Il s’appelle Chris Dazsi, il est américain, et fait sa musique dans son coin, tout seul, parce que visiblement, il n’a besoin de personne.

On ne sait pas grand-chose de lui, mis à part qu’il vient de Hummelstown, Pennsylvanie, qu’il dispose d’une page Facebook assez sommaire, et qu’il a des vues indéniablement personnelles sur la musique extrême.

Ah, et on sait aussi qu’il a déjà sorti un premier LP en 2015, Godless And War Hungry, et deux autres EP à un an d’intervalle, Haunted Hallows et The Serpent Within.

Voilà, c’est à peu près tout. Après, rendez-vous sur ses sites plus ou moins officiels, sur lesquels il n’en dit pas forcément plus, sauf qu’il joue un genre très particulier de musique, qu’il décrit au choix comme du United States Black Metal, du Blasphemous Metal with Black Metal vocals, ou du Evil War Metal, donc en gros, du Metal torride légèrement obsédé par la guerre et le diable.

Mais après tout, il n’est ni le seul, ni le premier à faire ça…

Dans les faits, et plus concrètement, ça donne quoi ?

Un mec qui bosse seul ses compositions, qui joue de la guitare, qui programme sa boîte à rythme, et qui chante, ou du moins essaie de vocaliser Black, quoique ses lignes de chant évoquent plus un univers Hardcore. Mais le tout est loin d’être désagréable et reste terriblement personnel et attachant.

C’est assez difficile à situer, parce que c’est quand même salement instable et un peu omnidirectionnel, sans qu’on sache si l’homme sait vraiment où il va où s’il se laisse porter par son inspiration du moment. Alors ça déborde d’arrangements, de breaks parfois (souvent) incongrus, d’intermèdes mélodiques qui tombent un peu comme une croix renversée sur le lit de Regan, mais c’est justement ce qui fait le charme d’un album hors-norme comme Lust for War, qui mène justement une guerre farouche contre la normalité et la linéarité, en se montrant parfois maladroit, mais toujours sincère.

Les influences ? Celles lâchées sur l’un de ses sites mentionnent ROTTING CHRIST, LORD BELIAL, OLD MAN’S CHILD, GRAVEWORM ou GOATWHORE, et OATH OF SIN se situe un peu en convergence de toutes ces références, sans pour autant se montrer un peu trop gourmand au niveau des emprunts.

Mais au bout du compte, et après avoir écouté ce Lust for War trois ou quatre fois in extenso, je suis toujours incapable de savoir vraiment à quoi j’ai eu affaire.

Mais c’est assez plaisant d’être perdu dans un labyrinthe d’idées de temps à autres, même si l’on n’est pas sûr de pouvoir trouver la sortie et d’être capable d’en expliquer le cheminement à autrui.

Ce qui est certain, c’est que Chris croit en ce qu’il fait, et qu’il est tout aussi capable de suggérer quelques pistes CRADLE, NOTRE DAME et autres excentrés de la violence, tout en gardant en point de mire ses propres buts, assez nébuleux, autrement que par une recherche constante de la violence musicale au travers de ses vecteurs d’expression les moins francs.

Et à l’écoute d’un morceau gigogne comme « Cunt Pillage », on réalise vite que la simplicité et l’efficacité ne sont pas ses préoccupations principales.

Mélangeant la fusion Black/Dark Metal et les dérives techniques incongrues, Chris tricote des symphonies de poche aussi progressives que déconstruites, et souffle le chaud et le froid en permanence, nous laissant nous noyer sans nous offrir la bouée d’un thème principal à laquelle nous raccrocher.

C’est assez troublant, mais pas forcément dérangeant, même si parfois l’imbrication ressemble à une tour de Jenga à deux doigts de l’effondrement fatal.

IL ne se prive pas pour accumuler les plans, au risque de nous faire crever d’une overdose d’informations, lorsqu’il glisse sur un long toboggan de six minutes remplies jusqu’à ras bords de thèmes qui ne s’assemblent pas forcément logiquement, mais qui nous réservent de bonnes séances d’écrasement de tympans (« Your Second Death », longue litanie qui pousse la complication à son paroxysme).

Mais il peut aussi se montrer plus concis en format réduit, même si la boite à rythme nous affole de son écho synthétique insupportable (« Im Tode », pas forcément plus simple à appréhender, mais plus court et porteur de riffs plus francs, tout du moins sur quelques secondes.)

Incantations sataniques à la Anton LaVey (« Te Invoco O Satana » un peu DEATH SS aussi), dextérité Techno Death dans un contexte purement Black théâtral (« Lust for War », aplatissant, et doublé d’une schizophrénie vocale assez terrifiante), découlement opératique dramatique qui ne ménage ni les effets, ni les émanations vocales ombrageuses (« Depression Then Rage » et son solo plus NWOBHM que nature, mélodique et occulte à la fois), en gros, un peu de tout, un poil de n’importe quoi, mais une naïveté touchante dans l’agencement des impressions qui cafouille de temps à autres, mais se montre quand même intéressant dans sa volonté de ne se refuser aucune possibilité.

Certes, tout ça ressemble parfois un à puzzle pas forcément bien assemblé, et reste un produit amateur, enregistré avec un cœur débordant de haine, mais aussi de générosité instrumentale.

En tant que chanteur, Christ est plutôt convaincant, et s’investit personnellement. Il est un guitariste capable, à la technique en lead affirmée et aux capacités rythmiques appuyées, mais en tant que créateur/compositeur, il lui faudra encore faire preuve de plus d’auto discipline pour faire le tri dans ses ébauches, histoire d’en purger les scories les plus encombrantes.

 

Mais dans la masse grouillante des sorties standardisées et aseptisées, son Lust for War est une petite oasis de fraîcheur guerrière, qui se veut jeu de rôles à l’univers très particulier. On peut ne pas adhérer à son propos, mais on se doit de respecter sa liberté de ton.

Du Black, oui, mais pas seulement, et une version très animée et brusque de la chose. Une surprise pour le moins, et une suite qu’on peut attendre plus recentrée, pour plus d’efficacité.

Mais je lui laisse sa chance, et j’attends de voir si les années vont lui apporter la sagesse suffisante pour se montrer plus exigeant envers lui-même.

Mais en tant que trublion de l’extrême, il joue déjà très bien son rôle.


Titres de l'album:

  1. Psycopathia Sexualis
  2. Lust for War
  3. Hellish Moor
  4. Cunt Pillage
  5. Your Second Death
  6. Te Invoco O Satana
  7. Im Tode
  8. Depression Then Rage
  9. Funereal Love
  10. The Siege of Budapest (Bonus Track)

Facebook officiel

Reverbnation page (Sound & Videos)


par mortne2001 le 03/04/2017 à 15:08
65 %    289

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.