Un groupe classique qui ne l’est pas totalement, ça vous tente ? Un groupe qui reprend à son compte des décennies d’influences pour tenter de les restituer d’une façon plus personnelle, mais pas moins efficace que ses aînés ? Un groupe catchy mais inventif, pertinent mais curieux, qui parvient dans un même élan à réunir les eighties sacrées, les nineties dévastées et le nouveau siècle ravagé par le recyclage forcé ? Si la réponse est positive, n’allez pas plus loin, vous lisez la bonne chronique. Et c’est encore le nord de l’Europe qui nous envoie ses fils prodigues, ces JUSTIFY REBELLION qui en effet, semblent mener une saine rébellion contre le Metal timoré ou trop dilué dans ses compromissions. Fondé en 2014, ce quatuor (Lukas Rautenberg - guitare/chant, Nikolaj Madsen - guitare, Stephen Torpe Andersen - basse et Nikolaj Ersbøll Ross - batterie) nous a déjà exposé ses vues sur un premier et rageur LP, Unleashing The Beast qui effectivement lâchait les chiens de la rage sur la piste des traîtres de la cause Heavy. Quelques années plus tard, voici donc de nouveau les danois remontés comme des poignets cloutés, et prêts à asservir le public Hard de leurs revendications légitimes et classiques, via une suite tout à fait logique sous la forme de neuf nouveaux morceaux qui ne dévient en rien de la trajectoire initiale. Dans le fond, The Ends Justify The Means est d’un classicisme désarmant. Il reprend à son compte les différentes formules élaborées par les maîtres du Heavy US et européen, et se cale sur la ligne du parti agressif sans gêne ni honte. On retrouve donc une simplicité érigée en vertu cardinale, et une efficacité de tous les instants. Dans la forme, les choses sont un peu plus complexes. Car à force de mixer dans un même bol des références différentes, le groupe parvient à se dessiner une identité plus personnelle, sorte d’enfant illégitime de la vague Heavy des années 80 et de la mouvance alternative des années 90, sans perdre sa foi en route.

Les sempiternels arguments promotionnels adressent le quatuor au bon vouloir des fans de METALLICA, VOLBEAT, et SLAYER. Si le cas de ces retraités derniers est complètement hors-sujet, les deux autres rentrent dans le cadre. Mais il est évident que le champ d’action des danois ne s’arrête pas à ces deux mentions. On trouve aussi dans leur musique l’urgence des ALMIGHTY, la puissance de la vague NOLA, et la pertinence mélodique des CORROSION OF CONFORMITY, ainsi que des traces de modernité nordique. En somme, l’adjonction du formalisme de la scène Hard n’Heavy d’il y a trente ans, et la volonté mélodique d’ouverture de la décennie suivante pour une bordée d’hymnes à rendre fiers leurs voisins suédois. Enregistré et produit par Christian Bonde aux CB studios de Jutland, The Ends Justify The Means est donc cette fameuse fin qui justifie les moyens, et ces moyens sont simples. Vous faire headbanguer intelligemment sur des morceaux solides et méchamment construits, qui opposent des refrains collégiaux à des couplets virils et musclés. Et la variété d’approche est grande, ne le nions pas. Chaque titre possède sa propre patte et sa méthode de séduction, que le rythme soit syncopé et méchamment sudiste (« Crowd Control », que DOWN aurait pu composer pour honorer la mémoire du PANTERA de « Revolution is my Name), ou plus appuyé et symptomatique d’une optique thrashy (« Prisoner in Time », mélange de THE ALMIGHTY et EXODUS sans en avoir l’air, mais la chanson quand même). En gros, un savoir-faire intergénérationnel qui réconcilie les époques et les modes, sans opportunisme, mais avec beaucoup d’intelligence.

Simple, mais pas simpliste, tel pourrait être le résumé parfait de ce deuxième LP qui s’amuse beaucoup à revisiter ses classiques. On sent du METALLICA des années 90 sur « Prisoner in Time », du groove de la Nouvelle-Orléans sur « Shameless », mais aussi du boogie endiablé des seventies, et des aspirations un peu moins balisées et modérées sur le presque progressif « The Bringer of War ». A vrai dire, JUSTIFY REBELLION ne s’embarrasse pas de principes ni de querelles de voisinage. Son seul but est de proposer à des fans fidèles une image du Heavy Metal en 2019, qui n’a pas oublié les anciens clichés des générations antérieures. Il y a de la gravité dans cette musique, de l’agressivité, mais bien proportionnées, et surtout, le plus important, une bordée de riffs qui s’incrustent dans la mémoire et en électrisent encore plus les connexions synaptiques. Capables en tant qu’individualités, ces musiciens prennent toute leur ampleur dans le jeu collectif. C’est ainsi que les deux guitaristes jouent souvent à l’unisson, soutenant ainsi le chant véhément mais intelligible de Lukas Rautenberg. Le chanteur a d’ailleurs ce timbre de voix qui permet à peu près toutes les citations, et qui lui permet sans transition de passer d’une ruade lourde à une embardée méchamment Speed, sans avoir l’air de forcer son talent. Disposant d’une production puissante et claire, les quatre danois jouent sur du velours, et accumulent les figures imposées, qu’ils dégagent toutefois de leurs motifs les plus connotés. On sent la rage suinter des soli, et la hargne couler des cordes lorsque les riffs tranchent les chairs. Toujours à cheval entre la percussion immédiate et les ambitions plus évolutives, The Ends Justify The Means est un monstre d’efficacité nuancée, qui ose les aplatissements les plus étouffants (« Salvation », entre Stoner et Heavy, entre 7 WEEKS et PANTERA), le flow heurté et les textes hurlés, les licks addictifs et les revendications légitimes (« Syretrip »).

A l’aise dans leur costume trois-pièces (Metal, Hard Rock et Thrash light), les JUSTIFY REBELLION n’éprouvent plus le besoin de se justifier, et osent la composition la plus ambitieuse de leur jeune carrière. En final, « Throne of Greed » prouve que le groupe a de la ressource, et a les moyens de ses envies. En synthétisant toutes les propositions émises précédemment, ce monstrueux morceau de plus de sept minutes nous fait traverser les époques, augmente la pression avec des riffs supportant les 3 ou 4G, et nous permet de revisiter toutes les facettes d’une musique qui en trois ou quatre décennies à tout essayé pour ne pas se voir cantonnée au simple rôle de défouloir pour ados attardés. Avec son alternance de passages à rendre fous les HEATHEN et ses couplets à la JUDAS PRIEST, le groupe lâche les watts et joue son va-tout, remportant brillamment la palme du combo le plus percutant de ce début d’année 2020. Alors si un groupe classique ne l’étant pas totalement vous tente, ne vous gênez pas. Les JUSTIFY REBELLION seront votre bona fide.  

     

Titres de l’album :

                            01 - Präeludium

                            02 - Crowd Control

                            03 - Prisoner in Time

                            04 - Shameless

                            05 - The Summoning

                            06 - The Bringer of War

                            07 - Salvation

                            08 - Syretrip

                            09 - Throne of Greed

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/03/2020 à 17:47
85 %    216

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !