Stranger Times

Vulture Industries

22/09/2017

Season Of Mist

La Norvège ? Du Black Metal évidemment. La Norvège, pardon ? Du Hard-Rock in your face, délicatement 70’s, un peu psyché, mais hirsute comme jamais. Ah désolé, la Norvège, j’avais mal compris…De l’AOR de très haute volée, gorgé de mélodies sucrées et de refrains fédérés, mais je pense que tout le monde le sait.

Oui, tout le monde sait tout ça, et depuis longtemps, mais deux ou trois autres trucs aussi. Genre, la Norvège, pays de l’expérimentation musicale, de la liberté de ton, de la création sans barrières et sans case dans laquelle la ranger. La Norvège de VULTURE INDUSTRIES par exemple, groupe qui s’agite d’un Post BM depuis ses origines à la fin des années 90, lorsqu’il s’appelait encore DEAD ROSE GARDEN. Depuis, les roses n’ont plus jamais fleuri, mais l’ambiance de leur jardin a légèrement changé. Moins aride la terre, mais des nuages toujours aussi sombres et concentrés au-dessus de la tête. De quoi attendre la pluie à n’importe quel moment. Et en presque vingt ans de carrière, les musiciens ont eu le temps de la faire ainsi que le beau temps, tout au long d’un parcours qui aujourd’hui, trouve une sorte d’achèvement. Un achèvement en pointillés, qui annonce sans doute une suite encore moins prévisible, mais peut-être encore plus riche, qui sait.

Eux ?

Même pas. En tout cas, ça n’est pas certain. Ce qui l’est par contre, c’est que leur dernier né est imposant, un peu triste sur les bords, et d’une approche difficile pour ceux qui préfèrent les caractères francs. Les regards sans détour. Les échanges clairs qui aboutissent à des conclusions tranchées. Mais je peux les comprendre, tout en m’opposant à leurs exigences. Car celles développées par Stranger Times sont précises, et surtout, étranges, comme d’habitude. Mais un peu moins quand même…

Stranger Times rompt justement avec le schéma temporel bien établi, qui voyait un nouvel LP paraître tous les trois ans. Il en aura fallu quatre pour en accoucher, mais les forceps ont été judicieusement employés. Pas de péridurale pour en arriver à ce cri primal, qui voit les norvégiens « normaliser » leur musique sans la rendre moins opaque et indécente. C’est leur créativité qui l’est par contre, pour oser de telles successions dramatiques, et une théâtralité atypique. Presque oubliés les dédales complexes et en impasse de The Tower, et négligée la violence ouverte qui faisait de leurs débuts une entrée en fanfare dans un monde de Post brutalité détournée des codes usuels. Les codes ici sont toujours transgressés, au point qu’il devient impossible de définir avec une quelconque précision modeste la direction empruntée. En neuf morceaux et quarante-cinq minutes, les VULTURE INDUSTRIES redéfinissent leur monde et le nôtre, en admettant que la vérité n’est qu’un concept partiel, qui ne tolère aucun généralisme, si ce n’est celui que les obtus ne veulent bien y voir. De là à affirmer qu’ils bluffent, voire mentent en mettant en avant leurs propres avantages, il y a un pas que je ne franchirai pas. Car la franchise justement, est l’apanage d’un quatrième album qui joue pourtant la mouche du coche. Botté en touche la clarté, et bonjour les couleurs largement nuancées, qui partent parfois d’un monochrome uni pour finir par bourgeonner de teintes criardes, le temps d’un refrain, d’un break, ou d’une envolée vocale lyrique. Il faut dire que le travail vocal de Bjørnar Nilsen est en tout point remarquable, versatile, incarné, narratif, presque cinématographique dans le rendu, et digne d’un bateleur de cirque dans la forme. L’homme ne chante pas, il incarne sa version des faits, ses personnages, et rend l’écoute de ce disque fascinante, d’autant plus que ses camarades de jeu tissent des canevas instrumentaux riches, et multicouches. De quoi en passer quelques-unes sur les murs de la certitude musicale, qui en prend un sacré coup.

« Le but de Stranger Things est de tendre un miroir déformé, de montrer une image aux couleurs plus intenses, au piqué plus vif, et au contraste plus profond. Il abandonne la vérité en tant qu’idéal, mais l’accepte comme un concept subjectif assumé ou non, ou même attendu, pour que tout le monde puisse en livrer une version qui correspond à sa propre vision du monde, plutôt que de suivre un idéal objectif »

Et cette définition de la tournure artistique de leur carrière correspond très bien à l’état d’esprit musical du quintette norvégien (Øyvind Madsen & Eivind Huse – guitares, Tor Helge Gjengedal – batterie, Kyrre Teigen – basse et Bjørnar E. Nilsen – chant), qui en épurant sa musique, l’a rendue encore plus foisonnante. Certains parallèles avec le travail de Mike Patton, de Tom Waits et d’ARCTURUS, ont été établis, à raison, mais plus à considérer en termes d’incarnation et de liberté de ton que comme images sonores concrètes. Et même si certains passages longuement mélodiques ne sont pas à écarter de la piste FAITH NO MORE de Sol Invictus (« Something Vile » par exemple), il est évident que les VULTURE INDUSTRIES évoluent plus en parallèle de ces influences qu’en convergence. On passe parfois par la porte dérobée d’une sorte de cabaret de l’étrange, comme un cabinet de curiosités ouvert tel une boite de Pandore, laissant s’échapper le meilleur des harmonies, et le pire d’un cauchemar vocal en schizophrénie (« My Body, My Blood », qui soudainement se brise d’une envolée acoustique à la PINK FLOYD/OPETH, comme une césure à l’hémistiche aérienne…). Alors, Doom, Post Black, Progressif, Dark Metal, peu importe l’appellation, pourvu que le flacon nous garantisse l’ivresse d’une autre réalité…

Et la construction en crescendo dramatique de ce quatrième LP est aussi d’une intelligence rare. Car le groupe a eu le flair de débuter son nouveau roman par des chapitres plus immédiats, susceptibles d’attirer à lui des lecteurs avides de normalité agressive, sans pour autant les bousculer de constructions intrépides (« Tales Of Woe », que MANSON aurait pu au pic de sa créativité nous proposer en compagnie d’un PAIN enfin calmé de ses ardeurs les plus commerciales affichées). Globalement noir, comme un polar de gare, Stranger Things tombe parfois dans la grandiloquence des stars condamnées d’avance par un scénario sans urgence (« Gentle Touch Of A Killer », menace rampante pour ruelles qu’on arpente la peur au ventre). Mais il sait aussi se faire sinon plus lumineux, tout du moins subtilement heureux, de percussions en mouvement et de riffs syncopant (« Screaming Reflection »), pour se rapprocher de nos héros nationaux de MALEMORT, sans ce côté éclairé qui rend nos français moins désespérés.

Mais qui d’autre qu’eux auraient pu écrire une suite comme « Strangers », qui en effet les transforme en quasi inconnus, tout du moins pour ceux qui connaissant un peu leur vécu. Notes burlesques qui s’échappent en volutes de cauchemar, chant qui use de son vibrato pour effleurer les émotions les plus brutes de la mémoire, et cuivres qui soulignent le tout d’une emphase de pavillons qui observent le tableau de loin, un peu au hasard…Plus qu’un simple album, Stranger Things se veut ouvrage multimédia, qui stimule tous les sens, et qui emprunte même au théâtre son art de la narration. Impossible de résister à cette envie qui pousse des musiciens à repousser toutes les limites, sans perdre de vue leur propre cohérence, et leur propre vérité. Et c’est bien là que le concept se valide de lui-même, puisque les VULTURE INDUSTRIES se posent donc en miroir de leur propre monde, et de leur propre vérité, comme annoncé dans l’explication de l’œuvre. Il est certain que cette vérité musicale ne sera pas table de loi pour tout le monde, encore moins un idéal artistique universel, mais pour ceux dont la vision des choses correspond à celle du quintette, la révélation crèvera les yeux. Stranger Things sera de fait le meilleur album qu’ils auront entendu depuis très longtemps…


Titres de l'album:

  1. Tales of Woe
  2. As The World Burns
  3. Strangers
  4. The Beacon
  5. Something Vile
  6. My Body, My Blood
  7. Gentle Touch Of A Killer
  8. Screaming Reflections
  9. Midnight Draws Near

Site officiel



par mortne2001 le 08/10/2017 à 14:16
95 %    515

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59