Généralement, dans le ventre de notre mère, bien au chaud, et à l’abri des dangers de ce monde, on est plutôt du genre paisible. On attend patiemment que la lumière nous inonde pour sortir de notre tanière, et affronter le monde avec les armes à disposition. Plutôt cool comme situation, de quoi rendre taciturne et patient. Mine de rien, et sans en avoir l’air, je viens de placer en deux phrases bien senties le nom du groupe du jour et le titre de son album, et j’en suis plutôt satisfait. Mais de là à dire que ces musiciens-là sont du genre placide et calmes, il y a un gouffre que je ne franchirais même pas sur un câble électrique. Non, ces mystérieux lusophones sont complètement fascinés par le bruit, la malséance, l’inconfort, et le dérangement mental, et ce premier EP officiel prouve qu’ils ne conçoivent la musique que sous son aspect le plus brut et viscéral, d’autant plus qu’ils n’en abordent l’aspect artistique qu’à travers un prisme Black assez prononcé, mais pas forcément situable. Les WØMB ont donc vu le jour probablement une nuit de sabbat, n’ont pas d’identité, mais accumulent les sorties depuis 2012, en s’offrant le loisir de deux démos et de quatre splits. En juin de cette morne année 2018, ils se paieront le luxe d’un premier 7’’, ce fameux Taciturn si mal nommé que j’ai ingurgité entre la poire et le fromage, et qui m’a méchamment ramoné les oreilles et atténué l’optimisme. Difficile toutefois de décrire une musique qui se veut aussi basique qu’une répète des MAYHEM de 1987, et qui pourtant ne sombre jamais dans la facilité de l’approximation. Si les accointances avec le BATHORY le plus bruitiste sont évidentes, on retrouve aussi un certain goût de la provocation en vogue chez Mories depuis sa naissance, et le tout à des allures de plongée en apnée dans les abysses de l’humanité, histoire d’en ressortir encore un peu plus écœuré.

Pas vraiment d’analogie à mettre sur le tapis, mais plutôt une propension à préférer l’efficacité morbide à la démonstration, ce que ces sept morceaux courts prouvent à chaque seconde. Sans pouvoir en dire plus sur leur identité qui me reste inconnue, les deux membres (présumés) de WØMB nous offrent donc un festival de riffs grossiers et graves, qu’une rythmique minimaliste tente tant bien que mal de mettre en exergue, tandis qu’un chant souffreteux mais maléfique, mixé en arrière-plan, égrène ses litanies de mort sans se demander si quelqu’un comprend son message. Avec un seul segment dépassant les trois minutes, et quatre restant sous la barre des deux, les portugais jouent la parcimonie, mais n’en délivrent leur concept qu’avec plus d’efficacité. Philosophie de l’opaque, abstraction, dissimulation derrière un paravent de violence, pour un passage en revue des sonorités les plus abrasives du genre, qui propulsent le duo dans une dimension de bruit et de fureur, un peu comme si le DAKTHRONE le moins impliqué se faisait les dents sur quelques compos de REVENGE, en les expurgeant de leurs tics les plus répétitifs et irritants. Bruyant, mais pas noisy, cauchemardesque mais intelligible, Taciturn est le genre d’œuvre qui laisse avec pas mal de questions en tête, mais peu de réponses en bouche. On assiste un peu pantois à un défilé de figures underground imposées, sans que le timing resserré ne nous laisse la latitude nécessaire pour juger. En se basant sur les quelques indices laissés par la discographie antérieure, on comprend assez vite que les dogmes de base sont respectés, et que la transition s’effectue en douceur, sans trop bousculer les convenances. Mais pour un néophyte (catégorie dont je fais partie), l’ensemble reste intrigant, glauque, et suffisamment brutal pour séduire.

De là, chacun choisira sa position pour jauger du potentiel d’un groupe qui s’exprime pour la première fois sur une durée moins restreinte. Ce simple à les défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts, et permet d’être introduit à l’univers d’un groupe à part, sans que l’on puisse vraiment savoir où tout ça va nous mener. Mais en ne prenant en compte que la musique sourde proposée, il est assez facile de tomber sous le charme de ce BM torve, moite, qui compte sur un tempo alerte mais maîtrisé pour mettre en pratique ses conceptions de la violence, et qui bride les guitares pour qu’elles restent en terrain grave et distordu connu. Une façon comme une autre de digresser sur les obsessions séculaires du Black, telles qu’elles ont été conçues il y a une trentaine d’années, tout en y apportant une touche contemporaine. Un 7’’/EP qui vaut donc le coup d’oreille, et qui risque de séduire tous les amateurs de sobriété, de vilénie, et d’atrocités « raisonnables ». Attendons-donc de savoir si les WØMB en version longue-durée tiendront la route, et s’ils offriront un peu plus que ces quelques idées qui pour le moment, demandent à être développées.


Titres de l'album:

  1. He is the Preacher of the Gods
  2. In the Abyss of this Darkness in which the Spirit has Died to Itself
  3. Nychthemeral
  4. Master-Slave
  5. Ritual Union Through Sex Magick
  6. Hic Est Sanguis Meus
  7. Ekénōsen

Soundcloud label


par mortne2001 le 04/06/2018 à 14:46
75 %    175

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)