Petit séjour en Allemagne pour une dose de tendresse extrême, nos amis d’outre-Rhin ayant une propension naturelle en matière de Hardcore boueux et nauséeux, et une nouvelle preuve nous en est donnée via le premier EP d’un nouveau groupe qui risque fort de faire parler de lui dans un futur proche. Dignes représentants de cette nouvelle école de l’extrême qui refuse les barrières, les LIFETAKER nous proposent donc un Crossover assez féroce mélangeant la vitesse et la précipitation du Grind, la pesanteur glauque du Sludge, les tonalités macabres d’un Darkcore vraiment poisseux, le tout aménagé à une sauce personnelle relativement peu portée sur l’empathie. Nous en venant de Hamm, ces quatre malades du nœud coulant (Konstantin - chant, Alex & Tobias - guitares et Nico - batterie) ont donc clairement choisi leur camp, et refusent l’amour pour prôner la mort, dans cet éternel combat entre l’Eros et le Thanatos, qu’ils ont privilégié pour ce premier EP aussi Heavy que rapide, et aussi grincheux et tortueux que l’âme d’un serial killer en proie à ses démons intérieurs. Sans vraiment s’affirmer sur le terrain de la nouveauté, ces cousins germains aux nuits certainement agitées de cauchemars condensés se livrent donc à l’exercice périlleux du mélange véhément, et disposent à ces fins d’armes assez redoutables. D’abord, une production, sèche, épaisse, et qui confère aux graves une patine abyssale terrifiante, mais aussi un panel de références étendu, qui couvre un spectre allant du GODFLESH des deux derniers albums au NAILS le plus implacable. C’est donc sans surprise que ces douze minutes en leur compagnie ont ce petit quelque chose de cathartique, que les fans de Hardcore sale et ténébreux sauront apprécier sans faire la fine bouche.

Douze minutes, c’est bref, mais suffisant pour jauger du potentiel d’un quatuor promis à un avenir immonde et sans espoir. Si les critiques éparses ont cru voir en eux des cibles potentielles pour les fans d’ALL PIGS MUST DIE, BOLT THROWER, NASUM, ROTTEN SOUND, MARUTA, EATEN, BRUTAL TRUTH, ou NAPALM DEATH, les LIFETAKER n’en ont pas moins un ADN très personnel, qui leur permet toutes les déviances et autres marques de sadisme typique de l’école New Hardcore allemande. Mais il est certain qu’on retrouve sur ce Thanatos, des marques de fabrique bien connues de l’underground européen et américain, à commencer par cette versatilité dans l’abomination bien sûr, mais aussi dans cette déconstruction de l’extrême qui leur permet d’imposer des rythmiques bancales sur tapis de riffs radicaux. Ainsi, des morceaux aussi glaçants que « Revenant » ou « Rome », qui alternent les poussées de colère et les instants de spleen déprimant, apportent une plus-value incroyable à ce premier EP qui passe admirablement bien la rampe malgré sa brièveté. On aurait aimé - je ne le cache pas - que l’histoire d’horreur lucide dure un peu plus longtemps, d’autant plus que le groupe tire ses meilleures et plus létales cartouches en fin d’exercice, atteignant même une sorte d’apogée sur l’épilogue traumatique « Todesdrang ».

Aussi Grind qu’il n’est Sludgecore, aussi teinté d’Indus qu’il ne privilégie des pistes moribondes Death, Thanatos est plus qu’une simple carte de visite, il est l’aboutissement d’un apprentissage qui consiste à amalgamer des codes et us de styles fulgurants, pour en retirer la substantifique moelle et frapper fort, et constamment. La pression est telle qu’on se demande même si les cordes ne vont pas finir par casser, d’autant plus que la basse se plait à exploiter les fréquences les plus grondantes de son répertoire. La voix sourde et rauque de Konstantin agit comme un catalyseur néfaste et égrène ses litanies avec une conviction entachée de résignation, ce qui permet aux morceaux de garder cette humeur un peu morose qui les empêche de sombrer dans la facilité de plans joyeux, ou au contraire trop accentués qui font souvent sombrer ce genre de réalisation dans une routine écœurante un peu roborative. On sent même à l’occasion des velléités Post Punk, spécialement dans l’entame « Keres », qui n’hésite pas à provoquer le spectre d’OPETH pour mieux l’enchaîner au cadavre encore frais des PRIMITIVE MAN, ce qui nous donne une jolie alternance de mélodies maladives et de soudaines accélérations cathartiques, d’autant plus que le chant doublé ne fait qu’accentuer cette schizophrénie de surface. Du Grind traditionnel qui n’en est pas vraiment, et qui ne crache pas sur un groove entrainant pour nous faire chuter dans une spirale de remords, de ressenti et de haine, pour un voyage sans retour aux confins du désespoir. Glauque mais accrocheur, opaque mais suffisamment clair, versatile mais cohérent, ce premier EP des allemands de LIFETAKER ne vous fera certainement pas vous sentir mieux, mais vous ouvrira les yeux sur une situation bien concrète, et vous tiendra au fait de l’actualité underground européenne, qui refuse de voir ses plus ambitieux représentants cantonnés dans un rôle unique et si galvaudé. Et puis l’amour, c’est très surfait non ?


Titres de l'album:

  1. Keres
  2. feral Ritual
  3. Epitaph
  4. Trenches
  5. Revenant
  6. Rome
  7. Todesdrang

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/05/2018 à 13:55
80 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.