Non, le Doom n’est pas ma tasse de nuit préférée. Non, la lune Death n’est pas l’orbite autour duquel je gravite lorsque le jour cède le pas aux ténèbres.

Mais rester campé sur ses positions est une attitude bornée que je me refuse à cautionner. Car parfois, dans les méandres de styles et d’humeurs qui ne sont pas coutumières, se cachent des choses assez terrifiantes, mais qui méritent l’attention qu’on peut leur porter.

C’est dans cette logique de réflexion que je me suis penché sur le cas Ô combien atypique du premier album du projet ARVALASTRA, qui comme son nom ne l’indique pas forcément est un nouveau one-piece-band, mené de front par un musicien assez étrange, qui suit des préceptes et principes tout à fait personnels.

Nous venant d’Espagne, de Bilbao, cet étrange individu à l’éthique absolue nous propose donc ses vues sur un Doom à tendance Death très hermétique avec son initial Lunaural, qui outre une pochette énigmatique et fascinante, propose de nouvelles théories sur la pesanteur musicale et la claustrophobie disharmonique. Pertinent ?

D’une certaine façon, oui, mais surtout, très original, pour peu que la linéarité du Doom ne vous soit pas complètement rédhibitoire.

Nous le savons, le Doom n’est pas vraiment le style le plus évolutif, à tel point que la régression semble érigée en obsession majeure par les groupes s’y vautrant avec mélancolie. Ici, l’optique est un poil différente, puisque ce même Doom inventé il y a plus de quarante ans sans le faire exprès par une bande d’hirsutes de Birmingham est très subtilement mâtiné de Death primal, ce qui a tendance à le rendre encore plus insistant et ombrageux.

De ce premier album, plusieurs leçons à asimiler. Il est toujours possible de tirer le minimalisme vers de nouvelles limites encore plus restrictives, mais il est aussi possible d’en extraire une substance qui coule d’une source mitigée de Death, de Black et de Dark Ambient, sans pour autant se réclamer de l’un ou l’autre des genres.

C’est le cas de ce Lunaural, qui finalement n’appartient à aucun créneau précis, si ce n’est celui du développement macabre et misanthrope, qui ne conçoit la musique que sous ses aspects les plus résistants et les moins séduisants. Mais le parfum morbide qui exhale des six pistes de cet effort initial à quelque chose de désinhibant, de fascinant, et on reste scotché à son casque en se demandant minute après minute où tout ça va nous mener.

C’est une forme d’absolu en soi, et le fait que Dusk (membre unique et compositeur/interprète en solitaire) a choisi de se concentrer sur une forme d’atmosphère rythmique en supprimant les guitares de l’équation rend son travail encore plus intrigant.

Pas de guitare donc, mais beaucoup de riffs de basse très lancinants et à la distorsion abrasive et dérangeante, plaquée sur une batterie monolithique qui égrène les BPM avec parcimonie. On pourrait penser au vu et jugé de tous ces éléments qu’ARVALASTRA n’est qu’une énième copie des ENCONFFINATION, WINTER et autres FUNERAL, mais ces parallèles cacheraient honteusement l’inspiration personnelle de cet Espagnol qui décidemment ne fait pas les choses comme tout le monde.

Il débute d’ailleurs son travail par deux pièces conséquentes, « Scroll Of The Red Luna » et « The Hermetic Garden », empiétant largement sur les huit ou neuf minutes, et plaçant en exergue de longs monologues presque instrumentaux, la voix jouant le rôle d’un grondement lointain aux intonations Black, se contenant la plupart du temps de cris et autres pulsions immédiates qui ne peuvent être appréhendées comme de véritables lignes vocales. Le travail de Dusk est donc total, et s’il se plaît à voir en sa musique une sorte de «Low frequency ridden death/doom metal » (dans le texte), ça n’est pas un hasard tant son approche est informelle et plutôt crispante, dans le bon sens du terme.

Certes, beaucoup d’entre vous trouveront tout ceci bien terne et linéaire, mais l’effet provoqué par le traitement des fréquences graves est assez intéressant en soi, surtout lorsqu’il est agrémenté de tentatives mélodiques assez rachitiques (« Splendor Solis »).

Mais loin d’un simple Drone habillé d’oripeaux Doom et de déliquescence Death, Lunaural propose un voyage aux confins du Doom et du Death, à tel point que les deux courants finissent par se fondre l’un dans l’autre, pour laisser émerger une tendance tierce, qui vous noie de ses litanies déprimantes et pourtant suffisamment occultes pour choquer.

On peut parfois penser à une version plus « abordable » des exactions torturées d’ABRUPTUM («Alkahest »), incarnées avec plus de musicalité par un DISEMBOWELMENT encore plus maladif que d’habitude, mais pour être honnête, mieux vaut se concentrer sur l’aspect « original » de l’attitude de Dusk qui peut se targuer d’exister en tant que compositeur à part entière.

Peu de variations certes, mais un vrai effort de mise en scène, qui trouve son apogée macabre sur le final lo-fi « Red Elixir Vitae », qui trace un chemin de candélabres dans une nuit à peine perturbée par quelques notes de basse et des soupirs à l’agonie.

Morceau le plus intense du lot, qui ose enfin une déconstruction globale sans trahir son fond, et qui dispose quelques cassures rythmiques et des développements plus volontiers BM, cette conclusion renforce le malaise ambiant et nous laisse sur un sentiment étrange de perception altérée, conférant à cet album une aura mystique fascinante.

On peut évidemment rejeter tout ceci en bloc en hurlant à la fumisterie minimaliste et grotesque, mais on peut aussi se sentir concerné par cette basse qui fait office d’instrument à la polyvalence grave. Mais Dusk au travers de son médium ARVALASTRA à largement de quoi intriguer les fans de Doom/Death les plus pointilleux, qui verront en Lunaural une nouvelle façon d’envisager la douleur et l’oppression, et qui regarderont la nuit en lui découvrant de nouvelles énigmes insolubles, à base de fréquences troublantes et d’expression vocale nihiliste.

Chacun son point de vue, mais en tant que réfractaire au genre, j’ai cru y déceler un certain potentiel, et une capacité indéniable à repousser les limites sans les transgresser.

 A écouter de préférence lorsque le satellite terrestre est plein et d’un rouge sang, seul, isolé, et à la lisière d’une forêt sombre. Autant pousser la mise en scène au maximum…


Titres de l'album:

  1. Scroll Of The Red Luna
  2. The Hermetic Garden
  3. Splendor Solis
  4. Alkahest
  5. Chrysopoeia
  6. Red Elixir Vitae

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/12/2016 à 18:17
70 %    252

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Dusk
@176.84.141.242
15/05/2018 à 23:11:26
Hey, I apreciate the review, since you reviewed the first album, here's the new one, give it a listen if you like. Cheers! https://arvalastra.bandcamp.com/album/rebirth-of-his-shattered-majesty

Ajouter un commentaire


Tyrant Disciple

Weight Of Oblivion

Cavador

Sin Culto a Los Muertos

Hrobar

Rýchla Smrť

Codex

Ignominia

The Secret

Lux Tenebris

Flayed

Empty Power Parts

Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Sylvain EXOCRINE

youpimatin / 24/09/2018
Technical Death Metal

Apocalyptic Slamming Evisceration European Tour 2018

Livor Mortis / 22/09/2018
Brutal Death Slam Photos

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Batushka

28/09 : Antipode, Rennes (35)

Iron Bastards + Deficiency + Vulcain

29/09 : Salle Des Fêtes, Angres ()

Agressor + Sublime Cadaveric Decomposition + Colossus

29/09 : Le Champilambart, Vallet (44)

Wardruna

29/09 : Château Des Ducs De Bretagne, Nantes (44)

Wintereve + Sors Immanis + Ephialtès

29/09 : Le Riveter, Nancy (54)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Batushka

29/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Voivod + Bio-cancer

29/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Voivod + Bio-cancer

30/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

King Dude + Kaelan Mikla + The Dark Red Seed

30/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour cette vidéo d'Anthrax, je m'en vais aller dépoussiérer State of Euphoria, du coup !


Merci pour la diffusion de cette neWs ;-)


Très jolies les photos Livor ! Bienvenue ici mec !


Hiatus discographique, pardon !


Après un hiatus de 5 ans ? Je les ai vu au Chaulnes Metalfest en 2016... et d''après leur site ils ont tourné jusque mars 2017.


Ah je reconnais cette scène du MCP Apache !


la voix ecrase tout dans le mix ..dommage..


Y'a de l'ambition, c'est bon ça ! Non, non c'est pas un gros mots ! C'est selon moi ce manque d'ambition (tellement français et pas seulement en musique !) qui fait que la scène Metal hexagonal n'a pas explosée comme certaines autres scène en Europe...


Félicitations!


Rien à voir avec feu les Provençaux de Kabbal non plus ? Stylistiquement, c'est assez différent comme Death Metal il faut dire.


Toujours aussi original.


Excellente interview ! Ça transpire la passion tout ça !


Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...