Mort

Croc Noir

21/12/2018

Wolfspell Records

Nous devisions il y a peu sur l’inventivité, le culot et la créativité de la scène BM française, évoquant quelques grands défricheurs de l’extrême, mais se concentrer sur ce pan d’excellence, nous laissait occulter par la même occasion une certaine partie de l’underground national entièrement dévoué à la cause d’un Black Metal farouchement attaché à ses origines. Il existe en effet une myriade de groupes qui refusent encore toute idée d’innovation et d’évolution, et qui préfèrent consacrer leur énergie et leur carrière à faire revivre des sensations ressenties il y a quelques décennies, lorsque le style se voulait foncièrement brutal et sauvage. Nous ne dresserons bien sûr pas ici l’historique d’une branche bâtarde, qui n’aurait pas lieu d’être, mais nous profiterons de cette tribune pour extirper des ténèbres l’un des représentants les plus intéressants de la vague Old School BM française, en l’incarnation des CROC NOIR. Formé en 2016 du côté de Colmar, ce quatuor faussement simpliste mais réellement intrigant (Geist - textes/chant/instruments traditionnels, Morgue - guitare/basse/batterie/piano, Cloporte - accordéon et Maraud - batterie) a déjà publié deux EP remarqués par les webzines spécialisés (Froid en 2016 et Nuit en 2017, regroupés en une compilation la même année), ainsi qu’un split en compagnie des frères d’arme d’AU-DELA, avant de se concentrer sur l’élaboration d’un longue durée suffisamment alléchant pour leur permettre de rester dans le giron du label polonais Wolfspell Records (déjà distributeur des deux premiers EP’s et hébergeur des troupes DEADLIFE, DRUADAN FOREST, HERMOÐR, KALMANKANTAJA, LEK et tant d’autres). Ce premier LP est donc disponible depuis le 21 décembre et s’apprête à célébrer la nativité dans un froid rigoriste, respectant à la lettre les dogmes suivis par les musiciens depuis leurs débuts.

L’intérêt de CROC NOIR et de Mort ? Proposer une musique directe, souvent lourde et oppressante, aux accents gelées et à l’interprétation assez figée. Trouvant leurs racines dans les origines les plus nordiques du genre, tout en admettant des points communs avec la scène canadienne la moins transigeante, ces quatre musiciens se complaisent dans une agression mesurée, qui utilise les codes du Raw Black sans en exagérer les aspects les plus repoussants. D’une part en se laissant doter d’une production sèche mais intelligible, les éloignant du spectre d’une mauvaise démo se voulant plus crédible que la tête de corbeau dans le proverbial sachet de Dead, et d’autre part en agrémentant leurs compositions assez basiques conceptuellement d’arrangements très futés, donnant une dynamique presque Folklorique à leur musique. Pourtant point de Pagan à l’horizon, mais bien un BM très dur, âpre et rêche, se basant sur des riffs monolithiques et acides, une rythmique plurielle, et évidemment un chant très écorché, le tout emballé dans une mystique assez fascinante rendant certaines interventions plus progressives que la moyenne. Progressives, mais pas complexes. Car si les titres sont conséquents, ils n’en sont pas pour autant interminables et arqués sur une approche unique. En acceptant le traditionalisme du BM tout en s’ouvrant à des possibilités d’orchestration classique et régionaliste, les CROC NOIR nous offrent donc une sorte de chanson de geste funeste, à mi-chemin entre un GRIS et la mouvance ancienne des SACRIFICIA MORTUORUM ou SOMBRE CHEMIN. Et si les plans sont évidemment assez similaires d’un chapitre à l’autre, certains se détachent quand même du schéma de leur nostalgie patente, à l’image du pénétrant « Des Feuilles Mortes » qui laisse un accordéon léger intervenir à intervalles réguliers pour aérer cette ambiance moite et macabre à laquelle les alsaciens tiennent tant.

Difficile toutefois de comparer le groupe à des références bien précises, même si l’ombre du DARKTHRONE de légende plane bas au-dessus des nuages sombres, puisqu’en à peine deux ans, ses musiciens ont pris grand soin de développer une identité collective très personnelle. Et si le cahier des charges du BM classique est respecté à l’entrée près, avec cette alternance de passages noirs et lourds et de soudaines accélérations toutefois raisonnables, les constructions montrent un certain panache et une ambition non négligeables, spécialement en fin d’album lorsque le timing se desserre et laisse les minutes s’écouler. Ainsi, « Transi D’effroi », tout en reprenant des recettes déjà utilisées sur les segments précédents apporte une plus-value digne du meilleur BATHORY transposé dans un vocable Nord-Américain, et « Seul », en conclusion n’hésite pas à imposer la mélodie pour offrir un épilogue digne de ce nom à une œuvre finalement riche et digne d’intérêt. Certes, cet ultime instrumental apaisé et ascétique n’en représente pas le point d’orgue de sa guitare un peu trop claire, mais il permet une ouverture sur un champ de possible différent, et prouve que les CROC NOIR ne sont pas que d’imbéciles nostalgiques en mal de mal originel. Et si les titres des chansons en disent long sur les obsessions du quatuor, et si le son des guitares est parfois noyé dans le mix, et si finalement Mort ne s’adressera qu’à la partie la plus puriste des fans de BM, l’emphase dont fait parfois preuve le quatuor, et sa puissance indéniable (« Dans l'Abîme », ouverture dantesque qui développe les concepts globaux en quatre minutes) en font l’un des représentants les plus dignes de cette vague underground attachée au passé. Un passé qui finalement se répète, mais qui est nécessaire pour comprendre les extrapolations des artistes les plus avant-gardistes, qui doivent leur originalité et leur singularité à tous ces défendeurs de tradition qui leur permettent de se souvenir, et de transcender.

On se demande juste ce que CROC NOIR pourra proposer après nous avoir imposé le Froid, fait tomber la Nuit, et constaté la Mort. Espérons qu’ils explorent des Enfers qui promettent de cacher bien des secrets inavouables.   

 

Titres de l’album :

                          1.Dans l'Abîme

                          2.Au seuil du trépas

                          3.Tapis dans l'ombre

                          4.Égérie funeste

                          5.Des feuilles mortes

                          6.Transi d'effroi

                          7.Seul

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/12/2018 à 16:30
78 %    674

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10