Sickness Divine

Red Death

29/11/2019

Century Media

Il y a des groupes que l’on chronique et qu’on oublie. D’autres qu’on ne chronique pas sans se demander pourquoi. Lorsqu’un journaliste fonctionne en haut débit et aligne les proses, sa mémoire lui fait parfois défaut, et il lui arrive de retomber sur des groupes déjà traités sans que l’évidence ne le frappe au coin de bon sens. Et puis, il existe aussi une catégorie très restreinte d’artistes dont la rencontre est déterminante, et chaque étape marquante. En remarquant le nom de RED DEATH dans la liste des nouveautés, je n’ai pas hésité une seconde, puisque justement, ma mémoire a fait tilt dès lecture et vision. Et pour cause, puisque ces américains rythment mon quotidien depuis quatre ans maintenant en alignant les longue-durée/parpaings comme d’autres les anecdotes de bas de page à peine dignes d’être mentionnées. Néophytes, sachez que je vous envie, car découvrir les RED DEATH est un plaisir qui se déguste, une beigne qu’on se mange en tendant immédiatement l’autre joue, et surtout, le plus important, la preuve que DC n’a rien perdu de sa superbe avec les années. En deux albums, les originaires de Washington ont redéfini le Crossover comme les initiateurs avaient pu le définir dans les années 80, sans se faire remarquer sciemment, autrement que par la qualité de leur musique. Et si Permanent Exile était un extraordinaire brouillon digne d’une copie A+, Formidable Darkness était de ces chefs d’œuvre mineurs que le temps réhabilite avec un peu de sagacité et d’honnêteté. Car la puissance dégagée par les œuvres de ce quintet (DHD – chant, Ace & Alfredo – guitares, Robin – basse et Connor – batterie) n’est rien de moins que digne d’un croisement opportun entre les miraculeux EXCEL, les lumineux LEEWAY, et les impitoyables AGNOSTIC FRONT, le tout emballé dans une rage qui fait défaut à bon nombre de combos actuels encore occupés à singer les astuces les plus évidentes de leurs influences. Alors à l’annonce de la sortie de Sickness Divine, je n’ai pas hésité une seconde, et j’ai préparé mes superlatifs les plus flatteurs. Sans savoir qu’ils allaient encore être un peu faibles pour qualifier le bloc de béton que je m’apprêtais à recevoir sur la gueule.

Aujourd’hui signés sur le référentiel Nuclear Blast, les RED DEATH sont prêts à jouer dans la cour des grands, leur domaine, évident. En à peine plus de trente minutes et une dizaine de morceaux, les américains ont encore perfectionné leur recette sans l’édulcorer ou la stériliser, et sans transformer en automatismes ces accès de rage qui les caractérisent. Objectivement, pas grand-chose de neuf depuis la bombe Formidable Darkness, puisque la recette est exactement la même. Un juste milieu trouvé entre l’épaisseur d’un Metal tendance Thrash et la fluidité haineuse d’un Hardcore vraiment fielleux, un peu à la manière des lapidaires EXILE ou des magiques ENFORCED dont le dernier album m’avait peu ou prou fait le même effet. Et pour cause, puisque les deux groupes ont emprunté la même voie. Une épaisseur à rendre verts de rage des SLAYER en retraite, et une liaison gracile à faire tourner fou les SUICIDAL de la grande époque. En disposant du meilleur son de leur carrière, les américains se lâchent, et nous fracassent, de leurs rythmiques pur OVERKILL en version saindoux et tripes de goret, et de leurs riffs méchants et sournois qui tournoient comme des vautours. La méthode est traditionnelle, mais portée à ébullition, dans une cocotte qui explose à la moindre occasion, c'est-à-dire sur chaque titre. Ainsi, « Sword Without a Sheath » se veut parangon de cette approche, mis développe aussi des trésors d’inventivité, alertant des passages d’une solidité effrayante et des trouvailles de guitare en forme de gimmick indispensable. Et lorsque les RED DEATH sont Heavy, personne ne l’est plus qu’eux, même pas DOWN ou PANTERA. Lorsqu’ils sont Thrash, ils ne font pas semblant, comme en témoigne le cruel et lapidaire « Sheep May Unsafely Graze ». Et pour la faire courte, lorsque les RED DEATH sont, ils sont les meilleurs de leur catégorie, plurielle, mais unique dans les faits. Une tempête décoiffante, une détonation assourdissante, et un massacre organisé par des gens intelligents et conscients de leurs moyens. Les plus dangereux.

Rien n’est incongru chez eux. De l’utilisation d’une cowbell pourtant connotée à l’insertion de soli purement Heavy dans un contexte Core. Aucune idée, aucun plan ne semble forcé ou rapporté, pour augmenter un timing ou se rapprocher d’un courant. On sent que les astuces les plus traditionnelles (l’intro classique de « Path of Discipline » en est un bon exemple) sont là pour planter un décor et non pour boucher un trou, et que les enchainements les plus prévisibles ne sont utilisés que pour décupler l’efficacité (le mid tempo du même morceau qui donne des fourmis dans les poings). Les crises harmoniques rappellent évidemment tout le talent d’un Rocky George, mais elles s’accompagnent la plupart du temps d’accélérations fulgurantes qui laissent sur le flanc (« (Refuse to Be) Bound by Chains »), à la mode Crossover/Speedcore des années 80. Toujours prompts à nous marcher sur les docs et sur les tympans, les originaires de DC font honneur à leur héritage et leur patrimoine, et nous bombardent d’une basse gigantesque sur fond de saccades tranchantes (« Ravage » on ne pourrait imaginer titre plus approprié). Le côté instantané de leur musique s’accompagne pourtant d’une maturité qui laissera le temps juger, positivement évidemment, et leur œuvre avec ce troisième du nom prend une ampleur énorme, qui risque fort de les ranger (si ce n’est déjà fait) dans le clan très fermé des leaders d’une nouvelle génération méchamment énervée. Et il est d’autant plus sidérant de constater que le quintet se fait une place au soleil sans proposer réellement quelque chose de neuf, mais en décuplant une puissance déjà existante, à l’image du final terriblement emphatique de « Exhalation of Decay ».

Certains remarqueront l’efficacité immédiate de « Face the Pain », archétype de Crossover hargneux et percutant. On ne saurait les en blâmer, puisque justement ce morceau fait tout pour convaincre sur le moment, mais les plus investis et curieux se diront que les qualités les plus fondamentales de Sickness Divine se cachent dans les détails les moins perceptibles, et surtout dans cet équilibre stable entre volonté Heavy, purisme Core et furie Thrash (« Sickness Divine ») qui au final, délivre un cocktail assommant, mais n’altérant pas la lucidité auditive. Mais à quoi bon tourner autour du pot lorsque celui-ci trône au milieu de la pièce ? RED DEATH est la synthèse de violence la plus efficace que vous pourrez trouver sur le marché, et l’un des plus grands groupes de sa catégorie. Une tuerie dirait-on pour simplifier. Un groupe que l’on chronique et que l’on n’oublie jamais en fait.      

                                  

Titres de l’album :

                          01. Sickness Divine

                          02. Face the Pain

                          03. Sword Without a Sheath

                          04. The Anvil’s Ring

                          05. Sheep May Unsafely Graze

                          06. Path of Discipline

                          07. (Refuse to Be) Bound by Chains

                          08. Dreadful Perception

                          09. Ravage

                          10. Exhalation of Decay

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/12/2019 à 14:35
95 %    450

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00