Pure Death

Disrupted

23/10/2020

Memento Mori

Ça ne va évidemment pas vous dire grand-chose, mais cette chronique porte le numéro 5000. 5000 chroniques depuis mes débuts dans le métier en 2006, ça nous en fait en moyenne une par jour depuis quatorze ans. Et pour fêter cet anniversaire j’aurais pu évidemment choisir l’album duquel vous parler, mais j’ai préféré faire confiance au destin, comme je l’ai toujours fait. J’aurais aimé que le destin choisisse un de mes groupes phares, j’aurais aimé qu’il me confie un redoutable album de Thrash, mon style de prédilection, ou une perle AOR, l’autre. Mais le destin est capricieux et parfois un peu chafouin, et c’est donc sur un pur LP de Swedish Death que je suis tombé, mais pas n’importe lequel, et qui va me permettre d’être encore plus versatile que d’habitude, comme la belle Mystique des X-Men. Né en 2012 dans la petite ville de Ludvika en Suède, DISRUPTED est l’archétype du groupe de Death national qui ne fait rien d’autre que reprendre les principes mêmes, tels qu’ils ont été édictés à la fin des années 80 par NIHILIST et ENTOMBED. Auteurs en 2014 d’un premier EP, Heavy Death, les scandinaves sont passés à la vitesse supérieure en 2015 avec un premier long, Morbid Death, avant de se terrer dans le silence pendant cinq ans. Heureusement pour nous, le quatuor revient en 2020 par la grande porte et un peu de soutien du label espagnol Memento Mori, qui s’est empressé de distribuer leur second long en CD, tandis que De:Nihil Records s’occupe de la version vinyle. Et si les suédois en profitent encore pour glisser le mot Death dans le titre de leur album, le hasard n’a rien à voir là-dedans pour une fois : les DISRUPTED respirent et exhalent la mort par tous les pores, et sont restés figés à l’époque où ENTOMBED sortait son séminal Left Hand Path.

Leur label espagnol ne prend même pas de gants pour nous expliquer la situation. Il n’hésite donc pas à comparer ses jeunes poulains (Thomas Liljekvist - guitare, Mikael Hanni - chant, Tommy Haglund - basse et Daniel Liljekvist - batterie) à NIHILIST/ENTOMBED, INTERMENT, GRAVE et GOD MACABRE, tout en plaçant quelques allusions à la scène récente et aux exactions plus modernes de BOMBS OF HADES ou BASTARD PRIEST. Mais ne vous embrouillez pas, c’est inutile, puisque Pure Death n’est rien d’autre que ce que son titre suggère, un LP qui empeste la mort, la putréfaction, l’horreur, la solitude d’un cimetière décati, les murs d’une morgue dans un hôpital psychiatrique squatté par des scientifiques lubriques, les entrailles qui s’échappent d’un zombi pas frais, le liquide d’embaumement, enfin tout ce qui constitue l’univers si particulier du Death suédois, fidèle à lui-même depuis ses origines. Et pour imaginer la chose avec plus d’acuité, il suffit de fondre dans un même vinyle Left Hand Path et Into The Grave et de se le jouer jusqu’à la nausée, puisque les DISRUPTED ont cette qualité de ne pas faire les choses à moitié, et de complètement pomper leurs idoles pour en reproduire les tics les plus symptomatiques. J’ai justement accusé récemment les LIK de jouer à ce petit jeu, les blâmant pour ne prendre aucun risque, alors même que je m’apprête à encenser un autre groupe qui pourrait se voir reprocher le même travers. Mais là où les LIK restent à la surface de la fosse commune, les DISRUPTED y plongent la tête la première pour en ressortir couverts de viscères et de boue humaine : en gros, ils exagèrent les choses, accentuent encore plus la distorsion, poussent des cris encore plus bestiaux, et instaurent une ambiance post-mortem plus rigide que la bite de Rocco quand il sera traîné dans sa dernière demeure.

Non, les DISRUPTED ne sont pas originaux, et pis, ils sont même une caricature en soi de toutes les figures imposées du Swedish Death tel qu’on le connaît depuis ses premiers méfaits. Mais la façon dont ces quatre jeunes suédois jouent leur va-tout est si convaincante et extrême qu’on en reste admiratif, comme si le répertoire de NIHILIST était repris à son compte par un GRAVE de début de carrière et encore plus ou moins frais. La HM-2 résonne encore plus grave et grasse, et le chant ignoble de Mikael Hanni terrorise tous les sangliers à des kilomètres à la ronde. Enregistré par Johan Hjelm aux Wellbay Studios, mixé par Christian Larsson à l’Embodiment Audio, et masterisé par Karl Daniel Lidén Produktion aux Tri-Lamb Studios, Pure Death est un monstre de Frankenstein né de l’imagination créative de musiciens au potentiel de mimétisme énorme, désirant se montrer encore plus vicieux que leurs aînés. Et avec trente-quatre minutes de sadisme au compteur, ce second long s’arrête pile là où il faut, après nous avoir endommagé les oreilles à vie. Mais il suffit d’encaisser le choc de l’ouverture dramatique de « Blood Worship » pour s’en rendre compte, et au premier riff, la blessure est mortelle, et encore plus approfondie lorsque la rythmique commence à cogner. La sensation de redécouvrir le premier ENTOMBED vous chatouille agréablement le cercueil, et d’ailleurs, les timbres de Lars Goran Petrov et Mikael Hanni sont à ce point proches qu’on pourrait les confondre. A partir de là, aucune pitié, mais un plaisir masochiste qui s’étale sur dix morceaux, dont le plus long ne dure que quatre minutes.

Alors, au menu évidemment, beaucoup de tendresse, des titres de chansons bucoliques et romantiques, et une propension à glisser des mélodies toutes les deux mesures. Plus sérieusement, si la plupart du tracklisting se concentre sur du brutal qui frappe vite, le groupe sait aussi prendre son temps pour nous donner la nausée, à l’occasion du compressé et oppressant « Headless Torso ». Il sait aussi aller à l’essentiel, et se souvenir de la portée du massacre du « But Life Goes On » de ses modèles, et nous charcler sévère d’un « Total Death », plus franc qu’un coup de pelle. En gros, la quintessence, la substantifique moelle, le Graal, et au bout du chemin, la mort, une jolie concession à perpétuité, et la certitude du travail bien fait après une vie d’ennui qui méritait un terme. C’est ainsi que se termine ma 5000ème chronique, sur ces quelques notes graves et GRAVE, en espérant que vous soyez toujours pas pour ma 10.000ème prose.                

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Blood Worship

02. Human Stew

03. Born In A Corpse

04. Carve

05. Headless Torso

06. Total Death

07. Pestilential Vomit

08. Goat Lord

09. Chopped Into Oblivion

10. Slave From The Grave


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/11/2020 à 14:38
80 %    567

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
01/12/2020, 07:14:42

Un de mes albums de l'année !!!

Tout est dit dans la chro... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26