Rock'n'roll Radio

Electric Guitars

10/02/2017

Mighty Music

Non, il y a peu de chances qu’on appelle son groupe ELECTRIC GUITARS par hasard. Généralement, le second degré dans ce cas précis, ça ne marche pas, il ne faut pas non plus nous prendre pour des billes. Et puis sincèrement, sans guitares électriques, vous croyez franchement qu’on retrouverait cette pochette dans les colonnes de votre webzine préféré ?

Avec moi, tout est toujours possible, mais là, je vous assure que non. Les Danois vouent le même amour à leur instrument distordu que moi à mon Thrash velu, et c’est très bien comme ça.

ELECTRIC GUITARS, pour ceux étant passé à côté depuis toutes ces années, ce sont deux solistes qui en plus se partagent le chant, avec d’un côté Søren Andersen et de l’autre, Mika Vandborg. Une bordée d’albums sous le bras, dont le petit dernier, String Fever avait plus ou moins divisé de son incapacité (volontaire ou non) à se fixer sur un son, déviance qui semble ajustée sur ce Rock'n'roll Radio qui outre son message électrifié, se veut constat d’un désert annoncé.

Lequel ?

Celui de l’absence de Rock N’Roll sur les ondes, au grand dam de ces musiciens qui vivent par et pour lui, et qui finalement regrettent que le passé soit enterré et que les vrais héros végètent dans les limbes des fréquences sans parvenir à les envahir.

Est-ce avec Rock'n'roll Radio qu’ils vont y parvenir ? Rien n’est moins sûr, même si cet album semble être leur plus mur, sans non plus prétendre se voir recaler sur les Classic Radios passant les groupes datés au carbone 14 ou que le temps à suffisamment usés pour en éroder les aspects les plus affolés.

Pour cette nouvelle aventure, le quatuor (outre les deux six-cordistes/vocalistes déjà mentionnés, on retrouve Peter Kjøbsted à la basse et Morten Hellborn à la batterie), a fait plus ou moins équipe avec une paire de frangins locaux typiques, les fameux trublions Binzer, Jacob et Jesper, qui respectivement produisent et vocalisent, pour un rendu pas forcément flagrant de leur présence, mais qui donne un petit cachet « revival » à cette entreprise de dénonciation d’occultisme médiatique.

Pour autant, ne vous attendez pas à un D.A.D lookalike record, puisque Søren et Mika ont gardé leur son et leur approche, sans que les blondinets ne fouillent leur sacoche.

Alors, nouvel album, et ton durci ? C’est ce qu’il semble à l’écoute des premiers morceaux qui ne font pas dans la dentelle mais bien dans l’electric radio, virtuelle bien sûr, celle dont rêvent ces Danois qui ironiquement, pointent du doigt les DJ ne se montrant pas assez cléments.

Electrique, mais pas forcément éclectique. Depuis String Fever, la concision s’est faite raison, et la tonalité générale de ce nouveau brulot est homogène, et plus hardente que Blues dans ses gènes.

Mais que cela ne vous empêche pas d’apprécier l’effort, au contraire, il en vaut la peine et se donne du mal, en sortant non du chapeau mais bien de la malle aux riffs des thèmes accrocheurs et parfois lubriques, toujours dans cette veine de Hard’n’Heavy nordique qui s’inspire autant des frangins Young que des ROSE TATTOO, sans passer pour un fourre-tout.

D’ailleurs, pas de tromperie sur la marchandise, puisque dès l’entame éponyme, le la donne le ton et le binaire pataud est béton, pour un énorme hymne qui pourrait se concevoir comme un pont tendu entre le Danemark, l’Australie et les Etats-Unis, dans un effort conjoint entre AC/DC, Jimmy Barnes, et KISS, le tout arrangé à la sauce ELECTRIC GUITARS, la bonne, celle qui adoucit les épices sans leur faire perdre de leur piquant délice.

Evacuons aussi d’entrée le fameux morceau partagé avec le Binzer Jesper, « Headless Chicken », qui loin de courir comme une gallinacée décapitée, fonce plutôt tête sur les épaules pour retrouver l’allant de vinyles comme No Fuel Left For The Pilgrims ou Riskin’ It All. Riff explosif, incarnation vocale qui décoiffe les tifs, c’est bien sûr un hit, troussé, détroussé, à la jupe savamment relevée et au refrain entonné collégialement par une bande sur de son coup pendant.

Deux morceaux, et on change de station ? Que nenni, puisque cette nouvelle livraison, outre une production maison bien savonnée, qui tout en ne perdant rien de sa rugosité, permet au duo de guitaristes de soloïser en toute liberté, nous pondant encore quelques saillies homériques propres à foutre le feu à votre vieux poste FM prêt à faire ses adieux.

Pas de grosse surprise à traquer, malgré un groove parfois très Californien et très balancé et aussi influencé par KIX que par RATT ou toute la clique Hair Metal diabolisée, pour un « False Flag Operation » qui à l’époque du Strip en aurait provoqué quelques-uns dans les allées borgnes et les backstage surpeuplés.

Les Danois auraient-ils craqué pour le swag ? C’est en tout cas ce qu’ils semblent affirmer/dénoncer au travers du gravissime « Swagman », qui de sa lourde intro à la SABBATH finit par se la jouer, un peu Post Grunge abimé ou alternatif érodé, mais définitivement Heavy et allumé, sans se départir de ses mélodies.

Mais vous les connaissez, et vous savez que le tempo soutenu est leur religion absolue, et « Bambi On Ice » de le rappeler de son Hard Rock cowbellisé qui ose un refrain à la VAN HALEN/KISS bien léché. « Lucy Glow » se veut plus vintage, mais tout aussi peu policé, et traque le groove dans les cordes pour le tordre, origines nordiques obligent, tandis que « Homewrecking Woman » balance un naufrage Bluesy de femme en rupture d’outrages, avec son riff gluant et son atmosphère GRAVEYARD sous la pleine lune.

« Stay Under The Radar » se fait pourtant vite repérer sur les écrans, et mélange avec allant le Hard Rock le plus saisissant à l’alternatif Bluesy des nineties agonisant, avant que « Back To You » ne nous laisse sur une note à la PURPLE dopé à l’ALICE IN CHAINS déterré, avec guitare et voix en émoi dans un unisson mélodique plein de frissons.

   

On sentait la voie un peu hésitante sur String Fever, mais finalement les guitares sont tombées dans une fièvre encore plus poussée, pour faire exploser le thermomètre Hard’n’Heavy sans se renier ou stagner. Non, les radios ne passeront pas plus ce disque que les précédents, mais après tout, les ELECTRIC GUITARS le savent déjà, et réservent leurs décibels orgiaques à des foules de maniaques qui les traqueront en Europe toute la saison, pour se gorger du feeling de cette radio Rock qui ne les laissera pas béton.

 Et puis après tout, les ondes, c’est surfait non ? Les Danois méritent mieux que ça, ils te méritent toi, fan de Rock en profession de foi. Et crois-moi, ces dix morceaux seront autant de versets à réciter une fois la nuit tombée et les amplis prêts à chauffer…


Titres de l'album:

  1. Rock'n'Roll Radio
  2. False Flag Operation
  3. Headless Chicken
  4. Swagman
  5. Splinter
  6. Bambi on Ice
  7. Lucy Glow
  8. Homewrecking Woman
  9. Stay Under the Radar
  10. Back to You


par mortne2001 le 05/03/2017 à 15:34
80 %    488

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hoover

Je n'aime vraiment pas ce qu'est devenu ce groupe. Perdition city était une évolution osée mais avec un résultat brillant, depuis ça oscille entre le chiant et le sans grand intérêt.

13/07/2020, 19:34

sart

Pas mal du tout.

13/07/2020, 19:28

sart

Meilleur et moins mélodique que le précédent, ce dernier Pocahontas n'en reste pas moins trop polissé, sans âme et s'oublie très vite.

13/07/2020, 19:27

sart

Du metal pompeux dit "'epique" bien raccoleur et de fort mauvais goût auquel sont juxtaposées quelques parties dites folk. A oublier au plus vite...

13/07/2020, 19:23

sart

Ca sonne comme du death suédois sans les fréquences basses.

13/07/2020, 19:21

Saddam Mustaine

Pas si mauvaise la suite, bien que très varié.

13/07/2020, 19:06

Humungus

Bien d'accord avec vous les gars.
... Même si j'ai tout de même une nette préférence pour leur premier album.
Quand au reste de leur discographie, elle m'en touche une sans faire bouger l'autre.

13/07/2020, 13:22

Gargan

Idem, dans mon top 10. Totalement dérouté à l'époque mais je ne m'en suis jamais lassé depuis, riffs et mélodies imparables. T'en écoute un morceau, puis deux puis l'ensemble sans t'en rendre compte. Enfin ce sont surtout les autres qui s'en rendent compte, because air guitar et air drums heh(...)

13/07/2020, 11:51

Saddam Mustaine

Amorphis cet album est sensationnel.

12/07/2020, 14:20

Pomah

Y'a clairement un côté synthwave pas dégeu, à creuser.

11/07/2020, 14:36

RBD

Voilà un groupe et un homme qui m'ont marqué à une époque où je commençais à être blasé. Ce n'est pas toujours facile à suivre d'un album sur l'autre, c'est un vrai fêlé. Mais comme dit le proverbe, ce sont des esprits comme ça qui font entrer la lumière.

10/07/2020, 23:41

aeas

Seul le batteur a encore un semblant d'intégrité à travers ses activités.

10/07/2020, 20:35

Jus de cadavre

Idem, découverte pour moi grâce à cette chronique. La prod est excellente pour l'époque !
Un bien bel hommage en tout cas Mortne...

10/07/2020, 17:38

JTDP

@jus : +9986457 !
@gerard : fais péter le "name dropping" on n'attend que ça de faire de nouvelles découvertes ! ;-)

10/07/2020, 17:10

JTDP

Purée c'est vrai qu'il est excellent cet album !!! Et malgré Youtube et le poids des ans, le son est franchement bon ! Une réédition s'impose, c'est indéniable.

10/07/2020, 17:08

Oliv

Ah bon

10/07/2020, 12:51

y'a pus d'jus

faut dire à BEBERT de pousser son camion ,il bloque la porte du garage et j'peux pas sortir la dépanneuse !

10/07/2020, 12:29

Gargan

Haha la ref à Hanson ! Belle découverte, merci.

10/07/2020, 11:59

Thrashing Metropolity

Super anecdote, Goughy ! Merci pour le partage !
Ca ne fait que confirmer tout le bien que nous sommes nombreux à penser de ce groupe culte.

Vraiment, si ces albums pouvaient être réédités, ce ne serait que justice !
Quelqu'un a évoqué plus haut l'accent franglais du (...)

10/07/2020, 11:07

goughy

Bon allez je me lance, juste histoire d'en rajouter sur les sentiments positifs qui émanent ce très beau papier (je savais pas l'histoire du début des Bérus...)
Ca devait être en 94 ou 95, on avait 14 ans, on écoutait MST et, avec deux autres potes, Mickey était une star du niveau de Br(...)

10/07/2020, 10:42