On peut toujours donner des leçons aux anglais, conchier la pauvre Theresa pour ses mauvais choix politiques, stigmatiser le royaume pour avoir par le passé considéré être le centre du monde et nous avoir cherché des noises, mais s’il est un domaine où la couronne n’a de conseil à recevoir de personne, c’est bien en termes de musique. Nous n’allons pas ici récapituler toutes les grandes figures ayant émergé de Londres, Liverpool ou Manchester, ni égrener les courants que ces satanés anglais ont inventés et popularisés, mais autant dire en passant que dans le domaine du Hard Rock, du Heavy Metal et du Glam, ils n’ont pas grand-chose à apprendre de nous, ni de quiconque d’ailleurs. On pourrait à la rigueur acter du fait que leurs idoles les plus éternelles officiaient il y a quelques décennies (Bowie, Bolan, SLADE, SWEET, etc...), et qu’elles se revendiquaient alors plus du Rock qu’autre chose, et que les USA sont depuis passés par là avec leur vague Sleaze à décoiffer un David Lee Roth sortant de sa séance d’UV (POISON, PRETTY BOY FLOYD, bref, Hair-Metal, bla-bla…), mais comme ces maniaques de l’exactitude du tea-time l’ont déjà prouvé, ils ne sont pas du genre à perdre leur leadership au profit d’une nation bien plus jeune que la leur. Dont acte, et de nombreux, mais l’un des plus probants restant celui traité aujourd’hui via le troisième album des originaires de Cumbria, les ineffables et inégalables FALLING RED. Fondé en 2006, et pouvant se targuer de deux albums longue-durée ayant rencontré un certain succès critique et public, ce quatuor de défrisés (Rozey - chant/guitare, Mikey Lawless - basse, Shane Kirk - guitare et Dave Sanders - batterie) nous en revient donc conter fleurette aux nostalgiques d’un Glam estampillé 87/89, par l’entremise de ce troisième et crucial LP Lost Souls. Et après écoute de l’objet en question - dissimulé sous une pochette fort peu à propos évoquant plus volontiers les exactions Thrash ou Death les plus primaires - il y a fort à parier que quelques âmes abandonnées par leur coiffeur de quartier préféré s’y identifieront avec un bonheur non simulé.

Ce qui tombe à pic, puisque les anglais proposent tout sauf un fac-similé, et qu’ils détestent justement simuler. Nous les retrouvons donc après Shake The Faith (2009) et Empire Of The Damned (2013) plus affûtés que jamais, et toujours aussi prompts à mettre le monde du Rock à genoux via quelques hymnes teenage terriblement bien troussés, qui se veulent une fois de plus éventail de possibilités. Nous nageons donc en plein crossover pluriel, puisque les enfants terribles du Sleaze d’outre-Manche ont retroussé les leurs histoire de justifier de cinq années d’absence, et nous offrent un plan drague impressionnant de variété, sans tomber dans les plans usés de gimmicks éculés. Ils ne les évitent pas tous bien sûr, et en parlant des chœurs assez lénifiants mais efficaces du morceau d’intro « The Day I Lost My Soul », on s’y retrouve plus ou moins, pointant du doigt une efficacité immédiate privilégiée à une attitude perspicace. Mais une fois encore, et au jugé de la morgue affichée par ces minets ébouriffés, on ne peut que craquer pour une exubérance affichée et revendiquée, qui leur permet de valser entre Glam méchamment stylisé, Heavy salement compacté, Hard-Rock léché, et FM discret, le tout agencé façon party déchaînée pour samedi soir arrosé. Et évidemment, comme on pouvait s’y attendre, ça fonctionne à pleins tubes parce que ces quatre lascars sont musicalement très intelligents, et qu’ils savent quelles astuces employer pour ne pas passer pour des indigents. Et si le tout n’est pas frappé du sceau de l’originalité, il est virtuellement flanqué d’un sticker « inutile de résister », qui lui colle à la pochette comme une paire de leggings aux jambes de Sebastian Bach.

D’ailleurs, ce dernier saura reconnaître ses enfants les plus légitimes, puisqu’on retrouve sur ce Lost Souls des traces du SKIDROW époque Slave To The Grind, lorsque les riffs se durcissent et que la rythmique sort ses griffes (« War In The Sky », « Digital Disguise », qui auraient pu passer pour des bonus-tracks de cet album de légende sans que personne n’y trouve rien à redire), tout comme Nikki Sixx himself se contenterait bien d’un parrainage non officiel si le très SIXX A.M « Alive » venait à siffler à ses oreilles. De la pertinence donc, des clins d’œil au passé tout en restant d’actualité, pour une véritable démonstration de savoir-faire ancestral remis au goût d’un jour pas trop banal. Profitant de ces quelques années de retenue, le combo revient sous un teint assez cru, ne négligeant pas au passage quelques moments d’émotion plus en pointillés, histoire de nous chatouiller la corde sensible sans passer pour des veuves éplorées (« My Town My City », au parfum national des BLACKRAIN, mais aux références UGLY KID JOE/L.A GUNS assez prononcées). Il faut dire qu’en faisant le plein de treize morceaux pour une durée très raisonnable de quarante-trois minutes, les anglais ont bien ménagé leur petit effet, qui fonctionne au maximum pour nous tirer du pieu à une heure avancée (« Enemies », le genre de pétard qui explose Hard n’Sleaze pile à la bonne heure), ou nous bercer de tonalités nuancées pour oser le romantisme exacerbé (« Beautiful Lie »). De tout, et bien plus encore, pour un classique presque instantané, qui nous replonge dans des eighties regrettées, sans pour autant se prendre pour les GUNS (mais quand même un peu) ou FASTER PUSSYCAT. Il est même possible de sentir à travers tout ça des réminiscences des VELVET REVOLVER ou de STONE SOUR (mais très légèrement et plus en effluves dans ce dernier cas), ce qui montre que Rozey et sa bande ne se contentent pas de loucher vers la Californie d’il y a trente ans.

En parlant de lui, avouons qu’il est toujours aussi efficace dans son rôle de meneur de troupe/frontman, et qu’il se hisse au rang des meilleurs troubadours chantants, sans jamais forcer sa voix ni son talent. On pense à un mélange entre Whitfield Crane et Sebastian Bach, sans l’humour du premier ni le sex-appeal outrageux du second, mais avec une habileté indéniable pour entonner collégialement de purs hymnes adolescents (« Haunted »). Et on admire surtout un soufflé qui ne retombe jamais, et qui reste bien gonflé sur les tours même en sortant du four, puisqu’aucun morceau ne semble éteindre le flambeau, capitalisant sur un timing concentré pour ne pas éparpiller ses idées (« In My Head », aux chœurs tonitruants mais séduisants). Le groupe se permet d’ailleurs un joli majeur tendu en direction de ses haters, en concluant sur le burner pur fuck-off un peu branleur « A Song For The Haters », aux paroles sans détour (« I don’t care what you say, I don’t care what you do, I don’t care what you think, I don’t care, fuck you ! », c’est Axl « Get in the Ring » Rose qui doit être fier…), qui nous persuade de sa fidélité envers ses fans et ennemis les plus acharnés. Sacrés anglais, toujours aussi grande gueule, mais avec les arguments de leur esprit frondeur…Et c’est sans doute pour ça qu’on les aime. Tiens, même Theresa pourrait craquer et headbanguer sur une tranche de vie Glam bien coupée, c’est dire si ma dithyrambe (ou presque) est justifiée !


Titres de l'album:

  1. The Darkest Day (Intro)
  2. The Day I Lost My Soul
  3. Digital Disguise
  4. Alive
  5. My Town My City
  6. Dead
  7. Hell in My Eyes
  8. War in the Sky
  9. Enemies
  10. Beautiful Lie
  11. Haunted
  12. In My Head
  13. A Song for the Haters

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/04/2018 à 13:54
80 %    113

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.