Machinations

Hark

24/02/2017

Season Of Mist

Notre histoire commence en 1994, NIRVANA vient de sortir In Utero, IRON MAIDEN perd sa voix, METALLICA verse dans le mainstream, de même que MEGADETH, la course à MTV bat son plein lorsque James "Jimbob" Isaac, guitariste et chanteur, entreprend un nouveau groupe du nom de TAINT. Déjà là, certains savent de quoi nous allons parler aujourd'hui. Et pourtant, ce n'est que 10 ans plus tard que la découverte de son univers est permise à travers un album, The Ruin Of Nová Roma, publié en 2005 via Rise Above Records, label dénicheur de talent comme un cochon dénicheur de truffes. Le choc est immense pour les amateurs de Stoner Sludge Metal jusque là gavé par DOWN que certains considèrent comme étant le seul groupe à connaitre, ce qui n'enlève rien à la qualité des Américains ceci-dit. Un deuxième album, Secrets And Lies, un poil moins réussi déboule en 2007 avant un EP All Bees To The Sea qui signe la fin de ce groupe, laissant les amateurs d'une musique cradingue, à l'esprit Rock assumé dans un désespoir temporaire puisqu'en 2010, ce même Jimbob, fonde HARK et poursuit la voie bien ouverte par son ancienne formation.

Là encore, il faudra quelques années avant que ce nouveau groupe nous inonde de musique avec le premier album, Crystalline, absolument imparable sorti chez Season Of Mist en 2014, Jimbob y dévoile une voix encore plus empreinte de feeling, de mélodie crasseuse mais terriblement entêtante, un esprit Rock et direct comme au bon vieux temps mais qui ne verse jamais dans la facilité. Alors, lorsqu'en 2017, ce même HARK nous reviens avec Machinations, c'est l'exaltation qui tourne vite à la confirmation, ce coup-ci le bonhomme est de retour pour de bon, un album costaud, inspiré, gérant les cassures de rythmes, changement d'ambiance à la perfection, écoutez donc ce "Speak In Tongues" au refrain qui te fait dresser les poils d'un imberbe, du Rock'n'roll mêlé à une énergie mélodique imparable, comment ces mots résonnent dans la clameur alors que la mélodie est toujours présente au fond, le travail de production est juste énorme et confère à la folie si vous voulez prêtez attention à tous les détails parsemés ci et là. Chaque titre possède son âme, son esprit et est reconnaissable de suite, la voix bien hargneuse qui déboule après une introduction d'un MOTÖRHEAD mid-tempo et si je parlais de NIRVANA en début de chronique ce n'est pas non plus par hasard car ce James possède la même fragilité et s'expose totalement comme Kurt Cobain le faisait dans ses chansons, bon ensuite, la comparaison s'arrête là, mais HARK jouit de la même liberté artistique que le trio de Seattle à ses débuts. 

Bon depuis le premier album, le line-up du quatuor a quelque peu évolué avec l'arrivée du bassiste Tom Shortt et le passage de Joe Harvatt de la basse à la guitare et le résultat à 2 guitares est saisissant, l'harmonisation mélodique d'un "Son Of Pythagoras" alors que la basse supporte la structure avec une batterie qui cogne dur derrière, et cette fin de l'ultime "The Purge" absolument magnifique. Et s'il est un autre bonhomme à saluer ici, c'est bien ce monstre de batteur de Simon Bonwick, c'est sobre mais d'une justesse incroyable, jamais l'homme n'en fait de trop, claquant pourtant quelques petits contre-temps bien sentis, privilégiant une caisse claire pas trop aiguë pour accentuer cette chape de fonte qui s'installe tranquillement au-dessus de nos têtes à l'écoute de cet album qui se résume ainsi : des riffs inspirés, directs, des mélodies simples, mémorisables mais pas simplistes, un chant énergique et mélodique, une production équilibrée privilégiant là aussi le percutant, ce qui peut faire passer la première écoute pour une boucherie.

Alors voilà, il y a de temps en temps ce genre d'album que l'on peut écouter 20 fois sans se lasser en un laps de temps très court et c'est véritablement ce que j'ai fait car si Machinations se veut direct, il offre tout de même plusieurs niveaux d'écoute ce qui en fait un album qui se découvre sur la durée, ce genre d'album qui se dévoile petit à petit, comme une fille légèrement vêtue, on croit avoir tout vu avec la transparence mais l'imagination nous joue parfois bien des tours. Un album d'une grande classe qui finit d'installer ce quatuor dans la durée. On vous aura prévenu, HARK est le groupe qu'il vous faut écouter si vous voulez paraître dans le coup à la machine à café le matin au boulot... enfin si vous bossez avec des gens qui aiment la musique. Alors voilà, plus de vingt ans après les débuts, METALLICA verse toujours dans le mainstream tout comme MEGADETH (oh la phrase pour faire le buzz...), NIRVANA n'a toujours pas publié de nouvel album... (et une phrase qui se veut drôle et qui ne l'est pas, ouf c'est bientôt la fin de cette chronique) heureusement, des choses ne sont pas fixées, IRON MAIDEN a retrouvé sa voix et HARK confirme l'héritage laissé par TAINT.

  1. Fortune Favours The Insane
  2. Disintegrate
  3. Nine Fates
  4. Speak In Tongues
  5. Transmutation
  6. Son Of Pythagoras
  7. Premonitions
  8. Comnixant 30
  9. The Purge

Site Officiel

par Simony le 28/02/2017 à 07:00
91 %    478

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46

Smashing Jewelry

YES ! Bourdal dou mardch, ça c'est de la niouze !!

Ca va distribuer des baffes, cette histoire !!
(quoi, j'ai dit une connerie ?)

29/05/2020, 18:38

LeMoustre

Excellente nouvelle !

29/05/2020, 18:34

Arioch91

C'est une excellente nouvelle. Après, sur la page Facebook, que le leader ait quelque chose à se reprocher vis-à-vis de sa compagne relève du privé, voire ici du pénal.

La musique prime !

29/05/2020, 18:27

Jus de cadavre

Je confirme pour avoir entre aperçu le groupe sur scène à 1 ou 2 reprises il y a quelques années : c’était une bouillie sonore imbuvable en live (et c'était systématique selon beaucoup). Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches...

29/05/2020, 17:23

Buck Dancer

J'attends cet album avec impatience. "Terminal redux" était, pour moi, l'abum de l'année 2016.

29/05/2020, 16:22

Buck Dancer

L'album le plus inquiétant de Morbid avec "Blessed are the sick" et un chef d'œuvre de plus dans leur discographie. Album magistral de puissance, de lourdeur et à l'ambiance unique, qui donne envie de croire que les Grands Anciens ont vraiment existés.

29/05/2020, 16:19

JérémBVL

@grinder, le groupe avait très mauvaise réputation à l'époque en live, sûrement pour ça.

29/05/2020, 14:43

Buck Dancer

C'est la fête des retours chez Obscura.

29/05/2020, 14:39

grinder92

"Et puis un jour, la connerie. MAIS LA CONNERIE : j'ai vu Cradle en concert...
Le mois suivant, mes CD étaient sur ebay," : pourquoi ?

29/05/2020, 13:34

Lifting Catastrophy

Ca sonnait nouveau à l'époque, en plus de l'album de Dimmu (enthroned darkness triumphant), et ça a apporté une certaine fraîcheur. J'ai quand même préféré l'album suivant, Cruelty and the beast, avec un son un peu plus rond. Tout ce qui sonnait un peu radical n'était pas déplaisant dans (...)

29/05/2020, 12:33

JérémBVL

Merci pour vos retours et anecdotes ! Ca fait plaisir de se savoir lu! ;)

29/05/2020, 10:15

Humungus

A mon sens le dernier bon album du groupe.
Et c'est vrai que ce putain de sampler Hard N' Heavy (quel zine bordel !) m'avait effectivement mis la salive aux babines. En même temps, le titre choisi était juste parfait pour ça : Ce cri du début… Mama !

PS : Je n'avais jamais f(...)

29/05/2020, 08:46

Gargan

Bon sang ! Je n’avais même pas vu qu’il s’étaient reformés depuis quelques années, j’en suis resté au Lp de 92 !

29/05/2020, 08:41