Non, le Doom n’est pas ma tasse de nuit préférée. Non, la lune Death n’est pas l’orbite autour duquel je gravite lorsque le jour cède le pas aux ténèbres.

Mais rester campé sur ses positions est une attitude bornée que je me refuse à cautionner. Car parfois, dans les méandres de styles et d’humeurs qui ne sont pas coutumières, se cachent des choses assez terrifiantes, mais qui méritent l’attention qu’on peut leur porter.

C’est dans cette logique de réflexion que je me suis penché sur le cas Ô combien atypique du premier album du projet ARVALASTRA, qui comme son nom ne l’indique pas forcément est un nouveau one-piece-band, mené de front par un musicien assez étrange, qui suit des préceptes et principes tout à fait personnels.

Nous venant d’Espagne, de Bilbao, cet étrange individu à l’éthique absolue nous propose donc ses vues sur un Doom à tendance Death très hermétique avec son initial Lunaural, qui outre une pochette énigmatique et fascinante, propose de nouvelles théories sur la pesanteur musicale et la claustrophobie disharmonique. Pertinent ?

D’une certaine façon, oui, mais surtout, très original, pour peu que la linéarité du Doom ne vous soit pas complètement rédhibitoire.

Nous le savons, le Doom n’est pas vraiment le style le plus évolutif, à tel point que la régression semble érigée en obsession majeure par les groupes s’y vautrant avec mélancolie. Ici, l’optique est un poil différente, puisque ce même Doom inventé il y a plus de quarante ans sans le faire exprès par une bande d’hirsutes de Birmingham est très subtilement mâtiné de Death primal, ce qui a tendance à le rendre encore plus insistant et ombrageux.

De ce premier album, plusieurs leçons à asimiler. Il est toujours possible de tirer le minimalisme vers de nouvelles limites encore plus restrictives, mais il est aussi possible d’en extraire une substance qui coule d’une source mitigée de Death, de Black et de Dark Ambient, sans pour autant se réclamer de l’un ou l’autre des genres.

C’est le cas de ce Lunaural, qui finalement n’appartient à aucun créneau précis, si ce n’est celui du développement macabre et misanthrope, qui ne conçoit la musique que sous ses aspects les plus résistants et les moins séduisants. Mais le parfum morbide qui exhale des six pistes de cet effort initial à quelque chose de désinhibant, de fascinant, et on reste scotché à son casque en se demandant minute après minute où tout ça va nous mener.

C’est une forme d’absolu en soi, et le fait que Dusk (membre unique et compositeur/interprète en solitaire) a choisi de se concentrer sur une forme d’atmosphère rythmique en supprimant les guitares de l’équation rend son travail encore plus intrigant.

Pas de guitare donc, mais beaucoup de riffs de basse très lancinants et à la distorsion abrasive et dérangeante, plaquée sur une batterie monolithique qui égrène les BPM avec parcimonie. On pourrait penser au vu et jugé de tous ces éléments qu’ARVALASTRA n’est qu’une énième copie des ENCONFFINATION, WINTER et autres FUNERAL, mais ces parallèles cacheraient honteusement l’inspiration personnelle de cet Espagnol qui décidemment ne fait pas les choses comme tout le monde.

Il débute d’ailleurs son travail par deux pièces conséquentes, « Scroll Of The Red Luna » et « The Hermetic Garden », empiétant largement sur les huit ou neuf minutes, et plaçant en exergue de longs monologues presque instrumentaux, la voix jouant le rôle d’un grondement lointain aux intonations Black, se contenant la plupart du temps de cris et autres pulsions immédiates qui ne peuvent être appréhendées comme de véritables lignes vocales. Le travail de Dusk est donc total, et s’il se plaît à voir en sa musique une sorte de «Low frequency ridden death/doom metal » (dans le texte), ça n’est pas un hasard tant son approche est informelle et plutôt crispante, dans le bon sens du terme.

Certes, beaucoup d’entre vous trouveront tout ceci bien terne et linéaire, mais l’effet provoqué par le traitement des fréquences graves est assez intéressant en soi, surtout lorsqu’il est agrémenté de tentatives mélodiques assez rachitiques (« Splendor Solis »).

Mais loin d’un simple Drone habillé d’oripeaux Doom et de déliquescence Death, Lunaural propose un voyage aux confins du Doom et du Death, à tel point que les deux courants finissent par se fondre l’un dans l’autre, pour laisser émerger une tendance tierce, qui vous noie de ses litanies déprimantes et pourtant suffisamment occultes pour choquer.

On peut parfois penser à une version plus « abordable » des exactions torturées d’ABRUPTUM («Alkahest »), incarnées avec plus de musicalité par un DISEMBOWELMENT encore plus maladif que d’habitude, mais pour être honnête, mieux vaut se concentrer sur l’aspect « original » de l’attitude de Dusk qui peut se targuer d’exister en tant que compositeur à part entière.

Peu de variations certes, mais un vrai effort de mise en scène, qui trouve son apogée macabre sur le final lo-fi « Red Elixir Vitae », qui trace un chemin de candélabres dans une nuit à peine perturbée par quelques notes de basse et des soupirs à l’agonie.

Morceau le plus intense du lot, qui ose enfin une déconstruction globale sans trahir son fond, et qui dispose quelques cassures rythmiques et des développements plus volontiers BM, cette conclusion renforce le malaise ambiant et nous laisse sur un sentiment étrange de perception altérée, conférant à cet album une aura mystique fascinante.

On peut évidemment rejeter tout ceci en bloc en hurlant à la fumisterie minimaliste et grotesque, mais on peut aussi se sentir concerné par cette basse qui fait office d’instrument à la polyvalence grave. Mais Dusk au travers de son médium ARVALASTRA à largement de quoi intriguer les fans de Doom/Death les plus pointilleux, qui verront en Lunaural une nouvelle façon d’envisager la douleur et l’oppression, et qui regarderont la nuit en lui découvrant de nouvelles énigmes insolubles, à base de fréquences troublantes et d’expression vocale nihiliste.

Chacun son point de vue, mais en tant que réfractaire au genre, j’ai cru y déceler un certain potentiel, et une capacité indéniable à repousser les limites sans les transgresser.

 A écouter de préférence lorsque le satellite terrestre est plein et d’un rouge sang, seul, isolé, et à la lisière d’une forêt sombre. Autant pousser la mise en scène au maximum…


Titres de l'album:

  1. Scroll Of The Red Luna
  2. The Hermetic Garden
  3. Splendor Solis
  4. Alkahest
  5. Chrysopoeia
  6. Red Elixir Vitae

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/12/2016 à 18:17
70 %    221

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Dusk
@176.84.141.242
15/05/2018 à 23:11:26
Hey, I apreciate the review, since you reviewed the first album, here's the new one, give it a listen if you like. Cheers! https://arvalastra.bandcamp.com/album/rebirth-of-his-shattered-majesty

Ajouter un commentaire


Abortion

All You Need Is Hate (2017-2018)

Hostia

Hostia

Motor City Mayhem

Shitfaced and Outta Luck

Injector

Stone Prevails

Human Cull

Revenant

Nervosa

Downfall of Mankind

Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Suffocation Of Soul

Macabre Sentence

Unitra

Lock Up Your Daughters

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

Crowbar + Europe + Malemort

22/06 : Clisson, Clisson (44)

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Avenged Sevenfold + Watain + Oranssi Pazuzu

23/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Plebeian Grandstand + The Bronx

24/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Hell Gate + Je + Anozel

29/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Fractal Universe + Soulfly

29/06 : La Souris Verte, Epinal (88)

Photo Stream

Derniers coms

Hâte de lire ton retour sur Demolition Hammer !


Un certain Iver est le remplaçant...


Aaaah, oui l'équipe est sur place et bien évidemment c'est le programme de demain vendredi et non d'aujourd'hui jeudi... œil de lynx Humungus... œil de lynx !


(...) s le contredire hein !


Bon ITW et surtout bon groupe.
Hâte d'entendre ça moi aussi sur album avec un "vrai" son. Même si celui des deux premières réalisations était plus que convenable en ce qui me concerne.
Perso, je ne trouve pas que CONVICTION soit aussi référencé à CATHEDRAL mais bon... Si l eMa(...)


Aujourd'hui ???
Vous êtes donc si impatient que ça les gars hé hé hé !


Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.


Ah le blaireau que je suis... en effet 18€ c'était plus que donné. Merci de votre vigilance cher Humungus.
En tout cas, possible que j'y sois, affiche ultra alléchante. Et pour ceux qui veulent plus d'infos sur ce fest, rendez-vous en page agenda concerts.


Erratum cher Simony :
18 euros la place... Si seulement !
Le billet est à environ 35 euros. Ce qui est déjà peu au vu de la programmation.
J'en profite d'ailleurs pour mettre également en exergue SADISTIC INTENT et TOXIC HOLOCAUST présents eux aussi sur ce fest.


Perso j'avais plus entendu parlé du groupe depuis The Waiting Room de 2011, j'étais persuadé que le groupe avait splitté d'ailleurs. Content de voir que ce n'est pas le cas.


Excellent, merci pour le partage. Un groupe qui a su se créer sa propre identité. J'aime beaucoup ce dernier album


Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !


lamentable d'associer le metal à cette daube de jeu video... désolant


Les copains ! Cela fut encore bien plus folklorique que les échos que j'ai eu de vive voix.