Persona Non Grata

Exodus

19/11/2021

Nuclear Blast

Souvenons-nous pour un moment de nos chères analyses de textes, et de leur décomposition en trois parties. Je n’ai - malgré ma longue formation littéraire - jamais usé de cette technique pour analyser un album de musique, qui pourtant, répond aux mêmes critères qu’un ouvrage ou qu’un poème. Mais dans le cas d’EXODUS et de son dernier album, la technique m’apparaît idoine pour me livrer à un exercice d’objectivité, et ainsi ne froisser personne dans cette époque de politiquement correct qui ne supporte ni la subjectivité ni les avis personnels trop prononcés. Alors, au moment de parler de Persona Non Grata, cette chronique en triptyque s’impose, mais appellera aussi des réactions de votre part, histoire de savoir si je dois me sentir seul dans ma tour d’ivoire, ou si je partage l’avis commun, ce qui me rassurerait dans ma solitude forcée.

Thèse : 

Comment objectivement se montrer négativement critique à propos du nouvel album d’un des héros les plus maudits de la première génération Thrash américaine ? Après tout, EXODUS est responsable de nombreuses vocations envers le genre, et ce, grâce à un seul et unique album : Bonded by Blood. J’ai comme beaucoup d’entre vous adoré et adulé cet album, mais il ne constitue pas pour moi l’achèvement majeur du quintet de Gary Holt. Je lui ai toujours préféré le séminal et euphorique Fabulours Disaster et son triptyque d’intro magique. Depuis la fin des années 80, je suis toujours resté attaché au groupe, même si ses disques m’ont constamment et régulièrement déçu. Aussi approximatif fut-il, Impact is Imminent était quand même deux tonnes de poils au-dessus de l’ignoble Force of Habit, et la suite des évènements a révélé une  configuration semi-échec/demi-succès assez irritante. La doublette Exhibition avait ses qualités, mais j’étais resté sur le goût très amer de Blood In, Blood Out, pathétique tentative de renouer avec le panache du passé, qui était destiné à rester enterré à jamais.

De fait, je n’attendais pas grand-chose de ce Persona Non Grata, qui de sa formule semblait désigner EXODUS comme le paria de la scène, celui qui reste toujours derrière celui qui est le premier, condamné à voir ses albums lâchés dans l’ombre de l’indifférence. Après tout, avec Holt au sein de SLAYER, une valse des chanteurs, une reprise de Zetro, pourtant méchamment vilipendé et mis plus bas que terre par le passé, tout contribuait à faire de la légende une histoire de gangrène impossible à soigner…jusqu’à ce que mes oreilles se posent avec précaution sur les morceaux de l’album. Même si Persona Non Grata ne ressuscitera pas l’image de l’EXODUS d’hier et d’avant-hier, il écrase de son poids le mauvais et regrettable Blood In, Blood Out qui du coup, se retrouve dans les bacs à soldes de la mémoire, place qu’il mérite amplement. Les morceaux, encore une fois longs et nombreux, jouent quand même la variété de ton, et on retrouve même parfois le groupe si tongue in cheek de « Toxic Waltz » sur le magique et rigolard « Elitist ». Riff agressif, chant sardonique de Zetro, texte dans ta face, l’euphorie est réelle, et le plaisir concret. Tout comme celui ressenti sur « Prescribing Horror », lourd et maladif, et sorte de Post-DESTRUCTION hanté et jubilatoire.

« R.E.M.F. » donne même des indices de très bonne santé pour les musiciens, et ramène à la surface d’heureux souvenirs de débauche sonique juvénile, de celle qui faisait se dresser les poils il y a quelques décennies. Riff redondant, entrain, rythmique impeccable de la paire Jack Gibson/Tom Hunting, qui contrebalance parfaitement l’ouverture pataude et trop étirée de « Persona Non Grata ». Le morceau éclaireur « The Beatings Will Continue (Until Morale Improves) » se montre toujours aussi efficace dans le contexte, tandis que « Clickbait » prouve que Hunting est décidément le batteur le plus doué et épileptique de sa génération.

« Lunatic-Liar-Lord » ose même des choses inhabituelles, avec cette intro hispanisante et déviante qui débouche sur une explosion de haine viscérale, avant que la machine ne se mette en branle et ne nous rappelle le HEATHEN le plus récent, Lee Altus oblige. Précis, concis, donnant le sentiment d‘un effort de groupe, l’album est donc bien au-dessus de tout ce que le groupe a pu produire depuis des années, et sans atteindre les sommets des eighties, les rappelle avec beaucoup de nostalgie et de tendresse dans la violence.

Antithèse :  

Etre ou avoir été, être ou ne pas être, telles sont les questions auxquelles EXODUS se propose de répondre aujourd’hui avec son nouvel album, très justement intitulé Persona Non Grata. Car malgré son statut de groupe culte, EXODUS n’a jamais réussi à percer les coffres du Big4, et est toujours resté en marge du phénomène. La faute à un premier album qui a trop traîné sur les étagères, d’un second qui s’est perdu sur les rivages de MEGADETH, et d’une inconstance globale le confinant à un talent plus que fluctuant. Depuis les années 90, le combo de SF a toujours tenté le pari audacieux de la diversité, allant jusqu’à enregistrer des albums totalement impardonnables, et se jouer d’un line-up stable pour rappeler au bercail ce qu’il décrivait comme des brebis galeuses. Et si après tout, la véritable place de Gary Holt était au sein de SLAYER, bien entouré par un cadre restrictif l’empêchant de laisser sa complaisance dériver autour du cadavre du Thrash des années 80 ?

Blood In, Blood Out faisait clairement pitié. Morceaux longs et pénibles, production anonyme, Zetro s’empêtrant dans la caricature de sa propre imitation, cet album m’avait laissé les doigts plein de sang et l’âme noire comme du jais. J’avais d’ailleurs conclu ma chronique de l’époque par un lapidaire :

« Je lui mets la moyenne parce qu'il la mérite. Parce qu'il est moyen, et parce qu'on ne peut décemment pas sous noter un disque d'EXODUS. Mais la prochaine fois, si celle-ci se révèle aussi désarçonnante, je n'aurai pas cette clémence »

Et l’heure aujourd’hui n’est plus à la pitié.

Je ne vais toutefois pas me jeter sur la méchanceté gratuite comme un chien sur le cul d’un facteur présomptueux. Parce qu’aussi décevant Persona Non Grata soit, il contient son lot de bonnes idées, de plans classiques qu’on apprécie comme tels. Mais une fois encore, la production, le mixage d’Andy Sneap ont castré et policé un groupe qui possède déjà une personnalité assez instable. Ces productions modernes que je conchie pour standardiser les groupes de légende ont encore frappé, même si dans le cas d’EXODUS, le résultat est moins catastrophique que « Persona Non Grata », le morceau d’ouverture ne le laissait paraître.

Ce premier morceau, le premier d’une série de douze est l’illustration parfaite de ce que ne devrait jamais faire un groupe des années 80 pour rester en phase avec son époque. Son générique, riff redonnant entendu des centaines de fois, agressivité de surface et fond complétement à sec pour une fausse démonstration de jeunisme. En lâchant un titre pareil après nous avoir assommé du passe-partout « The Beatings Will Continue (Until Morale Improves) », Gary Holt tend le bâton pour se faire battre, et finalement, récolte la volée de bois vert qu’il a amplement cherché. Dans le meilleur des cas, les morceaux à sauver du naufrage ne font que nous rappeler la grandeur du quintet dans les eighties. « R.E.M.F. » sonnant comme un leftover de Fabulous Disaster, « Prescribing Horror » puisant quant à lui dans les Atrocity Exhibition sa lourdeur et son climat oppressant, et « Clickbait » chassant les fantômes Punk qui animaient la haine de Bonded By Blood.

Trop longs, les titres s’éternisent en proposant le même plat de violence réchauffé, le chant de Zetro s’époumone sur des structures standards à peine digne d’un petit combo old-school émergeant de l’admiration des anciens, et les quelques trouvailles ne ramènent pas l’épave à la surface. On touche même parfois le fond, et sans lest, lorsque « The Years Of Death And Dying » se déguise en CRADLE OF FILTH reprenant à son compte…EXODUS.

Triste ? Pas forcément, puisque EXODUS a choisi son destin, même s’il semble relever la tête pour ne pas s’étouffer sous les vagues de la jeunesse.

Synthèse : 

Avec le recul nécessaire, et un peu d’objectivité, il semble tout à fait raisonnable de considérer ce Persona Non Grata comme l’album le plus enthousiasmant d’EXODUS depuis des lustres. Il fait en tout cas le deuil mérité du très vilain Blood In, Blood Out grâce à une belle collection de riffs qui permettent de retrouver le grand Gary Holt, et aborde le présent avec une décontraction savoureuse. Certains titres peuvent même prétendre au rang de classiques contemporains du répertoire des américains, et s’il n’y avait cette satanée production qui une fois encore ramène tout le monde au même niveau, on pourrait parler de succès mérité pour Gary et les siens. La démonstration de fluidité de Tom, le chant de plus en plus grognon de Steve, la complémentarité cruciale de Lee, entraînent une osmose globale qui donne enfin le sentiment d’avoir affaire à un véritable groupe, et non un simple souvenir gardé en vie par Holt.

De quoi envisager l’avenir sereinement pour EXODUS, qui gardera quand même cette place d’éternel outsider capable du meilleur, mais aussi du plus convenu, voire du pire dans certains cas très précis. 

   

.                                                                                                                                                                                                          

Titres de l’album:

01. Persona Non Grata

02. R.E.M.F.

03. Slipping Into Madness

04. Elitist

05. Prescribing Horror

06. The Beatings Will Continue (Until Morale Improves)

07. The Years Of Death And Dying

08. Clickbait

09. Cosa Del Pantano

10. Lunatic-Liar-Lord

11. The Fires Of Division

 12. Antiseed


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/11/2021 à 15:43
78 %    510

Commentaires (21) | Ajouter un commentaire


metalrunner
@92.131.223.8
10/11/2021, 18:45:24

Je dirais que depuis Tempo c est pas fou mais en live quelle machine de guerre .


NecroKosmos
membre enregistré
12/11/2021, 14:32:28

N'importe quoi. 'Blood in blood out' est un album absolument excellent, 10000 fois au dessus de toutes les saloperies du genre qui sortent régulièrement. Quant à 'Force of habit', sa force justement est de se faire aimer des vrais amateurs d'EXODUS, pas des zozos bloqués sur 'Bonded...'. Par contre, je suis d'accord sur un point : 'Fabulous disaster' reste leur meilleur album. Quant à ce nouveau disque, j'attends avant de me prononcer.


Arioch
@86.233.127.99
13/11/2021, 10:12:42

Je suis un des zozos qui adorent Bonded by Blood. Quand cet album est sorti, tout le monde disait "quel dommage ! sorti avant Kill'Em All tel que c'était prévu, il aurait tout déchiré" et c'est pas faux. Mais même sans ça, BbB est la quintessence même de ce qu'est le Thrash Metal.

J'ai adoré Fabulous Disaster mais la voix nasillarde de canard de Zetro m'a toujours profondément insupporté. Paul Baloff, revient bordel !!!

Blood in machin, j'ai dû l'écouter une fois. Je me souviens qu'il m'avait rapidement saoulé, avec ces riffs bateau que Gary Holt sait faire mais qui étaient loin d'être les meilleurs qu'il ai pu sortir. Rien que le riff bidon du titre éponyme m'avait fait bien rigoler. Tellement sans surprise !

Exodus est une institution dans le Thrash, voire le Metal tout court. Suffit d'écouter la tétrachiée de groupes (loin d'être tous américains) qui pompent le style de Gary Holt et le jeu de Tom Hunting. Tant de groupes qui s'exodusent me donnent la nausée. Et je ne parlerai pas du dernier Heathexodus, royalement à vomir à cause de ça.

Bref, j'attends pas grand chose de ce disque mais il est quand même dans ma wishlist. Sait-on jamais ?

Maintenant, savoir qu'Andy Sneap a produit l'album, je sens qu'il va me déplaire. C'est automatique : autant je vénère Sneap dans Sabbat ou Hell, autant il me vénère quand il produit des disques. Gros son, cymbales bien en retrait (à tel point que sur certaines prod' elles sont inaudibles), mais aucune âme et un son final passe partout qu'il refile allègrement à Testament et autres.

Bref. Pas emballé.

Mais curieux d'entendre le résultat.


afsg
@5.51.210.183
13/11/2021, 13:07:58

Chanteur merdique Donald Duck.


LeMoustre
@93.4.16.166
15/11/2021, 16:44:39

Exodus EST le thrash.

Blood In Blood Out, un disque injustement et faussement dénigré ici, dont seule la production il est vrai Sneapienne peut se contester. Pour le reste, les compositions sont du niveau de l'album Impact Is Imminent, par exemple,et n'ont pas à rougir dans la disco des Californiens, et live ça passe très bien, d'ailleurs. 

On verra pour celui-ci.


Bones
@88.168.65.14
15/11/2021, 20:47:26

Pas besoin de lire tout ça, je vais acheter cet album quelles que soient les chroniques et les avis de fans, dans l'attente des riffs glorieux dont seul Exodus est capable. Cette fois ce ne sera pas sans une certaine peur car j'avoue avoir écouté 4 fois grand maximum Blood In, Blood out et ne pas spécialement avoir envie d'y revenir. Dur dur !

Le dernier excellent album remonte pour moi à 2004 (je ne parle même pas de l'ère Rob Dukes)... bref ca commence à sérieusement dater ! donc je n'attends pas un miracle... 

Quoique, SI !!!

Verdict dans quelques jours : pétage de cervicales ou entassement de poussière ? 


Bones
@176.57.244.233
23/11/2021, 14:57:25

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  

J'espère que l'album va se dévoiler petit à petit...



Arioch91
@86.233.127.99
23/11/2021, 19:37:15

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?


Bones
@88.168.65.14
23/11/2021, 23:30:37

@Arioch :

  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exemple de formation qui ne me fait plus aucun effet sur disque (sur scène j'avoue qu'ils sont encore biens dans le coup). Apparemment je ne suis pas un cas isolé.  

Pour revenir sur cet album d'Exodus... même syndrôme : je trouve vraiment que ça manque de riffs mémorables. Quelques moments sympa, mais quand on réécoute un vieux bidule comme Impact is imminent, il y avait des riffs tellement plus cools, bordel ! Depuis, la prod est devenu un mur de sons, c'est IN YOUR FACE, mais sorti de là... de la chantilly sans gâteau. Je vais vraiment insister car ça me fout les boules de ne pas y trouver mon compte.  J'ai de plus en plus l'impression que ce groupe confond vitesse et efficacité, or je les trouve tellement meilleurs quand ils ralentissent la cadence !


LeMoustre
@93.4.16.166
29/11/2021, 11:51:07

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid


@Arioch91
@86.233.127.99
01/12/2021, 08:52:00

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.

Bon après... Gary Holt et son riffing mémorable, c'est bien mais quand on n'aime justement pas son riffing, bah c'est moins bien. Et Tom Hunting, en pleine forme sur ce disque, use et abuse sempiternellement de ses gimmicks habituels à la batterie qui finissent par me lasser profondément.

Bref, ce Exodus là, je vais encore me l'écouter 2-3 fois avant de le ranger et ne plus l'écouter.

Comme le dernier Heathen en fait.

Pas une super bonne année pour le Thrash en ce qui me concerne.

Je retourne sur les incontournables du style. Bien plus jouissifs.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39