The Animal

Wild Lies

25/03/2016

Autoproduction

Des mensonges sauvages d’animal, un CD trois titres anonyme et autoproduit…Pas facile de se faire une idée sur la musique qui comble les trous manquant dans la biographie…

Un logo fin et aiguisé, mais quelques recherches Internet qui s’imposent pour tenter d’en savoir un peu plus sur ces Metalcoreux anonymes, enfin pas tant que ça…

Les WILD LIES nous en viennent donc de la perfide Albion, et ce deuxième EP les place d’emblée dans la catégorie très en vogue du Hard Rock/Heavy moderne teinté de Core débordant de jeunesse, qui ne fait rien pour faire avancer la cause, mais qui s’en sert pour mettre en avant la sienne.

De Londres nous en viennent donc ces cinq musiciens à la fourrure inoxydable (Matthew – chant, Zal – lead, Andre – rythmique, Dylan – basse et Luke – batterie), dont le renommé Kerrang a dit qu’ils avaient le potentiel d’un groupe de stade, ce que l’écoute de ces trois morceaux semble confirmer et infirmer en même temps. Certes, ne vous attendez pas à une quelconque originalité en tendant l’oreille sur « The Animal », « Shapeshifter » et « Can’t Carry On », mais plutôt à une bonne dose de Metal moderne survitaminé, dopé aux stéroïdes mélodiques et aux poussées de fièvres calibrées, maintenues à température supportable par une production standard qui n’hésite pas à gonfler les entournures pour cacher les éventuels défauts de couture.

En en examinant cet EP sous toutes les siennes, on découvre des chansons efficaces, lardées d’harmonies vocales dans la plus grande tradition des CREED, MADINA LAKE, LINKIN PARK, toutefois agrémentées de quelques fantaisies Hard-Rock plus classiques pour faire passer le prêt-à-porter pour de la presque haute couture.

Il est toujours très difficile de parler d’un disque qui ne propose aucune idée novatrice et qui fonctionne grâce à l’enthousiasme de ses musiciens, puisque de toute façon The Animal est le genre d’EP qui s’écoute et s’apprécie en tant que tel, spécialement par la frange la plus jeune du public qui saura y trouver son compte de gros son et de décibels ronds.

L’interprétation est évidemment carrée, tout comme la production, mais si le côté bombastic de l’enrobage est relativement remarquable, les riffs restent d’usage et s’insèrent dans un contexte harmonique assez séduisant lorsque les chœurs se mettent en avant (« The Animal », sorte de mélange entre TRIVIUM et ALICE IN CHAINS, avec une pointe de Hard Us des 80’s).

Alors, en définitive, que penser d’un essai aussi court qui est déjà fini alors qu’il vient juste de commencer ? Qu’il s’amuse beaucoup à citer dans le texte des combos comme BULLET FOR MY VALENTINE, SHINEDOWN, AVENGED SEVENFOLD, en agrémentant le tout d’une grosse touche de jeunisme qui en effet, semble taillé pour faire se lever les poings dans les stades que les Anglais ont déjà pu fréquenter.

De là à y reconnaitre la prochaine révélation Metal de l’année, nous attendrons quand même une prise de risque un peu plus prononcée, et surtout, un premier longue durée qui confirmera ou non leur pouvoir de séduction sur les masses.

Certes, « Shapeshifter » est rond et carton, certes, quelques riffs se démarquent du fond, mais entre la découpe au millimètre et le chant en alternance invective/caresse, on nage en plein Metalcore moderne avec cette touche de Post toute Américaine qui transforme des refrains classiques en leitmotivs typiques.

« Can’t Carry On » change un peu la donne et provoque des réactions un peu plus sincères avec son emphase Heavy à la limite d’un Neo Thrash bouilli, avant de céder la place à une sensibilité vocale qui nous ramène une fois de plus vers les rivages Modern Core d’usage.

Pas de quoi céder à l’appel des sirènes ni à lâcher le gouvernail de la lucidité, mais largement de quoi s’éclater pour peu que l’on ait conservé un esprit jeune et amusé, mais en trois morceaux, les WILD LIES ne le lâchent justement pas et ne s’exposent pas trop, tout en tombant assez vite dans la redondance ce qui n’est pas forcément bon signe en à peine dix minutes de présence.

Mais après tout, si vous cherchez un truc à glisser dans l’autoradio entre le camping et la mainstage d’un Sonisphère quelconque (les cinq potes ont d’ailleurs participé à sa version Italienne), The Animal fera largement l’affaire, et avouons quand même que les WILD LIES ne mentent pas sur leur marchandise.

Mais pour le moment, et en guise de bête sauvage à l’impitoyable agressivité, ces animaux-là ronronnent plus qu’ils ne griffent et nous évitent la curée. 

 Avec leurs crocs bien taillés et leurs pattes manucurées, peu de chances que vous en soyez effrayés.


Titres de l'album:

  1. The Animal
  2. Shapeshifter
  3. Can't Carry On

Site officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 17:10
65 %    504

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview

Voyage au centre de la scène : MERCYLESS (vidéo)

Jus de cadavre 20/09/2020

Vidéos
Concerts à 7 jours
Gazpacho + Pure Reason Revolution 24/10 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Je crois que je vais craquer... lourdissime avec une putain d'ambiance !

20/10/2020, 18:26

Saddam Mustaine

Le seul a du groupe qui était  "normal" dans sa tête je trouve, et la tête sur les épaules.Hellhammer encore aussi, meme si il a des propos ou des actions douteuses parfois.

20/10/2020, 11:41

Humungus

Bon...Première écoute (distraite je dois l'avouer...) :  Bah j'ai été foutrement déçu.Sur le moment, j'ai trouvé ça bien trop propret à mon goût.Bah oui ! Les premiers SEPULT' eux, i(...)

20/10/2020, 08:43

metalrunner

Moi je veux un no more color tour 2021 ...j ai le droit de rêver

20/10/2020, 07:50

Stink

Excellent album, découvert à sa sortie, ça fait plaisir d'en voir une chro !Je ne connaissais pas la version de Pig Blood que tu as postée, celle présente sur l'album est celle-là : https://youtu.be/(...)

19/10/2020, 23:13

Kamel

Dark TranquiLLity, s'il vous please! Sundin est parti? Ô tristesse... Mais bon Ammott sait (ou du moins a su?) faire du death mélo et Reinhold est un excellent compositeur (en tout cas, au sein d'Andromeda, j'ai jamais eu à me plaindre! (morceau au goût de(...)

19/10/2020, 21:57

RBD

Alors ça ! Qui l'aurait cru il y a quinze ans ? Ceci dit cela ressort du visionnage du DVD, qui remonte déjà à quelques années où Marky Edelmann expliquait très bien pourquoi il quittait le groupe : pour ne pas avoir à refaire un nouvel(...)

19/10/2020, 20:22

Saddam Mustaine

Dommage que Marquis soit plus de la partie...

19/10/2020, 19:45

LeMoustre

Complètement.

19/10/2020, 18:36

Buck Dancer

Tres curieux d'entendre ça ! 

19/10/2020, 15:58

Boudiou

!!!

19/10/2020, 13:22

SV_Njord

Bonjour,Je n'ai pas l'habitude de commenter mais j'aimerais juste faire un petit recapitulatif par rapport aux affirmations de Satan sur l'attitude de Necrobutcher concernant la mort de Dead. Tout d'abord c'est euronymous qui a envoy&eac(...)

19/10/2020, 11:43

LeMoustre

Ca y est : sorti en CD. Dispo sur Discogs

19/10/2020, 11:30

Saddam Mustaine

Ptdr il a fait changer son nom.

19/10/2020, 10:37

Bones

Pochette Freudienne.   

19/10/2020, 08:16

Arioch91

La chro donne envie de se pencher sur cet EP. Le paysage Thrash me paraissant tristounet ces temps-ci (Heathen, c'est qui déjà ?), ça peut le faire.Sachant que le 30 octobre y a le Mr Bungle, yalahhhhhhhhhhhh !

19/10/2020, 07:52

grinder92

@Saddam : la page Wiki de Louis Cachet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Varg_Vikernes

19/10/2020, 07:43

Saddam Mustaine

Qui est Louis Cachet ?Sinon vous me ferrez un debrief du livre sur cette page svp. :)

18/10/2020, 19:20

POMAH

Belle pochette en effet, mais tout cela ne m'a pas l'air être de la micro-chirurgie haha   

17/10/2020, 23:06

metalrunner

Putain la face b de schysophrenia incroyable

17/10/2020, 20:46