Non, le Doom n’est pas ma tasse de nuit préférée. Non, la lune Death n’est pas l’orbite autour duquel je gravite lorsque le jour cède le pas aux ténèbres.

Mais rester campé sur ses positions est une attitude bornée que je me refuse à cautionner. Car parfois, dans les méandres de styles et d’humeurs qui ne sont pas coutumières, se cachent des choses assez terrifiantes, mais qui méritent l’attention qu’on peut leur porter.

C’est dans cette logique de réflexion que je me suis penché sur le cas Ô combien atypique du premier album du projet ARVALASTRA, qui comme son nom ne l’indique pas forcément est un nouveau one-piece-band, mené de front par un musicien assez étrange, qui suit des préceptes et principes tout à fait personnels.

Nous venant d’Espagne, de Bilbao, cet étrange individu à l’éthique absolue nous propose donc ses vues sur un Doom à tendance Death très hermétique avec son initial Lunaural, qui outre une pochette énigmatique et fascinante, propose de nouvelles théories sur la pesanteur musicale et la claustrophobie disharmonique. Pertinent ?

D’une certaine façon, oui, mais surtout, très original, pour peu que la linéarité du Doom ne vous soit pas complètement rédhibitoire.

Nous le savons, le Doom n’est pas vraiment le style le plus évolutif, à tel point que la régression semble érigée en obsession majeure par les groupes s’y vautrant avec mélancolie. Ici, l’optique est un poil différente, puisque ce même Doom inventé il y a plus de quarante ans sans le faire exprès par une bande d’hirsutes de Birmingham est très subtilement mâtiné de Death primal, ce qui a tendance à le rendre encore plus insistant et ombrageux.

De ce premier album, plusieurs leçons à asimiler. Il est toujours possible de tirer le minimalisme vers de nouvelles limites encore plus restrictives, mais il est aussi possible d’en extraire une substance qui coule d’une source mitigée de Death, de Black et de Dark Ambient, sans pour autant se réclamer de l’un ou l’autre des genres.

C’est le cas de ce Lunaural, qui finalement n’appartient à aucun créneau précis, si ce n’est celui du développement macabre et misanthrope, qui ne conçoit la musique que sous ses aspects les plus résistants et les moins séduisants. Mais le parfum morbide qui exhale des six pistes de cet effort initial à quelque chose de désinhibant, de fascinant, et on reste scotché à son casque en se demandant minute après minute où tout ça va nous mener.

C’est une forme d’absolu en soi, et le fait que Dusk (membre unique et compositeur/interprète en solitaire) a choisi de se concentrer sur une forme d’atmosphère rythmique en supprimant les guitares de l’équation rend son travail encore plus intrigant.

Pas de guitare donc, mais beaucoup de riffs de basse très lancinants et à la distorsion abrasive et dérangeante, plaquée sur une batterie monolithique qui égrène les BPM avec parcimonie. On pourrait penser au vu et jugé de tous ces éléments qu’ARVALASTRA n’est qu’une énième copie des ENCONFFINATION, WINTER et autres FUNERAL, mais ces parallèles cacheraient honteusement l’inspiration personnelle de cet Espagnol qui décidemment ne fait pas les choses comme tout le monde.

Il débute d’ailleurs son travail par deux pièces conséquentes, « Scroll Of The Red Luna » et « The Hermetic Garden », empiétant largement sur les huit ou neuf minutes, et plaçant en exergue de longs monologues presque instrumentaux, la voix jouant le rôle d’un grondement lointain aux intonations Black, se contenant la plupart du temps de cris et autres pulsions immédiates qui ne peuvent être appréhendées comme de véritables lignes vocales. Le travail de Dusk est donc total, et s’il se plaît à voir en sa musique une sorte de «Low frequency ridden death/doom metal » (dans le texte), ça n’est pas un hasard tant son approche est informelle et plutôt crispante, dans le bon sens du terme.

Certes, beaucoup d’entre vous trouveront tout ceci bien terne et linéaire, mais l’effet provoqué par le traitement des fréquences graves est assez intéressant en soi, surtout lorsqu’il est agrémenté de tentatives mélodiques assez rachitiques (« Splendor Solis »).

Mais loin d’un simple Drone habillé d’oripeaux Doom et de déliquescence Death, Lunaural propose un voyage aux confins du Doom et du Death, à tel point que les deux courants finissent par se fondre l’un dans l’autre, pour laisser émerger une tendance tierce, qui vous noie de ses litanies déprimantes et pourtant suffisamment occultes pour choquer.

On peut parfois penser à une version plus « abordable » des exactions torturées d’ABRUPTUM («Alkahest »), incarnées avec plus de musicalité par un DISEMBOWELMENT encore plus maladif que d’habitude, mais pour être honnête, mieux vaut se concentrer sur l’aspect « original » de l’attitude de Dusk qui peut se targuer d’exister en tant que compositeur à part entière.

Peu de variations certes, mais un vrai effort de mise en scène, qui trouve son apogée macabre sur le final lo-fi « Red Elixir Vitae », qui trace un chemin de candélabres dans une nuit à peine perturbée par quelques notes de basse et des soupirs à l’agonie.

Morceau le plus intense du lot, qui ose enfin une déconstruction globale sans trahir son fond, et qui dispose quelques cassures rythmiques et des développements plus volontiers BM, cette conclusion renforce le malaise ambiant et nous laisse sur un sentiment étrange de perception altérée, conférant à cet album une aura mystique fascinante.

On peut évidemment rejeter tout ceci en bloc en hurlant à la fumisterie minimaliste et grotesque, mais on peut aussi se sentir concerné par cette basse qui fait office d’instrument à la polyvalence grave. Mais Dusk au travers de son médium ARVALASTRA à largement de quoi intriguer les fans de Doom/Death les plus pointilleux, qui verront en Lunaural une nouvelle façon d’envisager la douleur et l’oppression, et qui regarderont la nuit en lui découvrant de nouvelles énigmes insolubles, à base de fréquences troublantes et d’expression vocale nihiliste.

Chacun son point de vue, mais en tant que réfractaire au genre, j’ai cru y déceler un certain potentiel, et une capacité indéniable à repousser les limites sans les transgresser.

 A écouter de préférence lorsque le satellite terrestre est plein et d’un rouge sang, seul, isolé, et à la lisière d’une forêt sombre. Autant pousser la mise en scène au maximum…


Titres de l'album:

  1. Scroll Of The Red Luna
  2. The Hermetic Garden
  3. Splendor Solis
  4. Alkahest
  5. Chrysopoeia
  6. Red Elixir Vitae

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/12/2016 à 18:17
70 %    286

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Dusk
@176.84.141.242
15/05/2018 à 23:11:26
Hey, I apreciate the review, since you reviewed the first album, here's the new one, give it a listen if you like. Cheers! https://arvalastra.bandcamp.com/album/rebirth-of-his-shattered-majesty

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !