Transcend

Engulf

20/09/2019

Everlasting Spew Records

Aujourd’hui, plus besoin de monter un groupe. Plus besoin de trouver un label à tout prix. Plus besoin d’aller enregistrer dans des studios couteux ne vous permettant que vingt-quatre ou quarante-huit heures d’enregistrement sans avoir à vendre un rein. Pour peu que vous ayez des capacités, vous pouvez tout faire de chez vous, seul, avec un bon matos, et des capacités techniques. Ce qui est immanquablement le cas d’Hal Microutsicos, qui depuis 2015 agite l’underground extrême de son talent éclatant qu’il a fait jaillir des abysses de ses enfers personnels. Seul aux commandes de son navire, l’originaire du New Jersey ne s’est donc pas encombré de partenaires, maniant la guitare comme personne, utilisant la basse sans notice, et programmant avec flair, pour nous trousser deux EP de Death technique à souhait. Toujours en lien avec le label italien Everlasting Spew Records, l’américain vient donc compléter sa trilogie avant visiblement de se lancer dans les grands travaux d’un premier LP, et osons-le dire : le bonhomme a un sacré talent. Un talent indéniable, mais aussi un don remarquable. Celui de citer ses influences sans les paraphraser, alors même que le style qu’il pratique n’offre que très peu de marge de progression et d’erreur. On le sait, le Death technique n’est pas l’apanage des timorés, mais le culot dont fait preuve Hal depuis ses débuts lui permet de franchir les obstacles avec panache, ce que Transcend démontre de son petit quart d’heure. Je ne suis pourtant pas friand d’exactions morbides échafaudées comme des plans d’architecte fou, mais autant dire que le projet ENGULF a de la gueule, et que mis bout à bout, les trois chapitres de sa saga forment un triptyque complet et fascinant.

Dans les faits, ce troisième EP nous narre les aventures d’un homme expérimentant un voyage extracorporel, durant lequel il sera témoin du passage de trois entités sur terre pour accomplir « l’évènement ». Thème récurrent dans le Death qui ne se limite pas à la fascination pour les exactions physiques et méthodes de torture diverses, et qui s’accorde très bien du parti-pris musical choisi par le musicien. Sans vraiment chambouler la donne, Hal continue le travail entrepris sur Gold and Rust, tout en y ajoutant un soupçon d’accroche supplémentaire pour accoucher de l’œuvre la plus mémorisable de son catalogue. Certes, les fans de SUFFOCATION, de GORGUTS et des premiers MORBID ANGEL y trouveront toujours leur compte, tout comme les accros au final de l’aventure DEATH, mais même avec ces références en tête, inutile de nier la personnalité de l’auteur. Jamais avare de plans qui se télescopent et de riffs qui s’imbriquent, l’américain nous enivre de structures progressives, mais jamais roboratives, qui savent se rappeler que l’essence même du Death est la violence, et non la démonstration indigente. Ce qui ne l’empêche nullement de trouver un équilibre très stable entre les deux approches, avec un initial « Bane Of Fire » qui déboule comme un météore hors d’un trou noir, immédiatement suivi de son cortège de débris via « From Chasms Deep », accumulation d’idées qui évoluent sur un même thème, avec toujours en exergue cette brutalité précise, mais pas clinique.

Car le but est de garder prise sur une énergie viscérale et humaine, et non de s’en remettre à la théorie pour illustrer la pratique. C’est pour cette raison que Transcend est aussi captivant, alors même qu’il est la somme d’une quantité assez impressionnante d’idées. Mais ces idées justement se formalisent souvent autour d’un riff fédérateur, ou d’un down tempo accrocheur, un peu dans la veine des quatre premiers albums de MORBID ANGEL. On y retrouve ce goût pour les cassures rythmiques soudaines (la programmation ne le cachons-pas est exceptionnelle de maitrise), ces bends soudains et ces sifflantes trouant les dissonances, et surtout, une capacité à broder sur un fil rouge qui laisse admiratif. En quatre minutes à peine, le compositeur et multi-instrumentiste est capable de donner le tournis sans provoquer de malaise, suscitant le vertige pour mieux nous garder accrochés. Chaque titre aurait de quoi alimenter l’imaginaire d’un groupe pour un album entier, et tous possèdent une patine très personnelle, tout en respectant une ambiance globale cohérente. La voix de Hal, plus assurée mais toujours aussi rauque lie le tout dans un maelstrom de violence, malgré un nombre conséquent de passages lourds et emphatiques (« Birthed Into An Empty Grave »). Pas de risque donc de regarder sa montre ni de sombrer dans une torpeur gênante, puisque ENGULF accentue encore plus sa singularité avec ce troisième EP, et laisse augurer d’un premier LP d’une teneur exceptionnelle. Et avec une telle entame de carrière, gageons que l’underground n’a pas fini de s’agiter au doux son de cette brutalité contrôlée, qui lâche parfois du lest pour mieux nous attirer dans ses filets cosmiques.       

   

Titres de l’album :

                      1. Bane Of Fire

                      2. From Chasms Deep

                      3. Birthed Into An Empty Grave

                      4. Drowned In The River Styx

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2020 à 17:21
80 %    428

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Gateways To annihilation

Baxter 29/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je n'ai pas parlé de la chronique dans mon premier commentaire pour ne pas être désobligeant envers l'auteur, mais c'est vrai que, on dirait une... traduction Google.

31/05/2020, 14:51

stench

Je n'ai jamais pu me faire à cet album qui m'a déçu à sa sortie. Il a probablement ses qualités mais rien à faire, ma première impression n'a jamais changé (et je perds sans doute quelque chose)... Pour le coup, je vais encore me le passer aujourd'hui pour voir !
Par ailleurs, je suis (...)

31/05/2020, 09:34

Gargan

Qu'est ce que c'est que ce groupe ? Merci pour la découverte.

30/05/2020, 22:36

aras

plutôt moyen voire mauvais, Entre 2 eaux à l'image du groupe

30/05/2020, 20:42

KaneIsBack

Je vais la faire courte, et je vais paraphraser le public d'une autre discipline dont je suis fan : BOOOOOOOORIIIIIIIIIIIIING !!!

Nan, mais sans déconner, je me suis un peu - beaucoup - emmerdé en écoutant ce disque. J'avoue m'être mis à Nightwish uniquement à cause de Floor, mais(...)

30/05/2020, 18:20

NecroKosmos

Ah, ce titre me plaît bien ! Je surveille.

30/05/2020, 17:37

Riffing Curiosity

Premier Morbid qui m'ait déçu aussi. UNe moiteur et ds ambiances lourdes, un gros travail sur le son mais j'ai jamais accroché, CD revendu bien vite. Aujourd'hui je regrette et lui donnerais bien une seconde chance.
Et malgré moi, j'y peux rien, Morbid Angel c'est avec David Vincent ou ri(...)

30/05/2020, 15:27

steelvore666

Pfiou c'est intéressant soit, mais pas évident à lire !

30/05/2020, 14:25

grinder92

Le guitariste sur "The Crimson Idol", l'un des albums qui a changé ma vie... une page se tourne...

30/05/2020, 13:26

RBD

Il n'a pas attendu les contestés "H" et "I" pour être assez apprécié, cet album. Parce qu'il reste bien au-dessus de la production lambda de toute la scène. Tucker est un bon growleur et en revenant aux bases, ils ne pouvaient pas se planter.

30/05/2020, 13:10

Saddam Mustaine

RIP

Guitariste de Alice Cooper et WASP surtout je me souviens.

30/05/2020, 12:58

RBD

Reste à voir ce que ce retour en arrière managérial va donner. J'aimais bien la rétrogradation mesurée du dernier vers un Death toujours très technique mais revenu à un certain niveau d'efficacité basique.

30/05/2020, 12:56

MorbidOM

Premier album de MA qui m'ait un peu déçu, non pas qu'il soit mauvais mais il manque un peu de personnalité. À la limite je préfère presque H qui malgré tous ses défauts n'aurait clairement pu être pondu par aucun autre groupe en ce monde.
(il faudrait faire un peu attention à l'orth(...)

30/05/2020, 06:28

MorbidOM

Bizarrement, j'avais vu le groupe à l'époque de Vempire, je les connaissais pratiquement pas et j'avais plutôt une image de poseurs mais j'avais été assez impressioné (et j'étais loin d'être le seul), puis je le ai revus quelques fois et c'était vraiment tout pourri, même à l'époque de C(...)

30/05/2020, 04:25

Humungus

Je confirme la merde en live.
"Tellement inaudible que le groupe en était ridicule sur les planches..."
Mais même sans ça de toutes façons, ils étaient ridicules sur scène !
Je me souviens de gars en échasse au HELLFEST... C'te poilade bordel !!!

29/05/2020, 22:46

quaraz

plastigroup

29/05/2020, 22:14

lolilol

Nez Crotte quel nom ridicule pour un groupe...

29/05/2020, 22:12

JérémBVL

Je les ai vu à Lille pour la tournée de Cryptoriana et j'ai trouvé ça très carré musicalement...bon Dani y'a du mieux mais il est vite à l'agonie rythmiquement.

29/05/2020, 21:39

Living Monstrosity

Alors là, itou ! je ne connaissais que de nom et de très loin.
Ca a l'air d'être vachement bien !!! :-O
Merci pour la chro et le lien youtube qui donnent bien faim, je vais écouter ça attentivement.

(et merci aussi pour les tuyaux, il existe effectivement dans le shop(...)

29/05/2020, 18:55

Lifting Catastrophy

Ah je confirme : l'expression "bouillie sonore" était encore faible.
Dès que le groupe a eu un peu de presse chez nous, les chroniques de concerts ont été très peu flatteuses, mais j'avais quand même tenu à juger sur pièce, eh bien ça m'a littéralement dégoûté de ce groupe. :-( (...)

29/05/2020, 18:46