Bientôt le week-end, mais ne relâchons pas pour autant la pression. Je sais que l’été pointe le bout de son nez, que des messieurs en short vont bientôt s’affronter dans une joute de balle au pied mondiale, mais ne quittons pas l’actualité musicale des oreilles. D’ailleurs, à ce niveau-là, un petit trip récent sur la toile m’a permis de découvrir que les canadiens de MASS GRAVE avaient sorti en début d’année un nouvel EP, sans doute distribué par Unrest Records sous peu, incessamment, bientôt. Qui sont les MASS GRAVE ? Si vous l’ignorez, c’est sans aucun doute parce que vous êtres d’indécrottables étourdis, ou que la cause Crust ne vous concerne que très vaguement. Nous en venant de Colombie Britannique, ces hurleurs patentés représentent l’une des valeurs les plus sûres de l’extrême nord-américain, et distillent leur haine cacophonique depuis un bon bout de temps. D’ailleurs, ils nous avaient déjà exposé leurs vues en format long il y a sept ans, avec un éponyme début relativement tonitruant. Depuis, eux non plus n’ont pas relâché la pression, et nous ont maintenu la tête sous le Grind avec insistance, multipliant les saillies et les formats, pour aujourd’hui balancer à la face d’un monde médusé cet Our Due Descent, à la pochette aussi traditionnaliste que son contenu. Un EP taillé dans le 12’’ et rapidement dispo en vinyle, qui nous ramène tout droit aux origines anglaises du style, et qui ne s’embarrasse pas de principes de précaution, sans nous prendre non plus pour des champignons.                                                           

  

Se revendiquant d’une paternité évidente placée sous la garde conjointe des UNREST et d’EXTREME NOISE TERROR, les MASS GRAVE nous offrent donc une nouvelle étape d’importance sur leur parcours, et nous autorisent à headbanguer au rythme de leurs hymnes francs à la violence Hardcore. Si le spectre d’un DISCHARGE remonté comme une pendule frôle parfois les épaules de nos amis du jour (Goat, Dave, Louis, Lenny, Hesher), ce sont surtout les ENT qui pourraient s’enorgueillir d’avoir influencé l’un des meilleurs quintet canadien en la matière. Mais la référence NAPALM DEATH pourrait aussi se voir accolée façon sticker sur ce nouvel EP, tout comme une allusion plus ou moins prononcée aux BRUTAL TRUTH. Comme vous le constatez, nous sommes entre gens cultivés, d’autant plus qu’Our Due Descent ne dure pas une minute de trop. En treize morceaux pour un gros quart d’heure, les originaires de Vancouver ne nous gratifient pas d’une visite guidée de leur port, ni d’un simple résumé de cris de porcs. Ils travaillent au corps, multiplient les attaques soniques, et bénéficient en plus d’un son qui pourrait rendre leurs idoles assez envieuses. Et même si la basse ferait rougir de plaisir Shane Embury himself, même si les structures plus que classiques ne prennent aucune liberté avec le genre, les riffs tranchent dans le gras pour n’en retenir que la bidoche, et offrent un banquet assez ventru qui laisse repu.

Pas grand-chose donc à reprocher à une œuvre formaliste qui n’a jamais cherché à provoquer la surprise, mais beaucoup de morceaux consistants et d’idées conséquentes. Se basant sur une distorsion bien évidemment poussée à l’extrême, les MASS GRAVE tiennent méchamment la route, et prouvent qu’ils ont du métier. Atteignant même à intervalles réguliers la densité de la bande à Dean Jones (époque Damage 381, en version courte), les cinq musiciens naviguent à vue entre longueurs Crust et fulgurances Grind, pour nous prendre à contre-pied et nous bousculer. Les deux facettes sont donc très visibles et prononcées, mais bien agencées, et quelle que soit l’approche, le dialogue est ouvert et le verbe maîtrisé. Comme beaucoup de leurs confrères, ces maniaques de la cadence d’enfer en profitent même pour clôturer leur effort par un morceau qui frappe lourd et fort, titillant la corde Indus pour se frotter à l’échine Doom, et « Mirror » de nous traumatiser en jouant la moiteur et l’austérité. Mais pas d’inquiétude pour autant, avec des segments aussi lapidaires que « Still Here », « When Is Enough ? » ou « Xenophobia », votre quota de blasts et de grognements sourds sera respecté, alors que les chapitres plus enrobés comme « Dead Seas » ou « Pull The Plug » étancheront votre soif de rythmiques nordiques et de riffs purement anglais. Faisant parfois preuve d’un sens du groove affûté, les canadiens dominent leur sujet, et ne se contentent pas de foncer pour tout cramer, faisant de régulière pauses du côté catchy où ils vont glisser. Adeptes de plans facilement mémorisables, les musiciens démontrent qu’ils sont un peu plus que des bêtes bruitistes en mal de sadisme, et transforment de fait ce nouvel EP en réussite absolue, qui appelle méchamment une suite plus bombée. Certains pointeront du doigt l’absence totale de déviance, alors que la majorité bruyante sera ravie de constater que certains groupes pérennisent l’esprit d’origine tout en y apposant leur griffe. Les textes bien évidemment orientés et socialement concernés apportent la caution éthique indispensable, et l’un dans l’autre, Our Due Descent est une descente en vrille dans le cauchemar mondial humain actuel, mais aussi une montée vers les paradis Crust et Grind les plus factuels.

   

Titres de l'album:

                            1.Escape This Hell

                            2.Pull The Plug

                            3.Take Me Away

                            4.Terror State

                            5.Refused Freedom

                            6.Xenophobia

                            7.Our Due Descent

                            8.Still Here

                            9.When Is Enough?

                           10.Dead Seas

                           11.Senseless Plight

Facebook officiel

Bandcamp officiel


12.Who Holds The Cards?

 13.Mirror

par mortne2001 le 26/06/2018 à 14:20
85 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"