Face à la cadence infernale de parutions, les groupes essaient de trouver des vecteurs d’approche différents pour accrocher l’oreille d’auditeurs potentiels. Souvent tout ça tourne autour d’un concept plutôt nébuleux, pas forcément notable, mais il convient tout de même de souligner quelques tentatives.

Les Italiens de REAPTER ont opté pour une double hélice, en consacrant leur second album à la…réalité que nous traversons tous quotidiennement, réalité qu’ils ont choisi de décrire musicalement d’une drôle de façon. Si une écoute superficielle de Cymstics vous présentera un Heavy à tendance Thrash moderne de bonne facture, une analyse plus poussée de leurs motivations vous révèlera une approche de fond beaucoup plus complexe, spécifique et pointue.

En effet, les Italiens se sont intéressés aux travaux de Hans Jenny, physicien et naturaliste du vingtième siècle, qui avait formalisé ce qu’on a appelé la « cymatique », soit l’étude des vibrations sonores naturelles visibles. Plus en détail, l’observation des effets de fréquences sonores sur des surfaces planes comme le sable ou l’eau. Puisque la nature fonctionne elle aussi en termes de musicalité et de fréquences, les REAPTER ont décidé d’utiliser celle de 432Hz sur leurs propres instruments pour recréer des conditions naturelles d’expression, ce qui je l’avoue, n’est pas forcément flagrant à l’écoute de leur album.

Mais un peu d’audace et d’innovation ne faisant de mal à personne, je ne pourrais que saluer cette initiative, un peu plus originale que les autres, d’autant plus que musicalement, le quintette de Rome s’en sort très bien, même si ses compositions ne proposent pas grand-chose de foncièrement nouveau.

Quintette donc, avec Claudio Arduini au chant, Max Pellicciotta et Daniele Bulzoni aux guitares, Jury Pergolini à la basse et Emiliano Niro à la batterie, pour un groupe dont les origines remontent à 2005, mais qui a pris son temps avant de proposer un produit fini, puisque leur premier album n’a vu le jour qu’en 2010, sous la forme des dix titres de M.I.N.D.

Avant ça, deux EP (First One en 2007 et The Storm Approaches en 2008), puis ce fameux album avant six ans de hiatus/sommeil/silence, pour nous revenir plus percutants que jamais.

Percutant, c’est le mot, quoique cet épithète ne s’accorde pas de l’intégralité de ce Cymstics qui se veut mouvant, malléable et osons le terme, « progressif ». Dans les faits, tout ça se traduit par une hybridation entre un Thrash abordable et modéré, teinté de fortes connotations Heavy évolutif, qui parfois sombre même dans le Heavy tout court, lorsque les rythmiques prennent une pause et que les guitares se ressourcent aux origines de la NWOBHM.

Musicalement, l’affaire n’est pas inintéressante puisqu’elle fait la jonction entre plusieurs mouvements pas forcément contradictoires. Si les influences du Heavy lyrique Italien sont indéniables, les REAPTER y apportent des nuances typiques du Heavy/Thrash Européen, en colorant le tout d’une agressivité toute Américaine. Alors, les noms se bousculent dans notre petit cerveau apaisé par cette fameuse fréquence naturelle de 432Hz, dont ceux de TESTAMENT, celui des années 90 bien sûr, de QUEENSRYCHE pour les développements les plus aplanis, CRIMSON GLORY peut-être dans ces tentatives lyriques ne faisant pas toujours mouche, ou même ANNIHILATOR, qui devient flagrant lorsque les mélodies et les constructions rythmiques s’entrechoquent pour produire une explosion d’émotions (« The Alchemist », très empreint de la technique de Jeff Waters pour multiplier les riffs et les arrangements harmoniques).

En gros, une synthèse de quelques valeurs sûres, un brin de fantaisie personnelle nous reliant à l’orée des années 80, mais surtout, une musique aussi ambitieuse que son concept, qui parfois comme la nature à tendance à tourner en cycles, illustrant le fameux adage de Lavoisier, « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme », que lui-même avait légèrement piqué à Anaxagore.

Mais se transforme en quoi au juste ? Si quelques attaques se veulent plus franches que la moyenne de l’ensemble (« Tsunami », qui là encore se veut point médian entre un ANNIHILATOR des dernières années et un NEVERMORE un peu allégé ai niveau des watts), Cymstics suit une ligne de conduite logique n’évitant pas les pièges de la redondance, en se basant parfois un peu trop sur la technique de ses musiciens au détriment d’une efficacité plus optimale.

Le tout est très bien agencé et interprété avec application, mais manque encore un peu de folie pour vraiment nous convaincre de son caractère unique, même si les nombreux passages mélodiques précieux valent tous largement le détour par les bois.

Et comme les Italiens n’hésitent pas à allonger leur discours en de multiples occurrences, nous nous éloignons en permanence de ce fameux « Thrash progressif » dont ils revendiquent pourtant l’étiquette.

Le meilleur exemple de cette déviation reste le long et envoutant « Behind a Mask », qui pendant plus de sept minutes refuse toute complication rythmique pour privilégier la fluidité d’un THIN LIZZY adaptée à un contexte METAL CHURCH assez séduisant dans le fond. Des soli rougeoyants, un chant flamboyant, de longs breaks planants, pour une conclusion inévitable.

Non, les REAPTER ne jouent pas du Thrash, mais bien un Heavy précieux et moderne qui tire son inspiration des années 80 autant que des groupes contemporains.

On trouve parfois de quoi rassasier notre soif de décibels, notamment lors des entrées les plus concises, comme avec ce « Useless » qui combine le radicalisme mélodique d’un GRIP INC et la franchise rythmique d’un TESTAMENT, ou à l’occasion du très syncopé « Tram Out », qui ose enfin durcir le ton sans se départir de sa volonté harmonieuse très prononcée.

Le groupe termine sa deuxième expérience par une référence directe à Ananda Bosman (conférencier, écrivain, enseignant, cosmologiste et musicien, visiblement en contact avec des entités « ultra-terrestres ») via sa pièce musicale «Aumega Music Revolution », qui prend la forme d’un long instrumental majestueux, laissant présager de possibilités autres, susceptibles d’apporter une identité personnelle plus forte aux travaux à venir des REAPTER.

 

Pour le moment, et malgré la solidité de l’interprétation et quelques libertés prises avec la tonalité générale, Cymstics reste encore un peu trop flagrant et systématique, et se veut plus somme d’influences que réelle avancée musicale.

 Un Heavy à tendance Thrash un peu trop timoré pour convaincre, mais qui fait montre d’un potentiel indéniable. Mais après tout, tout dépend de la fréquence sur laquelle vous êtes branché.


Titres de l'album:

  1. Repeat
  2. Tsunami
  3. Time Lapse
  4. The Alchemist
  5. Life And Horror
  6. Behind A Mask
  7. Useless
  8. Fallen Angels
  9. Tram Out
  10. Omega Revolution

Site officiel


par mortne2001 le 20/02/2017 à 11:23
68 %    395

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.