Dans la série « l’arrière-garde meurt mais ne se rend pas », certains soldats font figure de force de frappe de première bourre pour renforcer les lignes du front de l’extrême. C’est simple, à les écouter, on a le sentiment qu’ils sont encore plus galvanisés par le combat qu’à leurs débuts, si bien qu’on a vraiment du mal à croire à leur presque trente ans de carrière sous les drapeaux du Metal fatal. C’est le cas de nos chers ATROCITY germains, qui depuis la fin des années 80 mènent vaille que vaille leur bataille, changeant allègrement de camp selon les tendances, mais restant fidèles à une force de frappe non négligeable que beaucoup pourraient leur envier. Ceux qui les connaissent – et ils sont nombreux – savent parfaitement qu’on est en droit d’attendre tout et n’importe quoi de leur part, à tel point que la référence Encyclopedia Metallum préfère avancer un timide « various » en parlant de leur style de prédilection. Et pour cause. Entre des débuts férocement Death, des alternances Indus, et de petites récréations en covers d’eighties qui n’en demandaient pas tant (la série des Werk 80, notable à cinquante pour cent), difficile de suivre le parcours non linéaire des rangs allemands, qui à contrario de leur production de bracelets cloutés, ne jouent pas vraiment le jeu des lignes coordonnées. Mais depuis quelques années, une ligne de conduite se dégageait mine de rien, entamée subtilement par Atlantis, mais surtout par Okkult, le fameux premier opus d’une trilogie dont nous attendons toujours la suite, et qui devrait voir le jour sous la forme évidente d’un Okkult II en 2018. Alors heureux ? Bien sûr, d’autant plus que cet EP avant-coureur de quatre titres nous donne la mouvance, et surtout, la puissance. Quant à savoir si les morceaux qui y sont présentés feront partie de la prochaine fournée, pas plus de précisions à donner.

Mais que trouve-t-on sur ce Masters Of Darkness ? Des maîtres ? Des ténèbres ? Les deux ? Des maîtres des ténèbres ? Oui, tout ça, et plus encore, beaucoup de mélodies, de la brutalité, du Death vu et repensé à la sauce Power, et pas mal de persuasion, dans la directe lignée de leur dernière production. Les ATROCITY sont allés à l’essentiel, et ont privilégié des morceaux directs, mais non dénués d’orchestrations ambitieuses, dans la plus pure tradition de leur discographie de plomb. Des riffs qui cartonnent, un chant qui détonne, grave et porteur, mais aussi des subtilités parfois bien amenées, et de la grandiloquence évidemment, puisque le quatuor allemand (Alexander Krull – chant, Thorsten Bauer – guitare, Pete Streit – guitare et Joris Nijenhuis – batterie) semble incapable de faire les choses humblement et discrètement, mais c’est sans doute pour ça qu’on l’aime tant. On a parfois l’impression d’un gigantesque crossover entre leur première partie de carrière et une adaptation très personnelle des motifs de Keith Emerson, période Inferno de Dario Argento (« Devil’s Covenant »), le tout joué avec l’énergie d’un DIMMU BORGIR fraichement sorti de sa sépulture. C’est calibré, équilibré, mais démesurément gonflé, comme cette production signée Alexander Krull lui-même aux Mastersound studios, et sévèrement martial et burné comme cette pochette gravée de la main de Stefan Heilemann (LINDEMANN, EPICA et KAMELOT). On pense même parfois à un mélange surnaturel entre le NIGHTWISH de Tarja et le PAIN de qui-vous-savez, sauf qu’au milieu de cette débauche baroque, les blasts nous rappellent à l’agressivité d’un BM fortement teinté de Death Indus, qui n’est familier qu’aux proches des principaux concernés. Ainsi, « Masters Of Darkness », déjà proposé en amuse-gueule sur Youtube fait largement son job d’entrée en matière tonitruante, et nous séduit de son absence de mesure et de ses thèmes aussi catchy qu’un barbecue en enfer.

Mais l’enfer, ce sont les autres, on le sait, même si les diablotins d’ATROCITY ont développé le leur. Il est toujours à base de violence instrumentale et de rigueur rythmique martiale, et dérive directement de leur entame de carrière, en suggérant des accointances plus que prononcées avec des albums cultes comme Todessehnsucht, spécialement lorsque les débats s’enveniment et s’emballent (« Menschenschlachthaus », guttural et natal, mais méchamment convaincant au final). Chœurs opératiques féminins, propulsion atomique en souterrain, le travail est souverain, et les efforts de cohésion paient, puisqu’on retrouve l’ambiance qui nous avait séduits sur Okkult, et qui laisse augurer du meilleur pour sa suite à venir. Le chant d’Alexander est toujours aussi performant, même si la batterie mortellement triggée à tendance à légèrement agacer les tympans, d’autant plus que les découpes de guitares sont toujours aussi précises et létales. Emballement de BPM, dramatisation globale, le produit est parfaitement enrobé dans un emballage mastic mais pas toc, et on s’enfonce les quatre titres dans la gorge pour qu’ils remontent jusqu’à la mémoire, au moins jusqu’à la parution prochaine d’un second tome en longue durée. Et comme les malandrins nous servent bouillant un slow tempo bien glauque et spectral, mais strié de riffs qui ont la dalle, au point de suggérer des sympathies troubles avec le DEICIDE le plus intempestif (« Gates To Oblivion »), on accepte la livraison dans toute sa brièveté en promettant de faire preuve de patience et de dévotion. Après tout, ils le méritent non ?

On aurait beau jeu de croire voir et entendre en Masters Of Darkness un simple hors d’œuvre, mais en tant qu’EP à part entière et détaché d’un plus grand projet, il convainc et persuade de retenir son souffle, certains de retrouver l’an prochain un ATROCITY souverain. Et puis, des groupes de ce calibre ne sont pas légion, et malgré les approximations, et le volume de la production, les uns adoreront toujours tandis que les autres détesteront. Choisissez votre camp, mais méfiez-vous, choisissez le bon !


Titres de l'album:

  1. Masters of Darkness
  2. Menschenschlachthaus
  3. Gates to Oblivion
  4. Devil's Covenant

Site officiel


par mortne2001 le 24/12/2017 à 18:43
78 %    318

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


yolo
@78.192.38.132
27/12/2017 à 18:19:50
Eternels 4emes couteaux sans originalité depuis les années 90, leur évolution est... pour le moins étrange

Ajouter un commentaire


Coma

Disorder

Hellraiser

Heritage

Obsidian Sea

Strangers

Arides

Sur les Terres Oubliées

Freedom Call

M.E.T.A.L.

Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Iron Bastards + Paranoid Cats + Sweeping Death

31/08 : Millenium, Haguenau ()

Photo Stream

Derniers coms

@Buck : oui j'ai vu ça... Là ça fout les boules quand même !
Autant je n'aime vraiment pas Megadeth, mais les caler en dessous de cette bouse appelé Five finger machin, c'est juste une honte. Littéralement le monde à l'envers...


La situation à te faire péter un câble...


J'ai en tête un morceau des CLASH, "I'm so bored with the USA" et aussi un titre d'EXPLOITED plus explicite...pour cette chère administration "pussy grabbin" trumpesque :-)


Où Megadeth en première partie de Five finger death punch?


Behemoth qui ouvre pour Slipknot... Et pourquoi pas Metallica en guest de KoRn ou Black Sabbath en 1re partie de Limp Bizkit ?


Slipknot et Behemoth a ouais lol deux salles deux ambiances.


Très bonne chronique pour un très bon disque !


Mon premier groupe Metal vu en concert haha (avec Manigance en première partie, dans la salle communale d'un bled bien paumé!) ! Ça fait un bail, mais que de souvenir ! Même si je n'ai jamais réécouté ce groupe par la suite :D !


Un chef d’œuvre ???
Nouvelle illustration du caractère personnel du ressenti face à une œuvre. Attaché aux premiers albums et au retour en grâce du Heavy Metal auquel ils ont contribué, d'un point de vue médiatique (et aux concerts fabuleux des tournées Legacy of Kings et Renegade (...)


Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !