Vieux comme Hérode. On connaît tous cette expression, qui depuis est entrée dans le langage populaire, et pourtant, le pauvre Hérode 1er ne vécut que soixante-neuf ans. S’il est certain que c’était un âge fort raisonnable pour l’époque, alors que la durée de vie moyenne devait probablement être de l’ordre de la moitié, il n’en reste pas moins que l’utilisation de cette expression reste disproportionné. Et pourtant, dans le cas des HEROD suisses, elle en prend tout son sens, tant l’effet produit par le groupe rappelle le réveil d’un homme millénaire, qui souffre de devoir s’extirper de sa condition pour voir à quel point le monde est parti à vau-l’eau. Inutile de préciser que ce dit effet est souvent produit par les groupes de Sludge, qui justement visent l’écrasement et l’oppression, mais ces suisses en font une arme à triple tranchant, qui nous confine de sa moiteur, qui nous accuse de sa lourdeur, et qui nous pointe du doigt de son horreur. Certains ont encore du mal d’ailleurs avec la notion de Sludge Progressif. Pour eux, elle est antinomique par essence, le Sludge étant souvent synonyme de statisme, ce qui est assurément le cas dans la plupart des…cas. Mais depuis quelques années, et en intégrant des éléments de Post Hardcore que les NEUROSIS ont pratiquement inventés à eux seuls, les combos du cru font enfin preuve d’audace, refusant de se voir transformés en monolithes de désespoir pour fans avides de néant artistique. Mais en regardant de plus près quelques éléments disponibles, on constate bien avant d’écouter ce disque que les choses risquent d’être différentes. D’abord, parce que Sombre Dessein résulte d’un accord passé avec le label allemand Pelagic Records, chaumière des CULT OF LUNA, de BISON, GOD IS AN ASTRONAUT, KRUGER, KLONE, MONO, HYPNO5E et évidemment, THE OCEAN. Ensuite, parce qu’on retrouve au casting de ce quatuor un certain Mike Pilat, qui fut justement l’incarnation vocale live du groupe. Deux indices qui laissent à penser que la piste HEROD est de celles sérieuses à suivre, et Sombre Dessein de parachever ce raisonnement de ses échos sombres, glauques, compacts et ambitieux.

Outre Mike, on retrouve à la guitare et à la basse Pierre Carroz, l’initiateur du projet, Bertrand Pot à l’autre guitare, et Fabien Vodoz à la batterie. Et quelques années après la genèse du concept, les quatre acolytes se sont donc permis un album qui ose franchir les frontières, casser les carcans, et nous étouffer de sa majesté apocalyptique, pourtant allégée de quelques mélodies qu’on sent plus que sous-jacentes, puisque évidentes au premier plan. Mais ne vous leurrez pas, malgré ces quelques éclaircies éparses, l’ensemble est à peu près aussi opaque qu’une nuit sans lune, ou qu’une vie sans espoir. Enregistré et mixé par Julien Fehlman, masterisé par Magnus Lindberg des CULT OF LUNA, Sombre Dessein est donc une affaire de famille qui s’ingénie à justifier son titre à tous les instants. Savamment dosé, mais libre dans les faits, c’est un album assez terrifiant de tension, qui juxtapose un tissu de riffs serrés à des expérimentations rythmiques tout sauf statiques, liant le tout de quelques breaks plus ou moins ténébreux/lumineux. Se réclamant de diverses influences, dont les COL bien sûr, mais aussi BREACH, THE CHARIOT, STAIRLAND, SWITCHBLADE, CONVERGE, MESHUGGAH, SCARLET, ION DISSONANCE, ou KING CRIMSON, HEROD cherche donc à fouler du pied les contraintes du style pour imposer sa créativité, qui s’articule souvent autour de morceaux très longs, jouant tout autant la carte du progressif que de l’évolutif, et semblant imaginer une fusion entre le MASTODON le plus emphatique, et le NEUROSIS le plus cathartique, tout en adaptant l’ensemble aux exigences pointues de la scène extrême suisse de ces dix dernières années (KRUGER en première ligne, mais de façon plus biaisée). De longues digressions donc, qui ne parlent que rarement pour ne rien dire, et qui déroulent des ambiances, des couleurs presque en monochrome à force d’être délavées, mais aussi des humeurs, ombrageuses, des stridences, des fulgurances, et suffisamment de puissance pour fournir de l’énergie à un petit pays.

Mais avant tout, Sombre Dessein c’est d’abord un son, de ceux qui font glisser les plaques tectoniques, de quoi rendre fous les FULL OF HELL en pleine montée de démence. Un son mat, aux échos profonds, que l’intro efficace « Fork Tongue Intro » illustre à merveille de ses grondements. Un son brutal, viscéral, presque luxueux dans ses atours les plus graves, qui confère à la batterie un écho incroyable allant faire vaciller les abysses de l’enfer sur leurs propres bases. Les guitares en profitent aussi, capitalisant sur une distorsion presque trop propre dans les faits, mais inquiétante dans le fond. Des guitares qui dès « Fork Tongue » se font retranscription de la claustrophobie ambiante, avec leurs accords du fond des temps, auxquels se superpose cette voix caverneuse aux litanies fatiguées. On reconnaît bien là le grain unique de Mike Pilat, qui vocifère comme jamais pour se mettre au niveau, mais qui ne braille jamais en vain, modulant ses silences pour mettre ses cris en exergue. Artistiquement parlant, ce nouvel album est d’une perfection exemplaire. Ses morceaux sont agencés avec intelligence, distillant les cassures et les bifurcations avec parcimonie pour ne pas amoindrir leur impact, et ce premier morceau, malgré sa durée limitée en est un parfait exemple. Mais si les esprits les plus aventureux s’orienteront immédiatement vers les chapitres les plus longs pour satisfaire leur curiosité, il conviendra de leur recommander de ne pas négliger les plus brefs, qui eux aussi assument une somme de plans assez conséquente. L’incarnation la plus idoine en restant le terrifiant « Reckoning », sorte de faux hit Metalcore en puissance qui pourtant ne trahit pas les dogmes. Osant des accroches presque mémorisables, ce morceau est une véritable tuerie Sludge moderne, presque purement Heavy Metal dans le fond, et pourtant terriblement Post dans la forme. On y sent ces parenthèses faussement calmes encore plus apaisées par des lignes de chant évanescentes, on y voit une forme de salut pour le genre, qui va finir par se bouffer la queue de courir après. On y sent le pouvoir, les possibilités, et plus qu’une porte de sortie, un ailleurs.

Mais je ne contredirai pas les plus pointilleux qui argueront du lyrisme tremblant de « Don't Speak Last » pour étayer leurs thèses évolutives. En plus de dix minutes, et placé au centre des débats, ce long soliloque de désespoir est une incontestable acmé, qui après une longue intro rampante nous explose au visage de ses déflagrations éléphantesques. On songe immanquablement à NEUROSIS, celui des dernières années, pour cette faculté à étirer des thèmes jusqu’à la rupture, et cette utilisation monocorde des percussions, mais dès le mid tempo imposé, on sait que l’efficacité est une donnée importante pour les HEROD, plus que l’insistance qui condamne souvent ce genre de projet à la moisissure précoce. Ce constat est aussi effectif sur le long final aux allures de coda hypnotique de « There Will Be Gods », ainsi que sur l’étrange et mystique « Silent Truth », qui pourrait presque passer pour une collaboration entre MONO et les GOJIRA. Et finalement, ce constat en ambivalence pression/relâchement résume tout le projet à lui seul, qui s’affranchit des règles les plus immuables du Sludge pour oser quelque chose de plus intéressant qu’une sempiternelle litanie dérivée des codes du Doom. Et si parfois, on ressent la vieillesse d’une humanité qui atteint son agonie, on pressent aussi l’ultime colère dévastatrice d’un monde qui risque de tout détruire pour mieux renaître.            

 

Titres de l'album :

                           1.Fork Tongue Intro

                           2.Fork Tongue

                           3.Reckoning

                           4.Don't Speak Last

                           5.Silent Truth

                           6.Mourning Grounds

                           7.There Will Be Gods

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/04/2019 à 14:50
84 %    423

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)