Celui-là, on peut dire qu’on ne l’attendait plus … Après une courte mise en sommeil (2009-2011) suivie de deux albums mi-figue, mi-raisin (Shadowmaker en 2012, puis Resilient en 2013), l’avenir de Running Wild commençait à sérieusement poser question. C’était donc avec une certaine appréhension que l’on attendait le cru 2016 de cette légende allemande du heavy metal. Et bien, inutile d’y aller par quatre chemins : Rapid Foray constitue une bonne surprise qui devrait rassurer les fans de Running Wild, peu gâtés ces dernières années.

Si une vilaine blessure à l’épaule lui a laissé plus de temps qu’à l’accoutumée pour murir ses compositions, Rolf Kasparek (Rock‘n’Rolf pour les intimes) semble également avoir profité de sa convalescence pour opérer une remise en question sur l’identité de sa formation. A ce titre, alors que les précédents albums s’éloignaient quelque peu du "style" Running Wild, Rapid Foray constitue un appréciable retour aux sources. Certes, tout n’ y est pas parfait, loin de là même, comme en attestent par exemple cette production toujours aussi cheap et ces parties de batterie que l’on qualifiera de "robotiques"… Mais dans l’ensemble, ce nouvel opus studio renoue avec une certaine tradition que l’on croyait appartenir définitivement au passé.

A l’image de son artwork, Rapid Foray propose un agréable voyage dans le temps, comme en attestent les excellents "Black Bart", "Warmongers" ou "Into The West" (que l’on croirait, pour ce dernier, issu de l’album Blazon Stone de 1991). Autre réussite, d’une durée de plus de 11 minutes, « Last Of The Mohicans » ramène tout droit au heavy metal épique et majestueux qui a fait la renommée des Allemands. Et si Running Wild représente depuis bien longtemps le projet musical d’un seul homme, notons tout de même que Rock’n’Rolf s’est désormais trouvé un partenaire de choix en la personne du guitariste Peter Jordan, auteur de soli de premier ordre ("Black Skies, Red Flag", l’instrumental "The Depth Of The Sea – Nautilus").

Sans parvenir à renouer avec la grandeur musicale d’un Death Or Glory (1989) ou d’un Black Hand Inn (1994), le capitaine Rolf Kasparek tente néanmoins d’en retrouver l’esprit. Alors, même si les esprits chagrins diront que Running Wild est mort et enterré depuis belle lurette, votre serviteur préférera pour sa part saluer le retour en force d’un monstre sacré du genre. De bon augure pour la suite.

Titres de l'album :

1. Black Skies, Red Flag
2. Warmongers
3. Stick To Your Guns
4. Rapid Foray
5. By The Blood In Your Heart
6. The Depth Of The Sea – Nautilus
7. Black Bart
8. Hellestrified
9. Blood Moon Rising
10. Into The West
11. Last Of The Mohicans

Site Officiel





par uptheirons le 15/10/2016 à 08:00
75 %    337

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


coquerelle
@86.68.134.22
29/12/2016 à 15:14:05
c' est nul et plat le chant non merci ce sont des pédés ce groupe c' est comme machine Head en fait j' aime pas cet album il pue la merde

Ajouter un commentaire


Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)