Placebo

Aktor

24/02/2020

Full Contact Records

Les nordiques sont des sales roublards finalement, de gros escrocs qu’on adore, mais qui nous flouent quand même à longueur d’année. Des musiciens capables de nous faire avaler des boas en guise de couleuvres, qui prennent notre lessive pour des antennes, qui nous enivrent de nostalgie au point de nous faire oublier notre identité…Et si d’aventure, leur talent avait explosé dans les années 80, les puristes alors encore plus vigilants qu’aujourd’hui leur auraient volé dans les plumes, les alignant devant le peloton d’exécution pour haute trahison au Hard-Rock. Pensez-donc, les suédois, norvégiens, finlandais, danois, islandais sont devenus si forts qu’ils arrivent à nous vendre du Rock synthétique comme étant du Hard-Rock, et toisent le reste de la production mondiale de leur morgue insupportable…Avec ce petit laïus d’intro, on pourrait croire que je les hais, mais bien au contraire, je suis comme vous, je les aime du plus profond de mon être et de ma culture Pop, eux qui parviennent à recycler avec flair, à faire les fonds de poubelle en nous laissant miroiter des merveilles de brocante pro. Mais soyons honnête un peu, et même en tapant dans les meilleurs, ne me faites pas croire que vous estimez encore que GHOST, ROYAL REPUBLIC ou encore THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA font partie de la galaxie Hard-Rock telle que nous l’explorons depuis l’orée des seventies…Non, ces guitares policées, ces rythmiques dansantes, ce groove hypnotique, cet abus de sonorités synthétiques, cette assise vocale soft et smooth, nous prouvent à chaque mesure que nous évoluons en terrain Pop, certes habilement travesti en montagne Rock, mais aux reliefs et contours un peu trop ronds pour s’accrocher à d’éventuelles aspérités. Dès lors, quelle attitude adopter ? Le rejet sous prétexte que le fond est hors-sujet, nous condamnant à apprécier cette musique presque de façon clandestine sans l’évoquer dans les colonnes de nos webzines ? Ou jouer le jeu, eu égard à la qualité des produits, au risque de se compromettre et de devoir considérer notre musique préférée sous un angle pour le moins…contradictoire ?

Autant l’avouer, il est impossible de tourner le dos à ces groupes, en dépit de la hype qu’ils provoquent en dehors de nos cercles d’initiés. Et c’est en jouant sur la même corde sensible que les AKTOR développent leur art depuis leur naissance, nous offrant aujourd’hui un second album qui s’inscrit parfaitement dans cette problématique. Ne bénéficiant pas pour l’instant du rayonnement des instances précitées, les américano-finlandais (Pori et Chicago) sont pour l’instant confinés à une gloire assez modeste, mais ne devraient pas tarder à exploser sur le marché, si j’en juge par l’opportunisme de leurs ambitions. Fondé en 2013, le concept aura patienté deux ans avant de proposer son premier LP, subtilement intitulé Paranoïa, celle qu’ils n’ont pas manqué de déclencher chez des admirateurs un peu perdus dans le labyrinthe des genres. A l’image de GHOST et THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, AKTOR ne joue pas vraiment du Hard-Rock stricto-sensu, mais a le mérite de le reconnaître dans sa bio. Se considérant comme un groupe de Heavy du Top 40 avec un léger parfum psychédélique, le trio (Tomi Leppänen/Jussi Lehtisalo/Professor Black) se veut laboratoire d’expériences assez ludiques, se reposant sur une expérience riche de dizaines de combos actuels ou antérieurs. On retrouve donc ces mystérieux musiciens au casting d’ensembles comme CIRCLE, PHARAOH OVERLORD, MOTORSPANDEX, AAVIKKO, ALPO JA TOMI, FALCON, K-X-P, KIRVASTO, LEPPÄSTICK, MULTI DISKO SYSTEM, SAKSET, SUNBURNED CIRCLE, ARKHAMIN KIRJASTO, KRYPT AXERIPPER, BENSIINI, DOKTOR KETTU, EKTROVERDE, FALCON (FIN), JUSSI LEHTISALO, LEPPÄSTICK, LUSIFERIININ ARMOSTA, MERCEDES HELL, RÄTTÖ JA LEHTISALO, SAKSET, SLUSSENANALYS, SPLIT CRANIUM, SUSI-UNTO, TELEVISIO, HIGH SPIRITS, METALUSAFER, PHARAOH, PROFESSOR BLACK, SUPERCHRIST, DAWNBRINGER, PROFESSOR BLACK & GEZOL, NACHTMYSTIUM, SCULPTURED, SPIRAL WHEEL, ou FINAL PRAYER, liste bien évidemment majoritairement minoritaire en termes de succès et de connaissance, mais qui en dit long sur l’habileté des musiciens à changer de peau et de décorum. Mais tous ces noms ne voudraient pas dire grand-chose si la musique proposée par Placebo était malheureusement à la hauteur de son nom. Mais sans affirmer que les compositions du trio valent tous les remèdes homologués du monde, elles agissent en tout cas de façon bénéfique sur l’organisme, nous donnant le sourire et la pêche pour le reste de la journée. Ou de la semaine.

En substance, ce second long se veut illustration d’un certain Rock classique joué pour des adultes, l’équivalent de l’AOR des années 80 revu et corrigé par des musiciens ne cédant pas à la facilité de la nostalgie west-coast. Plus prosaïquement, AKTOR, c’est un peu le pendant finlandais des THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, qui reprendraient à leur compte les recettes brillantes du BLUE OYSTER CULT des années 70, traduit dans un langage synthétique que les SPACE auraient pu envisager avec quelques années d’avance. Un Rock soft, qui ne fait de mal à personne, poli par une production gommant toutes les scories et aspérités, pour ne pas heurter la sensibilité des oreilles. Du Hard-Rock quelque part, mais bien caché, modifié, altéré, atténué, pour produire un son proche du Punk parfois, mais un Punk pasteurisé, bouilli avant d’être servi, délicieux en bouche, et garanti sans microbes. C’est ce qu’on comprend en écoutant « Bad Mirror » qui évoque THE JAM et DR FEELGOOD en version génération synthé, phrasé heurté, rythmique souple, up tempo soutenu, et trois minutes de charge en Pop survitaminée. C’est évidemment irrésistible, typiquement suédois ou finlandais, mais on avale ça d’un trait comme un hit underground oublié dans les arcanes MTV. Roublards et futés, les trois lascars savent comme personne comment citer les influences sans les nommer, et s’amusent de la fluidité du CULT et du LIZZY pour en proposer une alternative groovy et jumpy (« Washed Away »), ou jouer le Rock de façon dilettante mais intelligente, en superposant une guitare facile sur un synthé cocasse (« Save You From Me », le meilleur du Hard Rock classique des années 80 revu et corrigé au prisme du vingt-et-unième siècle nordique). Evidemment, tout ça laisse place à l’interrogation, au doute, à l’hésitation. On se demande ce qu’on écoute vraiment, spécialement lorsque le tempo accélère et nous livre un space-opera sous acides déjanté, mais hypnotique (« Astronaut », du Power Metal d’une autre galaxie).

Se jouant des codes en jouant le Heavy façon DEF LEPPARD moins obsédé par les Etats-Unis («You and Me »), ridiculisant le respect des barrières en adoucissant le Rock au maximum (« Get Me Outta Here »), adaptant les ballades traditionnelles à leur humeur particulière (« Seeing Rocks in the Sky »), Placebo se rapproche tout autant d’un Hard seventies transformé pour séduire les effrayés que d’une New-Wave Rock des années 70/80 refusant le schéma des sacro-saintes trois minutes et trente secondes ( DEVO, TALKING HEADS, FLYING LIZARDS) pour déconstruire avant de mieux reconstruire. Alors, en définitive, et au même titre que GHOST, ROYAL REPUBLIC ou encore THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, AKTOR provoquera le schisme, divisera les pros et les antis, mais incarnera une certaine vision d’un Hard-Rock qui n’en est pas un. Et est-ce vraiment si important finalement ?    

                                                                                                

Titres de l’album :

                           01. Bad Mirror

                           02. Washed Away

                           03. Save You From Me

                           04. Astronaut

                           05. You and Me

                           06. The Ghost of Time

                           07. Get Me Outta Here

                           08. Seeing Rocks in the Sky

                           09. Clean Machine

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/09/2020 à 18:04
88 %    45

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

PILORI / Interview

Baxter 18/08/2020

Concerts à 7 jours
Deficiency + Dsm + Voorhees + Witches 19/09 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire !

Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down.
Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion.
Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48

steelvore666

@saad : entièrement d'accord. Autant Surgical Steel, en dépit de deux ou trois morceaux dispensables, était très bon, autant l'inspiration semble s'être diluée depuis. Au moins, voilà un cd qui nous évite de choisir parmi la pléthore de sorties plus qu'intéressantes. A voir sur un prochain(...)

19/09/2020, 09:57

metalrunner

Le chanteur fait perdre la puissance aux morceaux .C est pour moi le gros point faible de cet album.; Dommage que lee altus ne ce soit pas impliqué plus dans l écriture vu qu il l âme du groupe..Les solos par contre sont bons mais le manque d agressivité du chant gâche souvent les morceaux..He(...)

19/09/2020, 09:57

saad

les trois extraits sont pires que Swansong. Aucune inspiration. Ultra mauvais

19/09/2020, 09:01

Living Monstrosity

Une pochette d'Olivier de Benoist ?

19/09/2020, 08:32

Living MOnstrosity

Oui pardon, Swansong et non swanGsong.

(holy shit ! je réalise que je n'ai plus écouté cet album chant du cygne depuis SA SORTIE !)

19/09/2020, 08:23

Jus de cadavre

Tout comme Living ! Très Swansong !

19/09/2020, 03:22

KaneIsBack

Curieux d'écouter ça, surtout que ça fait un bail que Sodom n'a pas sorti un vrai bon album.

18/09/2020, 22:06

Facial

Superbe album!!

18/09/2020, 20:35

Living Monstrosity

Houla il est très Swangsong celui-ci... mais j'aime beaucoup.
Je trouve ça très groovy et classieux.

18/09/2020, 19:50

Kairos

pas un seul extrait qui m'emballe pour le moment

18/09/2020, 19:10

grinder92

Purée, Billou il a pas vu que ça enregistrait quand il faisait ses gammes pour s'échauffer... et l'ingé son l'a gardé !!!

18/09/2020, 18:38

steelvore666

Génial.
Enfin la suite !

18/09/2020, 12:53

Reg

Bon morceau old school
Jairo T. est un Celtic Frost worshipper ^^

18/09/2020, 09:23