Alchemy of Souls - Part I

Lords Of Black

06/11/2020

Frontiers Records

Ce quatrième album des madrilènes de LORDS OF BLACK n’aurait sans doute pas dû être ce qu’il est aujourd’hui. A la base, nous devions retrouver au micro un certain Diego Valdez, le légendaire vocaliste Ronnie Romero désirant se consacrer à d’autres projets, comme il l’a confirmé dans de récentes interviews. Mais allez savoir pourquoi, Ronnie est finalement revenu au sein de sa famille d’adoption, pour trouver Jo Nunez (DARKBLAZERS, FIREWIND, DRAGONLAND (live), GUS G. (live), ex-SUICIDE OF DEMONS, ex-NEGATE (live), ex-KAMELOT, ex-MERIDIAN DAWN, ex-NIGHTRAGE, ex-MARTY FRIEDMAN (live), ex-ABOUT: BLANK, ex-MYSTICA) assis sur le siège du batteur. C’est donc une formation qui ne ressemble pas vraiment au plan prévu que nous retrouvons pour ce quatrième album, qui annonce une seconde partie, comme les légendaires The House of Atreus ou Keeper of the Seven Keys. De l’ambition donc pour les espagnols, qui au tournant d’une carrière déjà riche et révérée, se sentent pousser des ailes, ailes qui les ont emmenés loin dans le ciel à l’occasion du décollage d’Icons of the New Days, leur troisième et très réussi album. Il faut dire qu’avec un line-up pareil, toujours soutenu par le leader Tony Hernando, et rejoint en 2017 par le bassiste Dani Criado, il y a de quoi avancer les moyens de ses ambitions, et Alchemy of Souls - Part I ne donne donc pas dans la demi-mesure ou l’hésitation. Il est toutefois aussi difficile de situer la musique du quatuor, sans faire appel au terme un peu vulgarisateur de « Progressif ». Mais en ces nouveaux sillons, LORDS OF BLACK démontre une fois encore qu’il n’est pas qu’un groupe démonstratif sûr de ses moyens, et qu’il est largement capable de composer des hymnes à la frontière du Hard Rock mélodique et de l’AOR, sans perdre en puissance dans les tours. Et sans savoir pour le moment si ce quatrième tome de la saga incarne la quintessence d’une démarche entamée il y a six ans, autant dire qu’il respecte à la lettre les standards de qualité mis en place par l’ensemble.

Retrouver une fois encore la voix de Ronnie Romero est toujours un plaisir en soi, lui qui a collaboré tout au long de sa carrière avec les plus grands (RAINBOW, THE FERRYMEN, VANDENBERG, WALTER GIARDINO TEMPLE, ERIDAN (live), MICHAEL SCHENKER FEST (live), CORELEONI, ex-JOSE RUBIO'S NOVA ERA, ex-SANTELMO, ex-ARIA INFERNO, ex-VOCES DEL ROCK). Un CV qui a de quoi laisser admiratif, et pourtant, on le sent comme à la maison dans le contexte de LORDS OF BLACK. Le groupe ne propose pourtant rien de fondamentalement nouveau depuis ses débuts, et profite de la disparition de combos comme SYMPHONY X pour imposer sa patte, qui mélange avec flair la complexité du Metal progressif moderne et l’efficacité du Heavy mélodique le plus puissant. Et dès « Dying To Live Again », on comprend immédiatement que les espagnols n’ont pas l’intention de changer leur recette d’un seul ingrédient, ce morceau d’entame propulsant immédiatement l’album au firmament des succès Frontiers de ces dernières années. Guitare rageuse et volubile, production contemporaine qui fait briller les chromes, phrasé Thrash dans les licks, rythmique hargneuse et millimétrée, et évidemment, la voix unique de Ronnie, capable de transcender n’importe quel classique de son vibrato magique. Le refrain hautement fédérateur affilie immédiatement les madrilènes aux classiques les plus intemporels du Power Metal maîtrisé, et le résultat laisse encore une fois bouche bée. Au fait de leur professionnalisme, et acceptant leur parcours non comme un fardeau à porter, mais comme une valise remplie d’astuces, les LORDS OF BLACK ne nous épatent pas de quelques coups d’esbroufe, mais bien d’un sens de la composition et de l’interprétation hors-normes. Et aussi classique sa musique puisse être, elle n’en reste pas moins l’une des plus efficaces du marché.

D’ailleurs, leur label italien n’hésite pas à les comparer une fois encore aux idoles immuables de MASTERPLAN et SYMPHONY X, osant même le parallèle avec IRON MAIDEN. Mais je trouve que dresser un parallèle avec de telles références est insultant pour les LORDS OF BLACK, qui n’ont pas besoin d’être mis en valeur par comparaison externe. Il suffit de parler de leurs propres dispositions pour faire éclater la vérité, et offrir au groupe le piédestal qu’il mérite. Nul besoin donc d’invoquer des gloires passées pour comprendre que ce quatrième LP est une nouvelle étape cruciale en soi, et il suffit de tendre les deux oreilles sur le tubesque  « Into The Black » pour réaliser à quel point le quatuor est devenu une nouvelle pierre angulaire du style depuis ses débuts. La progression entre le premier chapitre éponyme et cet Alchemy of Souls - Part I n’est d’ailleurs pas si flagrante, ce qui indique que tout était déjà inscrit dans l’ADN du groupe depuis sa création. Si la voix de Romero est toujours le point d’attraction central, la guitare prolixe de Tony Hernando sait aussi se faire une place importante dans le cœur des fans, à tel point qu’en extrapolant un peu et en faisant preuve d’un soupçon de subjectivité, il serait presque possible de voir en LORDS OF BLACK une version moderne du RAINBOW de légende.

C’est en tout cas ce qu’on croit réaliser lorsque les quatre musiciens se laissent aller à une inspiration plus développée, à l’occasion du superbe « Shadows Kill Twice » qui n’est pas non plus sans évoquer le SAVATAGE le plus inspiré. Intro délicate au piano, guitare qui distille des interventions émouvantes, pour un crescendo bâti comme une légende qu’on raconte à ses petits-enfants. Du côté des longues suites évolutives, tout va bien, et cette première partie lâche au passage un long segment qui laisse des traces dans la mémoire, avec un impeccable et tragique « Alchemy Of Souls ». Dix minutes de feeling de premier choix avec au menu acoustique hispanique, violence couvée qui joue toujours à cache-cache entre le Power et le Thrash, chant lyrique qui vit ses textes et ne se contente pas de les interpréter, mélodie emphatique, tout est en place pour le déroulé théâtral, et ce morceau se pose d’ailleurs en fameux cliffhanger en attendant la suite des évènements. Mais n’anticipons pas trop sur cet Alchemy of Souls - Part II qui interviendra en temps voulu, et apprécions pour le moment ce que nous offre ce premier tome. A savoir des titres plus directs mais pas moins sophistiqués (« Closer To Your Fall »), des démonstrations de puissance à la DIO/Jorn LANDE (« Tides Of Blood »), et de petites choses plus coulées et digestes comme ce hit en puissance « Sacrifice ».

De quoi satisfaire tout le monde, rassurer les fans, et laisser présager une fois encore d’un futur des plus brillants pour les quatre espagnols. Un premier tome solide et varié, qui donne envie de connaître la suite sans trop attendre.

                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Dying To Live Again

02. Into The Black

03. Deliverance Lost

04. Sacrifice

05. Brightest Star

06. Closer To Your Fall

07. Shadows Kill Twice

08. Disease In Disguise

09. Tides Of Blood

10. Alchemy Of Souls

11. You Came To Me (Piano Version)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/11/2020 à 15:58
80 %    107

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38