Des mensonges sauvages d’animal, un CD trois titres anonyme et autoproduit…Pas facile de se faire une idée sur la musique qui comble les trous manquant dans la biographie…

Un logo fin et aiguisé, mais quelques recherches Internet qui s’imposent pour tenter d’en savoir un peu plus sur ces Metalcoreux anonymes, enfin pas tant que ça…

Les WILD LIES nous en viennent donc de la perfide Albion, et ce deuxième EP les place d’emblée dans la catégorie très en vogue du Hard Rock/Heavy moderne teinté de Core débordant de jeunesse, qui ne fait rien pour faire avancer la cause, mais qui s’en sert pour mettre en avant la sienne.

De Londres nous en viennent donc ces cinq musiciens à la fourrure inoxydable (Matthew – chant, Zal – lead, Andre – rythmique, Dylan – basse et Luke – batterie), dont le renommé Kerrang a dit qu’ils avaient le potentiel d’un groupe de stade, ce que l’écoute de ces trois morceaux semble confirmer et infirmer en même temps. Certes, ne vous attendez pas à une quelconque originalité en tendant l’oreille sur « The Animal », « Shapeshifter » et « Can’t Carry On », mais plutôt à une bonne dose de Metal moderne survitaminé, dopé aux stéroïdes mélodiques et aux poussées de fièvres calibrées, maintenues à température supportable par une production standard qui n’hésite pas à gonfler les entournures pour cacher les éventuels défauts de couture.

En en examinant cet EP sous toutes les siennes, on découvre des chansons efficaces, lardées d’harmonies vocales dans la plus grande tradition des CREED, MADINA LAKE, LINKIN PARK, toutefois agrémentées de quelques fantaisies Hard-Rock plus classiques pour faire passer le prêt-à-porter pour de la presque haute couture.

Il est toujours très difficile de parler d’un disque qui ne propose aucune idée novatrice et qui fonctionne grâce à l’enthousiasme de ses musiciens, puisque de toute façon The Animal est le genre d’EP qui s’écoute et s’apprécie en tant que tel, spécialement par la frange la plus jeune du public qui saura y trouver son compte de gros son et de décibels ronds.

L’interprétation est évidemment carrée, tout comme la production, mais si le côté bombastic de l’enrobage est relativement remarquable, les riffs restent d’usage et s’insèrent dans un contexte harmonique assez séduisant lorsque les chœurs se mettent en avant (« The Animal », sorte de mélange entre TRIVIUM et ALICE IN CHAINS, avec une pointe de Hard Us des 80’s).

Alors, en définitive, que penser d’un essai aussi court qui est déjà fini alors qu’il vient juste de commencer ? Qu’il s’amuse beaucoup à citer dans le texte des combos comme BULLET FOR MY VALENTINE, SHINEDOWN, AVENGED SEVENFOLD, en agrémentant le tout d’une grosse touche de jeunisme qui en effet, semble taillé pour faire se lever les poings dans les stades que les Anglais ont déjà pu fréquenter.

De là à y reconnaitre la prochaine révélation Metal de l’année, nous attendrons quand même une prise de risque un peu plus prononcée, et surtout, un premier longue durée qui confirmera ou non leur pouvoir de séduction sur les masses.

Certes, « Shapeshifter » est rond et carton, certes, quelques riffs se démarquent du fond, mais entre la découpe au millimètre et le chant en alternance invective/caresse, on nage en plein Metalcore moderne avec cette touche de Post toute Américaine qui transforme des refrains classiques en leitmotivs typiques.

« Can’t Carry On » change un peu la donne et provoque des réactions un peu plus sincères avec son emphase Heavy à la limite d’un Neo Thrash bouilli, avant de céder la place à une sensibilité vocale qui nous ramène une fois de plus vers les rivages Modern Core d’usage.

Pas de quoi céder à l’appel des sirènes ni à lâcher le gouvernail de la lucidité, mais largement de quoi s’éclater pour peu que l’on ait conservé un esprit jeune et amusé, mais en trois morceaux, les WILD LIES ne le lâchent justement pas et ne s’exposent pas trop, tout en tombant assez vite dans la redondance ce qui n’est pas forcément bon signe en à peine dix minutes de présence.

Mais après tout, si vous cherchez un truc à glisser dans l’autoradio entre le camping et la mainstage d’un Sonisphère quelconque (les cinq potes ont d’ailleurs participé à sa version Italienne), The Animal fera largement l’affaire, et avouons quand même que les WILD LIES ne mentent pas sur leur marchandise.

Mais pour le moment, et en guise de bête sauvage à l’impitoyable agressivité, ces animaux-là ronronnent plus qu’ils ne griffent et nous évitent la curée. 

 Avec leurs crocs bien taillés et leurs pattes manucurées, peu de chances que vous en soyez effrayés.


Titres de l'album:

  1. The Animal
  2. Shapeshifter
  3. Can't Carry On

Site officiel


par mortne2001 le 04/02/2017 à 17:10
65 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !