En vous promenant à Tours, vous pourriez remarquer la cathédrale Saint-Gatien, dont la façade gothique est flanquée de tours avec des bases datant du XIIe siècle et des sommets de la Renaissance. Vous pourriez aussi flâner du côté des jardins de la cité, ou bien faire un détour gastronomique, en dégustant des fromages, ou de fabuleux nougats. Mais tout ça ne vaut que si vous êtes un touriste en échappée hivernale, car le plus intéressant dans cette ville ne se cache pas forcément dans ses rues, mais plutôt dans ses locaux de répétition. Et de certaines fenêtres, à certaines heures bien précises, s’échappent des sons abrasifs, hautement corrosifs, émanant d’une jeunesse qui ne se reconnaît pas forcément dans le patrimoine local, mais plus dans la culture internationale d’un Black Metal de tradition qu’ils se font un honneur de perpétrer. A leur façon, sans complaisance, mais avec beaucoup de talent. C’est ainsi qu’au détour du hasard, toujours capricieux, mais jamais envieux, vous risqueriez de tomber sur les membres d’HECATE, qui se feront une joie de vous entonner une petite mélodie nihiliste histoire de ne plus vous faire revenir…Fondé sur les cendres de SOULMOURNE, ce quintette aux aspirations de déconstruction de l’harmonie (Veines Noires - chant, Jeremie Blikman et Colin Forveille - guitares, Jeremy Bayon - basse et Nicolas Bristot - batterie) a depuis 2009 proposé deux sorties, dont un EP initial qui mélangeait anciens classiques de l’époque précédente et inédits (Sous l'Ombre de Colosse, janvier 2011), puis un LP plus développé, et entièrement tourné vers l’avenir (Chroniques d'un Autre Temps, 2013, flanqué d’une sublime pochette). C’est donc cinq ans plus tard qu’ils nous en reviennent avec un second longue-durée, qui reprend les choses là où ils les avaient laissées, tout en ouvrant de nouvelles perspectives, pour le moins passionnantes et fascinantes.

Sans changer son fusil d’épaule, Une Voix Venue d'Ailleurs défriche encore plus de terrain, et se situe à la croisée des chemins, refusant de se cantonner au simple rôle de figuration classique. En optant pour un crossover particulièrement intelligent de BM fondamental, de Heavy épique, et même de Progressif fatal, HECATE assure ses arrières et se plonge en avant, signant là les sept compositions les plus matures de sa carrière. On se replonge donc avec bonheur dans leur conception de la violence musicale, qui alterne les passages crument agressifs et les digressions mélodiques subtiles, dans un ballet d’outrance qui a de quoi faire tourner bien des têtes. Si la bestialité d’un BM directement hérité de l’ère légendaire nordique souffle toujours un air glacé au travers des persiennes de leur inspiration, quelques références plus volontiers extrêmes rappelant leurs débuts nous font comprendre que leur éthique n’a pas bougé d’un iota. Il devient donc très difficile de définir avec acuité des morceaux aussi fidèles à l’esprit de MAYHEM et DISSECTION que « Nous, Enfants de Personne », qui sonne justement comme un classique du genre, lorsqu’ils sont dissimulés derrière des incarnations aussi méchamment catchy que « Une Charogne », à l’entame délibérément Heavy Metal, suggérant une union entre le classicisme d’un IRON MAIDEN, et le besoin d’évasion d’un SOILWORK. Et même lorsque la machine s’emballe et refuse de rester coincée dans les mécanismes du passé, on sent que le vent ne tourne pas franchement dans le sens d’un BM trop respectueux des dogmes. La liberté de ton reste donc la préoccupation majeure des tourangeaux, qui s’ils restent un peu trop dans l’ombre s’en satisfont pleinement, continuant leur carrière comme ils l’ont toujours menée, à leur rythme, mais avec leurs propres qualités. Et si les références affichées ne sortent pas d’un schéma établi (IMMORTAL, DISSECTION, NAGLFAR, ALCEST, LORD BELIAL, SATYRICON, WOLVES IN THE THRONE ROOM, KAMPFAR, WINDIR, THROES OF DAWN, PESTE NOIRE, BLUT AUS NORD, DEATHSPELL OMEGA), on sent qu’elles servent plus de balises mouvantes que d’une allégeance formaliste.

De fait, ne vous laissez pas avoir par le côté usuel de l’entame de l’album, qui après une longue intro envoutante laisse éclater sa haine d’un tournoiement de riffs incandescents. La linéarité effraie tout autant le groupe qu’une trop grande originalité, ce qui leur a permis de trouver un équilibre parfait entre les deux. Et si la voix d’un chanteur vraiment misanthropique évoque avec malheur les BURZUM, SHINING, le background instrumental fait montre de suffisamment de finesse pour s’extirper d’un cadre un peu trop restrictif. Avec des digressions qui ne reculent devant aucun étirement pour imposer leurs idées, Une Voix Venue d'Ailleurs s’articule donc autour de thématiques longues et développées, qui sans se répéter osent les six, sept ou huit minutes sans jamais lasser, ni verser dans la pluralité exagérée. Et avec des titres de la trempe de  « Consolamentum », et sa longue avancée Heavy qui finit par céder sous les coups de boutoir d’un BM âpre et revanchard, ou « Héraut aux Balafres » qui reprend plus ou moins le même thème pour le propulser dans une dimension parallèle (avec toujours ces harmonies acides en contrepoint d’une brutalité massive), le groupe peut s’appuyer sur un nouveau répertoire hautement compétitif, qui le place d’emblée dans le peloton de tête des formations extrêmes européennes, n’ayant pas à rougir de la comparaison avec ses homologues scandinaves ou américains. Doté d’une production incroyablement compacte mais claire, HECATE joue crânement sa carte, et affiche une morgue saisissante d’assurance, malgré le long hiatus qui a suivi leur réalisation précédente. L’utilisation d’arrangements épars leur permet de créer un climat étrange, presque hypnotique et atemporel, comme ce piano usé et désabusé sur « La Prunelle des Eveillés », qui instaure une ambiance délicieusement surannée, avant qu’une fois de plus un gigantesque riff ample boosté par une rythmique surpuissante ne nous ramène en terrain métallique. Singeant les tics Viking de BATHORY, tout en leur donnant une épaisseur typiquement contemporaine (travail décidément formidable de ce batteur qui sait toujours trouver le plan idoine), le quintette navigue à vue entre les changements de tempo, fréquents mais toujours heureux, et alterne la densité pour nous déstabiliser, laissant nos sens se perdre dans ce dédale de violence ouverte ou latente…

Et « Le Bruit du Temps », en tant qu’épilogue constitue l’acmé parfait pour refermer les lourdes portes de ce troisième longue-durée. Une fois encore, le groupe démontre son savoir-faire et son éclectisme en multipliant les crises de culot, laissant une guitare partir en évaporation purement Heavy, pour mieux nous fouetter les chairs d’une soudaine accélération typiquement BM. Un travail de précision, de la part d’orfèvres de l’oraison, qui soignent tout autant leurs textes que leur musique, emballant le tout dans une pochette aux ors sublimes. Une Voix Venue d'Ailleurs est donc malgré son titre une voix bien de chez nous, mais qui pourrait s’écrier d’un lointain pays étranger, tant ses papiers n’attestent d’aucune nationalité. Une œuvre appelée à devenir culte, et qui témoigne d’un parcours hors-normes qu’il est largement temps de saluer. Tours, sa cathédrale, ses trésors gastronomiques, et son Metal unique. Une ville qui décidément cache bien des richesses.


Titres de l'album:

  1. Silentium Dei
  2. Consolamentum
  3. Héraut aux Balafres
  4. Une Charogne
  5. Nous Enfants de Personne
  6. La Prunelle des éveillés
  7. Le Bruit du Temps

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/02/2018 à 14:31
85 %    639

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)