Notre histoire commence en 1994, NIRVANA vient de sortir In Utero, IRON MAIDEN perd sa voix, METALLICA verse dans le mainstream, de même que MEGADETH, la course à MTV bat son plein lorsque James "Jimbob" Isaac, guitariste et chanteur, entreprend un nouveau groupe du nom de TAINT. Déjà là, certains savent de quoi nous allons parler aujourd'hui. Et pourtant, ce n'est que 10 ans plus tard que la découverte de son univers est permise à travers un album, The Ruin Of Nová Roma, publié en 2005 via Rise Above Records, label dénicheur de talent comme un cochon dénicheur de truffes. Le choc est immense pour les amateurs de Stoner Sludge Metal jusque là gavé par DOWN que certains considèrent comme étant le seul groupe à connaitre, ce qui n'enlève rien à la qualité des Américains ceci-dit. Un deuxième album, Secrets And Lies, un poil moins réussi déboule en 2007 avant un EP All Bees To The Sea qui signe la fin de ce groupe, laissant les amateurs d'une musique cradingue, à l'esprit Rock assumé dans un désespoir temporaire puisqu'en 2010, ce même Jimbob, fonde HARK et poursuit la voie bien ouverte par son ancienne formation.

Là encore, il faudra quelques années avant que ce nouveau groupe nous inonde de musique avec le premier album, Crystalline, absolument imparable sorti chez Season Of Mist en 2014, Jimbob y dévoile une voix encore plus empreinte de feeling, de mélodie crasseuse mais terriblement entêtante, un esprit Rock et direct comme au bon vieux temps mais qui ne verse jamais dans la facilité. Alors, lorsqu'en 2017, ce même HARK nous reviens avec Machinations, c'est l'exaltation qui tourne vite à la confirmation, ce coup-ci le bonhomme est de retour pour de bon, un album costaud, inspiré, gérant les cassures de rythmes, changement d'ambiance à la perfection, écoutez donc ce "Speak In Tongues" au refrain qui te fait dresser les poils d'un imberbe, du Rock'n'roll mêlé à une énergie mélodique imparable, comment ces mots résonnent dans la clameur alors que la mélodie est toujours présente au fond, le travail de production est juste énorme et confère à la folie si vous voulez prêtez attention à tous les détails parsemés ci et là. Chaque titre possède son âme, son esprit et est reconnaissable de suite, la voix bien hargneuse qui déboule après une introduction d'un MOTÖRHEAD mid-tempo et si je parlais de NIRVANA en début de chronique ce n'est pas non plus par hasard car ce James possède la même fragilité et s'expose totalement comme Kurt Cobain le faisait dans ses chansons, bon ensuite, la comparaison s'arrête là, mais HARK jouit de la même liberté artistique que le trio de Seattle à ses débuts. 

Bon depuis le premier album, le line-up du quatuor a quelque peu évolué avec l'arrivée du bassiste Tom Shortt et le passage de Joe Harvatt de la basse à la guitare et le résultat à 2 guitares est saisissant, l'harmonisation mélodique d'un "Son Of Pythagoras" alors que la basse supporte la structure avec une batterie qui cogne dur derrière, et cette fin de l'ultime "The Purge" absolument magnifique. Et s'il est un autre bonhomme à saluer ici, c'est bien ce monstre de batteur de Simon Bonwick, c'est sobre mais d'une justesse incroyable, jamais l'homme n'en fait de trop, claquant pourtant quelques petits contre-temps bien sentis, privilégiant une caisse claire pas trop aiguë pour accentuer cette chape de fonte qui s'installe tranquillement au-dessus de nos têtes à l'écoute de cet album qui se résume ainsi : des riffs inspirés, directs, des mélodies simples, mémorisables mais pas simplistes, un chant énergique et mélodique, une production équilibrée privilégiant là aussi le percutant, ce qui peut faire passer la première écoute pour une boucherie.

Alors voilà, il y a de temps en temps ce genre d'album que l'on peut écouter 20 fois sans se lasser en un laps de temps très court et c'est véritablement ce que j'ai fait car si Machinations se veut direct, il offre tout de même plusieurs niveaux d'écoute ce qui en fait un album qui se découvre sur la durée, ce genre d'album qui se dévoile petit à petit, comme une fille légèrement vêtue, on croit avoir tout vu avec la transparence mais l'imagination nous joue parfois bien des tours. Un album d'une grande classe qui finit d'installer ce quatuor dans la durée. On vous aura prévenu, HARK est le groupe qu'il vous faut écouter si vous voulez paraître dans le coup à la machine à café le matin au boulot... enfin si vous bossez avec des gens qui aiment la musique. Alors voilà, plus de vingt ans après les débuts, METALLICA verse toujours dans le mainstream tout comme MEGADETH (oh la phrase pour faire le buzz...), NIRVANA n'a toujours pas publié de nouvel album... (et une phrase qui se veut drôle et qui ne l'est pas, ouf c'est bientôt la fin de cette chronique) heureusement, des choses ne sont pas fixées, IRON MAIDEN a retrouvé sa voix et HARK confirme l'héritage laissé par TAINT.

  1. Fortune Favours The Insane
  2. Disintegrate
  3. Nine Fates
  4. Speak In Tongues
  5. Transmutation
  6. Son Of Pythagoras
  7. Premonitions
  8. Comnixant 30
  9. The Purge

Site Officiel

par Simony le 28/02/2017 à 07:00
91 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)