On peut toujours donner des leçons aux anglais, conchier la pauvre Theresa pour ses mauvais choix politiques, stigmatiser le royaume pour avoir par le passé considéré être le centre du monde et nous avoir cherché des noises, mais s’il est un domaine où la couronne n’a de conseil à recevoir de personne, c’est bien en termes de musique. Nous n’allons pas ici récapituler toutes les grandes figures ayant émergé de Londres, Liverpool ou Manchester, ni égrener les courants que ces satanés anglais ont inventés et popularisés, mais autant dire en passant que dans le domaine du Hard Rock, du Heavy Metal et du Glam, ils n’ont pas grand-chose à apprendre de nous, ni de quiconque d’ailleurs. On pourrait à la rigueur acter du fait que leurs idoles les plus éternelles officiaient il y a quelques décennies (Bowie, Bolan, SLADE, SWEET, etc...), et qu’elles se revendiquaient alors plus du Rock qu’autre chose, et que les USA sont depuis passés par là avec leur vague Sleaze à décoiffer un David Lee Roth sortant de sa séance d’UV (POISON, PRETTY BOY FLOYD, bref, Hair-Metal, bla-bla…), mais comme ces maniaques de l’exactitude du tea-time l’ont déjà prouvé, ils ne sont pas du genre à perdre leur leadership au profit d’une nation bien plus jeune que la leur. Dont acte, et de nombreux, mais l’un des plus probants restant celui traité aujourd’hui via le troisième album des originaires de Cumbria, les ineffables et inégalables FALLING RED. Fondé en 2006, et pouvant se targuer de deux albums longue-durée ayant rencontré un certain succès critique et public, ce quatuor de défrisés (Rozey - chant/guitare, Mikey Lawless - basse, Shane Kirk - guitare et Dave Sanders - batterie) nous en revient donc conter fleurette aux nostalgiques d’un Glam estampillé 87/89, par l’entremise de ce troisième et crucial LP Lost Souls. Et après écoute de l’objet en question - dissimulé sous une pochette fort peu à propos évoquant plus volontiers les exactions Thrash ou Death les plus primaires - il y a fort à parier que quelques âmes abandonnées par leur coiffeur de quartier préféré s’y identifieront avec un bonheur non simulé.

Ce qui tombe à pic, puisque les anglais proposent tout sauf un fac-similé, et qu’ils détestent justement simuler. Nous les retrouvons donc après Shake The Faith (2009) et Empire Of The Damned (2013) plus affûtés que jamais, et toujours aussi prompts à mettre le monde du Rock à genoux via quelques hymnes teenage terriblement bien troussés, qui se veulent une fois de plus éventail de possibilités. Nous nageons donc en plein crossover pluriel, puisque les enfants terribles du Sleaze d’outre-Manche ont retroussé les leurs histoire de justifier de cinq années d’absence, et nous offrent un plan drague impressionnant de variété, sans tomber dans les plans usés de gimmicks éculés. Ils ne les évitent pas tous bien sûr, et en parlant des chœurs assez lénifiants mais efficaces du morceau d’intro « The Day I Lost My Soul », on s’y retrouve plus ou moins, pointant du doigt une efficacité immédiate privilégiée à une attitude perspicace. Mais une fois encore, et au jugé de la morgue affichée par ces minets ébouriffés, on ne peut que craquer pour une exubérance affichée et revendiquée, qui leur permet de valser entre Glam méchamment stylisé, Heavy salement compacté, Hard-Rock léché, et FM discret, le tout agencé façon party déchaînée pour samedi soir arrosé. Et évidemment, comme on pouvait s’y attendre, ça fonctionne à pleins tubes parce que ces quatre lascars sont musicalement très intelligents, et qu’ils savent quelles astuces employer pour ne pas passer pour des indigents. Et si le tout n’est pas frappé du sceau de l’originalité, il est virtuellement flanqué d’un sticker « inutile de résister », qui lui colle à la pochette comme une paire de leggings aux jambes de Sebastian Bach.

D’ailleurs, ce dernier saura reconnaître ses enfants les plus légitimes, puisqu’on retrouve sur ce Lost Souls des traces du SKIDROW époque Slave To The Grind, lorsque les riffs se durcissent et que la rythmique sort ses griffes (« War In The Sky », « Digital Disguise », qui auraient pu passer pour des bonus-tracks de cet album de légende sans que personne n’y trouve rien à redire), tout comme Nikki Sixx himself se contenterait bien d’un parrainage non officiel si le très SIXX A.M « Alive » venait à siffler à ses oreilles. De la pertinence donc, des clins d’œil au passé tout en restant d’actualité, pour une véritable démonstration de savoir-faire ancestral remis au goût d’un jour pas trop banal. Profitant de ces quelques années de retenue, le combo revient sous un teint assez cru, ne négligeant pas au passage quelques moments d’émotion plus en pointillés, histoire de nous chatouiller la corde sensible sans passer pour des veuves éplorées (« My Town My City », au parfum national des BLACKRAIN, mais aux références UGLY KID JOE/L.A GUNS assez prononcées). Il faut dire qu’en faisant le plein de treize morceaux pour une durée très raisonnable de quarante-trois minutes, les anglais ont bien ménagé leur petit effet, qui fonctionne au maximum pour nous tirer du pieu à une heure avancée (« Enemies », le genre de pétard qui explose Hard n’Sleaze pile à la bonne heure), ou nous bercer de tonalités nuancées pour oser le romantisme exacerbé (« Beautiful Lie »). De tout, et bien plus encore, pour un classique presque instantané, qui nous replonge dans des eighties regrettées, sans pour autant se prendre pour les GUNS (mais quand même un peu) ou FASTER PUSSYCAT. Il est même possible de sentir à travers tout ça des réminiscences des VELVET REVOLVER ou de STONE SOUR (mais très légèrement et plus en effluves dans ce dernier cas), ce qui montre que Rozey et sa bande ne se contentent pas de loucher vers la Californie d’il y a trente ans.

En parlant de lui, avouons qu’il est toujours aussi efficace dans son rôle de meneur de troupe/frontman, et qu’il se hisse au rang des meilleurs troubadours chantants, sans jamais forcer sa voix ni son talent. On pense à un mélange entre Whitfield Crane et Sebastian Bach, sans l’humour du premier ni le sex-appeal outrageux du second, mais avec une habileté indéniable pour entonner collégialement de purs hymnes adolescents (« Haunted »). Et on admire surtout un soufflé qui ne retombe jamais, et qui reste bien gonflé sur les tours même en sortant du four, puisqu’aucun morceau ne semble éteindre le flambeau, capitalisant sur un timing concentré pour ne pas éparpiller ses idées (« In My Head », aux chœurs tonitruants mais séduisants). Le groupe se permet d’ailleurs un joli majeur tendu en direction de ses haters, en concluant sur le burner pur fuck-off un peu branleur « A Song For The Haters », aux paroles sans détour (« I don’t care what you say, I don’t care what you do, I don’t care what you think, I don’t care, fuck you ! », c’est Axl « Get in the Ring » Rose qui doit être fier…), qui nous persuade de sa fidélité envers ses fans et ennemis les plus acharnés. Sacrés anglais, toujours aussi grande gueule, mais avec les arguments de leur esprit frondeur…Et c’est sans doute pour ça qu’on les aime. Tiens, même Theresa pourrait craquer et headbanguer sur une tranche de vie Glam bien coupée, c’est dire si ma dithyrambe (ou presque) est justifiée !


Titres de l'album:

  1. The Darkest Day (Intro)
  2. The Day I Lost My Soul
  3. Digital Disguise
  4. Alive
  5. My Town My City
  6. Dead
  7. Hell in My Eyes
  8. War in the Sky
  9. Enemies
  10. Beautiful Lie
  11. Haunted
  12. In My Head
  13. A Song for the Haters

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/04/2018 à 13:54
80 %    211

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)