Les rééditions, ça a du bon. Je ne vous parle pas de l’énième écrémage de Kill’Em All ou Ride The Lighting en version quadruple vinyle 3D ou de la centième formulation de l’œuvre de JUDAS PRIST en édition collector avec trois morceaux en moins, mais bien d ‘albums essentiels, n’ayant pas forcément bénéficié à l’époque d’un traitement digne de leur rang, tant au niveau sonore que sur le terrain de la promotion.

Alors bien sûr, quelques labels indépendants se sont fait une spécialité de l’exhumation de petites perles d’époque à qui ils offrent un lifting. Entre les Metal Mind, Axe Killer, et autres Divebomb Records, le choix est vaste et les collectors s’amoncèlent. Mais qui s’en plaindrait après tout, puisque les originaux sont depuis longtemps épuisés, et atteignent des sommes de transaction faramineuses sur Ebay et Discogs. J’ai moi-même dépensé des sommes déraisonnables pour les acquérir, alors même que certains passionnés les proposent à des tarifs tout à fait raisonnables.

C’est le cas de nos amis de Southern Lord, Los Angeles, qui s’ils sont d’ordinaire légèrement subjugués par le Doom, le Sludge, le Drone et toutes ces extensions bâtardes hautement pesantes, se permettent de temps à autres d’aller fouiller dans le passé pour y trouver matière à nous enthousiasmer.

Les mecs nous avaient déjà fait le coup de la révérence aux fabuleux EXCEL, en ressortant leur séminal Split Image il y a deux ans, et les voilà qui remettent le couvert avec le classique des classiques du Crossover, The Joke’s On You, paru initialement sur Caroline Records.

Bien joué messieurs, je ne peux que vous féliciter pour votre choix, puisque celui-ci va permettre à la nouvelle génération de découvrir un des groupes les plus authentiques et passionnants du cru, et certainement les plus dignes de ce qu’on a appelé le SoCal Hardcore, ce Hardcore teinté de Metal de Californie du Sud, et Venice plus exactement.

Les EXCEL, ce sont un peu les SUICIDAL des mid eighties. Même choix de ne pas se cantonner au Hardcore et de le confronter au Metal, avec toutefois une créativité plus débordante, les faisant parfois ressembler au reflet déformé de VOIVOD dans un miroir D.R.I.

Contemporains des magiques CRUMBSUCKERS, THE ACCUSED, ATTITUDE ADJUSTEMENT et autres LUDICHRIST (quoique les EXCEL ont émergé quelques années avant), EXCEL était alors à l’époque l’archétype du groupe de Crossover ayant réussi à trouver le juste équilibre entre la sécheresse du Hardcore et l’épaisseur du Metal. Leur groove était inimitable, et ce The Joke’s On You peut incarner sans contestation possible l’acmé de leur art, tant chacune de ses pistes évoquait à merveille l’ambiance californienne de l’époque, bandana vissé sur le front et skate qui poussait au bout des ourlets du pantalon.

Parlons d’abord de l’album lui-même, initialement lâché sur le marché en 1989, alors même que la scène Metal vivait ses deux dernières belles années. En cette fin de décennie faste, le Thrash était alors encore la musique extrême en vogue, même si la source n’allait pas tarder à se tarir sous le désintérêt collectif des tarés lui préférant le Death. 1989 fut l’année de parution de quelques ultimes chefs d’œuvre du cru, dont Fabulous Disaster d’EXODUS, Alice In Hell d’ANNIHILATOR, Beneath The Remains des brésiliens de SEPULTURA ou Agent Orange de SODOM et Extreme Agression des autres allemands de KREATOR n’étaient pas les moindres. Au milieu de ce déferlement de créativité, les petits malins d’EXCEL surent tirer leur épingle du jeu à échelle plus réduite, tout simplement parce que leur deuxième album n’était rien de moins qu’un postulat Crossover définitif, au même titre que le Join The Army des SUICIDAL ou le Powertrip des LUDICHRIST.

Ridiculisant en onze morceaux les crevures d’ACID REIGN et leur pathétique Moshkinstein, ringardisant les dépassés HALLOW’S EVE qui reculaient à force d’avoir peur d’avancer, le quatuor de Venice (Dan Clements – chant, Adam Siegel – guitare, Shaun Ross – basse et Greg Saenz – batterie) proposait alors un mélange de morceaux concis, rapides et efficaces, et de titres plus développés et non dénués d’une indéniable ambition. En gros, leur musique se sevrait à la fontaine de jouvence Thrash tout en prenant soin de garder un peu de l’âpreté de palais Hardcore pour pouvoir cracher de gros glaviots Crossover à la portée assez étendue.

The Joke’s On You était tout sauf une blague à nos dépens, et débordait d’enthousiasme juvénile, à l’image de ce morceau d’ouverture, «Drive », qui unissait dans un même élan la vitesse des riffs de D.R.I et le phrasé coulé et roublard de Mike Muir, en amalgamant le tout d’un enrobage à la WHIPLASH.

Mais loin d’être de gentils crétins allumés à l’essence de térébenthine Hardcore, les californiens se montraient aussi sous un jour flatteur et créatif, en proposant de longs interludes construits en progression, comme le démontrait « I Never Denied », pas si loin d’un Techno-Thrash balbutiant à la D.B.C joué par des MINOR THREAT plus patients que d’habitude (avec une grosse louche du DISCHARGE de « Protest And Survive » sur la fin des couplets).

« The Stranger » ne crachait pas non plus sur un brin de mélodie à la SUICIDAL de How Will I Laugh Tomorrow, en la poussant dans ses derniers retranchements Metal. Une sorte de PRONG éveillé à la conscience sociale de la jeunesse californienne, déçue de la politique de Reagan, et pas encore prête à affronter les années Bush.

Mais EXCEL, malgré toutes ces velléités artistiques, n’en oubliait pas pour autant le fun en route, et livrait une très honorable reprise adolescente de « Message in a Bottle », des années en amont de Robb Flynn. Les quatre branleurs se permettaient aussi quelques syncopes diaboliques sur tapis de groove (« My Thoughts »), et bien évidemment quelques ruées Fastcore euphoriques (« Given Question », « Seeing Insane »).

Cette réédition de The Joke’s On You a bénéficié d’un remastering de Brad Boatright aux Audiosiege studios (POISON IDEA, NAILS), et comprend les douze titres d’origine, y compris « Blaze Some Hate », absent du vinyle d’époque, et présent sur un 7’’ paru sur Caroline Records.

Difficile de juger en mp3 de la pertinence du travail de lifting, mais gageons que tous les passionnés et néophytes vont acquérir l’objet en question, en vente pour la somme dérisoire de dix petits billets verts. Il viendra ainsi rejoindre son grand frère Split Image sur vos étagères de petits thrasheurs, histoire de compléter votre collection de rondelles indispensables, et symptomatiques d’une période où tout était encore possible et envisageable.

 Merci donc à Southern Lord pour ce travail plein de respect et d’amour, et qui nous permet de nous replonger dans ces années chéries, dont les EXCEL ont été des acteurs certes mineurs, mais au rôle de grande valeur.


Titres de l'album:

  1. Drive
  2. Shadow Winds
  3. Fired (You're)
  4. Tapping into the Emotional Void
  5. Affection Blends with Resentment
  6. Seeing Insane
  7. My Thoughts
  8. I Never Denied
  9. Message In a Bottle (POLICE cover)
  10. Given Question
  11. The Stranger
  12. Blaze Some Hate

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/12/2016 à 18:14
90 %    319

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)