Je ne suis pas homme à me lancer à corps perdu dans l’analyse et l’appréciation du Metal Progressif à tendance planante. Cette preuve d’honnêteté étant faite, je reconnais au style d’indéniables qualités, mais je suis aussi suffisamment lucide pour savoir qu’à l’instar de son homologue Rock, cette scène a probablement dit tout ce qu’elle avait à dire depuis la publication des chefs d’œuvre du genre. Si les chantres de la progression interminable que furent YES, KING CRIMSON, PINK FLOYD (mais peut-on encore sérieusement leur accoler l’étiquette ?), ELP, RUSH et consorts ont gravé les tables de loi depuis les années 70, les éternels DREAM THEATER, OPETH, THE GATHERING, Steven WILSON, PORCUPINE TREE, et pourquoi pas (et d’ailleurs, oui) Devin TOWNSEND se sont servis de leurs enseignements en les durcissant pour les adapter à une sémantique agressive, sans dénaturer le propos d’origine. Au menu, les mêmes digressions sans fin et la même habileté technique, souvent dénuées de sens et d’émotion chez les suiveurs les plus régressifs, et la plupart du temps, osons-le dire, plutôt vaines tant les directions suivies ressemblent à des impasses vers un infini qui n’existe pas. Je ne suis pourtant pas contre la longueur, la célérité et une certaine forme de démonstration, pour peu que ces arguments servent le verbe et non le remplacent. Le principal étant à la base d’offrir à l’auditeur éventuel des chansons, aussi simpliste et lénifiant soit ce constat, ce que les groupes du cru ont souvent tendance à oublier pour privilégier le tape-à-l’œil ou l’égarement sur les voies impénétrables de la consécration instrumentale. Seulement voilà, tout n’est pas aussi compliqué pour tout le monde, et certains musiciens voient encore dans le progressif une progression, se basant sur un thème fort et des mélodies heureuses, histoire de ne pas déambuler dans les couloirs exigus de la stérilité mélodique et des labyrinthes rythmiques. Les ukrainiens de SLEEP IN HEADS font partie de cette caste, et leur humilité est presque touchante. Mais elle ne doit pas faire oublier pour autant qu’ils sont d’excellents musiciens, ainsi que d’habiles compositeurs, sans pour autant viser le paroxysme ou la plénitude, autrement que par l’appréciation de leur propre nature.

SLEEP IN HEADS, c’est d’abord un patronyme né de la traduction du nom de la chanteuse de ce quintette surprenant et attachant (Sonya - chant, Serj - guitare, Roman - batterie, Fann - basse et Natalia - violon), qui se présente à nous via cette première offrande discographique, On The Air. D’une durée respectable de quarante minutes, mais traité comme un EP, cet enchainement de six titres se révèle fort jolie carte de visite, et surtout, une preuve que le Progressif peut être pluriel dès lors qu’on ne l’entrave pas de considérations egocentriques. C’est aussi un premier témoignage assez séduisant de versatilité, qui ose une poignée de compositions faussement simples, mais réellement riches, qui butinent les fleurs du mal alternatif pour l’insérer dans un contexte purement Progressif (pas vraiment Rock, mais pas foncièrement Metal non plus). Le cocktail évoque un merveilleux mélange entre l’univers onirique des THE GATHERING (et d’Anneke en solo aussi parfois), et la scène Post-Metal de l’Est, pour un mélange d’agressivité/douceur en saveurs sucrées/salées parfaitement délicat. Inutile donc de traquer les accès de violence qui font partie du cahier des charges (même si la mini-tempête de blasts discrets sur « Time Like The Sand » peut en faire office), et mieux vaut plutôt se focaliser sur la capacité du quintette à trousser des ambiances vraiment envoutantes, en demi-teinte la plupart du temps, mais qui parviennent à générer des émotions assez tangibles pour peu qu’on en appréhende toute la subtilité. Les modulations sont évolutives, et amenées avec beaucoup d’intelligence, et si le discours se rapproche plus du Metal/Rock de la fin du millénaire précédent que du progressif pur et dur à la PORCUPINE TREE/Steven WILSON, nous ne nageons pas pour autant en plein populisme de vulgarisation, mais nous évitons aussi l’écueil de la surintellectualisation. Et ça, c’est un très bon point. S’il est certain que les fans hardcore du genre auront du mal à accepter l’adoubement de la troupe au sein de la confrérie (leur musique est plus construite en paliers que réellement progressive), les plus ouverts et même les réfractaires pourront y trouver leur compte, tant les morceaux sonnent, et utilisent avec beaucoup de flair des harmonies simples qui se retrouvent enrichies d’arrangements sobres. Et l’un dans l’autre, après quarante minutes d’écoute, la lassitude reste tapie dans l’ombre tandis que la curiosité se trouve stimulée, ne sachant pas très bien quel conseil prodiguer au cerveau pour lui indiquer une jolie case ou ranger le groupe.

Techniquement, les protagonistes tiennent largement la route, et se montrent affutés, mais surtout pertinents. Si la section rythmique s’amuse parfois beaucoup (le pattern bancal de « Blue Fear » que Mike Portnoy aurait pu nous coller à sa grande époque Awake), elle suit le mouvement et n’en fait jamais trop, à l’image de cette vocaliste au timbre très proche de la belle rousse hollandaise Anneke van Giersbergen, sans cette mauvaise habitude de partir en vrille dans des arabesques en circonvolutions qui rendaient certains morceaux de THE GATHERING assez difficiles à supporter. Sonya, sans en faire trop, s’impose comme meneuse de troupe, et son timbre de voix un peu voilé s’accommode très bien du canevas tissé par ses camarades de jeu, et s’intercale parfaitement entre les breaks, et les interventions de violon de sa consœur Natalia qui frotte ses cordes avec discrétion, pour souligner, et non transpercer. Pas d’influences classiques à craindre, mais de belles volutes slaves qui parfois nous enchantent de leurs accents Folk (« Blue Fear », toujours, le meilleur titre selon mon humble avis…), et qui s’intègrent à merveille à l’ensemble. Mais surtout, de la délicatesse, comme une politesse de l’âme qui empêche ces conteurs harmoniques de tomber dans le poujadisme de solfège, et qui les fait toujours choisir la solution la plus idoine (« Secret Shelter », dont les ondulations de clavier évoquent le passage des nuages dans un ciel d’été). Une modestie de ton et de son qui n’occulte pas les ambitions, mais qui leur confère une dimension humaine, comme ces instants de vie que les musiciens souhaitent nous faire partager. Une couleur pastel qui devient monochrome, pour des photos qu’on regarde avec tendresse, suggérant des souvenirs de quiétude et de bonheur, et une communion parfaite entre le pratiquant et son instrument, et entre le croyant et ses convictions personnelles. Et On The Air de progresser à son propre rythme, sans se hâter, justifiant chaque note, chaque vers, pour nous proposer un ailleurs décidément très attrayant.

Mais les SLEEP IN HEADS l’affirment dès l’entame de leur EP via ce sublime « Pacifying », ils sont là pour vous apporter la paix, sans fermer les yeux sur la violence du monde. Ils se permettent simplement de l’occulter, le temps de quelques chansons, qui, si elles ne changeront pas le cours des choses, vous auront au moins apporté une esquisse de bonheur l’espace d’un instant.


Titres de l'album:

  1. Pacifying
  2. Vagrant
  3. Deceiver
  4. Time Like The Sand
  5. Blue Fear
  6. Secret Shelter

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/02/2018 à 18:19
85 %    241

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.