Suburban Witchcraft

Head In A Jar

10/09/2021

Autoproduction

Abandonnons un instant les clichés je vous prie, laissons les kangourous et les kiwis tranquilles, et cessons immédiatement tous les clichés inhérents à la vision exotique que nous avons de l’Australie et de ses animaux et insectes géants. Concentrons-nous sur ses forces brutales vives, et accueillons un nouveau venu de la scène australe, HEAD IN A JAR. Enfin, le terme de « nouveau-venu » ne s’applique pas vraiment, même si je pense que la majorité d’entre vous n’ont pas forcément entendu parler de ce quatuor bon enfant et assez précipité dans les intentions.

HEAD IN A JAR est né à Sydney il y a une décennie, comme pratiquement tous les groupes du cru, mais a déjà accroché fermement à son palmarès deux longue-durée, Downtown Meltdown, publié en 2013 et Free from the Fridge, lâché l’année dernière. En sus de ces deux productions ambitieuses, le groupe s’est aussi permis des choses plus modestes, sous la forme de deux EP’s, Atomic Circus et Take it too Far, auxquels vient s’ajouter ce dernier et petit né, Suburban Witchcraft. De la sorcellerie de banlieue, voici un concept intéressant, légèrement développé par une pochette absolument magique, qui ne cache en rien l’optique choisie par le combo. Du Thrash solide et féroce, mais rigolard, qui ne crache pas sur une bonne boutade pour nous faire sourire et headbanguer en même temps.

Pour avoir une petite idée en amont de ce qui vous attend sur ces quatre morceaux, je pourrais vous renvoyer aux deux albums des marsouins, mais j’ai trouvé la formule idoine qui vous fera gagner un temps fou : imaginez un AIRBOURNE en baskets qui reprendrait à son compte la folie des allemands d’ASSASSIN à la sauce calembour TOXIC HOLOCAUST. Ne croyez pas à la formule à l’emporte-pièce pour gagner du clic, puisque cette comparaison est vraiment basée sur un ressenti personnel. En jouant le jeu d’un crossover global, les australiens de HEAD IN A JAR sortent non une tête du bocal mais bien un lapin enragé de leur chapeau, et nous bluffent de leur énergie.

Pro, carré, ce nouvel EP démontre l’aisance du quatuor (Marcus "Sexual Eclipse" Alvarez - batterie, Nick Coady et Gordon Whyte - guitare/chant, et Adrian Suljanovic - basse et dernier arrivé en 2017) a mélanger les courants pour produire une musique salement euphorique et galvanisante. Après avoir écouté ces quatre titres, j’ai soudainement eu envie de courir après la camionnette de la factrice pour bouffer ses pneus, tout en lâchant un beau colombin dans le jardin des voisins. Véritable hymne au bordel foutu dans un quartier de la banlieue de Sydney, avec force formules magiques et autres sorts de crapauds, Suburban Witchcraft est un concentré de violence jubilatoire qui n’a pas grand-chose à envier aux cousins irlandais de GAMA BOMB.

On retrouve cet esprit tongue in cheek doublé d’une instrumentation solide, et cette envie d’appuyer sur les aspects les plus euphoriques du Thrash de papa. Mais aussi cette maîtrise instrumentale à grande vitesse sur la conclusion totalement hystérique de « Suburban Witchcraft », qui suggère un coït furtif entre le D.R.I de légende et WEHRMACHT, et cet esprit bon enfant basé sur des riffs supersoniques et une rythmique bombant les futs. Ainsi, l’ouverture « Fatal Error » vous prouve qu’une sorcière peut effectivement faire planter votre ordinateur à distance, mais aussi foutre le bordel dans votre joli jardin. Impossible de ne pas penser aux trublions germains les plus débridés des années 80, mais aussi aux délinquants de la rythmique old-school du meilleur cru.

L’enthousiasme est donc de mise, et la fête est folle, et sans alcool. Pas besoin de booze quand on met un gros pétard dans une bouse pour faire rigoler les potes au son d’un Thrash vraiment persuasif  (« Self-Care Despair », méchant comme du KREATOR, mais potache comme du TOXIC HOLOCAUST). Habiles compositeurs, les HEAD IN A JAR se concentrent sur l’essentiel, les riffs, les mélodies, un chant évidemment hystérique et suraigu à la Robert Gonnella, et des chœurs parfaitement Mosh pour lier la sauce Crossover.

Une petite tranche de bonne humeur, et un barbecue de banlieue qui tourne mal pour le voisinage, soudainement pris de convulsions et parlant en langues. La mixture concoctée par les australiens de HEAD IN A JAR est relevée, et colle une bonne chiasse Thrash, de celles qui fertilisent les rosiers pour une année entière. Fun, efficace, bourrin comme un troisième joint, mais fluide et drôle. Préparez la bidoche et les chips, les sorcières de Sydney arrivent pour mettre une ambiance du tonnerre. Vivement le troisième album !  

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Fatal Error

02. Self-Care Despair

03. Algorithm and Blues

04. Suburban Witchcraft


Facebook officiel


par mortne2001 le 11/10/2021 à 17:42
82 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05