Timaeus

Khôra

17/04/2020

Soulseller Records

On a toujours tendance à se méfier des groupes gravitant dans la sphère du BM atmosphérique (ou plutôt, « j’ai tendance »), spécialement lorsqu’on n’est pas fan hardcore du genre. Le terme, tout comme celui de « Post », peut évoquer des facilités, des excuses, des poncifs, et il convient de prendre des gants avant de traiter du cas d’un premier LP se revendiquant du mouvement. Déjà abondamment déçu par des formations et albums nous ayant promis monts et merveilles, je suis circonspect lorsqu’un groupe accepte l’étiquette et le lot d’idées préconçues qu’elle colle avec elle. Pourtant, ce matin, je n’ai pas hésité au moment de glisser le premier LP de KHÔRA dans mes oreilles. Est-ce à cause du magnifique artwork de Sergey Shenderovsky ? De l’implication d’intervenants extérieures de la trempe de Vicotnik (DØDHEIMSGARD), Henri Sorvali (FINNTROLL), ou A. Simonen (AND OCEANS) ? Est-ce à cause du format de l’album en question, concis et à des lieux des interminables bavardages des combos du cru ? Peut-être un peu tout ça, mais en se plongeant dans la musique développée sur Timaeus, je dois admettre que je n’ai pas regretté mon choix. Pour laisser place à l’histoire d’une bio, précisons que le projet KHÔRA a été initié en 2012/2013 par Oleg I, musicien ukrainien aux multiples implications. L’’artiste affiche ainsi un palmarès touffu (ex-Liminal, ex-AUTOKRATOR, ex-DAGOR DAGORATH, ex-DEATHSTRUCK, ex-LYCANTHROPY, ex-MIRRORS OF OBSIDIAN, ex-NÚMENOR, ex-TERRAWAVE, ex-THE KONSTELLATION, ex-NIBURTA (live), ex-CRYPTIC FOREST, ex-DEADEYEHUNT, ex-GOAT STALKER), et visiblement, un amour sans bornes pour le Black Metal emphatique et orchestré. Rapidement rejoint par Kranos au chant (ARKHANGELSK, SAVAOTH, WORD OF LIFE) et L.E. Måløy à la basse (DØDHEIMSGARD, INI), Oleg a pu s’appuyer sur un line-up complet pour commencer son travail de création, mais c’est pourtant en 2016 que la première démo du concept fut lâchée. Quatre ans plus tard, la créature revient sur le devant de l’apocalypse avec un première longue-durée sous les griffes, et sans vraiment charcuter la peau du BM atmosphérique au point de lui laisser des cicatrices persistantes, autant dire que ce premier jet intrigue, fascine, et fait ce qu’il peut pour s’écarter des sentiers les plus rebattus.

Comme je le précisais en amont, c’est la durée très raisonnable de Timaeus qui m’a fortement intrigué. J’aurais pu le croire comme le veut la tradition constitué de trois ou quatre morceaux interminables, mais en fait, il semblerait que son ou ses auteurs a/ont fait preuve d’une certaine concision avant de coucher leur inspiration sur bande, ce qui fait que l’intervention la plus longue excède à peine les cinq minutes. Toutefois, il n’y a pas à craindre une quelconque concession ou un désir de séduction des masses. Malgré des morceaux très concentrés de trois ou quatre minutes, le projet ne cache pas ses ambitions démesurées, et la musique, très travaillée et ciselée excuse cette brièveté presque trop modeste pour être honnête. Et en supprimant les shunts et autres blancs entre les titres, KHÔRA aurait pu jouer le jeu d’un concept global, d’ambiance générique, ce qui au final ressort quand même de cette première tentative. L’approche du collectif international est simple et complexe à la fois. S’affranchir des contraintes, ne pas forcément respecter les figures imposées, mais rester dans le cadre pour ne pas trahir l’appellation. C’est ainsi que le contexte général adopte une posture BM de base, très violente, avec des arrangements grandiloquents et surtout très denses, sur laquelle viennent se greffer des gestuelles expérimentales, des mouvements avant-gardistes, sans que la cohésion d’ensemble n’en pâtisse. Et c’est après une courte intro que les choses prennent place, et que le projet dévoile ses directions. Instruments qui occupent tout l’espace, rythmique polyvalente et plurielle, chant modulable et modulé, oscillant entre rauque graveleux et graves profonds, pour une narration non linéaire. On note dès les premiers instants une propension des guitares à combiner les riffs puissants aux dissonances presque psychédéliques. On note aussi une prépondérance de la basse dans le mix lorsque l’intensité baisse d’un cran, mais on est immédiatement sidéré par le volume sonore dégagé et l‘ampleur des arrangements qui n’est pas sans rappeler les modèles d’EMPEROR évidemment. Les noms d’ARCTURUS et de DØDHEIMSGARD servent aussi de balise, et plus biaisé, celui de NOCTURNUS pour le côté sci-fi de l’entreprise et des astuces synthétiques assez futuristes.

Autre balise intéressante, celle de STRAPPING YOUNG LAD, celui de City bien sûr. Bien que les deux groupes n’évoluent pas en parallèle, artistiquement parlant, on note chez les deux ensembles la même propension à occuper tout l’espace, sans souffler ni aérer, comme pour prendre l’auditeur à la gorge. Malgré quelques traces de Melodeath suédois qui permettent de différencier les deux groupes (manifestes sur « l'Annihilateur », chanté en français s’il vous plaît, et grosse surprise de l’album), on ressent cette même sensation d’intensité et de violence omniprésente, même si le parti-pris parfois VOÏVOD de KHÔRA lui garantit une aura unique. Les expérimentations bancales de DODECAHEDRON peuvent aussi servir de garde-fou au moment d’enjamber le pont des comparaisons, mais le background riche d’Oleg I lui permet de se reposer uniquement sur ses acquis au moment de composer, sans avoir besoin de piocher dans les coffres de la tradition. Nous voilà donc à mi-chemin d’un BM atmosphérique et d’un BM avant-gardiste, mais l’empreinte mélodique globale permet d’éviter l’écueil de l’expérimentation hasardeuse et souvent creuse. Les titres sont culottés, mais tiennent debout en tant que tels, et s’ils assurent collectivement une osmose globale, ils peuvent être appréciés individuellement. Composé entre 2017 et 2019, Timaeus se veut aventure, sinuant entre le Black et le Death, entre le Symphonique et le Progressif, et concentré sur le concept de la création de l’univers, et des fameux dialogues de Platon. Une œuvre qui se place donc sous des auspices philosophiques et humanistes, mais qui évite intelligemment l’élitisme par des choix accrocheurs, comme ce chant étrange sur « Harvesting Stars » ou cette violence exacerbée sur « The Purge » qui combine l’équilibre du PESTILENCE des 90’s et la préciosité d’ARCTURUS.

Tous les pièges ne sont pas évités, et parfois, les plans semblent se répercuter d’un titre à l’autre. Mais avec un panache indéniable dans la moiteur et la déviance (« The Occultation of Time ») et une conclusion apaisante de pureté (« Void »), Timaeus propose un développement cohérent et fascinant, qui nous éloigne des poncifs les plus éculés du genre. Inclassable tout en assumant ses passions/influences, KHÔRA brise donc pas mal de schémas, et s’impose comme une vision très personnelle d’un genre qui ne supporte pas l’investissement partiel.                 

                                                                                                     

Titres de l’album :

                      01. Aether

                      02. Noceo

                      03. l'Annihilateur

                      04. Harvesting Stars

                      05. De Vetus Ad Novum

                      06. Roe Too Noo (Flow Of The Mind)

                      07. Sempiternal

                      08. Existence

                      09. The Purge

                      10. The Occultation of Time

                      11. Void

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/09/2020 à 18:24
80 %    205

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report

Les 7 pêchés capitaux : Pierre

Simony 24/09/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41

Humungus

Satan + 1.J'avais encore quelques espoirs il y a peu, mais l'ITW de Barbaud dans le Figaro (???) me les a définitivement enterrés...Allez... On croise tout de même les doigts hein... ... ...

23/10/2020, 07:31

POMAH

Ouais y'a quelques Labels tu sens bien qu'ils sont géré par des mecs avec de fortes convictions. Van, Avangarde comme tu le soulignais, Iron Bonehead, y'en a d'autres bien sur. Mais eux clairement quand ils sortent un trucs que je ne connais pas je me dit Houlaaa(...)

23/10/2020, 03:47

Buck Dancer

Si, sur YouTube ! 

22/10/2020, 23:26

Satan

Il n'y aura pas des festivals l'été 2021, soyons réalistes.

22/10/2020, 22:28

Reg

The same ^^

22/10/2020, 18:55

NecroKosmos

Rien que pour Didier SUPER, je suis capable d'y aller. 

22/10/2020, 18:27

Simony

On ressent parfaitement la recherche de qualité dans les sorties du label, j'ai un peu la même image d'Avantgarde en Italie également.

22/10/2020, 14:11

David

Superbe reportage ! Bien dépaysant et qui montre que le métal est vraiment universel !manque peut être un peu de photos.

22/10/2020, 08:25

Harry Klein

J'aurais préféré pouvoir entendre un nouveau titre de Mavorim <3 mais qu'à cela ne tienne, bonne nouvelle ! et j'aime bien Ad Mortem aussi, mais moins. 

22/10/2020, 07:00

Buck Dancer

La pochette me dit vaguement quelque chose mais jamais écouté cet album. Le morceau en écoute est très très bon. Merci pour la découverte. 

22/10/2020, 04:52

Satan

Von? Laissez-moi rire...

21/10/2020, 21:49

Satan

Teaser années 80 au niveau du montage? Car là, j'espère que le gars qui a fait ça a été empalé au haut d'une colline depuis...

21/10/2020, 21:46

Zen

L'albûûûm VI de Seth ?!OK je file ...

21/10/2020, 20:27

Humungus

Putain c'est trop bon ce truc !J'connaissais pas du tout...Futur achat donc.PS : Y m'énerve ce mortne2001 à connaître plus de groupes que moi... ... ...

21/10/2020, 16:15