Il s’appelle Chris Dazsi, il est américain, et fait sa musique dans son coin, tout seul, parce que visiblement, il n’a besoin de personne.

On ne sait pas grand-chose de lui, mis à part qu’il vient de Hummelstown, Pennsylvanie, qu’il dispose d’une page Facebook assez sommaire, et qu’il a des vues indéniablement personnelles sur la musique extrême.

Ah, et on sait aussi qu’il a déjà sorti un premier LP en 2015, Godless And War Hungry, et deux autres EP à un an d’intervalle, Haunted Hallows et The Serpent Within.

Voilà, c’est à peu près tout. Après, rendez-vous sur ses sites plus ou moins officiels, sur lesquels il n’en dit pas forcément plus, sauf qu’il joue un genre très particulier de musique, qu’il décrit au choix comme du United States Black Metal, du Blasphemous Metal with Black Metal vocals, ou du Evil War Metal, donc en gros, du Metal torride légèrement obsédé par la guerre et le diable.

Mais après tout, il n’est ni le seul, ni le premier à faire ça…

Dans les faits, et plus concrètement, ça donne quoi ?

Un mec qui bosse seul ses compositions, qui joue de la guitare, qui programme sa boîte à rythme, et qui chante, ou du moins essaie de vocaliser Black, quoique ses lignes de chant évoquent plus un univers Hardcore. Mais le tout est loin d’être désagréable et reste terriblement personnel et attachant.

C’est assez difficile à situer, parce que c’est quand même salement instable et un peu omnidirectionnel, sans qu’on sache si l’homme sait vraiment où il va où s’il se laisse porter par son inspiration du moment. Alors ça déborde d’arrangements, de breaks parfois (souvent) incongrus, d’intermèdes mélodiques qui tombent un peu comme une croix renversée sur le lit de Regan, mais c’est justement ce qui fait le charme d’un album hors-norme comme Lust for War, qui mène justement une guerre farouche contre la normalité et la linéarité, en se montrant parfois maladroit, mais toujours sincère.

Les influences ? Celles lâchées sur l’un de ses sites mentionnent ROTTING CHRIST, LORD BELIAL, OLD MAN’S CHILD, GRAVEWORM ou GOATWHORE, et OATH OF SIN se situe un peu en convergence de toutes ces références, sans pour autant se montrer un peu trop gourmand au niveau des emprunts.

Mais au bout du compte, et après avoir écouté ce Lust for War trois ou quatre fois in extenso, je suis toujours incapable de savoir vraiment à quoi j’ai eu affaire.

Mais c’est assez plaisant d’être perdu dans un labyrinthe d’idées de temps à autres, même si l’on n’est pas sûr de pouvoir trouver la sortie et d’être capable d’en expliquer le cheminement à autrui.

Ce qui est certain, c’est que Chris croit en ce qu’il fait, et qu’il est tout aussi capable de suggérer quelques pistes CRADLE, NOTRE DAME et autres excentrés de la violence, tout en gardant en point de mire ses propres buts, assez nébuleux, autrement que par une recherche constante de la violence musicale au travers de ses vecteurs d’expression les moins francs.

Et à l’écoute d’un morceau gigogne comme « Cunt Pillage », on réalise vite que la simplicité et l’efficacité ne sont pas ses préoccupations principales.

Mélangeant la fusion Black/Dark Metal et les dérives techniques incongrues, Chris tricote des symphonies de poche aussi progressives que déconstruites, et souffle le chaud et le froid en permanence, nous laissant nous noyer sans nous offrir la bouée d’un thème principal à laquelle nous raccrocher.

C’est assez troublant, mais pas forcément dérangeant, même si parfois l’imbrication ressemble à une tour de Jenga à deux doigts de l’effondrement fatal.

IL ne se prive pas pour accumuler les plans, au risque de nous faire crever d’une overdose d’informations, lorsqu’il glisse sur un long toboggan de six minutes remplies jusqu’à ras bords de thèmes qui ne s’assemblent pas forcément logiquement, mais qui nous réservent de bonnes séances d’écrasement de tympans (« Your Second Death », longue litanie qui pousse la complication à son paroxysme).

Mais il peut aussi se montrer plus concis en format réduit, même si la boite à rythme nous affole de son écho synthétique insupportable (« Im Tode », pas forcément plus simple à appréhender, mais plus court et porteur de riffs plus francs, tout du moins sur quelques secondes.)

Incantations sataniques à la Anton LaVey (« Te Invoco O Satana » un peu DEATH SS aussi), dextérité Techno Death dans un contexte purement Black théâtral (« Lust for War », aplatissant, et doublé d’une schizophrénie vocale assez terrifiante), découlement opératique dramatique qui ne ménage ni les effets, ni les émanations vocales ombrageuses (« Depression Then Rage » et son solo plus NWOBHM que nature, mélodique et occulte à la fois), en gros, un peu de tout, un poil de n’importe quoi, mais une naïveté touchante dans l’agencement des impressions qui cafouille de temps à autres, mais se montre quand même intéressant dans sa volonté de ne se refuser aucune possibilité.

Certes, tout ça ressemble parfois un à puzzle pas forcément bien assemblé, et reste un produit amateur, enregistré avec un cœur débordant de haine, mais aussi de générosité instrumentale.

En tant que chanteur, Christ est plutôt convaincant, et s’investit personnellement. Il est un guitariste capable, à la technique en lead affirmée et aux capacités rythmiques appuyées, mais en tant que créateur/compositeur, il lui faudra encore faire preuve de plus d’auto discipline pour faire le tri dans ses ébauches, histoire d’en purger les scories les plus encombrantes.

 

Mais dans la masse grouillante des sorties standardisées et aseptisées, son Lust for War est une petite oasis de fraîcheur guerrière, qui se veut jeu de rôles à l’univers très particulier. On peut ne pas adhérer à son propos, mais on se doit de respecter sa liberté de ton.

Du Black, oui, mais pas seulement, et une version très animée et brusque de la chose. Une surprise pour le moins, et une suite qu’on peut attendre plus recentrée, pour plus d’efficacité.

Mais je lui laisse sa chance, et j’attends de voir si les années vont lui apporter la sagesse suffisante pour se montrer plus exigeant envers lui-même.

Mais en tant que trublion de l’extrême, il joue déjà très bien son rôle.


Titres de l'album:

  1. Psycopathia Sexualis
  2. Lust for War
  3. Hellish Moor
  4. Cunt Pillage
  5. Your Second Death
  6. Te Invoco O Satana
  7. Im Tode
  8. Depression Then Rage
  9. Funereal Love
  10. The Siege of Budapest (Bonus Track)

Facebook officiel

Reverbnation page (Sound & Videos)


par mortne2001 le 03/04/2017 à 15:08
65 %    347

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes