apporté le matériau nécessaire à l’élaboration de son propre répertoire, aussi soft et perfectionniste que celui de son groupe d’adoption. Mais pas d’inquiétude à avoir, le concept DECARLO n’est pas qu’un simple démarcage du son inventé par l’omnipotent Tom Schultz, mais bien un serment d’allégeance à l’AOR le plus pur et abordable, ce qui ne manquera pas de rebuter les plus accros d’entre vous à la violence instrumentale. Car sur ce premier LP, les guitares sont polies, modulées, et n’utilisent la distorsion que lorsque l’ambiance le réclame, autant dire par intermittence assez irrégulière. Mais c’est une chose qu’on comprend dès « A Better Day » qui de son intro clean ne fait pas grand mystère de ses inclinaisons. Guitare tendre et soft, rythmique souple et smooth, chant qui ne cherche pas l’esbroufe, le ton est donné, et le son west-coast prononcé, pour une démonstration d’orfèvrerie harmonique dans la plus grande tradition américaine, rappelant par la même le génie d’une nation qui a toujours dominé ce genre de débats. Originaire de Charlotte en Caroline du Nord, le groupe n’est donc pas là pour déchaîner les enfers ni copier ses voisins de label, mais bien pour rappeler que le Rock et la tendresse peuvent s’accommoder l’un de l’autre sans rompre un équilibre assez complexe à trouver. Et de fait, Lightning Strikes Twice se classe de lui-même dans la catégorie des œuvres attachantes, mais pas forcément destinées à faire grand bruit.

A l’écoute de ce premier effort sous nom personnel, on pense immédiatement à des noms plus connus, celui de Rick Springfield évidemment, sans les accointances Country, à Henry Lee Summer, Richard Marx, et tous ces défenseurs d’un romantisme musical ne dédaignant pas la force d’un Rock hautement radiophonique. Comme dans chacun des cas évoqués, les chansons sont de véritables tubes en puissance, se la jouant délibérément cool, sans heurter les sensibilités, à cheval entre une Pop-Rock musclée et un Classic Rock modernisé, et « You Are The Fire » de plus volontiers faire chauffer le feu dans la cheminée que de déclencher un incendie dans une salle de concert. D’ailleurs, la volonté est clairement affichée, en progressant l’album se révèle sous un jour tranquille, jusqu’à s’éloigner dangereusement du Rock le plus fondamental avec « Give Love A Try », proche de MIKE & THE MECHANICS. Heureusement pour nous, l’énergie revient par à-coups, sans jamais piétiner la bienséance, au grand dam certainement des fans de Rock échevelé. « Lightning Strikes Twice », le title-track profite donc d’un refrain collégial contagieux pour s’imposer comme premier hit du LP avec ses arrangements d’arrière-plan évoquant une foule conquise d’avance. Mais en avouant dès le départ un désir simple de se faire plaisir et de composer pour lui-même, Tommy DeCarlo dégonfle la polémique éventuelle, et il est dès lors assez simple de deviner que le musicien se sent terriblement à l’aise dans le contexte live de BOSTON, et qu’il a dû écouter plus d’une ou deux fois des géants comme TOTO ou REO SPEEDWAGON. D’ailleurs, le format de Lightning Strikes Twice suggère un respect de la Pop la plus traditionnelle, avec des morceaux ne dépassant qu’en une seule occurrence les quatre minutes, pour une durée globale de quarante, ce qui permet à l’auditeur de ne jamais se lasser, d’autant que l’inspiration vogue de thèmes en ambiances, jusqu’à atteindre un paroxysme dans la douceur par l’entremise de la blue song « Still In Love ».

Mais pour autant, le projet n’évite pas non plus la virilité d’un Rock joué avec les tripes, et évoquant l’histoire américaine des Springsteen, Petty, Cougar et autres patrons de la scène, avec un hommage déguisé « Rock N’ Soul » au titre plus qu’évocateur. Toujours aussi capable, Tommy DeCarlo prouve de sa voix maîtrisée qu’il n’a nullement l’intention de défier les cadors lyriques sur leur propre terrain, préférant rester abordable et humain, tout comme son fils qui manie la guitare avec efficacité, mais humilité. Plus que de Hard, il convient donc de parler de Rock, un Rock générique, mais personnel de ses ambitions, un  Rock que l’on pourrait qualifier de mainstream sans être grossier ou condescendant, et qui nous ramène aux grandes heures du Billboard des années 80, via « There She Goes » qui sonne comme le tube qu’il aurait pu et dû être il y a trente ans. Les chansons se succèdent donc, comme un samedi soir dans un bar lorsqu’un groupe local égrène son répertoire de fête, avec un seul but en tête : distraire le public et lui donner envie de danser. Cette mission est remplie à merveille, avec des morceaux trépidants et bondissants de la trempe de « Stand Up (Play Ball) », qui transpose un bœuf entre Huey Lewis et Rick Springfield avec beaucoup d’acuité instrumentale. Les chœurs claquent comme les doigts, le refrain invite à unir les mains, et le tout dégage une bonne humeur contagieuse, à défaut de révolutionner le créneau. Mais la révolution n’est pas le but avoué de tous les musiciens, qui s’accomplissent parfois très bien dans un classicisme délicieux, et malgré ce formalisme de rigueur, Lightning Strikes Twice s’écoute avec bonheur, même lorsque les sentiments prennent le pas sur le mordant. Avec un timbre de voix très doux qui s’accorde très bien de moments de tendresse, DeCarlo s’autorise donc de superbes ballades empreintes d’AOR de premier choix, notamment sur la sublime « The One ».

Et pour ne pas nous laisser sur une impression d’entre-deux trop prononcée, le groupe n’hésite pas à se montrer allusif au Hard californien des eighties, laissant enfin les guitares mordre plus fort pour un « Gotta Go » bien remonté et plus symptomatique de JOURNEY. Certes, « I Think I Fell In Love With You » revient traîner du côté du consensuel assumé, mais la mélodie est si convaincante qu’on se laisse prendre au jeu, satisfait d’avoir passé une quarantaine de minutes en si bonne compagnie. Rien qui ne bouscule votre quotidien, juste de bonnes chansons interprétées par des passionnés, qui n’ont pas oublié justement que la passion était le meilleur argument de conviction.     

                                  

Titres de l’album :

                         01. A Better Day

                         02. You Are The Fire

                         03. Give Love A Try

                         04. Into The Storm

                         05. Lightning Strikes Twice

                         06. Still In Love

                         07. Rock N’ Soul

                         08. There She Goes

                         09. Stand Up (Play Ball)

                         10. The One

                         11. Gotta Go

                         12. I Think I Fell In Love With You

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/02/2020 à 18:13
80 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.