Des mensonges sauvages d’animal, un CD trois titres anonyme et autoproduit…Pas facile de se faire une idée sur la musique qui comble les trous manquant dans la biographie…

Un logo fin et aiguisé, mais quelques recherches Internet qui s’imposent pour tenter d’en savoir un peu plus sur ces Metalcoreux anonymes, enfin pas tant que ça…

Les WILD LIES nous en viennent donc de la perfide Albion, et ce deuxième EP les place d’emblée dans la catégorie très en vogue du Hard Rock/Heavy moderne teinté de Core débordant de jeunesse, qui ne fait rien pour faire avancer la cause, mais qui s’en sert pour mettre en avant la sienne.

De Londres nous en viennent donc ces cinq musiciens à la fourrure inoxydable (Matthew – chant, Zal – lead, Andre – rythmique, Dylan – basse et Luke – batterie), dont le renommé Kerrang a dit qu’ils avaient le potentiel d’un groupe de stade, ce que l’écoute de ces trois morceaux semble confirmer et infirmer en même temps. Certes, ne vous attendez pas à une quelconque originalité en tendant l’oreille sur « The Animal », « Shapeshifter » et « Can’t Carry On », mais plutôt à une bonne dose de Metal moderne survitaminé, dopé aux stéroïdes mélodiques et aux poussées de fièvres calibrées, maintenues à température supportable par une production standard qui n’hésite pas à gonfler les entournures pour cacher les éventuels défauts de couture.

En en examinant cet EP sous toutes les siennes, on découvre des chansons efficaces, lardées d’harmonies vocales dans la plus grande tradition des CREED, MADINA LAKE, LINKIN PARK, toutefois agrémentées de quelques fantaisies Hard-Rock plus classiques pour faire passer le prêt-à-porter pour de la presque haute couture.

Il est toujours très difficile de parler d’un disque qui ne propose aucune idée novatrice et qui fonctionne grâce à l’enthousiasme de ses musiciens, puisque de toute façon The Animal est le genre d’EP qui s’écoute et s’apprécie en tant que tel, spécialement par la frange la plus jeune du public qui saura y trouver son compte de gros son et de décibels ronds.

L’interprétation est évidemment carrée, tout comme la production, mais si le côté bombastic de l’enrobage est relativement remarquable, les riffs restent d’usage et s’insèrent dans un contexte harmonique assez séduisant lorsque les chœurs se mettent en avant (« The Animal », sorte de mélange entre TRIVIUM et ALICE IN CHAINS, avec une pointe de Hard Us des 80’s).

Alors, en définitive, que penser d’un essai aussi court qui est déjà fini alors qu’il vient juste de commencer ? Qu’il s’amuse beaucoup à citer dans le texte des combos comme BULLET FOR MY VALENTINE, SHINEDOWN, AVENGED SEVENFOLD, en agrémentant le tout d’une grosse touche de jeunisme qui en effet, semble taillé pour faire se lever les poings dans les stades que les Anglais ont déjà pu fréquenter.

De là à y reconnaitre la prochaine révélation Metal de l’année, nous attendrons quand même une prise de risque un peu plus prononcée, et surtout, un premier longue durée qui confirmera ou non leur pouvoir de séduction sur les masses.

Certes, « Shapeshifter » est rond et carton, certes, quelques riffs se démarquent du fond, mais entre la découpe au millimètre et le chant en alternance invective/caresse, on nage en plein Metalcore moderne avec cette touche de Post toute Américaine qui transforme des refrains classiques en leitmotivs typiques.

« Can’t Carry On » change un peu la donne et provoque des réactions un peu plus sincères avec son emphase Heavy à la limite d’un Neo Thrash bouilli, avant de céder la place à une sensibilité vocale qui nous ramène une fois de plus vers les rivages Modern Core d’usage.

Pas de quoi céder à l’appel des sirènes ni à lâcher le gouvernail de la lucidité, mais largement de quoi s’éclater pour peu que l’on ait conservé un esprit jeune et amusé, mais en trois morceaux, les WILD LIES ne le lâchent justement pas et ne s’exposent pas trop, tout en tombant assez vite dans la redondance ce qui n’est pas forcément bon signe en à peine dix minutes de présence.

Mais après tout, si vous cherchez un truc à glisser dans l’autoradio entre le camping et la mainstage d’un Sonisphère quelconque (les cinq potes ont d’ailleurs participé à sa version Italienne), The Animal fera largement l’affaire, et avouons quand même que les WILD LIES ne mentent pas sur leur marchandise.

Mais pour le moment, et en guise de bête sauvage à l’impitoyable agressivité, ces animaux-là ronronnent plus qu’ils ne griffent et nous évitent la curée. 

 Avec leurs crocs bien taillés et leurs pattes manucurées, peu de chances que vous en soyez effrayés.


Titres de l'album:

  1. The Animal
  2. Shapeshifter
  3. Can't Carry On

Site officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 17:10
65 %    203

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ambient Road

Turn Up The Heat

Everrise

After The Eclipse

Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

Bukowski + Shoeilager + Redemption

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Defenestration + Burial Invocation

26/09 : Bar Hic, Rennes (35)

Alcest + Vampillia

26/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

+ Europe

27/09 : Le Trianon, Paris (75)

Stoned Jesus + Mothership

27/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Le titre en écoute laisse effectivement présager de quelque chose de vraiment pas mal !


Je confirme, ce skeud est excellent, le "mélange" des genres fonctionne à merveille.
La base death est bel et bien présente et parsemée de plans thrash ou black. La prod est nickel (ni trop, ni trop peu), et l'ensemble laisse un gout de reviens-y, ce qui est toujours bon signe. Je suivrai (...)


C'est bon ça !
Torture Throne était déjà excellent, alors affaire à suivre !!!!


"Un peu comme la dernière fille libre de la soirée, vous vous dites, je me la tape, on ne sait jamais, ça peut être surprenant..."

:D tu m'as tué !


Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...