Des mensonges sauvages d’animal, un CD trois titres anonyme et autoproduit…Pas facile de se faire une idée sur la musique qui comble les trous manquant dans la biographie…

Un logo fin et aiguisé, mais quelques recherches Internet qui s’imposent pour tenter d’en savoir un peu plus sur ces Metalcoreux anonymes, enfin pas tant que ça…

Les WILD LIES nous en viennent donc de la perfide Albion, et ce deuxième EP les place d’emblée dans la catégorie très en vogue du Hard Rock/Heavy moderne teinté de Core débordant de jeunesse, qui ne fait rien pour faire avancer la cause, mais qui s’en sert pour mettre en avant la sienne.

De Londres nous en viennent donc ces cinq musiciens à la fourrure inoxydable (Matthew – chant, Zal – lead, Andre – rythmique, Dylan – basse et Luke – batterie), dont le renommé Kerrang a dit qu’ils avaient le potentiel d’un groupe de stade, ce que l’écoute de ces trois morceaux semble confirmer et infirmer en même temps. Certes, ne vous attendez pas à une quelconque originalité en tendant l’oreille sur « The Animal », « Shapeshifter » et « Can’t Carry On », mais plutôt à une bonne dose de Metal moderne survitaminé, dopé aux stéroïdes mélodiques et aux poussées de fièvres calibrées, maintenues à température supportable par une production standard qui n’hésite pas à gonfler les entournures pour cacher les éventuels défauts de couture.

En en examinant cet EP sous toutes les siennes, on découvre des chansons efficaces, lardées d’harmonies vocales dans la plus grande tradition des CREED, MADINA LAKE, LINKIN PARK, toutefois agrémentées de quelques fantaisies Hard-Rock plus classiques pour faire passer le prêt-à-porter pour de la presque haute couture.

Il est toujours très difficile de parler d’un disque qui ne propose aucune idée novatrice et qui fonctionne grâce à l’enthousiasme de ses musiciens, puisque de toute façon The Animal est le genre d’EP qui s’écoute et s’apprécie en tant que tel, spécialement par la frange la plus jeune du public qui saura y trouver son compte de gros son et de décibels ronds.

L’interprétation est évidemment carrée, tout comme la production, mais si le côté bombastic de l’enrobage est relativement remarquable, les riffs restent d’usage et s’insèrent dans un contexte harmonique assez séduisant lorsque les chœurs se mettent en avant (« The Animal », sorte de mélange entre TRIVIUM et ALICE IN CHAINS, avec une pointe de Hard Us des 80’s).

Alors, en définitive, que penser d’un essai aussi court qui est déjà fini alors qu’il vient juste de commencer ? Qu’il s’amuse beaucoup à citer dans le texte des combos comme BULLET FOR MY VALENTINE, SHINEDOWN, AVENGED SEVENFOLD, en agrémentant le tout d’une grosse touche de jeunisme qui en effet, semble taillé pour faire se lever les poings dans les stades que les Anglais ont déjà pu fréquenter.

De là à y reconnaitre la prochaine révélation Metal de l’année, nous attendrons quand même une prise de risque un peu plus prononcée, et surtout, un premier longue durée qui confirmera ou non leur pouvoir de séduction sur les masses.

Certes, « Shapeshifter » est rond et carton, certes, quelques riffs se démarquent du fond, mais entre la découpe au millimètre et le chant en alternance invective/caresse, on nage en plein Metalcore moderne avec cette touche de Post toute Américaine qui transforme des refrains classiques en leitmotivs typiques.

« Can’t Carry On » change un peu la donne et provoque des réactions un peu plus sincères avec son emphase Heavy à la limite d’un Neo Thrash bouilli, avant de céder la place à une sensibilité vocale qui nous ramène une fois de plus vers les rivages Modern Core d’usage.

Pas de quoi céder à l’appel des sirènes ni à lâcher le gouvernail de la lucidité, mais largement de quoi s’éclater pour peu que l’on ait conservé un esprit jeune et amusé, mais en trois morceaux, les WILD LIES ne le lâchent justement pas et ne s’exposent pas trop, tout en tombant assez vite dans la redondance ce qui n’est pas forcément bon signe en à peine dix minutes de présence.

Mais après tout, si vous cherchez un truc à glisser dans l’autoradio entre le camping et la mainstage d’un Sonisphère quelconque (les cinq potes ont d’ailleurs participé à sa version Italienne), The Animal fera largement l’affaire, et avouons quand même que les WILD LIES ne mentent pas sur leur marchandise.

Mais pour le moment, et en guise de bête sauvage à l’impitoyable agressivité, ces animaux-là ronronnent plus qu’ils ne griffent et nous évitent la curée. 

 Avec leurs crocs bien taillés et leurs pattes manucurées, peu de chances que vous en soyez effrayés.


Titres de l'album:

  1. The Animal
  2. Shapeshifter
  3. Can't Carry On

Site officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 17:10
65 %    264

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.