Placebo

Aktor

24/02/2020

Full Contact Records

Les nordiques sont des sales roublards finalement, de gros escrocs qu’on adore, mais qui nous flouent quand même à longueur d’année. Des musiciens capables de nous faire avaler des boas en guise de couleuvres, qui prennent notre lessive pour des antennes, qui nous enivrent de nostalgie au point de nous faire oublier notre identité…Et si d’aventure, leur talent avait explosé dans les années 80, les puristes alors encore plus vigilants qu’aujourd’hui leur auraient volé dans les plumes, les alignant devant le peloton d’exécution pour haute trahison au Hard-Rock. Pensez-donc, les suédois, norvégiens, finlandais, danois, islandais sont devenus si forts qu’ils arrivent à nous vendre du Rock synthétique comme étant du Hard-Rock, et toisent le reste de la production mondiale de leur morgue insupportable…Avec ce petit laïus d’intro, on pourrait croire que je les hais, mais bien au contraire, je suis comme vous, je les aime du plus profond de mon être et de ma culture Pop, eux qui parviennent à recycler avec flair, à faire les fonds de poubelle en nous laissant miroiter des merveilles de brocante pro. Mais soyons honnête un peu, et même en tapant dans les meilleurs, ne me faites pas croire que vous estimez encore que GHOST, ROYAL REPUBLIC ou encore THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA font partie de la galaxie Hard-Rock telle que nous l’explorons depuis l’orée des seventies…Non, ces guitares policées, ces rythmiques dansantes, ce groove hypnotique, cet abus de sonorités synthétiques, cette assise vocale soft et smooth, nous prouvent à chaque mesure que nous évoluons en terrain Pop, certes habilement travesti en montagne Rock, mais aux reliefs et contours un peu trop ronds pour s’accrocher à d’éventuelles aspérités. Dès lors, quelle attitude adopter ? Le rejet sous prétexte que le fond est hors-sujet, nous condamnant à apprécier cette musique presque de façon clandestine sans l’évoquer dans les colonnes de nos webzines ? Ou jouer le jeu, eu égard à la qualité des produits, au risque de se compromettre et de devoir considérer notre musique préférée sous un angle pour le moins…contradictoire ?

Autant l’avouer, il est impossible de tourner le dos à ces groupes, en dépit de la hype qu’ils provoquent en dehors de nos cercles d’initiés. Et c’est en jouant sur la même corde sensible que les AKTOR développent leur art depuis leur naissance, nous offrant aujourd’hui un second album qui s’inscrit parfaitement dans cette problématique. Ne bénéficiant pas pour l’instant du rayonnement des instances précitées, les américano-finlandais (Pori et Chicago) sont pour l’instant confinés à une gloire assez modeste, mais ne devraient pas tarder à exploser sur le marché, si j’en juge par l’opportunisme de leurs ambitions. Fondé en 2013, le concept aura patienté deux ans avant de proposer son premier LP, subtilement intitulé Paranoïa, celle qu’ils n’ont pas manqué de déclencher chez des admirateurs un peu perdus dans le labyrinthe des genres. A l’image de GHOST et THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, AKTOR ne joue pas vraiment du Hard-Rock stricto-sensu, mais a le mérite de le reconnaître dans sa bio. Se considérant comme un groupe de Heavy du Top 40 avec un léger parfum psychédélique, le trio (Tomi Leppänen/Jussi Lehtisalo/Professor Black) se veut laboratoire d’expériences assez ludiques, se reposant sur une expérience riche de dizaines de combos actuels ou antérieurs. On retrouve donc ces mystérieux musiciens au casting d’ensembles comme CIRCLE, PHARAOH OVERLORD, MOTORSPANDEX, AAVIKKO, ALPO JA TOMI, FALCON, K-X-P, KIRVASTO, LEPPÄSTICK, MULTI DISKO SYSTEM, SAKSET, SUNBURNED CIRCLE, ARKHAMIN KIRJASTO, KRYPT AXERIPPER, BENSIINI, DOKTOR KETTU, EKTROVERDE, FALCON (FIN), JUSSI LEHTISALO, LEPPÄSTICK, LUSIFERIININ ARMOSTA, MERCEDES HELL, RÄTTÖ JA LEHTISALO, SAKSET, SLUSSENANALYS, SPLIT CRANIUM, SUSI-UNTO, TELEVISIO, HIGH SPIRITS, METALUSAFER, PHARAOH, PROFESSOR BLACK, SUPERCHRIST, DAWNBRINGER, PROFESSOR BLACK & GEZOL, NACHTMYSTIUM, SCULPTURED, SPIRAL WHEEL, ou FINAL PRAYER, liste bien évidemment majoritairement minoritaire en termes de succès et de connaissance, mais qui en dit long sur l’habileté des musiciens à changer de peau et de décorum. Mais tous ces noms ne voudraient pas dire grand-chose si la musique proposée par Placebo était malheureusement à la hauteur de son nom. Mais sans affirmer que les compositions du trio valent tous les remèdes homologués du monde, elles agissent en tout cas de façon bénéfique sur l’organisme, nous donnant le sourire et la pêche pour le reste de la journée. Ou de la semaine.

En substance, ce second long se veut illustration d’un certain Rock classique joué pour des adultes, l’équivalent de l’AOR des années 80 revu et corrigé par des musiciens ne cédant pas à la facilité de la nostalgie west-coast. Plus prosaïquement, AKTOR, c’est un peu le pendant finlandais des THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, qui reprendraient à leur compte les recettes brillantes du BLUE OYSTER CULT des années 70, traduit dans un langage synthétique que les SPACE auraient pu envisager avec quelques années d’avance. Un Rock soft, qui ne fait de mal à personne, poli par une production gommant toutes les scories et aspérités, pour ne pas heurter la sensibilité des oreilles. Du Hard-Rock quelque part, mais bien caché, modifié, altéré, atténué, pour produire un son proche du Punk parfois, mais un Punk pasteurisé, bouilli avant d’être servi, délicieux en bouche, et garanti sans microbes. C’est ce qu’on comprend en écoutant « Bad Mirror » qui évoque THE JAM et DR FEELGOOD en version génération synthé, phrasé heurté, rythmique souple, up tempo soutenu, et trois minutes de charge en Pop survitaminée. C’est évidemment irrésistible, typiquement suédois ou finlandais, mais on avale ça d’un trait comme un hit underground oublié dans les arcanes MTV. Roublards et futés, les trois lascars savent comme personne comment citer les influences sans les nommer, et s’amusent de la fluidité du CULT et du LIZZY pour en proposer une alternative groovy et jumpy (« Washed Away »), ou jouer le Rock de façon dilettante mais intelligente, en superposant une guitare facile sur un synthé cocasse (« Save You From Me », le meilleur du Hard Rock classique des années 80 revu et corrigé au prisme du vingt-et-unième siècle nordique). Evidemment, tout ça laisse place à l’interrogation, au doute, à l’hésitation. On se demande ce qu’on écoute vraiment, spécialement lorsque le tempo accélère et nous livre un space-opera sous acides déjanté, mais hypnotique (« Astronaut », du Power Metal d’une autre galaxie).

Se jouant des codes en jouant le Heavy façon DEF LEPPARD moins obsédé par les Etats-Unis («You and Me »), ridiculisant le respect des barrières en adoucissant le Rock au maximum (« Get Me Outta Here »), adaptant les ballades traditionnelles à leur humeur particulière (« Seeing Rocks in the Sky »), Placebo se rapproche tout autant d’un Hard seventies transformé pour séduire les effrayés que d’une New-Wave Rock des années 70/80 refusant le schéma des sacro-saintes trois minutes et trente secondes ( DEVO, TALKING HEADS, FLYING LIZARDS) pour déconstruire avant de mieux reconstruire. Alors, en définitive, et au même titre que GHOST, ROYAL REPUBLIC ou encore THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, AKTOR provoquera le schisme, divisera les pros et les antis, mais incarnera une certaine vision d’un Hard-Rock qui n’en est pas un. Et est-ce vraiment si important finalement ?    

                                                                                                

Titres de l’album :

                           01. Bad Mirror

                           02. Washed Away

                           03. Save You From Me

                           04. Astronaut

                           05. You and Me

                           06. The Ghost of Time

                           07. Get Me Outta Here

                           08. Seeing Rocks in the Sky

                           09. Clean Machine

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/09/2020 à 18:04
88 %    395

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33

Jack

Dear French Friends,Kat without Roman Kostrzewski but with Piotr Luczyk is like Metallica without James Hetfield but with Kirk Hammett. If you want listen to REAL successor of this legendary band, just listen to Kat & Roman Kostrzewski right here:

14/09/2021, 07:57

Gargan

Un gros plus, le chant en français. Faut quand même aller le chercher chez des irréductibles cousins, arf..

14/09/2021, 07:20

Adam

Luczyk its not human , its total shit

14/09/2021, 07:03

666

No one cares about this pathetic imitation of KAT. Luczyk has no respect for the band's history and legacy, he should be forgotten. 

14/09/2021, 00:14

TO ALL INTERNATIONAL READERS WHO TRY TO GET WHAT\'S GOING ON WITH ALL THESE COMMENTS:

Piotr Luczyk has written many VERY disrespectful words on Roman Kostrzewski, an original KAT vocalist who was diagnosed with cancer recently. Fans & friends of Roman organize an event and a special record to fundraise money for a fight with his disease, Luczyk called it a business move and &q(...)

13/09/2021, 21:44

Jobi Joba

Et vous pariez combien que ces espèces de tanches de youtube viendront pleurer dès que le metal aura mauvaise presse? Avec des zobs pareils, pas étonnant que le metal ne soit pas pris au sérieux.

13/09/2021, 20:43

Gargan

Si encore c'était en hommage à un fameux guitariste...

13/09/2021, 20:30

Emoji Crotte lol rofl

"kk" metal  et "jmechitsu" dès la minute, c'est rédhibitoire pour mon humour de plus de 40 ans. C'est dommage, j'aurais bien écouté les intervenants et ce qu'ils ont à dire, mais c'est ce genre d'humour, c&a(...)

13/09/2021, 15:04

Orphan

Ces clips en 2021.....putain j'en peu plus....

13/09/2021, 11:40