Comment construit-on une légende ? La réponse est dans la question. En fait, on ne la construit pas, elle nait de sa propre source, n’importe où, n’importe comment, et dure tant que des gens continuent à y croire.

Certaines naissent sur un champ de bataille, sur un lit d’hôpital, dans l’espace ou dans notre mémoire, biaisée par la passion souvent et au fil des années, s’enrichit d’anecdotes, vraies ou pas, mais tout le monde s’en fout. Car le plus important, c’est qu’elle galvanise, qu’elle soit porteuse d’espoir, ou au contraire, de désolation ou de résignation.

Je ne suis jamais allé en Floride, je ne connais l’état qu’au travers de reportages, et de ces fameuses oranges qui ne pourrissent soit disant jamais. Mais en Floride comme ailleurs, la vie, la mort, c’est un peu la même chose. Et puis, comme ces foutues oranges, nous pourrissons tous un jour ou l’autre.

Lentement.

En tout cas, c’est ce qu’une des légendes locales racontait il y a trente ans. Ou presque…

Allez, le raccourci est facile. 1989, 2017, et puis un album éponyme. Tiens, ça aussi ça ne doit rien au hasard, on ne donne pas son nom propre à un disque sans avoir des intentions claires derrière la tête. Celles d’affirmer que l’on n’a jamais été autre chose que soi-même, aujourd’hui comme hier, demain comme jamais.

Alors quand on s’appelle OBITUARY, et qu’on décide d’enfoncer le clou histoire de le faire rentrer dans le bois du cercueil, c’est qu’on sait pertinemment qu’on ne deviendra jamais rien d’autre…qu’une légende.

Pas belle, pas enjolivée, pas décorée avec des lettrines et des angelots de six pouces de haut, non, juste un nom qui évoque une musique, un son, une attitude.

Death Metal. To the end.

Ils avaient annoncé leur retour avec une compile il y a quelques temps, un truc un peu anecdotique qui ne m’avait pas vraiment mis la puce à l’oreille, mais qui m’avait grave démangé les souvenirs. Du live, mais surtout, deux morceaux, plus ou moins heureux dans la composition, dont un m’avait plus frappé que l’autre.

Et ça tombe super bien en fait, puisque c’est le seul des deux qu’on retrouve ici, « Ten Thousand Ways To Die ».

Mais la composition, comme l’affirme Trevor Peres, n’est pas un processus facile, plutôt un accouchement dans la douleur, comme si les années passées empêchait toute péridurale pour que la souffrance se fasse encore plus ressentir.

« Comparé à Inked In Blood, niveau composition, c’est un peu la même chose, cette façon de commencer à écrire et de structurer. Ça a toujours été la même chose, depuis le début. Mais c’est de plus en plus difficile de se pointer avec quelque chose de frais et de nouveau. Un truc accrocheur et fait pour durer. Et ça, c’est de plus en plus compliqué à obtenir ».

Et il a raison le guitariste, puisque Obituary n’est ni frais, ni nouveau. Encore moins que d’habitude serais-je tenté de dire. Et produit/enregistré et mixé par Joe Cincotta, ça donne un résultat encore plus proche des origines que n’importe quel truc qu’ils ont pu sortir depuis.

On le sait, les derniers albums sont une sorte d’escalier vers les enfers. Personnels et collectifs, avec un renouveau un peu foireux sur Xecutioner’s Return, un pénible effort de recentrement sur Darkest Days, et une ombre salvatrice baignant Inked In Blood.

Mais Obituary continue sur la pente ascendante, et perfectionne le retour en arrière. Car OBITUARY, groupe de présent et d’avenir, ne fait que regarder en arrière pour tenter de se replonger dans sa propre légende, et retrouver l’essence morbide de ses deux, trois premiers méfaits en décomposition.

Et pourtant, toujours plus frais que la majeure partie de la production du cru.

Magie, occultisme ?

Non, travail qui porte ses fruits, et pas des oranges…

J’aurais beau jeu de comparer ce dixième album studio à la triplette de base des Floridiens. Même son, même approche, même respiration putride, et je vais donc le faire. Car cet anniversaire légal est en fait un retour aux sources qui suggère un panaché superbe des trois premiers délits mortuaires de la bande à John Tardy. D’ailleurs, lui-même s’en est rendu compte, et hurle comme jamais. Module dans les médiums, exagère les graves, abuse des hurlements de fin de vers, et grogne à l’envers, étouffé par des chœurs morbides.

Les riffs sont souvent groovy, mais toujours noirs comme des yeux qui fixent le plafond de bois de quatre planches souterraines, et la rythmique n’a pas changé d’un pouce.

D’ailleurs, elle semble rajeunir sur des morceaux aussi barbares que les introductifs « Brave » et « Sentence Days », qui visiblement se font une joie macabre à renifler les émanations Floridiennes de la fin des années 80. Deux charges frontales, dont la première est sans pitié, animée d’un Thrash radical et rude, qui cavale comme un porteur de cercueil qui vient de le faire tomber.

C’est trapu, couillu, et ça place la barre de la qualité beaucoup plus haute qu’on aurait pu le penser. Mais OBITUARY, c’est aussi ça, et pas seulement des lancinances qui foutent les miquettes, bien qu’on retrouve évidemment ce côté lourd et malsain sur une bonne partie du disque.

Alors, le parallèle que tout le monde attend, on le tente ou pas ? Obituary vs Slowly We Rot ? Il y a un peu de ça, même si seul le temps dira si les deux œuvres se rejoignent quelque part, mais la comparaison n’est pas si osée que ça finalement.

On parlera plus d’un survol du sacro-saint triptyque Slowly/Cause/The End, avec même une bordée de soli mélodiques entre deux éructations tardyiennes, et évidemment ces sempiternelles révérences à l’entité FROST sur « Turned To Stone », l’aspect le plus craspec et lourdaud du quintette. C’est glauque, et pourtant ça chaloupe grave sur les guitares comme si OBITUARY ne pouvait pas s’empêcher d’être catchy même quand il dérange et obsède de son emphase.

Et en évacuant le cas déjà connu de « Ten Thousand Ways To Die », ça nous laisse avec dix autres morceaux dont trois que nous avons déjà abordés.

« End It Now » et ses coups rythmiques impitoyables sur les cervicales, sa double grosse caisse qui brise les os, et son avancée progressive qui lâche une fois encore des licks irrésistibles et déhanchés. « Betrayed » et sa syncope sur laquelle John se démène comme un beau diable dans sa morgue, haranguant les cadavres pour les exhorter à fêter son retour.

« It Lives » et son intro qui souffle le moisi comme « Slowly We Rot » ou « ‘Til Death » le faisaient déjà à l’époque. « Straight To Hell » et ses cassures qui font plier l’échine avant de la briser sur un riff digne de Tom Warrior, ou « No Hope » et son mid dominé de la frappe de Donald et des heurts de basse de Terry Butler, un autre gardien de la flamme.

Et finalement, tout ça sent bon, parce que ça sent très mauvais, comme un cadavre qui perd ses chairs dans un caniveau de Tampa…L’image vous rappelle quelque chose ? Bien sûr que oui, vous étiez peut-être déjà là vous aussi, comme moi, à regarder ce corps fondre dans les immondices d’une ville qui n’était alors pas forcément prête à affronter une mort aussi longue et douloureuse. Mais la mort est comme OBITUARY, elle est lente, elle prend son temps, mais finit toujours par vous rattraper.

Un jour, ou l’autre, ou une nuit.

Obituary est ce qu’OBITUARY a sorti de plus convaincant depuis très longtemps. Il est la notice nécrologique d’un groupe bien vivant qui assume son passé tout en continuant d’avancer, comme une fin inéluctable qu’on espère la plus Tard(y)ve possible.

Peut-être pas forcément un chef d’œuvre complet, un peu manqué parfois, un peu facile de temps à autres, mais un constat de bonne santé de cinq praticiens qui connaissent leur boulot.

Du Death à l’ancienne, mais plutôt, du Death à la OBITUARY, puisqu’ils sont les seuls à le jouer comme ça.

D’ailleurs, ça se voit jusque sur cette fantastique pochette. Un nom, un logo, un fond noir le tout signé de la patte d’Andreas Marschall, et rien d’autre.

Car c’est ainsi que les plus grandes légendes se construisent. Sur leur simple nom. Et des faits évidemment. Une musique, un ressenti.

Le soleil de Floride et les gaz putrides qui s’échappent du cadavre d’un Death Metal qui n’en finira jamais de se perpétrer à travers ses propres créateurs.


Titres de l'album:

  1. Brave
  2. Sentence Day
  3. A Lesson In Vengeance
  4. End It Now
  5. Kneel Before Me
  6. It Lives
  7. Betrayed
  8. Turned To Stone
  9. Straight To Hell
  10. Ten Thousand Ways To Die
  11. No Hope

Site officiel


par mortne2001 le 18/03/2017 à 16:04
85 %    172

Commentaires (7) | Ajouter un commentaire


Jefflonger
membre enregistré
19/03/2017 à 16:19:43
ta chro est sympa, après une écoute rapide de sentence day, je trouve que les guitares sonnent très thrash

mortne2001
membre enregistré
19/03/2017 à 18:49:50
J'ai cru retrouver le OBITUARY que j'ai vraiment aimé il y a trente ans. Moins instable que sur les trois derniers albums et plus sobre. Et merci pour la lecture :)

Laurenttissier
@109.12.18.186
19/03/2017 à 19:08:05
Nicke il me le faut!!!!

Vania pocket
@80.214.20.14
20/03/2017 à 19:16:10
J aime beaucoup les morceaux en écoute , donc impatient d écouter l album. Quel plaisir de les revoir au top depuis Inked in blood. Le death métal une cure de jouvence

Humungus
membre enregistré
22/03/2017 à 06:06:04
Il est clair que c'est toujours un réel plaisir de se foutre un nouvel OBITUARY dans la tronche !
Vraiment...
Mais malgré la qualité de cette galette, je préférais de beaucoup leur précédent méfait.
"Inked in blood" étant pour moi un de leur album majeur au même titre que leurs trois premières réalisations.

grinder92
membre enregistré
22/03/2017 à 09:39:29
Bon ok, je suis un vieux con, mais pour moi Obituary c'est The End Complete...
voilà... Désolé... :-)

RBD
membre enregistré
26/03/2017 à 16:31:51
Joe Cincotta leur donne la meilleure production depuis "Frozen in Time", propre, équilibrée, compacte et agressive. Je trouve que les premiers titres sont bons, puis que ça s'étiole comme dans bien des précédents albums de la reformation. Mais comme il est court et sec, on n'a pas le temps de trop s'ennuyer. Prenant un angle différent de l'intéressant (mais pas bouleversant) "Inked in Blood", il va mieux passer que ceux qui avaient encore précédé. Les excellentes prestations live des dernières années m'amènent à une réelle indulgence de toute façon, comme l'a rappelé opportunément l'EP rallongé d'il y a quelques mois.

Ajouter un commentaire


Mesecina

Mesecina

Mitochondrion

Antinumerology

Klynt

Faustbreaker

Celestial Bodies

Spit Forth From Chaos

Reactions

March of Dissolution

Förgiftad

Bränd Generation

Demonztrator

Forgotten Acts of Aggression

Saccage

Recidive

Mersk

Birthed in Embers

Irdorath

Denial Of Creation

Alestorm

No Grave But The Sea

Adagio

Life

Gaslarm

Environmental Disaster

Dead Point

Ultraviolence of Grotesque

Mutation

Mutation III – Dark Black

Nightborn

Skyless

Gunther Prague

Wax Mask

Henry Kane

Den Forstorda Manniskans Rike

Chaos

All Against All

Schizoid

Evil Incarnate

Agnostic Front + Dys

RBD / 12/07/2017
Hardcore

Pain Of Salvation + Bottle Next

Simony / 26/06/2017
Progressive Metal

European Summer Tour

Simony / 13/06/2017
Alternative Metal

Concerts à 7 jours

+ Thell Barrio + Downhill

26/07 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Phazm + Morbid Angel

27/07 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms


Merci beaucoup pour la chronique.

Veuillez nous contacter à blacksunec@gmail.com, nous voulons vous envoyer un kit de presse spécial.

\m/ \m/ !


Putain que voilà une affiche comme je les aime.
Dommage que ce soit si loin.


Simony + 1.


Pour avoir lu des postes de notre ami Humungus, je reconnais bien là son humour euh... spécial !


C'est clair. Se réjouir du suicide d'un mec... Pathétique...