When the Sun's Down

Frau Fleischer

23/11/2021

Sliptrick Records

Imaginez-vous déambulant dans les rues étranges d’un Berlin de nuit, dans les années 90. Un Berlin imaginaire, cité déshumanisée et dont le contrôle a été pris par des autorités strictes, interdisant l’exhibition scénique, l’hédonisme, les numéros pailletés et autres réjouissances nocturnes d’un temps pas si éloigné que ça. Dans une friche industrielle, un individu masqué attend dans l’ombre, immobile, comme animé d’une mission secrète que son apparence ne peut trahir. Vous vous approchez de lui, à pas feutrés, vous méfiant du moindre de ses non-gestes, certain de pouvoir assouvir votre soif de différence et de liberté, mais réticent à l’idée de passer une énième nuit dans des geôles humides comme semble vous prévenir votre inconscient. Et puis, pris d’un élan de courage dicté par l’envie de plaisir immédiat, vous lui lâcher un mot. Un timide « Hallo » s’échappe de vos cordes vocales, auquel l’impassible milicien ne répond pas. Alors, vous tentez le tout pour le tout :

Freude ? 

 

La statue humaine ne vous répond pas, mais vous indique une direction à suivre. Une fois enfoncé dans le dédale de vieux bâtiments industriels décatis, vous remarquez une porte flanquée d’un dessin magnifique au pochoir, représentant une créature sublime, blonde, masculine et féminine, aucun des deux, semblant vous inviter à entrer malgré les risques encourus. Une blonde comme on en voyait dans le Berlin des années 30, silhouette vénéneuse aux ongles s’enfonçant dans les chairs, assumant son identité floue comme on brandit un étendard.

FRAU FLEISCHER. La bouchère.

Une fois les portes poussées, le son est assourdissant. Ayant très ingénieusement doté cette salle moite aux murs recouverts de rouille d’un système acoustique de prévention pour ne pas alerter la Sittenpolizei de la nuit, les tenanciers vous accueillent d’un regard torve, mais d’une posture qui incite à penser que tout ce qui se passe ici n’est ni très réglo, ni très légal. Alors, vous avancez en fendant la foule bigarrée, constituée d’autres étranges créatures fardées, déguisées, sans genre ni clan ethnique, sans carte d’identité et sans réelle direction à suivre. Le mot d’ordre ici est simple : danser jusqu’au bout de la nuit, à en perdre son esprit, à s’en nouer les sens, pour oublier que dehors, le chaos de l’ordre règne et qu’il terrorise le jour comme il menotte la nuit.  

Une fois suffisamment en avant vers la scène, vous l’apercevez sur scène, c’est elle/lui, iel, La Bouchère, personnage né de l’imagination féconde de Gabriel Daimon, qui feule et minaude dans son micro, de Greg Lambert, guitariste tricoteur de sons, et de Franz, le maître des machines qui a appris de Rhys Fulbert, FRONT 242, Sascha Konietzko, MINISTRY et quelques autres entités robotiques ayant flouté la frontière entre l’analogique, le digital et la troisième génération d’Indus et EBM dansant comme un rythme fou.

Les trois sur scène occupent l’espace, mais c’est évidemment Gabriel qui hypnotise les regards de sa moue sexy en diable, de ses courbes qui enivrent les sens, de son regard de jais enflammé par une passion pour le plaisir musical…C’est sa voix à la fois forte et très fragile, constamment au bord de la rupture qui rend vos tympans addicts à la première prise, alors que ses deux comparses s’obstinent à aller picorer dans le répertoire européen les riffs qui tuent et les rythmes qui suent. Le tout évidemment, ressemble à peu près à ce qu’on peut attendre d’un barouf étouffant de Néo-Indus plus proche de l’Electro Metal que des exactions les plus franches du genre, mais étrangement, entre un jeu de lumière excessif et ces watts qui vous font trembler la plèvre, la transe n’est pas si loin, et la communion avec le reste des infidèles semble la seule option raisonnable pour profiter d’une nuit qui pourrait bien être la dernière.

Mais en y réfléchissant bien, et en rassemblant vos esprits pour les remettre en place, vous savez. Vous savez que vous n’êtes pas à Berlin, qu’il n’a jamais existé d’autorité supérieure régissant la nuit comme la Gestapo régissait le jour dans les années 40. Vous êtes en France, et Gabriel est sur cette scène parisienne, que vous connaissez bien pour l’avoir admiré des soirées durant, mais la sensation est pourtant la même. Quelque chose d’interdit, de décadent, un plaisir indécent, et l’un des Electro-Indus les plus savoureux et lubriques du marché. L’un des plus rigides aussi, mais avec ce filet de voix unique, tremblant, martial, autoritaire et en même temps rempli de doutes, le maître de cérémonie réveille la maîtresse en lui et vous ordonne de le/la suivre sans trop vous poser de questions, puisque les questions resteront sans réponse pour ne pas tuer le mystère d’une telle magie.

FRAU FLEISCHER, en quelques chansons, créé ce personnage de la Bouchère, qui domine de son chef les crânes polis de quelques pervers venus chercher l’humiliation ultime, une Bouchère qui a découpé des côtes chez RAMMSTEIN, qui a dansé en arrière-plan chez les allemands les plus capés du genre, mais qui a aussi retenu quelques leçons des méthodes américaines les plus rudes des REVOLTING COCKS.

Le plaisir est là, le désir aussi, informulé comme dirait Armande Altaï, et les corps se mélangent dans un déluge de sons qui annihilent les genres et nous transforment tous en catalyseurs d’indécence. Poussez les portes de ce cabaret de l’étrange, laissez-vous guider par ce beat ferme et rebondissant sur les murs, chargés de souvenirs pas tous racontables.

C’est cette sensation de perdition qui vous fera vous sentir le plus vivant-e.    

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Sacrifice

02. Holy Crown

03. Piece of Meat

04. Baby I'm Free

05. Infierno

06. Bagarre

07. Bloody Curls

08. A Boy was Shot

09. Bad Girl


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/12/2021 à 15:14
80 %    297

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12