Généralement, dans le ventre de notre mère, bien au chaud, et à l’abri des dangers de ce monde, on est plutôt du genre paisible. On attend patiemment que la lumière nous inonde pour sortir de notre tanière, et affronter le monde avec les armes à disposition. Plutôt cool comme situation, de quoi rendre taciturne et patient. Mine de rien, et sans en avoir l’air, je viens de placer en deux phrases bien senties le nom du groupe du jour et le titre de son album, et j’en suis plutôt satisfait. Mais de là à dire que ces musiciens-là sont du genre placide et calmes, il y a un gouffre que je ne franchirais même pas sur un câble électrique. Non, ces mystérieux lusophones sont complètement fascinés par le bruit, la malséance, l’inconfort, et le dérangement mental, et ce premier EP officiel prouve qu’ils ne conçoivent la musique que sous son aspect le plus brut et viscéral, d’autant plus qu’ils n’en abordent l’aspect artistique qu’à travers un prisme Black assez prononcé, mais pas forcément situable. Les WØMB ont donc vu le jour probablement une nuit de sabbat, n’ont pas d’identité, mais accumulent les sorties depuis 2012, en s’offrant le loisir de deux démos et de quatre splits. En juin de cette morne année 2018, ils se paieront le luxe d’un premier 7’’, ce fameux Taciturn si mal nommé que j’ai ingurgité entre la poire et le fromage, et qui m’a méchamment ramoné les oreilles et atténué l’optimisme. Difficile toutefois de décrire une musique qui se veut aussi basique qu’une répète des MAYHEM de 1987, et qui pourtant ne sombre jamais dans la facilité de l’approximation. Si les accointances avec le BATHORY le plus bruitiste sont évidentes, on retrouve aussi un certain goût de la provocation en vogue chez Mories depuis sa naissance, et le tout à des allures de plongée en apnée dans les abysses de l’humanité, histoire d’en ressortir encore un peu plus écœuré.

Pas vraiment d’analogie à mettre sur le tapis, mais plutôt une propension à préférer l’efficacité morbide à la démonstration, ce que ces sept morceaux courts prouvent à chaque seconde. Sans pouvoir en dire plus sur leur identité qui me reste inconnue, les deux membres (présumés) de WØMB nous offrent donc un festival de riffs grossiers et graves, qu’une rythmique minimaliste tente tant bien que mal de mettre en exergue, tandis qu’un chant souffreteux mais maléfique, mixé en arrière-plan, égrène ses litanies de mort sans se demander si quelqu’un comprend son message. Avec un seul segment dépassant les trois minutes, et quatre restant sous la barre des deux, les portugais jouent la parcimonie, mais n’en délivrent leur concept qu’avec plus d’efficacité. Philosophie de l’opaque, abstraction, dissimulation derrière un paravent de violence, pour un passage en revue des sonorités les plus abrasives du genre, qui propulsent le duo dans une dimension de bruit et de fureur, un peu comme si le DAKTHRONE le moins impliqué se faisait les dents sur quelques compos de REVENGE, en les expurgeant de leurs tics les plus répétitifs et irritants. Bruyant, mais pas noisy, cauchemardesque mais intelligible, Taciturn est le genre d’œuvre qui laisse avec pas mal de questions en tête, mais peu de réponses en bouche. On assiste un peu pantois à un défilé de figures underground imposées, sans que le timing resserré ne nous laisse la latitude nécessaire pour juger. En se basant sur les quelques indices laissés par la discographie antérieure, on comprend assez vite que les dogmes de base sont respectés, et que la transition s’effectue en douceur, sans trop bousculer les convenances. Mais pour un néophyte (catégorie dont je fais partie), l’ensemble reste intrigant, glauque, et suffisamment brutal pour séduire.

De là, chacun choisira sa position pour jauger du potentiel d’un groupe qui s’exprime pour la première fois sur une durée moins restreinte. Ce simple à les défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts, et permet d’être introduit à l’univers d’un groupe à part, sans que l’on puisse vraiment savoir où tout ça va nous mener. Mais en ne prenant en compte que la musique sourde proposée, il est assez facile de tomber sous le charme de ce BM torve, moite, qui compte sur un tempo alerte mais maîtrisé pour mettre en pratique ses conceptions de la violence, et qui bride les guitares pour qu’elles restent en terrain grave et distordu connu. Une façon comme une autre de digresser sur les obsessions séculaires du Black, telles qu’elles ont été conçues il y a une trentaine d’années, tout en y apportant une touche contemporaine. Un 7’’/EP qui vaut donc le coup d’oreille, et qui risque de séduire tous les amateurs de sobriété, de vilénie, et d’atrocités « raisonnables ». Attendons-donc de savoir si les WØMB en version longue-durée tiendront la route, et s’ils offriront un peu plus que ces quelques idées qui pour le moment, demandent à être développées.


Titres de l'album:

  1. He is the Preacher of the Gods
  2. In the Abyss of this Darkness in which the Spirit has Died to Itself
  3. Nychthemeral
  4. Master-Slave
  5. Ritual Union Through Sex Magick
  6. Hic Est Sanguis Meus
  7. Ekénōsen

Soundcloud label


par mortne2001 le 04/06/2018 à 14:46
75 %    307

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon