To Find Deliverance

Species

26/08/2022

Awakening Records

Tout est parti d’un petit warning lancé par Li Meng d’Awakening Records, m’avertissant de la sortie proche du premier album des polonais de SPECIES. Au fait des connaissances Thrash de ce label chinois incontournable, j’ai immédiatement été intrigué par cette sortie, spécialement en lisant le paragraphe des comparaisons établies par la maison de disques qui recommande cette œuvre aux fans de CORONER, TOXIK, et XENTRIX mais aussi aux adorateurs des icônes Prog KING CRIMSON, RUSH, et YES. Etant évidemment fan absolu de Techno-Thrash depuis mon premier cri de bébé en fa dièse, l’affaire ne pouvait que m’intriguer, et en me plongeant dans l’écoute de cet introductif To Find Deliverance, j’ai immédiatement réalisé la pertinence des parallèles établis par Awakening Records, auquel j’aurais pu ajouter quelques références tout aussi justifiées : THOUGHT INDUSTRY, PSYCHOTIC WALTZ, SIEGES EVEN, ANACRUSIS et une partie de l’œuvre de Ron Jarzombek.

Comme vous le voyez, avant même d’être connus, les polonais de SPECIES font déjà partie de l’élite, avec un seul album à leur compteur, album encore en gestation dans les cartons de son label avant lancement mondial. Pour revenir un peu sur le parcours de ce trio (Piotr Drobina - basse/chant, Michał Kępka - guitare, et Przemysław Hampelski - batterie) fondé en 2018 du côté de Varsovie, précisons l’existence d’un premier EP en 2019 (The Monument of Envy), ainsi qu’une sacrée dose de talent d’instrumentistes et de compositeurs.

En 2022, To Find Deliverance se permet de synthétiser l’approche technique et jazzy américaine et la technique brute et avant-gardiste allemande, rappelant des œuvres séminales comme No More Color, Control and Resistance, Think This, The New Machine Of Lichtenstein, Deception Ignored, Life Cycles, et autres digressions intellectuelles sur un propos brutal. Mais là où nombre des modèles de SPECIES sacrifiaient souvent la brutalité sur l’autel de l’ambition instrumentale démonstrative ou l’inverse, les polonais trouvent le juste milieu entre la puissance et la finesse, ce qui nous permet d’apprécier un cocktail enivrant et stimulant, qui ne donne aucune céphalée, mais qui fait travailler les neurones à plein régime provocant aussi un sérieux headbanging.

En gros, du Thrash rapide, efficace, saccadé, mais agencé, pensé, évolutif et complexe. Le parfait compromis entre le Contradictions Collapse de MESHUGGAH et le Punishment For Decadence de CORONER, avec une petite touche du DOOM nippon le moins psychédélique. Dès lors, le recensement des figures imposées aboutit à un résultat exhaustif. Les allusions jazzy, les contretemps, les mesures impaires, l’accumulation de breaks comme autant de propositions relatives, les soli inventifs, dissonants et fluides, soulignés par une énorme basse distordue et carrée, mais aussi les riffs qui s’incrustent et une vitesse de croisière conséquente.

Le meilleur des deux mondes donc, et un album miraculeux dans le marasme de convenance de la vague old-school actuelle. Nous sommes donc à des lieues de la simple copie de KREATOR ou SLAYER, même si les compositions se placent d’elles-mêmes sous l’égide d’un parrainage célèbre. Et dès l’intro tout sauf dispensable de « Rare Signals », très Pomp-Synth-Pop, l’hypnose régressive fonctionne à merveille, et on se retrouve dans un monde ancien, éveillant la bestialité à des capacités moins réduites et sommaires. Je ne vous mentirai pas, j’ai écouté cet album de façon intensive pendant de longues heures, trop heureux de retrouver les sensations éprouvées à la fin des années 80. Et en tombant sur le pavé « Malfunction », j’ai compris que l’équilibre très instable entre agression et persuasion pouvait être obtenu par des musiciens plus fins que la moyenne, et capables d’empiler les plans sans écoeurer ou se montrer arrogants, imposant même des inserts Jazz/Funk du plus bel effet.

Mais je serais bien incapable de mettre tel ou tel titre en avant, tant chacun à ses qualités énormes. On pourra évidemment occulter la jolie transition Folk « Deus », mais ce serait priver la longue suite « Ex Machina » de son intro indispensable. Plus de onze minutes de délire total, avec une absence de retenue presque indécente, et une envie d’enterrer la concurrence sous une bonne couche de doubles croches, de riffs en soli, et de dégoulinage rythmique à écœurer les cadors Lombardo ou Hunting. Il est même parfois possible de se souvenir avec émotion des premiers albums du DESPAIR de Waldemar Sorychta, mais en fin de compte, et malgré toutes ces balises, To Find Deliverance trouve sa propre délivrance en quarante-quatre minutes, et nous la livre sur un plateau d’argent et sous une magnifique pochette d’Aleksandra Pawłowska.

Un premier album qui flirte méchamment avec la perfection dans le style, et qui laisse augurer d’une carrière brillante. Fulgurant mais réfléchi, agressif mais poli, élitiste mais sachant se montrer assez populaire, travaillant les ambiances aussi sérieusement que le fond, To Find Deliverance est un petit bijou made in Varsovie, qui enchantera les accros au Techno-Thrash le plus relevé. A retrouver sans doute en fin d’année, dans les fameux tops 10, 20 ou 50. Et en bonne place.           

    

        

Titres de l’album :

01. Rare Signals

02. Parasite

03. Falls The Tower

04. The Monument Of Envy

05. Malfunction

06. Thy Name Is Slaughter

07. Deus

08. Ex Machina


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/08/2022 à 16:55
90 %    40

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Albatard

Cool le report bien détaillé, ça donne envie d’y retourner!

18/08/2022, 21:09

Seb

j'avais eu de l'espoir avec un morceau qu'il avait mis en ecoute mais le reste, c'est de la merde.Comme d'hab...

18/08/2022, 10:29

Fleur de cannibal

C’était mieux à 3 qu’à 4 ? Sans doute mais Angelripper au fond de lui ne veut pas se l’avouer … 

18/08/2022, 08:27

l\'anonyme

C'est fade et très convenu. Ca surf sur la vague actuelle, comme tous les albums de Machine Head d'ailleurs qui surfaient sur la vague du moment. Et, à force de vouloir faire des albums différents les uns des autres, ils perdent leur identité.Le seul poin(...)

18/08/2022, 08:02

Humungus

Mon dieu, mon dieu... ... ...

18/08/2022, 07:37

Humungus

Idem.(Et cela m'attriste de le dire au vu de ma vénération pour ce groupe...)

18/08/2022, 07:13

Kijgo

Et tout aussi ininteressant

17/08/2022, 21:45

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Arioch91

Pas mieux.

17/08/2022, 20:11

Eliminator

Oui je crois qu on peut dire que c est vraiment pas terrible.Machine head, Fear Factory, Sépultura... Ces groupes de mon adolescence qui aujourd hui disparaissent dans cet océan de chiasse qu est devenue l industrie musicale.Cette prod sans âme avec un son de bat(...)

17/08/2022, 19:26

KaneIsBack

Toujours un bon moment, ces reports de l'OEF, même si je ne suis pour ainsi dire jamais d'accord avec toi. Au passage, merci pour Escuela Grind, dans le genre, c'est franchement chouette. 

17/08/2022, 17:35

KaneIsBack

Pas mal. J'aurai sans doute oublié ce groupe demain, mais en attendant, je suis toujours client pour ce genre de Black/Death suédois à la Dissection. 

17/08/2022, 17:30

Humungus

Bah voilà...Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.Dommage qu&apo(...)

17/08/2022, 16:00

Humungus

Un fest que je voulais faire quand j'étais encore jeune et plein d'entrain...Plus du tout le cas maintenant donc. Même si l'affiche beaucoup plus éclectique désormais me plait bien plus...PS : A te croire, malgré l'aur(...)

17/08/2022, 15:43

Jus de cadavre

La taille du report   Merci ! Un fest que je rêve de faire !

17/08/2022, 13:42

Gargan

C'est lØve.

17/08/2022, 10:59

Gargan

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

17/08/2022, 10:56

pierre2

On a le droit de dire que c'est pas terrible ?? mmmh....

17/08/2022, 08:37

Simony

Mouais... c'est pas fou fou...

17/08/2022, 08:30