When the Sun's Down

Frau Fleischer

23/11/2021

Sliptrick Records

Imaginez-vous déambulant dans les rues étranges d’un Berlin de nuit, dans les années 90. Un Berlin imaginaire, cité déshumanisée et dont le contrôle a été pris par des autorités strictes, interdisant l’exhibition scénique, l’hédonisme, les numéros pailletés et autres réjouissances nocturnes d’un temps pas si éloigné que ça. Dans une friche industrielle, un individu masqué attend dans l’ombre, immobile, comme animé d’une mission secrète que son apparence ne peut trahir. Vous vous approchez de lui, à pas feutrés, vous méfiant du moindre de ses non-gestes, certain de pouvoir assouvir votre soif de différence et de liberté, mais réticent à l’idée de passer une énième nuit dans des geôles humides comme semble vous prévenir votre inconscient. Et puis, pris d’un élan de courage dicté par l’envie de plaisir immédiat, vous lui lâcher un mot. Un timide « Hallo » s’échappe de vos cordes vocales, auquel l’impassible milicien ne répond pas. Alors, vous tentez le tout pour le tout :

Freude ? 

 

La statue humaine ne vous répond pas, mais vous indique une direction à suivre. Une fois enfoncé dans le dédale de vieux bâtiments industriels décatis, vous remarquez une porte flanquée d’un dessin magnifique au pochoir, représentant une créature sublime, blonde, masculine et féminine, aucun des deux, semblant vous inviter à entrer malgré les risques encourus. Une blonde comme on en voyait dans le Berlin des années 30, silhouette vénéneuse aux ongles s’enfonçant dans les chairs, assumant son identité floue comme on brandit un étendard.

FRAU FLEISCHER. La bouchère.

Une fois les portes poussées, le son est assourdissant. Ayant très ingénieusement doté cette salle moite aux murs recouverts de rouille d’un système acoustique de prévention pour ne pas alerter la Sittenpolizei de la nuit, les tenanciers vous accueillent d’un regard torve, mais d’une posture qui incite à penser que tout ce qui se passe ici n’est ni très réglo, ni très légal. Alors, vous avancez en fendant la foule bigarrée, constituée d’autres étranges créatures fardées, déguisées, sans genre ni clan ethnique, sans carte d’identité et sans réelle direction à suivre. Le mot d’ordre ici est simple : danser jusqu’au bout de la nuit, à en perdre son esprit, à s’en nouer les sens, pour oublier que dehors, le chaos de l’ordre règne et qu’il terrorise le jour comme il menotte la nuit.  

Une fois suffisamment en avant vers la scène, vous l’apercevez sur scène, c’est elle/lui, iel, La Bouchère, personnage né de l’imagination féconde de Gabriel Daimon, qui feule et minaude dans son micro, de Greg Lambert, guitariste tricoteur de sons, et de Franz, le maître des machines qui a appris de Rhys Fulbert, FRONT 242, Sascha Konietzko, MINISTRY et quelques autres entités robotiques ayant flouté la frontière entre l’analogique, le digital et la troisième génération d’Indus et EBM dansant comme un rythme fou.

Les trois sur scène occupent l’espace, mais c’est évidemment Gabriel qui hypnotise les regards de sa moue sexy en diable, de ses courbes qui enivrent les sens, de son regard de jais enflammé par une passion pour le plaisir musical…C’est sa voix à la fois forte et très fragile, constamment au bord de la rupture qui rend vos tympans addicts à la première prise, alors que ses deux comparses s’obstinent à aller picorer dans le répertoire européen les riffs qui tuent et les rythmes qui suent. Le tout évidemment, ressemble à peu près à ce qu’on peut attendre d’un barouf étouffant de Néo-Indus plus proche de l’Electro Metal que des exactions les plus franches du genre, mais étrangement, entre un jeu de lumière excessif et ces watts qui vous font trembler la plèvre, la transe n’est pas si loin, et la communion avec le reste des infidèles semble la seule option raisonnable pour profiter d’une nuit qui pourrait bien être la dernière.

Mais en y réfléchissant bien, et en rassemblant vos esprits pour les remettre en place, vous savez. Vous savez que vous n’êtes pas à Berlin, qu’il n’a jamais existé d’autorité supérieure régissant la nuit comme la Gestapo régissait le jour dans les années 40. Vous êtes en France, et Gabriel est sur cette scène parisienne, que vous connaissez bien pour l’avoir admiré des soirées durant, mais la sensation est pourtant la même. Quelque chose d’interdit, de décadent, un plaisir indécent, et l’un des Electro-Indus les plus savoureux et lubriques du marché. L’un des plus rigides aussi, mais avec ce filet de voix unique, tremblant, martial, autoritaire et en même temps rempli de doutes, le maître de cérémonie réveille la maîtresse en lui et vous ordonne de le/la suivre sans trop vous poser de questions, puisque les questions resteront sans réponse pour ne pas tuer le mystère d’une telle magie.

FRAU FLEISCHER, en quelques chansons, créé ce personnage de la Bouchère, qui domine de son chef les crânes polis de quelques pervers venus chercher l’humiliation ultime, une Bouchère qui a découpé des côtes chez RAMMSTEIN, qui a dansé en arrière-plan chez les allemands les plus capés du genre, mais qui a aussi retenu quelques leçons des méthodes américaines les plus rudes des REVOLTING COCKS.

Le plaisir est là, le désir aussi, informulé comme dirait Armande Altaï, et les corps se mélangent dans un déluge de sons qui annihilent les genres et nous transforment tous en catalyseurs d’indécence. Poussez les portes de ce cabaret de l’étrange, laissez-vous guider par ce beat ferme et rebondissant sur les murs, chargés de souvenirs pas tous racontables.

C’est cette sensation de perdition qui vous fera vous sentir le plus vivant-e.    

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Sacrifice

02. Holy Crown

03. Piece of Meat

04. Baby I'm Free

05. Infierno

06. Bagarre

07. Bloody Curls

08. A Boy was Shot

09. Bad Girl


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/12/2021 à 15:14
80 %    180

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Nornes + Mad Act 21/05 : Le Garage Café, Cambrai (59)
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02

Jus de cadavre

Je pense que c'est surtout pour éviter le squatage en ville et éviter ainsi d'énerver les Clissonais à la longue. Concernant les vans : les véhicules aménagés pourront "camper" sur les nouveaux parking (tout sauf les tentes quoi(...)

19/05/2022, 15:58

Fred

Donc on t’enlève la voiture si t’a envie d’aller te balader ou faire autre chose que les concerts sauf si t’ai immatriculé du coin 

19/05/2022, 15:06

Chemikill

Quelle pompe a fric... je me souviens du graspop en 1999, on garait la voiture à côté de la tente

19/05/2022, 11:54

l\'anonyme

@ Chemikill: je comprends ton point de vue mais c'est une chance que vous avez en France. En Belgique, le parking du Graspop Metal Meeting est payant à 15 euros de la journée. Si ta voiture y reste les 4 jours, tu payes 15 euros. Mais si tu re(...)

19/05/2022, 10:27

Chemikill

C'est moche... tu peux même plus planter ton van sur un trottoir ou un parking autre pour faire ta popote tranquille et dormir au calme... parké comme du bétail maintenant. Trop grosse machine pour moi....

19/05/2022, 10:16

Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47