Dans la série « l’arrière-garde meurt mais ne se rend pas », certains soldats font figure de force de frappe de première bourre pour renforcer les lignes du front de l’extrême. C’est simple, à les écouter, on a le sentiment qu’ils sont encore plus galvanisés par le combat qu’à leurs débuts, si bien qu’on a vraiment du mal à croire à leur presque trente ans de carrière sous les drapeaux du Metal fatal. C’est le cas de nos chers ATROCITY germains, qui depuis la fin des années 80 mènent vaille que vaille leur bataille, changeant allègrement de camp selon les tendances, mais restant fidèles à une force de frappe non négligeable que beaucoup pourraient leur envier. Ceux qui les connaissent – et ils sont nombreux – savent parfaitement qu’on est en droit d’attendre tout et n’importe quoi de leur part, à tel point que la référence Encyclopedia Metallum préfère avancer un timide « various » en parlant de leur style de prédilection. Et pour cause. Entre des débuts férocement Death, des alternances Indus, et de petites récréations en covers d’eighties qui n’en demandaient pas tant (la série des Werk 80, notable à cinquante pour cent), difficile de suivre le parcours non linéaire des rangs allemands, qui à contrario de leur production de bracelets cloutés, ne jouent pas vraiment le jeu des lignes coordonnées. Mais depuis quelques années, une ligne de conduite se dégageait mine de rien, entamée subtilement par Atlantis, mais surtout par Okkult, le fameux premier opus d’une trilogie dont nous attendons toujours la suite, et qui devrait voir le jour sous la forme évidente d’un Okkult II en 2018. Alors heureux ? Bien sûr, d’autant plus que cet EP avant-coureur de quatre titres nous donne la mouvance, et surtout, la puissance. Quant à savoir si les morceaux qui y sont présentés feront partie de la prochaine fournée, pas plus de précisions à donner.

Mais que trouve-t-on sur ce Masters Of Darkness ? Des maîtres ? Des ténèbres ? Les deux ? Des maîtres des ténèbres ? Oui, tout ça, et plus encore, beaucoup de mélodies, de la brutalité, du Death vu et repensé à la sauce Power, et pas mal de persuasion, dans la directe lignée de leur dernière production. Les ATROCITY sont allés à l’essentiel, et ont privilégié des morceaux directs, mais non dénués d’orchestrations ambitieuses, dans la plus pure tradition de leur discographie de plomb. Des riffs qui cartonnent, un chant qui détonne, grave et porteur, mais aussi des subtilités parfois bien amenées, et de la grandiloquence évidemment, puisque le quatuor allemand (Alexander Krull – chant, Thorsten Bauer – guitare, Pete Streit – guitare et Joris Nijenhuis – batterie) semble incapable de faire les choses humblement et discrètement, mais c’est sans doute pour ça qu’on l’aime tant. On a parfois l’impression d’un gigantesque crossover entre leur première partie de carrière et une adaptation très personnelle des motifs de Keith Emerson, période Inferno de Dario Argento (« Devil’s Covenant »), le tout joué avec l’énergie d’un DIMMU BORGIR fraichement sorti de sa sépulture. C’est calibré, équilibré, mais démesurément gonflé, comme cette production signée Alexander Krull lui-même aux Mastersound studios, et sévèrement martial et burné comme cette pochette gravée de la main de Stefan Heilemann (LINDEMANN, EPICA et KAMELOT). On pense même parfois à un mélange surnaturel entre le NIGHTWISH de Tarja et le PAIN de qui-vous-savez, sauf qu’au milieu de cette débauche baroque, les blasts nous rappellent à l’agressivité d’un BM fortement teinté de Death Indus, qui n’est familier qu’aux proches des principaux concernés. Ainsi, « Masters Of Darkness », déjà proposé en amuse-gueule sur Youtube fait largement son job d’entrée en matière tonitruante, et nous séduit de son absence de mesure et de ses thèmes aussi catchy qu’un barbecue en enfer.

Mais l’enfer, ce sont les autres, on le sait, même si les diablotins d’ATROCITY ont développé le leur. Il est toujours à base de violence instrumentale et de rigueur rythmique martiale, et dérive directement de leur entame de carrière, en suggérant des accointances plus que prononcées avec des albums cultes comme Todessehnsucht, spécialement lorsque les débats s’enveniment et s’emballent (« Menschenschlachthaus », guttural et natal, mais méchamment convaincant au final). Chœurs opératiques féminins, propulsion atomique en souterrain, le travail est souverain, et les efforts de cohésion paient, puisqu’on retrouve l’ambiance qui nous avait séduits sur Okkult, et qui laisse augurer du meilleur pour sa suite à venir. Le chant d’Alexander est toujours aussi performant, même si la batterie mortellement triggée à tendance à légèrement agacer les tympans, d’autant plus que les découpes de guitares sont toujours aussi précises et létales. Emballement de BPM, dramatisation globale, le produit est parfaitement enrobé dans un emballage mastic mais pas toc, et on s’enfonce les quatre titres dans la gorge pour qu’ils remontent jusqu’à la mémoire, au moins jusqu’à la parution prochaine d’un second tome en longue durée. Et comme les malandrins nous servent bouillant un slow tempo bien glauque et spectral, mais strié de riffs qui ont la dalle, au point de suggérer des sympathies troubles avec le DEICIDE le plus intempestif (« Gates To Oblivion »), on accepte la livraison dans toute sa brièveté en promettant de faire preuve de patience et de dévotion. Après tout, ils le méritent non ?

On aurait beau jeu de croire voir et entendre en Masters Of Darkness un simple hors d’œuvre, mais en tant qu’EP à part entière et détaché d’un plus grand projet, il convainc et persuade de retenir son souffle, certains de retrouver l’an prochain un ATROCITY souverain. Et puis, des groupes de ce calibre ne sont pas légion, et malgré les approximations, et le volume de la production, les uns adoreront toujours tandis que les autres détesteront. Choisissez votre camp, mais méfiez-vous, choisissez le bon !


Titres de l'album:

  1. Masters of Darkness
  2. Menschenschlachthaus
  3. Gates to Oblivion
  4. Devil's Covenant

Site officiel


par mortne2001 le 24/12/2017 à 18:43
78 %    346

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


yolo
@78.192.38.132
27/12/2017 à 18:19:50
Eternels 4emes couteaux sans originalité depuis les années 90, leur évolution est... pour le moins étrange

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.