Bientôt le week-end, mais ne relâchons pas pour autant la pression. Je sais que l’été pointe le bout de son nez, que des messieurs en short vont bientôt s’affronter dans une joute de balle au pied mondiale, mais ne quittons pas l’actualité musicale des oreilles. D’ailleurs, à ce niveau-là, un petit trip récent sur la toile m’a permis de découvrir que les canadiens de MASS GRAVE avaient sorti en début d’année un nouvel EP, sans doute distribué par Unrest Records sous peu, incessamment, bientôt. Qui sont les MASS GRAVE ? Si vous l’ignorez, c’est sans aucun doute parce que vous êtres d’indécrottables étourdis, ou que la cause Crust ne vous concerne que très vaguement. Nous en venant de Colombie Britannique, ces hurleurs patentés représentent l’une des valeurs les plus sûres de l’extrême nord-américain, et distillent leur haine cacophonique depuis un bon bout de temps. D’ailleurs, ils nous avaient déjà exposé leurs vues en format long il y a sept ans, avec un éponyme début relativement tonitruant. Depuis, eux non plus n’ont pas relâché la pression, et nous ont maintenu la tête sous le Grind avec insistance, multipliant les saillies et les formats, pour aujourd’hui balancer à la face d’un monde médusé cet Our Due Descent, à la pochette aussi traditionnaliste que son contenu. Un EP taillé dans le 12’’ et rapidement dispo en vinyle, qui nous ramène tout droit aux origines anglaises du style, et qui ne s’embarrasse pas de principes de précaution, sans nous prendre non plus pour des champignons.                                                           

  

Se revendiquant d’une paternité évidente placée sous la garde conjointe des UNREST et d’EXTREME NOISE TERROR, les MASS GRAVE nous offrent donc une nouvelle étape d’importance sur leur parcours, et nous autorisent à headbanguer au rythme de leurs hymnes francs à la violence Hardcore. Si le spectre d’un DISCHARGE remonté comme une pendule frôle parfois les épaules de nos amis du jour (Goat, Dave, Louis, Lenny, Hesher), ce sont surtout les ENT qui pourraient s’enorgueillir d’avoir influencé l’un des meilleurs quintet canadien en la matière. Mais la référence NAPALM DEATH pourrait aussi se voir accolée façon sticker sur ce nouvel EP, tout comme une allusion plus ou moins prononcée aux BRUTAL TRUTH. Comme vous le constatez, nous sommes entre gens cultivés, d’autant plus qu’Our Due Descent ne dure pas une minute de trop. En treize morceaux pour un gros quart d’heure, les originaires de Vancouver ne nous gratifient pas d’une visite guidée de leur port, ni d’un simple résumé de cris de porcs. Ils travaillent au corps, multiplient les attaques soniques, et bénéficient en plus d’un son qui pourrait rendre leurs idoles assez envieuses. Et même si la basse ferait rougir de plaisir Shane Embury himself, même si les structures plus que classiques ne prennent aucune liberté avec le genre, les riffs tranchent dans le gras pour n’en retenir que la bidoche, et offrent un banquet assez ventru qui laisse repu.

Pas grand-chose donc à reprocher à une œuvre formaliste qui n’a jamais cherché à provoquer la surprise, mais beaucoup de morceaux consistants et d’idées conséquentes. Se basant sur une distorsion bien évidemment poussée à l’extrême, les MASS GRAVE tiennent méchamment la route, et prouvent qu’ils ont du métier. Atteignant même à intervalles réguliers la densité de la bande à Dean Jones (époque Damage 381, en version courte), les cinq musiciens naviguent à vue entre longueurs Crust et fulgurances Grind, pour nous prendre à contre-pied et nous bousculer. Les deux facettes sont donc très visibles et prononcées, mais bien agencées, et quelle que soit l’approche, le dialogue est ouvert et le verbe maîtrisé. Comme beaucoup de leurs confrères, ces maniaques de la cadence d’enfer en profitent même pour clôturer leur effort par un morceau qui frappe lourd et fort, titillant la corde Indus pour se frotter à l’échine Doom, et « Mirror » de nous traumatiser en jouant la moiteur et l’austérité. Mais pas d’inquiétude pour autant, avec des segments aussi lapidaires que « Still Here », « When Is Enough ? » ou « Xenophobia », votre quota de blasts et de grognements sourds sera respecté, alors que les chapitres plus enrobés comme « Dead Seas » ou « Pull The Plug » étancheront votre soif de rythmiques nordiques et de riffs purement anglais. Faisant parfois preuve d’un sens du groove affûté, les canadiens dominent leur sujet, et ne se contentent pas de foncer pour tout cramer, faisant de régulière pauses du côté catchy où ils vont glisser. Adeptes de plans facilement mémorisables, les musiciens démontrent qu’ils sont un peu plus que des bêtes bruitistes en mal de sadisme, et transforment de fait ce nouvel EP en réussite absolue, qui appelle méchamment une suite plus bombée. Certains pointeront du doigt l’absence totale de déviance, alors que la majorité bruyante sera ravie de constater que certains groupes pérennisent l’esprit d’origine tout en y apposant leur griffe. Les textes bien évidemment orientés et socialement concernés apportent la caution éthique indispensable, et l’un dans l’autre, Our Due Descent est une descente en vrille dans le cauchemar mondial humain actuel, mais aussi une montée vers les paradis Crust et Grind les plus factuels.

   

Titres de l'album:

                            1.Escape This Hell

                            2.Pull The Plug

                            3.Take Me Away

                            4.Terror State

                            5.Refused Freedom

                            6.Xenophobia

                            7.Our Due Descent

                            8.Still Here

                            9.When Is Enough?

                           10.Dead Seas

                           11.Senseless Plight

Facebook officiel

Bandcamp officiel


12.Who Holds The Cards?

 13.Mirror

par mortne2001 le 26/06/2018 à 14:20
85 %    198

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.