Les rééditions, ça a du bon. Je ne vous parle pas de l’énième écrémage de Kill’Em All ou Ride The Lighting en version quadruple vinyle 3D ou de la centième formulation de l’œuvre de JUDAS PRIST en édition collector avec trois morceaux en moins, mais bien d ‘albums essentiels, n’ayant pas forcément bénéficié à l’époque d’un traitement digne de leur rang, tant au niveau sonore que sur le terrain de la promotion.

Alors bien sûr, quelques labels indépendants se sont fait une spécialité de l’exhumation de petites perles d’époque à qui ils offrent un lifting. Entre les Metal Mind, Axe Killer, et autres Divebomb Records, le choix est vaste et les collectors s’amoncèlent. Mais qui s’en plaindrait après tout, puisque les originaux sont depuis longtemps épuisés, et atteignent des sommes de transaction faramineuses sur Ebay et Discogs. J’ai moi-même dépensé des sommes déraisonnables pour les acquérir, alors même que certains passionnés les proposent à des tarifs tout à fait raisonnables.

C’est le cas de nos amis de Southern Lord, Los Angeles, qui s’ils sont d’ordinaire légèrement subjugués par le Doom, le Sludge, le Drone et toutes ces extensions bâtardes hautement pesantes, se permettent de temps à autres d’aller fouiller dans le passé pour y trouver matière à nous enthousiasmer.

Les mecs nous avaient déjà fait le coup de la révérence aux fabuleux EXCEL, en ressortant leur séminal Split Image il y a deux ans, et les voilà qui remettent le couvert avec le classique des classiques du Crossover, The Joke’s On You, paru initialement sur Caroline Records.

Bien joué messieurs, je ne peux que vous féliciter pour votre choix, puisque celui-ci va permettre à la nouvelle génération de découvrir un des groupes les plus authentiques et passionnants du cru, et certainement les plus dignes de ce qu’on a appelé le SoCal Hardcore, ce Hardcore teinté de Metal de Californie du Sud, et Venice plus exactement.

Les EXCEL, ce sont un peu les SUICIDAL des mid eighties. Même choix de ne pas se cantonner au Hardcore et de le confronter au Metal, avec toutefois une créativité plus débordante, les faisant parfois ressembler au reflet déformé de VOIVOD dans un miroir D.R.I.

Contemporains des magiques CRUMBSUCKERS, THE ACCUSED, ATTITUDE ADJUSTEMENT et autres LUDICHRIST (quoique les EXCEL ont émergé quelques années avant), EXCEL était alors à l’époque l’archétype du groupe de Crossover ayant réussi à trouver le juste équilibre entre la sécheresse du Hardcore et l’épaisseur du Metal. Leur groove était inimitable, et ce The Joke’s On You peut incarner sans contestation possible l’acmé de leur art, tant chacune de ses pistes évoquait à merveille l’ambiance californienne de l’époque, bandana vissé sur le front et skate qui poussait au bout des ourlets du pantalon.

Parlons d’abord de l’album lui-même, initialement lâché sur le marché en 1989, alors même que la scène Metal vivait ses deux dernières belles années. En cette fin de décennie faste, le Thrash était alors encore la musique extrême en vogue, même si la source n’allait pas tarder à se tarir sous le désintérêt collectif des tarés lui préférant le Death. 1989 fut l’année de parution de quelques ultimes chefs d’œuvre du cru, dont Fabulous Disaster d’EXODUS, Alice In Hell d’ANNIHILATOR, Beneath The Remains des brésiliens de SEPULTURA ou Agent Orange de SODOM et Extreme Agression des autres allemands de KREATOR n’étaient pas les moindres. Au milieu de ce déferlement de créativité, les petits malins d’EXCEL surent tirer leur épingle du jeu à échelle plus réduite, tout simplement parce que leur deuxième album n’était rien de moins qu’un postulat Crossover définitif, au même titre que le Join The Army des SUICIDAL ou le Powertrip des LUDICHRIST.

Ridiculisant en onze morceaux les crevures d’ACID REIGN et leur pathétique Moshkinstein, ringardisant les dépassés HALLOW’S EVE qui reculaient à force d’avoir peur d’avancer, le quatuor de Venice (Dan Clements – chant, Adam Siegel – guitare, Shaun Ross – basse et Greg Saenz – batterie) proposait alors un mélange de morceaux concis, rapides et efficaces, et de titres plus développés et non dénués d’une indéniable ambition. En gros, leur musique se sevrait à la fontaine de jouvence Thrash tout en prenant soin de garder un peu de l’âpreté de palais Hardcore pour pouvoir cracher de gros glaviots Crossover à la portée assez étendue.

The Joke’s On You était tout sauf une blague à nos dépens, et débordait d’enthousiasme juvénile, à l’image de ce morceau d’ouverture, «Drive », qui unissait dans un même élan la vitesse des riffs de D.R.I et le phrasé coulé et roublard de Mike Muir, en amalgamant le tout d’un enrobage à la WHIPLASH.

Mais loin d’être de gentils crétins allumés à l’essence de térébenthine Hardcore, les californiens se montraient aussi sous un jour flatteur et créatif, en proposant de longs interludes construits en progression, comme le démontrait « I Never Denied », pas si loin d’un Techno-Thrash balbutiant à la D.B.C joué par des MINOR THREAT plus patients que d’habitude (avec une grosse louche du DISCHARGE de « Protest And Survive » sur la fin des couplets).

« The Stranger » ne crachait pas non plus sur un brin de mélodie à la SUICIDAL de How Will I Laugh Tomorrow, en la poussant dans ses derniers retranchements Metal. Une sorte de PRONG éveillé à la conscience sociale de la jeunesse californienne, déçue de la politique de Reagan, et pas encore prête à affronter les années Bush.

Mais EXCEL, malgré toutes ces velléités artistiques, n’en oubliait pas pour autant le fun en route, et livrait une très honorable reprise adolescente de « Message in a Bottle », des années en amont de Robb Flynn. Les quatre branleurs se permettaient aussi quelques syncopes diaboliques sur tapis de groove (« My Thoughts »), et bien évidemment quelques ruées Fastcore euphoriques (« Given Question », « Seeing Insane »).

Cette réédition de The Joke’s On You a bénéficié d’un remastering de Brad Boatright aux Audiosiege studios (POISON IDEA, NAILS), et comprend les douze titres d’origine, y compris « Blaze Some Hate », absent du vinyle d’époque, et présent sur un 7’’ paru sur Caroline Records.

Difficile de juger en mp3 de la pertinence du travail de lifting, mais gageons que tous les passionnés et néophytes vont acquérir l’objet en question, en vente pour la somme dérisoire de dix petits billets verts. Il viendra ainsi rejoindre son grand frère Split Image sur vos étagères de petits thrasheurs, histoire de compléter votre collection de rondelles indispensables, et symptomatiques d’une période où tout était encore possible et envisageable.

 Merci donc à Southern Lord pour ce travail plein de respect et d’amour, et qui nous permet de nous replonger dans ces années chéries, dont les EXCEL ont été des acteurs certes mineurs, mais au rôle de grande valeur.


Titres de l'album:

  1. Drive
  2. Shadow Winds
  3. Fired (You're)
  4. Tapping into the Emotional Void
  5. Affection Blends with Resentment
  6. Seeing Insane
  7. My Thoughts
  8. I Never Denied
  9. Message In a Bottle (POLICE cover)
  10. Given Question
  11. The Stranger
  12. Blaze Some Hate

Facebook officiel


par mortne2001 le 04/12/2016 à 18:14
90 %    375

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever