Celui-là, on peut dire qu’on ne l’attendait plus … Après une courte mise en sommeil (2009-2011) suivie de deux albums mi-figue, mi-raisin (Shadowmaker en 2012, puis Resilient en 2013), l’avenir de Running Wild commençait à sérieusement poser question. C’était donc avec une certaine appréhension que l’on attendait le cru 2016 de cette légende allemande du heavy metal. Et bien, inutile d’y aller par quatre chemins : Rapid Foray constitue une bonne surprise qui devrait rassurer les fans de Running Wild, peu gâtés ces dernières années.

Si une vilaine blessure à l’épaule lui a laissé plus de temps qu’à l’accoutumée pour murir ses compositions, Rolf Kasparek (Rock‘n’Rolf pour les intimes) semble également avoir profité de sa convalescence pour opérer une remise en question sur l’identité de sa formation. A ce titre, alors que les précédents albums s’éloignaient quelque peu du "style" Running Wild, Rapid Foray constitue un appréciable retour aux sources. Certes, tout n’ y est pas parfait, loin de là même, comme en attestent par exemple cette production toujours aussi cheap et ces parties de batterie que l’on qualifiera de "robotiques"… Mais dans l’ensemble, ce nouvel opus studio renoue avec une certaine tradition que l’on croyait appartenir définitivement au passé.

A l’image de son artwork, Rapid Foray propose un agréable voyage dans le temps, comme en attestent les excellents "Black Bart", "Warmongers" ou "Into The West" (que l’on croirait, pour ce dernier, issu de l’album Blazon Stone de 1991). Autre réussite, d’une durée de plus de 11 minutes, « Last Of The Mohicans » ramène tout droit au heavy metal épique et majestueux qui a fait la renommée des Allemands. Et si Running Wild représente depuis bien longtemps le projet musical d’un seul homme, notons tout de même que Rock’n’Rolf s’est désormais trouvé un partenaire de choix en la personne du guitariste Peter Jordan, auteur de soli de premier ordre ("Black Skies, Red Flag", l’instrumental "The Depth Of The Sea – Nautilus").

Sans parvenir à renouer avec la grandeur musicale d’un Death Or Glory (1989) ou d’un Black Hand Inn (1994), le capitaine Rolf Kasparek tente néanmoins d’en retrouver l’esprit. Alors, même si les esprits chagrins diront que Running Wild est mort et enterré depuis belle lurette, votre serviteur préférera pour sa part saluer le retour en force d’un monstre sacré du genre. De bon augure pour la suite.

Titres de l'album :

1. Black Skies, Red Flag
2. Warmongers
3. Stick To Your Guns
4. Rapid Foray
5. By The Blood In Your Heart
6. The Depth Of The Sea – Nautilus
7. Black Bart
8. Hellestrified
9. Blood Moon Rising
10. Into The West
11. Last Of The Mohicans

Site Officiel





par uptheirons le 15/10/2016 à 08:00
75 %    283

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


coquerelle
@86.68.134.22
29/12/2016 à 15:14:05
c' est nul et plat le chant non merci ce sont des pédés ce groupe c' est comme machine Head en fait j' aime pas cet album il pue la merde

Ajouter un commentaire


Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...


Malheureusement même "critique" que la dernière fois Mold_Putrefaction...
Quoi qu'il en soit merci pour tout ce temps pris.


Ecoutez Chiens, ce groupe est vraiment excellent dans le grindcore, il en vaut vraiment la peine !