The Ends Justify The Means

Justify Rebellion

27/03/2020

Mighty Music

Un groupe classique qui ne l’est pas totalement, ça vous tente ? Un groupe qui reprend à son compte des décennies d’influences pour tenter de les restituer d’une façon plus personnelle, mais pas moins efficace que ses aînés ? Un groupe catchy mais inventif, pertinent mais curieux, qui parvient dans un même élan à réunir les eighties sacrées, les nineties dévastées et le nouveau siècle ravagé par le recyclage forcé ? Si la réponse est positive, n’allez pas plus loin, vous lisez la bonne chronique. Et c’est encore le nord de l’Europe qui nous envoie ses fils prodigues, ces JUSTIFY REBELLION qui en effet, semblent mener une saine rébellion contre le Metal timoré ou trop dilué dans ses compromissions. Fondé en 2014, ce quatuor (Lukas Rautenberg - guitare/chant, Nikolaj Madsen - guitare, Stephen Torpe Andersen - basse et Nikolaj Ersbøll Ross - batterie) nous a déjà exposé ses vues sur un premier et rageur LP, Unleashing The Beast qui effectivement lâchait les chiens de la rage sur la piste des traîtres de la cause Heavy. Quelques années plus tard, voici donc de nouveau les danois remontés comme des poignets cloutés, et prêts à asservir le public Hard de leurs revendications légitimes et classiques, via une suite tout à fait logique sous la forme de neuf nouveaux morceaux qui ne dévient en rien de la trajectoire initiale. Dans le fond, The Ends Justify The Means est d’un classicisme désarmant. Il reprend à son compte les différentes formules élaborées par les maîtres du Heavy US et européen, et se cale sur la ligne du parti agressif sans gêne ni honte. On retrouve donc une simplicité érigée en vertu cardinale, et une efficacité de tous les instants. Dans la forme, les choses sont un peu plus complexes. Car à force de mixer dans un même bol des références différentes, le groupe parvient à se dessiner une identité plus personnelle, sorte d’enfant illégitime de la vague Heavy des années 80 et de la mouvance alternative des années 90, sans perdre sa foi en route.

Les sempiternels arguments promotionnels adressent le quatuor au bon vouloir des fans de METALLICA, VOLBEAT, et SLAYER. Si le cas de ces retraités derniers est complètement hors-sujet, les deux autres rentrent dans le cadre. Mais il est évident que le champ d’action des danois ne s’arrête pas à ces deux mentions. On trouve aussi dans leur musique l’urgence des ALMIGHTY, la puissance de la vague NOLA, et la pertinence mélodique des CORROSION OF CONFORMITY, ainsi que des traces de modernité nordique. En somme, l’adjonction du formalisme de la scène Hard n’Heavy d’il y a trente ans, et la volonté mélodique d’ouverture de la décennie suivante pour une bordée d’hymnes à rendre fiers leurs voisins suédois. Enregistré et produit par Christian Bonde aux CB studios de Jutland, The Ends Justify The Means est donc cette fameuse fin qui justifie les moyens, et ces moyens sont simples. Vous faire headbanguer intelligemment sur des morceaux solides et méchamment construits, qui opposent des refrains collégiaux à des couplets virils et musclés. Et la variété d’approche est grande, ne le nions pas. Chaque titre possède sa propre patte et sa méthode de séduction, que le rythme soit syncopé et méchamment sudiste (« Crowd Control », que DOWN aurait pu composer pour honorer la mémoire du PANTERA de « Revolution is my Name), ou plus appuyé et symptomatique d’une optique thrashy (« Prisoner in Time », mélange de THE ALMIGHTY et EXODUS sans en avoir l’air, mais la chanson quand même). En gros, un savoir-faire intergénérationnel qui réconcilie les époques et les modes, sans opportunisme, mais avec beaucoup d’intelligence.

Simple, mais pas simpliste, tel pourrait être le résumé parfait de ce deuxième LP qui s’amuse beaucoup à revisiter ses classiques. On sent du METALLICA des années 90 sur « Prisoner in Time », du groove de la Nouvelle-Orléans sur « Shameless », mais aussi du boogie endiablé des seventies, et des aspirations un peu moins balisées et modérées sur le presque progressif « The Bringer of War ». A vrai dire, JUSTIFY REBELLION ne s’embarrasse pas de principes ni de querelles de voisinage. Son seul but est de proposer à des fans fidèles une image du Heavy Metal en 2019, qui n’a pas oublié les anciens clichés des générations antérieures. Il y a de la gravité dans cette musique, de l’agressivité, mais bien proportionnées, et surtout, le plus important, une bordée de riffs qui s’incrustent dans la mémoire et en électrisent encore plus les connexions synaptiques. Capables en tant qu’individualités, ces musiciens prennent toute leur ampleur dans le jeu collectif. C’est ainsi que les deux guitaristes jouent souvent à l’unisson, soutenant ainsi le chant véhément mais intelligible de Lukas Rautenberg. Le chanteur a d’ailleurs ce timbre de voix qui permet à peu près toutes les citations, et qui lui permet sans transition de passer d’une ruade lourde à une embardée méchamment Speed, sans avoir l’air de forcer son talent. Disposant d’une production puissante et claire, les quatre danois jouent sur du velours, et accumulent les figures imposées, qu’ils dégagent toutefois de leurs motifs les plus connotés. On sent la rage suinter des soli, et la hargne couler des cordes lorsque les riffs tranchent les chairs. Toujours à cheval entre la percussion immédiate et les ambitions plus évolutives, The Ends Justify The Means est un monstre d’efficacité nuancée, qui ose les aplatissements les plus étouffants (« Salvation », entre Stoner et Heavy, entre 7 WEEKS et PANTERA), le flow heurté et les textes hurlés, les licks addictifs et les revendications légitimes (« Syretrip »).

A l’aise dans leur costume trois-pièces (Metal, Hard Rock et Thrash light), les JUSTIFY REBELLION n’éprouvent plus le besoin de se justifier, et osent la composition la plus ambitieuse de leur jeune carrière. En final, « Throne of Greed » prouve que le groupe a de la ressource, et a les moyens de ses envies. En synthétisant toutes les propositions émises précédemment, ce monstrueux morceau de plus de sept minutes nous fait traverser les époques, augmente la pression avec des riffs supportant les 3 ou 4G, et nous permet de revisiter toutes les facettes d’une musique qui en trois ou quatre décennies à tout essayé pour ne pas se voir cantonnée au simple rôle de défouloir pour ados attardés. Avec son alternance de passages à rendre fous les HEATHEN et ses couplets à la JUDAS PRIEST, le groupe lâche les watts et joue son va-tout, remportant brillamment la palme du combo le plus percutant de ce début d’année 2020. Alors si un groupe classique ne l’étant pas totalement vous tente, ne vous gênez pas. Les JUSTIFY REBELLION seront votre bona fide.  

     

Titres de l’album :

                            01 - Präeludium

                            02 - Crowd Control

                            03 - Prisoner in Time

                            04 - Shameless

                            05 - The Summoning

                            06 - The Bringer of War

                            07 - Salvation

                            08 - Syretrip

                            09 - Throne of Greed

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/03/2020 à 17:47
85 %    365

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29